Les abdominaux autrement

Il faut le dire : les abdominaux « classiques » peuvent nuire.
Tout a commencé grâce aux recherches sur l’incontinence urinaire d’effort qui ont démontré que les abdos classiques accentuent les incontinences en poussant la vessie vers le bas.
Cette constatation a rencontré les connaissances en orthopédie, car ces « anciens » abdominaux augmentent la pression dans le ventre et envoient ainsi beaucoup de sang dans le canal rachidien (la colonne) qui est la cause de beaucoup de lombalgies.
De plus ces abdominaux modifient la posture en « effaçant » la lordose naturelle ce qui augmente la pression sur les disques intervertébraux.
Les anciens abdominaux sont aussi appelés « hyperpressifs » contrairement à ceux qui devraient être conseillés (hypopressifs).
Les abdominaux classiques :
– Augmentent la pression dans le ventre et le font gonfler.
– Augmentent la tendance à l’incontinence. (voir fin de l’article : point spécial pour les femmes)
– Augmentent la pression dans le canal rachidien et peuvent accentuer les douleurs lombaires.
– Effacent le creux lombaire et augmentent ainsi la pression sur les disques intervertébraux.

Il est  temps de revoir certaines idées anciennes. ICI

Livre conseillé : Abdominaux, arrêtez le massacre Bernadette de Gasquet : Marabout
Faire des abdominaux peut-il être dangereux ? Oui, car le raccourcissement des grands droits, qui rapproche ainsi les épaules et les hanches, est néfaste pour le dos. Il accélère les descentes d’organes, peut aussi induire une incontinence et ne fait pas le ventre plat. Cette pratique doit être dénoncée. Le danger est encore plus grand quand on rajoute des haltères ou des poids.

Capture d’écran 2013-03-19 à 17.28.10
Mais on peut aussi « faire des abdos » tout en préservant son dos, son périnée et en améliorant sa silhouette. Sans souffrir, en s’amusant, en variant les exercices, jusqu’à pratiquer une gymnastique « virtuelle ». Finies les séries répétitives, monotones, épuisantes et source de douleurs lombaires. Mettez-vous aux « abdos futés » (au quotidien, dans le train ou avec un bébé dans les bras), aux abdos puissants (base des arts martiaux), au travail global (dos, abdominaux, périnée).
Comme dans ses précédents ouvrages, l’auteur donne d’abord les éléments permettant la compréhension du sujet : à quoi servent les abdominaux, comment travaillent-ils, comment les faire travailler en respectant la physiologie et en se faisant du bien, comment contrôler le résultat de sa pratique ? Ensuite, divers niveaux de pratique sont proposés au lecteur. Dans la vie quotidienne avec des séries accessibles à tous, puis des séries plus difficiles et des séries athlétiques. L’auteur traite ensuite des cas particuliers : maternité, ménopause, personnes ayant des problèmes de dos, de périnée, suites opératoires, personnes âgées ou à mobilité réduite. Dans tous les cas, la pratique est présentée avec une très grande précision, à grand renfort d’illustrations, ce qui permet de repérer toutes les erreurs.

Petite remarque pour les femmes.

Si les abdominaux « classiques » empirent l’incontinence urinaire d’effort et font du tort au périnée, les abdominaux hypopressifs (proposés ci-dessus) ne sont pas encore suffisants, car ils ne renforcent pas assez les abdominaux les plus inférieurs.
Mais il y a une solution…

Capture d’écran 2013-03-19 à 18.29.38Il s’agit des « fameuses » boules de geishas ou des boules de Kegel.
Leur utilisation correcte permet de renforcer le périnée ET les abdominaux inférieurs.
Ces boules ont aussi le grand avantage que madame et monsieur en seront très heureux

🙄

Capture d’écran 2013-03-19 à 19.33.56Par ailleurs, beaucoup de lombalgies récalcitrantes sont dues à un surmenage des ligaments qui soutiennent la 5° lombaire et le meilleur moyen pour les soulager est d’avoir une sangle abdominale basse tonique.
Si vous utilisez les boules, vous constaterez très vite de légères douleurs musculaires dans le bas du ventre qui sont le signe que ces muscles sont sollicités (il s’agit donc d’un bon signe).
À faire consciencieusement et progressivement (voir mode d’emploi)

🙄

Accueil

5 commentaires sur “Les abdominaux autrement

  1. barthélémy dit :

    Merci pour ce très bon article !
    L’importance des abdominaux hypopressifs est très bien expliquée ! Je citerai volontiers cet article sur mon blog 🙂
    A bientot !

  2. Amarante asbl dit :

    Bonjour,

    En recherche d’info pour une de mes élèves, je découvre votre site et je suis agréablement étonnée du ton (sérieux sans se prendre la tête) et au niveau des contenus (accessibles) . C’est tellement important de donner des outils à tout un chacun pour pouvoir prendre soin de soi en connaissance de cause. Concernant cette page ici, puisque c’est plus mon domaine (licence EP et formée aux techniques de B.de Gasquet), très chouette que vous en parliez parce que c’est encore une technique méconnue, qui n’est pas passée par les USA comme le Pilates (avec l’effet de mode qui va avec et ses dérives …). Petite proposition pour enrichir votre site : mettre des vidéo de Sandro Zatta qui est le formateur pour la Belgique en de Gasquet par ex https://www.youtube.com/watch?v=0uJBxOPHPn8. Namasté

  3. Romain dit :

    Oui, les abdominaux ne sont pas toujours bénéfiques et doivent être adaptés en fonction des sujets …

  4. Alexandre dit :

    Alain Bourcier nous l’a aussi suggéré dans ses cours de gymnastique abdominale hypopressive

  5. Marie dit :

    Bonsoir Mr Seghin,

    Sujet intéressant.
    C’est une technique (pas évidente du tout) qui m’avait été suggérée par mon gynéco il y a quelques années.

    Cordialement,
    Marie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s