Contact

Vous pouvez me contacter en m’écrivant à yvseghin@skynet.be
Cependant, pour que tout le monde puisse profiter de vos questions, je préfère que vous les postiez à partir de l’article du site qui vous a interpellé.

ACCUEIL

Besoin d’un petit break pas loin de chez vous ?
Face à la mer opale dans un appartement moderne et familial (prix raisonnables)…
Cliquez sur la photo ci-dessous

Capture d’écran 2016-01-25 à 14.51.11

45 commentaires sur “Contact

  1. josie dit :

    Bonjour
    je soufre depuis avrl dernier de parasthesies des doitgs de la main gauche, je vous passe le chemin et examens que j’ai fait pour ne pas entrer dans la seule logique des medecin intervention ou infiltration evidement je n’ai enten du que le syndrome du carpe, donc j’ai decidé daller voir un specialiste du memebre superieur qui aprés avoir consulter irm electromiogramme, scaner, radio, echo etc m’annonce que mon mal s’appel syndrome du defilé thoraco brachial bref en fait trop de tension et de mauvaise position devant l’ordi m’ont tellement contracter qu’un petit nerf ou racine nerveuse voir la gaine serait titiller par ses contractions tres violente je me suis donc inscrit pour du trigger point qui me soulage mais tout reviens le lendemain et le peu de praticien que j’ai vue ont touché mes cervicales et m’ont declenchés d’autre petit desagrement, je sais plus quoi faire a part de tres serieux massages de plus je commence a avoir un petit gene cote droit dormant tjrs sur ce coté bref en un mot je dors mal je suis epuisée et evidement encore plus tendu car je perds a ecouter tous ces medecins kine ou autre qui n’ont que la vision des cervicales alors que c’est mon trapeze mes omoplates qui ont ete malmenés que me conseillez vous je suis en total detresse j’habite paris et je ne vois plus personne par manque aujourd’hui de confiance et de peur qu’ils aggravent mon etat comme ce fut le cas par 2 fois merci de me donner un espoir de sortir de cette situation qui devient chronique plus le temps ^passe

  2. ELENA MARDARE dit :

    Bonjour,
    Je souffre de douleurs permanentes dans le dos depuis plus de 4 mois.
    Ça a commencé par un torticolis, ensuite des douleurs dans le dos et entre les omoplates ; suite à une séance d’ostéopathie la douleur s’est diffusé dans mon bras gauche.
    En faisant un irm, il a été diagnostiqué une « discopathie des 3 dernières étages cervicaux et des lésions prédominants en C5-C6 et C6-C7 avec une réduction des foramens gauches sur ces 2 étages ».
    Pourriez-vous me conseiller un confrère qui puisse me prendre en charge en région parisienne ?
    Je vous remercie.
    Elena

  3. amri s dit :

    Bonjour j ai eu un accident de voiture il y a 15 an j ai eu 3 vertebre casse depuis je souffre j ai tout essaye j en peut plus vraiment sa joue sur mon moral et sa me démotivé de tout si vous pouviez me conseillez pour assouvir mes douleur de dos jusqu a la nuque merci de votre conseil

  4. Boukraa dit :

    Bonjour à tous
    Je souhaitai évoquer l état de santé de mon fils age de 9 ans. Il a été hospitalisé en janvier pour une suspicion d osteomyelite qui n a pas été confirmé par la scintigraphie.
    Il existait une petite lésion au niveau du carthilage de croissance. Les médecins me disent que tout devrait rentrer dans l ordre. Îl reprend alors l ecole avec toutefois d importante douleurs au niveau de l aine et de l orteil gauche et petite fièvre
    Je l emmène de nouveau à l hôpital et la on me dit de l emmener au sein d un autre hôpital car ils ne savent pas ce qu il a.
    Je l y emmène on me donne la meme réponse
    Et depuis deux il n arrive plus du tout à poser le pied.
    Je ne sais plus quoi faire et aucun médecin ne me donne de réponse
    Merci d avance pour vos réponses

  5. amri s dit :

    Voilà moi j ai eu un accident il y a 16 ans je M en suis toujour par Rémi car j en souffre j ai eu 3 vertebre fracture et calcaire broyé mon dos me fait endorment souffrir j ai tout essayé vraiment infiltration et je dit pas les médicaments que je prend depuis l accident sa ma fait d autre maladie j essayé d arrêté de prendre ces médicament qui le contrat mal je suis devenu accroché sans le savoir j en voulai à mon médecin de pas m avoir prévenu de la dépendance qu in peut avoir de se médicament le pire ses que sa me calme pas la douleur la je le prend que pour arrêté le manque de se médicament que pourrez me conseillez car j en peut plus vraiment merci infiniment de me donne une réponse car je souffre au dos à longueur de journe même en prenant des médicament

  6. Max dit :

    Bonjour, je me permets de vous contactez ici car je rencontre un problème avec mes épaules depuis 3 mois, quand je lève le bras j’ai une sorte d’accrochage dans l’épaule… le geste en lui même n’es pas douloureux mais à force de le faire je ressent des douleurs sur le devant de l’épaule…
    Je n’es pas vraiment de perte de force mais j’ai peur d’effectuer ce mouvement, c’est arriver avec la musculation je pense, curl barre ou développer coucher que je faisait pas mal 3x par semaine…
    Sa fait trois mois que j’ai arrêter mais le phénomène d’accrochage est encore présent…
    Le médecin me dit qu’il n’y à rien sur la coiffe des rotateurs car il a essayer plusieurs test… au toucher ce n’es pas douloureux… La radio ne montre rien sauf la clavicule un peu relever par rapport à l’acromion..
    Je suis un peut perdu et je n’es vraiment pas de réponses, sa se produit bras tendu et quand j’élève le bras, paume de main vers le bas, si le bras et plier sa ne fait rien, si la paume et vers le haut, sa ne fait rien… je ne comprends rien…
    J’essaie de ne pas reproduire cet accrochage et j’ai un peu moins de douleur.
    Mon premier médecin m’a laisser sans rien pendant 2 mois et demie, j’ai était voir un autre qui m’a prescrit un anti inflammatoire et pommade pendant 7 jours, sa m’a soulager et je peut me servir un peu plus de mes bras.
    Beaucoup d’étirements et musculation du dos (L fly, étirement pectoraux et épaules, rowing barre) pour ma part, pas d’aggravation ni de douleurs supplémentaire…

