Ce qui touche…

Il y a bien longtemps que je me demande pourquoi j’écris autant à propos de ce qui a bouleversé ma vie professionnelle.
Et qu’est-ce, donc, qui me pousse à continuer d’essayer faire entendre la révolution qu’initia le docteur James Cyriax ou à essayer de réagir à certains commentaires,
bien que :
 la démarche clinique se perd de plus en plus au « profit » des examens techniques.
–   les Internautes posent des questions sans prendre vraiment le temps de me lire.
  le modèle Scandinave ne sera, sans doute, jamais d’application.

Pourquoi tant d’efforts ?
C’est en suivant une piste dont je ne connais plus l’origine et grâce à mes interlocuteurs de hasard (livres, chansons, poésie, Internet, etc.) que je pense avoir identifié l’un de mes moteurs.
Ce qui nous touche nous requiert.
Voilà ce qui m’est indispensable (presque un impératif catégorique que je ne maîtrise pas) : inviter les autres à penser ce qui me touche…

C’est irrépressible et vient d’un lieu que je ne connais pas !
Ce qui me touche me requiert !!!
Et « toucher », dans mon métier, ce n’est pas anodin.

Donne à ce qui te touche le pouvoir de te faire penser.
Isabelle Stengers

Ce qui touche, je l’ai appris, et c’est une dimension importante de l’écologie des sentir, demande relais, reprise : « passe ce qui touche, touche d’autres à ton tour. » 
Ce qui nous touche relève de l’écologie du viral, faute d’hôtes ce qui touche s’étiole, et ne pourra plus toucher personne.
Ce qui nous touche nous requiert
.
Vinciane Despret dans « Au bonheur des morts » Récits de ceux qui restent.

Petit hommage

Devinette.
Pourquoi convoquer, ici, Depardieu et Barbara ?

Portrait d’un homme libre. Drôle d’endroit pour une rencontre –14/04/2017

« Depardieu chante Barbara » Concert du 03/11/17 (audio) :

Ailleurs, j’écrivis :

« Mon seul objectif a été celui d’un guide et un guide n’est qu’un étudiant curieux de plus. La seule qualification d’un guide est qu’il était avant et qu’il a construit un territoire »
Rémy Puyuelo en préface de « L’enfant abandonné » de Niels Peter Rygaard.

Tant d’abandonnés. Tant de douloureux chroniques. Tant de « fibromyalgiques »…
Puisse mon petit travail permettent à quelques-uns d’entre eux de passer de l’errance à l’itinérance.

Juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s