Cervicalgies

Cervicalgies: le-piège

Cervicalgies : cercle vicieux

Douleurs dans les muscles du haut du dos et des épaules

Pourquoi masser et étirer soulage temporairement, mais de moins en moins

Muscle trapèze : arrêtez le massacre !

QUELQUES TECHNIQUES SPÉCIFIQUES à LA MÉDECINE ORTHOPÉDIQUE GÉNÉRALE

 

Accueil

Besoin d’un petit break pas loin de chez vous ?
Face à la mer opale dans un appartement moderne et familial (prix raisonnables)…
Cliquez sur la photo ci-dessous

Capture d’écran 2016-01-25 à 14.51.11

 

104 commentaires sur “Cervicalgies

  1. Chabanel dit :

    Bonjour ,

    Je vous contacte car ma grand mère souffre énormément , elle a une douleur très intense au niveau du bras et de l épaule elle a eu droit à des infiltrations mais aucun changement si ce n est un peu moins de douleur durant 1 mois , les médecins lui disent qu elle a une bursite avec les tendons sectionner mais seul des anti-inflammatoires feront l affaire avec un peu de repos…. ainsi qu un suivi chez le psychiatre je suis abasourdi ! N existe t il pas un autre moyen de soigner ce soucis ? Opération ? Si vous connaissez un spécialiste en région Rhône Alpes je suis preneuse car elle souffre énormément je ne supporte plus de la voir souffrir comme sa ….
    Cordialement .

  2. nicolas dit :

    Bonjours Yves
    Tous d’abord merci de votre réponse
    Oui j’ai déjà effectué une IRM cervical et cérébral qui non rien décelé si ce N’est qu’une protrusion discal cervical c4 c5 et c6 c7 sans pincement médullaire Quand j’ai effectué un bilan urodinamique on ma parlé de neuropathie des nerfs periferique car je ressent plus beaucoup de sensibilité pelvienne et plus d’érection matinal je dois effectué un electromyograme perinal en espérant que cette examen m’apporte des réponse et le neurologue que je suis s’ocuppe que de mes problème Vesical hôpital tenon spécialisé en neuro urologie mais c’est tous un ensemble de simptôme qui m’inquiète quand j’ai vu un autre neurologue il a cru que je venais pour une paralisie facial je n’ai plus les même expression du visage qu’avant après il ma dis que s’étais qu’une asymétrie c’est dure de ce faire comprendre on me dis que je suis trop stressé et que c’est dans ma tête Moi j’émet mes hipotése seul j’ai déjà pensé à une sclérose en plaque débutante mais je suis sur de rien Peux être que je me trompe totalemment et que je dramatise enfin merci de votre soutien

  3. Nicolas dit :

    Bonjours ceci fait pas mâl d’année que je souffre psychologiquement car je ne trouve pas une cause à mon probléme je perds de la force dans le bras droit j’ai l’impression d’avoir la mâchoire contracté en permanence ce qui me fait une assymetrie facial legére et je dors mal car je suis opprésé vers la Glote j’ai du mal à avoir une respiration profonde j’ai un point douloureux vers les cervical et l’omoplate méme les décontractant musculaire ne me font rien de fois j’ai des confusion … à part une protrusion discale c4c5 c6c7 modéré et rectitude cervical rien d’autres et hypoplasie discale constitutionnel s1 l5 et hypertrofi des articulation posterieur j’ai aussi souvent les jambes trés tendu et je suis aussi suivis en neuro urologie à cause de trouble sphinctériens perte de sensibilité vésical avec des fessalgie j’ai u une agression à l’âge de 16 ans avec entorse cervical coup du lapin et trauma crânien subluxation c2 c3 voilà et j’en paye les conséquences je sais qu’il y à pire que mois mais je veux juste un peux d’aide quelle examen pourrais m’aidé svp je suis preneur de tous les conseil merci je veux mètre un terme à tous ça