    Je vous remercie d’avance pour votre aide et vos témoignages,

    Cordialement,
    Max

  7. Bonjour Yves ,

    Mon problème est le suivant après échographie on a vu que j’avais des calcifications au niveau de l’épaule droite il y en avait une de 8 mm , ils ont décidé de faire une trituration cela a était mieux les premières semaines mais avec les séances de kiné ça été pire maintenant j’ai des douleurs dans l’épaule qui me réveille même la nuit des douleurs qui me lance jusque dans le coude et dans la main j’ai la main qui bourdonne je ne sais plus quoi faire et vers qui me retourner mon épaule est beaucoup plus basse trapèze enflammé douleurs dans haut du dos dans la nuque c’est pénible à vivre au quotidien si vous pourriez me donner des conseils dans d’autres démarches à suivre pour pouvoir régler ce problème ce serait vraiment gentil de votre part .merci

  8. arib dit :

    jai myopathie beker jai eu platre 6 mois j’arive plu marher

  9. aless dit :

    Bonjour Yves,

    On m’a trouvé il y a plus d’un mois une « névralgie d arnold ». Après plusieurs traitements infructueux 6 seances d’ostéopathie plus douloureuses qu’autre chose je ne sais plus trop que faire. La douleur est maintenant dans le trapeze droit et me fait beaucoup souffrir. Mon trapeze est très contracté et aucun médicament ne me soulage. Quels conseils pouvez vous me donner?
    Merci d’avance

  10. Marie Picard dit :

    suite à mon message du 28 mars 2015
    Afin de compléter mon mail précédent voici les synthèses des examens réalisés :
    07/2006:radio rachis cervical = absence d’anomalie ;
    05/2010 : scanner cérébral = absence d’anomalie ;
    07/2010 : névralgie d’Arnold, radio rachis cervical = cervicarthrose modérée ;
    08/2010 : IRM cérébral : normal ;
    11/2010 : radio de l’articulé dentaire = troubles de l’articulation temporo mandibulaire = pose d’une contention nocturne ;
    03/2011 : consultation neurologue = traitement médicamenteux + kiné ;
    06/2011 : radio épaule = normale ;
    06/2011 : névralgie cervico brachiale droite C6 = contractures thoraciques + vertébrales ;
    07/2011 : electromyogramme membre supérieur droit : anastomose médio cubitale, syndrôme d’enclavement du nerf cubital du coude, tracé neurogène des hypoténariens d’extenseurs des doigts = suspicion de problème en C7 et C8 ;
    07/2011 : IRM cervicale =charnière cervico-occipitale en place, discarthose modérée, sans sténose ou décompensation herniaire, les foramens apparaissent modérément sténosés en particulier C4-C5 droit, avec une petite avancée des zygapophysaires, sans hypoplasie des lames ;
    08/2011 : kiné méthode Mac Henzie environ 30 séances ;
    2012 : poursuite séances autre kiné : réeducation du rachis cervical = importante cervicalgie et dorsalgie haute associées, importante contractures paravertébrales, importante raideur surtout les muscles splénius, SCM, petit et grand rhomboide et trapèze ;
    la mobilité cervicale est réduite (extension +++) et rotation, perte d’amplitude dominant essentiellement l’abduction au niveau des 2 bras, bras droit +++ ;
    03/2013 : consultation centre anti douleur = traitement médicamenteux ;
    07/2013 : centre anti douleur : 3 infiltration d’Arnold ; poursuite séances kiné
    09/2013 : stomatologue : Syndrome Algo Dysfonctionnel Appareil Menducateur = alimentation mixé pendant 6 mois + réeducation différents mouvements à réliser avec la machoire ;
    03/2014 : IRM des ATM : vraisemblable méniscopathie G, antépulsion condylienne antérieur gauche un peu – marqué que son homologue D à l’ouverture de la bouche ;
    10/2014 : synthèse du chiropracteur par rapport aux différent examens : discrète diminution de l’espace discal C7/T1, léger rétrécissement foraminal C4/C5 droit.

    J’espère que la lecture de ses différents examens pourront vous permettre de comprendre ce mécanisme qui m’oblige à repenser au quotidien ma vie, la prèsence insupportable de ses douleurs…
    Merci
    Cordialement
    Marie

  11. PICARD dit :

    Je pense que vous pourriez m’aider à retrouver une vie « normale », à oublier ce corps si douloureux qu’il m’arrive d’avoir envie de tout arréter……………

    Je suis âgée de 49 ans, j’ai une névralgie cervico brachiale droite diagnostiquée depuis 2009.

    Je suis suivie par le centre anti douleurs de Poitiers, j’ai rencontré différents thérapeutes (neurologue, rhumatologue, ostéopathes, stomatologue, kinésithérapeutes, acupuncture…) sans aucuns résultats ou presque, la chiropractie (méthode que j’utilise depuis novembre) a crée un léger mieux d’une semaine. J’ai réalisé de nombreuses radiologies, scanners, IRM….voir pièces jointes transférées par we transfer sur votre boite mail.

    La souffrance permanente est INSUPPORTABLE : cette douleur ou ces douleurs m’envahissent, me submergent, je perds pied, m’épuise…..ma nuque, mon oreille, mon visage (œil, joue, mâchoire, palais) ma clavicule, mon omoplate mon bras, ma main me fourmillent, me brûlent, les tensions ressemblent à un élastiques tendus au maximum, j’aimerai en couper la corde ou les cordes, de nombreuses contractures musculaires m’empêchent par la douleur à réaliser des mouvements, à tourner la tête, à tendre mon bras………………………. Au fil du temps, de migraines coté droit apparues en 2005 puis douleurs à la nuque puis à l’ oreille droite, puis œil puis mâchoire droite (SADAM )………le « processus » suit son chemin, sans s’interrompre……………….

    Ma vie professionnelle, familiale, personnelle est comme une lutte, je suis au théâtre, j’essaie de faire face mais là maintenant je ne PEUX PLUS
    J’ai besoin que l’on m’aide, je n’y arrive plus…………………..

    Par une nuit sans sommeil, j’ai parcouru avec difficultés votre site (je ne supporte pas la position assise, les douleurs s’accentuent à l’utilisation de l’ordinateur, de la voiture…………….), je me suis enfin retrouvée dans certains témoignages.

