Il était temps…

Lundi 10 mars 2014

Lors des dernières épidémies de polio (années 40-50 : plus d’un demi-million de décès par année dans le monde), le corps médical eut besoin de personnel pour « rééduquer » tous ces (souvent jeunes) malades. Exercices, étirements, enrobement dans des tissus très chaud… Des centres spécialisés regroupaient les poliomyélitiques -qui ne pouvaient pas rentrer chez eux le WE s’ils n’avaient pas atteint certains objectifs « thérapeutiques » très contraignants  !!!
Et des « professeurs d’éducation physique » obtinrent leur diplôme de kinésithérapie pour « renforcer » les muscles, pour les étirer, etc.
Un nouveau métier était né ! La thérapie par le mouvement : la kinésithérapie…
Sauf que…
Sauf que la polio cause des dégâts neurologique et non musculaire… Les nerfs sont détruits et les muscles ne se contracteront plus jamais quand ils sont complètement « dénervés » !
Sauf qu’il  y a quelques années des chercheurs ont démontré qu’en cas de paralysie partielle (peu importe la cause), il vaut mieux éviter les efforts intenses sous peine de vieillir prématurément les neurones restants.
Fin de l’illusion fondatrice de la kinésithérapie.

Même désillusion (en orthopédie) venant d’Angleterre dans les années 50 : les massages et la chaleur ne servent à rien. Et c’est l’objet de ce petit « site »…

Je suis de ceux qui ont dépensé beaucoup d’énergie pour accepter ces découvertes et faire le deuil de belles, vieilles et fausses idées et, depuis quelques années, j’écris régulièrement sur ce « site » (blog ?) en espérant que soient entendues par quelques-uns les bases de ce qui pourrait refonder la kinésithérapie en orthopédie générale et lui donner, enfin, ses lettres de noblesse !
Malgré le nombre impressionnant de « visites » (plus de 350 000 à ce jour) et de questions, j’en étais presqu’à désespérer d’être entendu…
Mais il y a quelque temps, on m’a demandé d’enseigner la démarche de la « Médecine Orthopédique Générale » (en reprenant le cours construit par un confrère qui travailla avec le docteur Cyriax) et ce matin, je trouve dans ma boîte aux lettres un paquet accompagné d’un petit mot :
« Bonjour Yves, Il est probable que ce livre serve notre cause commune ! » R. Monvoisin. N.Pinsault (vieux amis d’Internet) du http://cortecs.org/

Rilke écrivit : « Il faudrait que quelque chose arrivât » et cette phrase fut reprise lorsque déboula Brassens, bousculant tout sur son passage au début des années 50.
Depuis de nombreuses années, je partageais le même vœu : « Il faudra que quelque chose se passe ».
Car beaucoup de belles idées sont véritablement folles et font parfois des dégâts irréversibles…, malgré leur générosité !

Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles

Capture d’écran 2014-03-10 à 12.31.20

Très peu de gens connaissent la différence entre kinésithérapeute, ostéopathe, kinésiologue, chiropracteur et rebouteux. Et vous ? À qui allez-vous confier votre corps ? L’offre est immense : d’un côté, le monde du bien-être, où se mêlent massages et coaching thérapeutique ; de l’autre, des techniques manuelles douteuses, parfois dangereuses, toujours séduisantes. Au milieu, si le patient est perplexe, le kinésithérapeute l’est aussi. Secoué par les modes, submergé par le marketing et tiraillé par des enjeux commerciaux, il assiste au boom des thérapies alternatives et subit le refus croissant des parcours classiques de soin. Parviendra-t-il à faire de son domaine une vraie discipline, aux outils fiables, à l’éthique solide ? Ce livre posera des questions à tous les professionnels de santé, mais il s’adresse d’abord aux patients confiant leurs ossements à des mains pétrisseuses, et surtout aux étudiants kinésithérapeutes qui rêvent de forger une réelle épistémologie de leur profession. Il fournit une panoplie d’outils méthodologiques pour identifier les pièges rhétoriques, de raisonnements et d’interprétation, afin de distinguer science et pseudoscience, soin et pseudo-soin, loin du prêt-à-penser.

http://cortecs.org/mediatex/tout-ce-que-vous-navez-jamais-voulu-savoir-sur-les-therapies-manuelles/

Le CorteX est un collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences. Il est né en 2010 à l’Université de Grenoble à l’initiative de cinq formateurs professionnels et a pour objectif de mettre à disposition les travaux de tous les acteurs – enseignants, chercheurs, étudiants – travaillant sur un sujet développant le critical thinking, l’esprit critique, quelle que soit leur origine disciplinaire.
Les membres du corteX ne sont financés que par leurs enseignements et par leur salaire public (lorsqu’ils en ont un – c’est le cas de deux d’entre eux). Ils ne déclarent aucun conflit d’intérêt, et n’entretiennent aucun lien avec une source de financement industrielle ou privée. Quitte à ne pas être riches, ils ne souhaitent pas émousser le fil de leurs analyses et leurs productions.
Ils préfèrent contribuer à de la publication publique, et ne donnent pas la priorité à la course de hamster des publications dans les revues à referees.

ACCUEIL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s