    • je perds de la force dans le bras droit
      j’ai l’impression d’avoir la mâchoire contractée en permanence ce qui me fait une asymétrie faciale légère et je dors mal, car je suis oppressé vers la glotte.
      J’ai du mal à avoir une respiration profonde.
      J’ai un point douloureux vers les cervicales et l’omoplate même les décontractants musculaire ne me font rien. Des fois j’ai des confusions…
      à part une protrusion discale c4c5 c6c7 modérée et rectitude cervicale rien d’autre et hypoplasie discale constitutionnelle s1 l5 et hypertrophie des articulations postérieures
      j’ai aussi souvent les jambes très tendues et je suis aussi suivi en neuro urologie à cause de troubles sphinctériens, perte de sensibilité vésicale avec des fessalgie.
      J’ai eu une agression à l’âge de 16 ans avec entorse cervicale coup du lapin et trauma crânien subluxation c2 c3

      L’ensemble de ces différents symptômes ne fait pas penser à une cause orthopédique. Il serait donc intéressant de rencontrer un neurologue. Avez-vous fait une IRM cervicale ou IRM cérébrale, une scintigraphie, un EMG ? etc…
      Ce neurologue devrait vous écouter, vous tester (au cabinet) longuement, faire un hypothèse, prescrire l’un ou l’autre examen selon ses hypothèses et vous revoir pour continuer à réfléchir.

      Cordialement

      Yves

  4. Vitry dit :

    Bonjour voilà cela a commencer il y a 2 ans, gorsse fatigue vomissement;
    puis j’ai ressenti une grosse et intense douleur au niveau de l-omoplates droit ( sensation de brûlure) depuis cest comme si on mavait anesthésié l’omoplates, puis quelque temps après douleur au bras( comme décharge électrique, picotement, perte de sensation, un jour il m’était impossible de débrancher une prise… je suis aller chez le médecin car cela m’a inquiéter.. on m’a mis sous lirica, je suis aller faire un electromiogramme, rien d’anormale d’après eux…. le problème c’est que cela dure depuis 2 ans déjà, ya des moment où je ne recent aucune douleur et d’autre où le bras le cou, la partie haute du dos me font mal… je me suis habituer en quelques sortes du dysfonctionnement de mon corp, et je n’ose même plus me plaindre avec le médecin car je me dit qu’il doit sûrement me prendre pour une myto… que dois-je faire ya til des examens que je pourrais demander afin qu’on puisse savoir se que j’ai réellement..
    Je vous remercie d’avance

  5. vincent topart dit :

    Bonjour
    J’ai eu une arthrodese( pose de deux cages en remplacement des disques c5-c6 et c6-c7) en novembre 2015 je peux donc vous donner quelques informations sur la suite opératoire
    Effectivement il y a de la kinésithérapie à commencer un mois après l’opération. Dans un premier temps j’ai eu 2 mois d’arrêt de travail qu’il a fallu reconduire 1 mois puis j’ai repris le travail en mi-temps thérapeutique pendant 2 mois et aujourd’hui quelques douleurs persistent mais rien à voir avec l’ avant opération.
    Il n’y a pas de posture particulière à prendre il faut juste ne rien porter de plus de 3 kgs et ne pas conduire pendant 1 mois par contre pour ma part j’ai dû acheter un oreiller pour la nuit.
    Voilà pour mon expérience personnelle

  6. Lefranc dit :

    Bonjour Yves ,

    Merci pour votre excellent travail .