    J’habite en France, région poitou charente, dépatement des deux sèvres…….
    Existe-t-il un thérapeute français qui pourrait m’aider ?
    Merci de votre aide, je souhaite vraiment que vous preniez ce mail en considération.
    Cordialement

    • Je pense que vous pourriez m’aider à retrouver une vie « normale », à oublier ce corps si douloureux qu’il m’arrive d’avoir envie de tout arrêter……………
      Je suis âgée de 49 ans, j’ai une névralgie cervico-brachiale droite diagnostiquée depuis 2009.
      Je suis suivie par le centre anti douleurs de Poitiers, j’ai rencontré différents thérapeutes (neurologue, rhumatologue, ostéopathes, stomatologue, kinésithérapeutes, acupuncture…) sans aucun résultat ou presque, la chiropractie (méthode que j’utilise depuis novembre) a crée un léger mieux d’une semaine. J’ai réalisé de nombreuses radiologies, scanners, IRM
      La souffrance permanente est INSUPPORTABLE : cette douleur ou ces douleurs m’envahissent, me submergent, je perds pied, m’épuise….. ma nuque, mon oreille, mon visage (œil, joue, mâchoire, palais) ma clavicule, mon omoplate mon bras, ma main me fourmillent, me brûlent, les tensions ressemblent à un élastique tendu au maximum, j’aimerais en couper la corde ou les cordes, de nombreuses contractures musculaires m’empêchent par la douleur à réaliser des mouvements, à tourner la tête, à tendre mon bras………………………. Au fil du temps, de migraines coté droit apparues en 2005 puis douleurs à la nuque puis à l’oreille droite, puis œil puis mâchoire droite (SADAM)……… le « processus » suit son chemin, sans s’interrompre……………….
      Ma vie professionnelle, familiale, personnelle est comme une lutte, je suis au théâtre, j’essaie de faire face, mais là maintenant je ne PEUX PLUS
      J’ai besoin que l’on m’aide, je n’y arrive plus…………………..
      Par une nuit sans sommeil, j’ai parcouru avec difficultés votre site (je ne supporte pas la position assise, les douleurs s’accentuent à l’utilisation de l’ordinateur, de la voiture…………….).

      À la lecture de votre témoignage, j’ai tout de suite pensé à des séquelles de whiplash. Les radios et le compte-rendu des praticiens vont dans ce sens : rectitude de la colonne cervicale + contractures musculaires. Je suis assez déçu par le protocole de l’IRM que je trouve très léger, car on peut voir de légères protrusions discales à cet examen et il n’y en a aucune trace, ce qui me semble impossible.
      Donc le tableau clinique est dominé par la perte d’extension (qui signe le whiplash) et la NCB. Avant d’aller plus loin il faut comprendre l’essentiel : la rectitude (perte d’extension) de la colonne cervicale est une réaction réflexe qui, après un traumatisme, place tous les segments cervicaux en position neutre. Malheureusement ce phénomène persiste et la modification de la mobilité de la cervicale entraîne des modifications d’appuis (plus d’appuis constants sur les disques et sur les articulations). Ceci accélère la discarthrose et l’arthrose articulaire. La cause essentielle tient en quelques mots : le wiplash a poussé le (les) disqueS vers l’arrière et les muscles se sont contractés pour éviter que le glissement ne s’accentue. Tout cela s’accompagne de phénomènes inflammatoires très importants qui augmentent la pression dans le canal rachidien et peut provoquer les symptômes que vous décrivez.
      Donc : il ne faut jamais aborder le patient par les muscles (qui sont des témoins et non des causes) et il ne faut jamais (même si cela soulage temporairement) inviter le patient à redresser (autograndissement) la colonne cervicale puisque cela fait reculer les disques et va dans le sens du vieillissement.
      Il faudrait sans doute appliquer d’abord les techniques de traction (courtes) et d’autres spécifiques au wiplash et évaluer (à la séance) le bénéfice au niveau de l’extension cervicale et au niveau des contractures musculaires qui devraient diminuer tout de suite.
      Que donnent les médicaments anti-inflammatoires ?
      Donc : d’abord ne pas nuire : cervicalgies

      Voilà ce qui me vient d’abord à l’esprit, mais qui -je pense- va bousculer vos « croyances » et le traitement de kinésithérapie que vous suivez. Nous pourrions en reparler.
      Je laisserais de côté pour l’instant l’ATM.

      J’habite en France, région Poitou Charente, département des deux sèvres…….
      Existe-t-il un thérapeute français qui pourrait m’aider ?

      Je n’en sais rien

      Cordialement

      Yves

      • Marie Picard dit :

