Myolastan, c’est fini

Il était temps qu’on mette un terme à cette « attitude thérapeutique » dépassée…

Je me souviens… Il y a plus de trente ans, je reçus un patient souffrant d’un lumbago aigu et, consciencieusement, j’appliquai ce qu’on m’avait appris. Plus je le massais, plus il était content… Ses douleurs disparaissaient… Vint le moment où je lui demandai de se remettre debout. Il appuya sur ses coudes, tenta de se relever et retomba lamentablement sur la table en souffrant plus qu’avant… Je vous jure que j’en tremblais et que l’eau me coulait dans le dos. Qu’avais-je fait ? Des collègues vinrent m’aider pour remettre ce monsieur debout et je restai de longues années avec cette question : qu’avais-je fait ?

De formations inutiles en stages séduisants tout aussi inutiles, je découvris les travaux du docteur Cyriax…

Au milieu du XX°siècle, le docteur Cyriax (et d’autres) a démontré l’inutilité de toute démarche visant à « détendre » les muscles (massage, chaleur, médicaments). En effet, les douleurs aiguës qui touchent principalement la colonne vertébrale (lombalgies, cervicalgies, etc.) ne sont pas dues aux muscles –comme on le croyait depuis la nuit des temps-, mais à des structures profondes qui soufrent et que le praticien doit chercher et soigner. De plus, les contractures musculaires ont une fonction : stabiliser le segment pour éviter -par exemple- que le disque glisse plus encore, aggravant ainsi les douleurs.

Qu’avais-je fait ? Il y a trente ans, j’avais détendu des contractures utiles à ce pauvre monsieur et ses contractures n’étaient pas la cause de ses douleurs, mais une conséquence de troubles que j’aurais dû chercher. « Détendu », il avait perdu ses protections réflexes.

Du plus loin que je m’en souvienne (et jusqu’à aujourd’hui encore), les médecins ont prescrit le Myolastan pour « détendre » les muscles qu’ils croient responsables de la douleur de leur patient malgré les connaissances développées par la Médecine Orthopédique Générale. Imperméables aux découvertes de Cyriax qui effectua pourtant en orthopédie une révolution du même ordre que Copernic ou Darwin, les médecins ont consciencieusement relayé une très vieille croyance… Sans se douter le moins du monde qu’ils « croyaient » (« Ils croient qui’ils savent, mais ils ne savent pas qu’ils croient », cité par le Professeur Éric Constant lors de sa défense de thèse en neuro-sciences.)

Et depuis ce 8 juillet 2013, le Myolastan est retiré du marché en France…
Non parce qu’il est inutile ou qu’il empire parfois certains patients douloureux… Non  que le monde médical soit devenu subitement lucide par rapport à la démarche du docteur Cyriax…
Mais…, selon Le Monde de ce 9 juillet 13, parce que :

Des réactions cutanées rares, mais très graves, et parfois mortelles, sont à l’origine de cette suspension du marché, souligne l’agence sanitaire qui avait demandé à l’Agence européenne du médicament (EMA) une réévaluation de cette substance de la famille des benzodiazépines et la suspension de son autorisation de mise sur le marché (AMM).


Le retrait du marché des médicaments contenant du tétrazépam (Myolastan du laboratoire Sanofi et ses génériques), utilisés dans le traitement des contractures musculaires douloureuses en rhumatologie, intervient lundi 8 juillet en France.
Cette suspension « sera accompagnée le même jour d’un rappel de toutes les boîtes disponibles sur le marché », avait précisé mardi l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Exit donc le Myolastan au grand bénéfice des patients…
 
ACCUEIL

Un commentaire sur “Myolastan, c’est fini

  1. le coz jean-luc dit :

    j’ai une discopathie dégénérative en L3-L4 et L4-L5 avec présence en L4-L5 d’1 hernie discale postéro latérale gauche refoulant l emergence de la racine L5 gauche , s’étendant a la partie inférieure du foramen L4-L5 sans mise en évidence de conflit avec racine L4.
    je souffre depuis 45 jours sous paracetamol 500 3 fois par jour et tramadol 100 effervescent
    1/2 comprimé matin et soir et 1/4 le midi.+ traitement cortisone en fin d ‘administration

    je souffre d’une insuffisance rénale sévere(5DFG= 15 soit un rein operationnel a 15%) pourrais je quand meme bénéficier d’injection épidurale de cortisone ?
    cordialement

    Jean-luc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s