        Bonsoir,
        votre réflexion est plausible car entre 2001, 2003, j’ai glissé, par un temps pluvieux, sur une surface inclinée en béton. Suite à cette chute, j’ai eu un hématome crânien. Je n’ai pas consulté de thérapeute, j’avais une vie professionnelle intense, l’hématome s’est résorbé……………
        Les migraines sont apparuent vers 2005 peu à peu elles sont devenues quotidiennes (coté droit excusivement) puis les douleurs, raideurs, contractures évoquées dans mon mail précédent.
        Le 1er kinésithérapeute rencontré, au rythme d’une fois par semaine pendant 5 minutes me mobilisait la tête pendant que j’effectuait une respiation ventrale (environ 70 séances).
        La seconde kinésithérapeute employait la méthode mac kenzie. Elle m’indiquait des exercices à réaliser tous les 2h = incliner la tête sur le côté douloureux et la maintenir avec ma main (comme contre indiqué sur votre site à « cervicalgie ») ou la mettre en arrière le + possible en poussant mon menton avec ma main….. Je la rencontrais une fois par semaine pendant 6 mois.
        Le 3ème kinésithérapeute était également ostéopathe, il replaçait les cervicales (craquement) tous les 15 jours et une fois par semaine massait les zones douloureuses et étirait la colonne pendant environ 6 mois. En février 2014, face à l’inéfficacité des soins, il a interrompu les séances.
        Toujours très ,très douloureuse en octobre 2014, épuisée j’ai rencontré un chiropracteur. Il a observé attentivement l’ensemble des examens et tout comme vous trouvé des lacunes au niveau de l’IRM. Celui ci a observé ma posture, repositionné également mes cervicales, m’a indiqué des exercices à réaliser selon la méthode Upper Cross Syndrom =1 lever mon bras placer ma main l’ongle du pouce en contact de celui de l’index face à l’oeil côté droit,2- faire « la poule » déplacer lentement mon cou vers l’avant, 3 les bras pliés repousser mes coudes vers l’arrière pour obliger mes omoplates à se toucher (comme si je cassais des noix = son expression) et 4 remonter mon épaule droite, incliner ma tête sur l’épaule, descendre mon bras comme si je voulais toucher le sol avec ma main idem côté gauche pour ce mouvement.
        En accord avec vous, après multiples achats de crèmes décontractantes, de bains très chauds, de massages, de poches de gel chaudes appliquées sur les douleurs je n’obtiens qu’un léger soulagement momentané malheureusement.
        Actuellement quelle(s) conduite(s) pourrais je adopter pour diminuer voir éradiquer (est ce un rève) ces douleurs ?
        Minerve ou pas ? oreiller spécial cervicalgie ? poursuite de la chiropractie, ?autres séances de kinésithérapie ?réaliser un autre IRM ?
        Au niveau médicamenteux l’importante prescription du centre anti douleur « m’assomme » et n’ai pas conciliable avec mon travail, la conduite et peut être même ma santé. J’ai du diminuer le traitement, je prends du lyrica et le soir du xanax. J’ai eu des traitements avec du rivotril (50 gouttes par jour), du laroxyl, acupan……
        A la lecture de votre courrier, j’ai relu mes synthèses et remarqué le conseil du neurologue à mon médecin pour une prise d’anti inflammatoires, il me semble en avoir pris au tout début des problèmes 2007. Dois je en reprendre ?
        Je vous remercie sincérement d’avoir lu et répondu à mon courrier aussi rapidement, cela m’a surprise………
        Il est plus de minuit, les douleurs m’empêchent de dormir mais je suis parvenue à répondre à votre courrier.
        Cordialement
        Marie Picard

  12. Chiron Eve dit :

    Bonjour,
    Pourriez-vous m’expliquer la marché à suivre pour se soigner, l’épaule ou les douleurs cervicales….quels spécialistes consulter et quels réduction pratiquer s’il vous plaît? Merci de votre réponse.
    Eve.

    • Chiron Eve dit :

      Quelle rééducation? (Pardon)

    • Bonjour,
      votre question est très vague.
      Donc je ne peux que vous alerter.
      À partir de vos douleurs, il faut qu’un praticien vous ÉCOUTE, vous EXAMINE longuement, ÉMETTE une hypothèse, LA TESTE (éventuellement) directement (ex. : infiltration avec de l’anesthésique dans une structure anatomique précise pour localiser une cause possible de vos douleurs). Il FAUT ensuite établir un « plan » de traitement (dialogue essentiel entre le médecin et le kinésithérapeute).
      Et chaque examen technique demandé (RX, scaner, IRM…) doit vous être justifié (on doit vous dire pourquoi on fait tel ou tel examen). Sans oublier qu’il est très rare qu’un technique d’imagerie donne l’essentiel : LE diagnostic.

      Cordialement

      Yves

  13. guillaumin dit :

    bonjour cela fait des années que je soufre de mon épaule droite
    beaucoup d ‘examen passé qui n’ont rien démontré sauf électromyogramme qui démontre une atteinte du nerf sus scapulaire
    ce nerf en question provoque t’il des douleurs au cervicales ?
    car sa part des cervicales jusqu’à l’ épaule et descend même au bras
    tout est contracté, j’ai du mal à manipuler le bras , j’ai l’impression que sa tire et brule et je suis toujours fébrile
    merci pour votre réponse

  14. El farissi dit :

    Bonjour.
    Tout d’abord bravo pour vos superbes réponses très professionnelles!
    Et bien voilà j’ai 29 ans. Mamans de deux petits bouts et je suis agent de service hospitalier. Tout à commencer par des douleurs a la main gauche comme de grosse contractures dans les doigts parfois à bouger seuls et fourmillements!!
    Puis des douleurs au coudes jour et souvent nocturnes! Je me suis vu remettre mon bras à sa place tellement douloureux.
    Donc rdv avec un professeur chu de rouen (son mains.) Spécialiste de la mains qui soupçonné le canal carpien. Donc rdv chez neurologue. Rien pour le canal carpien mais tendinopathie.
    Alors kine plus traitement mais rien ET Là vient la douleur de l’épaule au boulot, qui me ravage. Qui m’empêche de dormir.qui mempeche de lever le bras jusqu’au dessus de ma tête. . Je ne peus me déshabillés normalement. Je ne.peus porter mon fils de se coter. Parfois des blocage ou je.ne.peut plus bouger mon.bras. je sent des coups d’électricité qui me prend du haut de l’épaule.
    J’ai étais en A pour trapezalgie. Après écho radio. Rien.mais la douleur ne disparaît pas.
    Je dois faire un.irm.
    Je suis désoler si je n’ai pas êtes très claire. Mais je souffre vraiment et je suis très inquiétés du haut de mes 29 ans.
    Que me conseillez vous. Que pensez vous??
    Merci merci.

    • Et bien voilà j’ai 29 ans. Maman de deux petits bouts et je suis agent de service hospitalier. Tout à commencer par des douleurs à la main gauche comme de grosses contractures dans les doigts parfois à bouger seuls et fourmillements !!
      Puis des douleurs au coude jour et souvent nocturnes !
      Je me suis vu remettre mon bras à sa place tellement douloureux.
      À PARTIR DE QUEL DIAGNOSTIC ? QUEL EFFET ?
      Donc RV avec un professeur chu de Rouen spécialiste de la main qui soupçonné le canal carpien.
      CANAL CARPIEN = FOURMILLEMENTS DANS LES TROIS PREMIERS DOIGTS
      Donc RV chez neurologue. Rien pour le canal carpien, mais tendinopathie.
      TENDINOPATHIE N’EST PAS UN DIAGNOSTIC SI ON NE PRÉCISE PAS DE QUELS TENDONS. DE PLUS CE QUE VOUS DÉCRIVEZ NE FAIT PAS PENSER A PRIORI À DES TENDINOPATHIES. CEPENDANT ON PEUT METTRE EN ÉVIDENCE DES TENDINITES À L’ÉCHOGRAPHIE SANS QUE CELLES-CI SOIENT CAUSE DE DOULEURS ! ATTENTION AUX EXAMENS TECHNIQUES !
      Alors kiné
      POUR QUEL DIAGNOSTIC ? QUEL TRAITEMENT ?
      Là vient la douleur de l’épaule au boulot, qui me ravage. Qui m’empêche de dormir.qui empêche de lever le bras jusqu’au-dessus de ma tête. Je ne peux me déshabiller normalement. Je ne peux porter mon fils de se coter. Parfois des blocages où je peux plus bouger mon.bras. Je sens des coups d’électricité qui me prend du haut de l’épaule.
      CELA ET CE DONT VOUS PARLEZ PLUS HAUT ORIENTENT L’ATTENTION VERS LA COLONNE CERVICALE
      J’ai été en A pour trapézalgie.
      TRAPEZALGIE N’EST QUE LA DESCRIPTION DE L’ENDROIT où VOUS AVEZ MAL ET NON LA CAUSE DE CETTE DOULEUR. D’AUTANT QU’IL N’EXISTE PAS DE PATHOLOGIE DU TRAPÈZE.
      Après écho radio. Rien.
      IL FALLAIT S’Y ATTENDRE
      mais la douleur ne disparaît pas.
      Je dois faire une IRM.
      À LA RECHERCHE DE QUOI ? QUELLE HYPOTHÈSE ?
      Je suis désolée si je n’ai pas êtes très claire. Mais je souffre vraiment et je suis très inquiète.
      JE VOUS INVITE à LIRE (OU RELIRE) https://orthopedie.wordpress.com/cervicalgies/ ET https://orthopedie.wordpress.com/une-consultation/ ET https://orthopedie.wordpress.com/comment-poser-le-probleme-de-vos-douleurs/

      CORDIALEMENT

      YVES

  15. Manon Paquette dit :

    Bonjour
    J’ai depuis le 19 décembre une forte douleur sur le dessus du pied. Après une visite a mon médecin,elle m’a diagnostiqué un nevrome de morton.
    J’ai eu une infiltration le 29 décembre mais la douleur est très présente encore. Quand la douleur serait supposée disparaître ? Sinon est-ce recommandé de faire une deuxième infiltration et quand ?
    Merci

  16. Danigo-Mexmain dit :

    Bonjour,
    Mon tableau est peut-être assez complexe et je ne sais si vous allez pouvoir en tirer quelque chose car par écrit cela est difficile. Voilà, ce dont il s’agit :
    Il y a 33 ans j’ai eu un accident de la route en moto occasionnant 3 fractures ouvertes à la jambe droite (tibia, rotule et péroné). Suite à cet accident , j’ai régulièrement eu des douleurs au bas de l’omoplate gauche entrainant une nécessité de faire une pression sur le point douloureux. J’ai attribué cette douleur au port du plâtre (entrainant une mauvaise position du dos) et à l’utilisation de béquilles en permanence. Les douleurs se sont estompées et j’ai repris le cours de ma vie avec néanmoins des séquelles (perte de l’extension et de la flexion de la jambe). Je n’avais que 22 ans au moment de l’accident et n’ai plus jamais pu courir.
    Il y a un an, j’ai à nouveau ressenti cette douleur au dessous de l’omoplate de manière violente et persistante mais cette crise n’a duré que que quelques jours.
    En juin dernier, le dermatologue me découvre un mélanome sur le dessus du pied droit (jambe déjà abîmée) qu’il faut opérer rapidement. Heureusement il a été pris à temps et donc pas de nécessité de traitement spécifique. Mais cette dernière opération a nécessité la ré-utilisation de 2 cannes entraînant du même coup la réapparition des douleurs sous omoplate. Depuis, je ne cesse d’avoir des crises et la dernière en date dure depuis plus d’un mois. Aucun traitement ne me soulage et je passe mes nuits debout ou assise avec un coussin faisant pression sur le point douloureux. Je dois changer régulièrement de position pour souffrir moins. Je ne sais plus que faire. J’ai arrêté les séances de kiné (hydrojet) qui semblaient me faire plus de mal que de bien. L’ostéopathe m’a beaucoup soulagé mais seulement sur un temps court. A l’échographie musculaire, le médecin n’a rien trouvé. Je ne souhaite pas faire de multiples examens de santé qui pour l’instant n’apparaissent pas porteurs de réponses satisfaisantes. Je ne sais plus quoi faire et mon moral s’en ressent fortement.
    Autre information de taille, j’ai une gonarthrose avancée au niveau du genou droit, j’ai attendu aussi longtemps que possible mais je dois au printemps prochain me faire poser une prothèse totale du genou, j’utilise donc en permanence une canne du côté gauche et ce depuis 5 ans environ.
    Je vous remercie de l’attention que vous porterez à mon questionnement

    Joëlle (55 ans)

  17. Daoust Normand dit :

    Déchirure transfixiante du sus-épineux avec déchirure`: hidden lesion : du sous-scapulaire et luxation de la longue portion du biceps. par définition, l’intervalle des rotateurs est atteint a noter qu’il n’y a pas d’atrophie notable . que dois je m’attendre avec ce diagnostique !! merci a vous Normand Daoust

  18. Josie dit :

    bonjour je réponds à M. ORTHEPEDIT je ne vois pas de réponse à faire voici ce que j’ai à dire. VOus dites : « …pour éviter de vous empirer (QUE VEUT DIRE « EMPIRER »)vous-même en croyant vous soulager
    vous finissez par : « …En trois jours on peut avancer, mais il faudra me prévenir tôt afin que je m’organise et que je prévienne mon prof » PAS DE PROBLEME. DE MON COTE JE DOIS PREVOIS 3 JOURS EN BELGIQUE ? Merci cordialement

    • orthopedie dit :

      Je pourrais vous donner mille exemples. J’en prends un : quand on a mal aux « trapèzes », on croit que les muscles y sont pour quelque chose d’autant qu’on sent des « nœuds » dans les muscles… En fait, ces douleurs (idem contractures) sont projetées = une structure profonde de la colonne cervicale (que ni vous ni moi ne sentons) souffre et le cerveau vous informe faussement, car il ne connaît pas les structures profondes de la cervicale = les douleurs (et contractures) sont projetées dans des tissus mous qui ont la même origine embryologique que les cervicales : le dessus des épaules (parfois jusqu’aux omoplates). Votre cerveau vous donne des informations qui vous trompent d’autant plus que, lorsque vous massez (étirez, chauffez, refroidissez, piquez) ces muscles, vous ressentez une amélioration de la douleur. Que se passe-t-il ? En réalité, sans le savoir, vous agissez sur des mécanismes de contrôle de la douleur qui se déroulent au niveau de la moelle : toutes les informations que vous envoyez « saturent » la moelle et le disque dur « bugge », vous fermez la porte à toute information : donc à la douleur. C’est exactement ce que vous faites aussi quand vous vous cognez le coude et que vous frottez la peau : en stimulant les nerfs de la peau, vous fermez la porte aux influx douloureux au niveau de la moelle. En conséquence, il faut éviter de : masser, chauffer, détendre (mais c’est + compliqué à expliquer)… Pour ne pas conditionner votre cerveau à croire que la solution serait du côté de la détente, du relâchement… Tout cela a été démontré il y a près de 60 ans, bien avant qu’on dispose, par exemple, de l’échographie. Aujourd’hui, si on fait une échographie des « muscles » (en réalité : portion de muscle) que vous pensez être responsables de vos douleurs, on ne trouvera RIEN, car il n’y a RIEN.
      Relisez mes posts sur la cervicalgie et même sur l’épaule… Je reviens toujours à ces notions INCONTOURNABLES.
      Pour le séjour en Belgique : en MP, car je ne voudrais pas que cela fasse tache d’huile… Je suis toujours un peu gêné quand les gens viennent de « loin » en Belgique… Alors, pensez donc, de France !!! yvseghin@skynet.be
      Yves

  19. bourdin dit :

    bonjour monsieur ,
    Suite à un accident de travail le 23.09.2012 ,un véhicule m’a pas vue alors que j’étais sur les piétons ,je me suis pris le rétroviseur au coude gauche depuis après plusieurs examens (irm,radio, immobilisation 15 jours , ensuite ,ostéo,3 infiltrations ACP , EMG, échographies, reimmobiliser 1 mois , toujours pas fonctionnelle , une rhumatologue conseille des infiltrations à la cortisone 1 fois par semaine jusqu’a que mon coude est fonctionnelle .) après des médocs en vois tu en voilà et des séances de kiné depuis 1 ans ,des rendez vous chez un chirurgien qui me dit que cela n’est pas opérable , envain je ne peux toujours pas travail (Auxiliare de vie à domicile ) .Mon coude et mon bras gauche ne fonctionne plus comme avant je n’est plus de force je ne peux plus soulever ou mettre mon bras droit . Ils me disent que le nerf est enflammer et comprimer . je ne sais plus quoi faire même les médecins ne savent quoi faire .merci de me donner peut être une solution , car je suis trop jeune pour ne plus travailler . Merci encore

    • orthopedie dit :

      Bonjour,

      Vous ne pouvez sans doute plus bien plier et tendre votre coude.
      Si c’est le cas, il faudrait vous tester pour savoir si en tendant et en fléchissant à fond on sent une résistance DURE. Si oui : il s’agit d’un trouble articulaire avec une rétraction de la capsule.
      Vous avez fait de la kiné et peut-être en faites vous encore : ATTENTION : une rééducation intensive peut aggraver et provoquer une myosite ossifiante du muscle brachial antérieur (qui peut être évaluée par écho)
      Pour les infiltrations : pourquoi pas une, puis voir le bénéfice. Si bénéfice : une deuxième à 15 jours… 3 au maximum.
      Ensuite on ne peut plus rien faire et, si vous n’avez pas tout récupéré, il faudra évaluer votre déficit et le niveau d’invalidité.
      Cordialement.
      Yves

      • bourdin dit :

        bonjour , je vous remercie pour votre réponse je vais faire que 3 injections à la cortisone , mais pas plus . Je me permettrais de revenir vers vous pour tous renseignements .Merci encore

  20. DEVERCHIN FABIAN dit :

    Bonjour Monsieur Seghin,
    je magasinier depuis 4ans et je suis victime d’un affaissement plantaire dû au port répétitif de lourdes charges…
    Il y a 3ans, je suis allé voir un orthopédiste dans la région de Ath (où j’habite) et le diagnostique a été très bref : affaissement plantaire et prescription de semelle orthopédique… Il faut dire qu’à part me mettre debout sur un cube transparent afin de regarder ma voûte plantaire, il n’a pas fait grand chose:-( Je dois dire que les semelles m’ont fait le plus grand bien mais depuis qques temps, les douleurs reviennent lors de journée assez physique au travail et je me demande si mes semelles sont encore adaptées…
    voilà pour la petite histoire…
    Je suis tomber sur votre site et me permets de vous demander si, par hasard, vous pourriez me diriger vers qqu’un de très compétent en Belgique qui pourrait prendre la peine d’étudier ma marche, l’appui des pieds, … Bref, un examen complet … Ce qui me permettrai probablement d’obtenir des semelles adéquates…
    Dans l’attente de vous lire, recevez, Monsieur Seghin, mes meilleures salutations.
    DEVERCHIN FABIAN

    • orthopedie dit :

      Monsieur,
      Vous présentez là un problème qu’il faut traiter avec beaucoup de prudence.
      En effet : vous avec consulté pour des douleurs sûrement et il faut d’abord mettre un nom sur ces douleurs (diagnostic) puis en chercher la cause.
      Or vous me dites que vous souffrez de pieds plats, mais beaucoup de gens ont les pieds plats sans souffrir.
      Les semelles vous ont sans doute aidé un temps, mais vous ne savez toujours pas pourquoi.
      Il faudrait donc consulter pour établir un diagnostic (le plus courant : aponévrosite plantaire, car vous êtes beaucoup debout), évaluer l’utilité actuelle des semelles MAIS aussi voir s’il ne faut pas faire autre chose et, par exemple, vous donner de petits exercices très simples.
      Par expérience, je peux vous dire que des semelles seules résolvent rarement des douleurs de pied chez l’adulte.
      Au plaisir de vous lire (ou de vous voir si vous passez dans le coin).

      Yves

      • DEVERCHIN FABIAN dit :

        Vous avez sans doute sûrement raison mais pouvez-vous me donner des adresses de spécialistes compétents pour ce genre de problèmes afin d’obtenir un diagnostiques très précis?
        Bien à vous

    • orthopedie dit :

      Monsieur, Si vous désirez aborder votre problème de la façon qui me semblela plus juste (anamnèse, examen clinique, hypothèse diagnostique et suivi), votre médecin généraliste devrait faire l’affaire. Mais l’expérience montre que ceux-ci sont trop occupés à autre chose. Je ne peux vous conseiller personne, mais vous pouvez écrire à Steven Deconninck responsable de l’enseignement de Médecine orthopédique à ETGOM : s.deconinck@telenet.be ou à Ludwig Ombregt qui enseigna longtemps et qui prépare la troisième édition de « A system of orthopedic medicine » ( il a eut beaucoup d’élèves lui aussi ): http://www.ombregt.be/frans/sch01254.htm Sinon, les rhumatologues sont parfois de meilleurs interlocuteurs que les orthopédiste.
      Yves

  21. arib dit :

    je suis arib mourad de alger centre née 29/08/1978 je suis handicap moteur myopathie becker et je peu encore marcher jai ausi probleme de genou gauche jai pas eu de bon soin je veu quelquin me aide pour un trainteman ou prend soin a l’etranger merci

  22. Michelle Lavigne dit :

    Merci de votre réponse. Je voudrais savoir ce que vous entendez par  » péridurale basse  » ?
    Il a dit qu’il me ferait une infiltration avec l’Altim, en me disant en effet que les infiltrations précédentes en milieu hospitalier sous scanner n’avaient peut-être pas été faites
    assez bas; donc sans doute va-t’il me piquer plus bas…

    Il a fait des tests alors que j’étais allongée sur le dos, mais pas sur le ventre. J’ai fait moi-même ce que vous m’aviez indiqué, à mon domicile, à savoir ramener le talon vers le dos, allongée sur le ventre et je n’ai pas vraiment de douleurs.

    je vous ai transcrit le rapport de l’IRM récent.
    Le diagnostic est le rapport, je suppose.
    Merci de me répondre et vous recontacterai à mon retour.
    Cordialement
    Michelle

    • Michelle Lavigne dit :

      Bonjour,

      Je reviens vers vous après avoir vu un neurochirurgien, de nouvelles radios, un autre traitement au Voltarène, et une piqure d’Altim dans la partie basse de la hanchepar mon rhumatologue
      Le neurochirurgien m’a conseillé aussi de voir un chirurgien orthopédique que je verrai le 20 juin.
      Je prends du Doliprane quotidiennement. et les douleurs sont importantes.
      Je vous transcris les résultats des dernières radios ( le rhumatologue semble penser que mes douleurs viennent plutot de ma hanche, mais je n’en suis pas convaincue;le neurochirurgien pense que je peux souffrir

      de mes vertèbres et aussi de ma hanche, d’où ce RDV avec un chirurgien
      orthopédiste)
      RACHIS DORSO LOMBO SACRE/BASSIN/HANCHES:
      Sur les clichés pratiqués en station verticale en appui symétrique on note une discrète scoliose lombaire à convexité gauche. Rectitude dans le plan sagittal.
      Du point de vue morphologique:
      Dorso-lombodiscarthrose étagée majorée du disque L3L4 où le pincement prédomine à gauche. Pincements beaucoup plus modérés latéralisés à droite des disques L4L5 ET L5S1; arthrose postérieure marquée;
      pas de spondylolisthésis. Trè discret retrolisthésis de L3sur L4 en extension.
      Coxarthrose bilatérale de hanche avec pincement prédominant au niveau polaire supérieur réactions ostéophytiques cotyloidiennes et céphaliques.

      Voila; je vous ai tout écrit des dernières radios; lorsque je m’active un peu, j’ai des douleurs qui partent des lombaires à DROITE et descendent dans la fesse, l’aine, le devant de la cuisse.
      J’ai beaucoup de mal pour marcher, à cause des douleurs dans l’aine(

      beaucoup plus à gauche qu’à droite)
      J’ai aussi des douleurs au niveau de la hanche mais nettement moins violentes
      Que pensez-vous de ce triste tableau ? Mes douleurs peuvent-elles disparaitre avec une opération de la hanche ?
      Merci vraiment de me donner votre sentiment.

      • Michelle Lavigne dit :

        Je me suis trompée : j’ai beaucoup plus mal à droite qu’à gauche !

      • yves Seghin dit :

        Madame,

        Vous pourriez donc souffrir d’une sciatique, d’une névralgie du nerf crural et de douleurs projetée de coxarthrose.
        Il faudrait donc démêler tout cela.
        L’examen clinique (au cabinet) est essentiel :
        – si le Lasègue (test de la jambe levée) est douloureux et limité http://www.youtube.com/watch?v=3Zj5cOy8xXA, vous pourriez souffrir d’une sciatique (mais il y a d’autres tests)
        – si le test de Léri est douloureux et limité : http://www.youtube.com/watch?v=AhOQpi5rMaU&feature=related à 0, 38 min, vous pourriez souffrir d’une cruralgie d’origine radiculaire (compatible avec les radios). Mais il y a d’autres tests.
        – si la flexion de la hanche (ramener le genou vers la poitrine) est limitée, douloureuse et que vous avez l’impression de buter contre quelque chose de dur en fin de mouvement, vous pourriez présenter des signes cliniques de coxarthrose. Surtout si ce test (que vous pouvez faire vous-même) est douloureux en fin de course et surtout s’il reproduit VOTRE douleur. Encore une fois, il y a d’autres tests que votre médecin devrait faire.
        La péridurale basse se fait par le trou du sacrum (très bas) et constitue une très ancienne technique. Quelques médecins généralistes la pratiquent encore (facile, pas chère, peu de risque d’infection), mais la tendance actuelle est de la faire en milieu hospitalier. Je n’ai pas trouvé de vidéo, mais vous pouvez tapez : « L’injection péridurale à visée décompressive » et lire le PDF du premier site.
        Cette technique présente l’avantage de servir au diagnostic lorsqu’on hésite dans un tableau compliqué. Ainsi : si vos douleurs diminuent très fort après 48h, cela voudra sans doute dire que l’arthrose de hanche contribue très peu à vos douleurs.
        Autrement dit : ne vous faites pas opérer de la hanche avant de savoir dans quelle mesure la hanche est responsable de vos douleurs actuelles.
        Avez-vous mal dans l’aine en restant assise ou en vous relevant après une demi-heure de position assise ?
        Amicalement.
        Yves

    • yves Seghin dit :

      Madame,
      Le test du nerf crural est difficile à faire soi-même : Signe de Léri (Lasègue inversé)

      Ce signe se recherche lorsque la topographie de la douleur évoque une cruralgie.
      Le sujet est en décubitus ventral, le genou fléchi à 90°.
      L’examinateur soulève la cuisse sur le bassin en un mouvement d’extension de la hanche, cherchant à réveiller la cruralgie (douleur essentiellement à l’aine et à l’avant de la cuisse)

  23. orthopedie dit :

    Madame,
    Je suis moi aussi assez perplexe. En effet :
    1. Les test du nerf crural font partie de la batterie de tests orthopédique (ou neurologique) de BASE.
    2. La crualgie peut effectivement venir de la hanche, mais il semble que chez vous il y ait un trouble lombaire.
    3. Il ne semble pas qu’on vous ait donné une piste diagnostic précise.
    4. Vous parlez d’infiltration. Mais : où ? ET pour quelle hypothèse diagnostique ?
    5. La péridural basse à titre diagnostic est une démarche simple et classique.
    Amicalement.
    Yves

  24. Michelle Lavigne dit :

    Bonjour,

    Les médecins n’aiment pas que l’on suggère un traitement et ont tendance à le prendre de haut…donc, le rhumatologue m’a fait quelques tests à la suite de l’IRM mais n’a pas fait celui que vous indiquez…il m’a plié les jambes, les remontant sur ma poitrine, les a fait aller et venir de droite à gauche, en les pliant également, ce qui a entrainé des douleurs, surtout dans les tests latéraux, m’a fait me cambrer, ce qui provoque aussi des douleurs au
    niveau des lombaires basses.
    Et depuis qu’il a fait ces tests, je souffre un peu plus. Cela

    dit il a aussi pensé à de l’arthrose de la hanche ( les radios le montrent ,mais à gauche, or je souffre à droite, même si je ne suis pas exempte de légères douleurs à gauche…)

    Pour conclure, il m’a ordonné du Nabucox pendant 1semaine et me fera une injection d’Altim le 21 mai car je dois m’absenter quelques jours.
    Je suis très perplexe sur l’attitude des médecins qui semblent être très peu bavards sur une issue positive;
    Merci de m’avoir lue et pour votre réponse à venir.

  25. orthopedie dit :

    Madame,
    Si je me souviens bien, on pouvait imaginer une souffrance de votre nerf crural… A-T-il été testé par un médecin comme je vous l’avais expliqué ?
    L’IRM est très claire et pourrait nous conforter dans l’idée que le nerf crural souffre car il y a une protrusion au « bon » endroit (+ phénomène inflammatoire).
    Pourriez-vous me dire si les tests cliniques du nerf crural (voir ci-dessous) ont été faits.
    En tout état de cause, faire une péridurale basse à titre diagnostic pourrait être intéressant OU un traitement par cortisone orale (médrol).

    Amicalement.

    Yves

    Madame,

    Si je comprends bien, vous avez été infiltrée en L/L5 foraminale et articulaire postérieure à droite et en L5/S1 sans résultat notable. Vous avez aussi suivi une cure d’anti-inflammatoires et des traitements de kinésithérapie.
    Mais vous souffrez toujours autant depuis au moins 5 mois.

    Dans ce genre de situation, il faut toujours tenter de donner un diagnostic.
    Dans votre cas, il se pourrait que vos douleurs viennent d’une « souffrance » du nerf crural. La description de la localisation de vos douleurs y fait penser.
    Pour le confirmer il faudrait faire au moins un test au cabinet : couché sur le ventre + emmener passivement votre talon vers votre fesse = mouvement limité ? douloureux ?
    Voir aussi si le quadriceps et le psoas sont faibles ou forts (assez simple à tester).
    S’il s’agit d’une cruralgie neurologique (car une arthrose de hanche peut aussi donner des douleurs crurales), il faut mettre cette hypothèse en rapport avec les images médicales : débord discal où ? + l’arthrose a-t-elle un impact sur le diamètre de sortie des nerfs ? Que dit l’électromyographie ?

    Imaginons que vos douleurs sont en rapport avec une souffrance du nerf crural.
    Dans ce cas
    -il y a peu de chance que la kiné vous aide.
    -une péridurale basse pourrait peut-être vous aider.
    – même si vous avez déjà pris des anti-inflammatoires, il faudrait tester l’effet d’une cure de Médrol (cortisone pendant peu de temps, pour son action anti-inflammatoire)

    si vous envisagez la chirurgie, il faut veiller à :
    – ce que le diagnostic soit sûr
    -savoir ce qu’on veut opérer précisément
    – être sûre que les autres traitements (péridurale, médrol ou des infiltrations à d’autres endroits qu’en L4/L5/S1) ont été testés

    En tout état de cause, l’essentiel pour l’instant c’est d’obtenir un diagnostic précis et des hypothèses plausibles pour expliquer l’origine (anatomique) de vos douleurs.
    Sans diagnostic clair, pas de traitement cohérent.

  26. Michelle Lavigne dit :

    Bonjour,
    Une IRM a été réalisée hier, les douleurs persistant et sentant la rhumatologue assez indécise.
    Je vous trancrits le résultat : » on ne met pas en évidence de signe de canal rachidien étroit dans le sens antero-posterieur.
    Discopathie L3-L4 avec discrète protusion de l’anneau fibreux discal, sans signe de hernie éxclue.
    Arthropathie articulaire posterieure lombaire basse et lombo-sacrée pouvant participer à la symptomatologie douloureuse.
    Absence de syndrome de masse intra-canalaire ou d’hypertrophie radiculaire.
    A noter la présence d’un kyste sous cortical polaire inferieur
    du rein gauche mesurant 20mm de diamètre. »
    Pouvez-vous me donner votre sentiment ?
    Lesi nfiltrations réalisées avaient été faites en L4-L5 et et L5-L1; l’IRM indique  » discopathie L3-L4″ et ne mentionne pas d’autres lombaires Merci vraiment pour votre réponse à venir
    Michelle
    .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s