    En 2007 ,j’ai eu un accident de voiture en allant travailler .La voiture a fait un tonneau , j’ai été hospitalisé ,on m’a fait un scaner : entorse aux cervicales et dorsales .Je suis rentrée chez moi avec de l’ixprim et on m’a prescrit des séances de kiné et d’osthépatie car je ne pouvais plus tourner la tête à droite et j’avais des douleurs .
    Pendant deux années , je n’arrive plus à me concentrer ,lire , comprendre une lettre , entretenir ma maison ,bouger . Ayant travailler comme aide soignante en neurochirurgie , je suis persuadée d’avoir un problème neurologique ,j’ai souvent des douleurs à la base du crane ,des vertiges . J’ai 52 ans , je vais rencontrer deux neurologues qui ne me font aucun examen car sur le courrier de mon médecin traitant il est précisé que j’ai une fibromyalgie et une dépression . Pendant deux ans je rencontre un psychiatre ,je ne me sens absolument pas dépressive mais il m’aide à accepter mon état de  » malade  » et non soignante puisque je suis déclarée inapte à ma fonction .
    Petit à petit ,je refais travailler seule ma concentration en faisant des excercices ( mots croisés simples – courtes lectures – je note tout ,petites marches etc ) Je pars un mois en cure pour supprimer l’Ixprim et avoir une prise en charge pour les excercices en balnéo . Je retrouve une profession ,que j’excerce chez moi ,ce qui me facilite le repos en journée . je passe le diplôme d’état d’assistante familiale .Je vis seule , les enfants sont trés perturbés , j’ai beaucoup de stresse lors des crises des ados , un jour lors d’une crise de nerf ,elle me bouscule . Le lendemain matin mon bras gauche ne peut plus se lever , j’ai une douleur intense .
    Depuis j’ai eu un Irm de l’épaule ,rupture du tendon , je vais chez un spécialiste qui constate qu’il ne peut rien faire car mon muscle à  » fondu  » et que j’allais m’agraver . Il ordone un IRM des cervicales , j’ai un débord cervical C3C4 gauche .

    Depuis le début on me dit dépressive puis on rectifie pour fibromialgique et maintenant je me retrouve handicapée du bras gauche . Je précise que le stresse m’est préjudiciable et que je l’évite , ce qui a diminué mes douleurs et grandes fatigues . Je limite mes activités ; mais je marche un peu tous les jours ,je vais en balnéo une à deux fois par semaine .
    Si je dois m’aggraver comme m’a dit le chirurgien de l’épaule ,je souhaite savoir si on peut éviter cette aggravation ? Risque t on une hémiplégie ? Je ne sais plus vers quel médecin compétant m’orienter ?
    Je travaille toujours . J’ai 62 ans .

    Merci à vous

  7. Cristofano dit :

    Bonjour voilà il y a deux mois j ai eu une cervicalegie d arnold.
    Au bout de quelques temps la douleur est passé.
    Je reprend le boulot et la j étais en train de préparer notre terrasse et je sens une douleur intense dans le cou.
    Mon cou se raidit et impossible de remettre droite ma tt.
    Douleur du coup à l homoplate et engourdissement du bras droit.
    Radio rien.
    je suis sous anti inflammatoire et je porte une minerve.
    Au bout d une semaine là douleur ç est juste atténuer mais tjrs mal et ce bras engourdie..
    Que puis-je faire pour que la douleur disparaisse et surtout engourdissement du bras.
    Merci pour votre réponse.

    • Il faut chercher la cause.
      Si vous êtes jeune, il s’agit sûrement d’un trouble discal = IRM ou scanner.
      Si vous êtes âgé, cela pourrait être en rapport avec un rétrécissement des trous de conjugaison.
      Relisez bien les articles « cervicalgies » pour ne pas vous empirer en croyant vous soulager.
      Cordialement

      Yves

      • Mateu dit :

        Bonjour Yves. je souffre depuis au moins 2 ans de douleurs aux trapèzes. Pensant que la cause était le stress, je me massais souvent les épaules et suis allée voir un ostheopathe a 3 reprises. En septembre pendant un rdv avec des clients j ai été prises de violentes douleurs au trapèze droit puis dans Le Bras droit jusque dans le pouce et l index sans compter les omoplates et paresthésies dans la joue droite également. J ai donc été admise aux urgences le 16 septembre pour une suspicion d AVC qui n a rien révélé heureusement. Je suis actuellement en arrêt depuis le 22 septembre 2016. Après un irm cervicale, le diagnostic est tombé : déborde discal foraminal droit et une hernie discale en c5-c6. Le chirurgien m avait alors dit qu il y avait 95% de chance qu elle disparaisse d elle même après une infiltration que j ai donc passé fin NOvembre. Celle ci ne m ayant que très peu soulagé, le chirurgien souhaite m opérer. Je dois donc être opérée la semaine prochaine, le 18 janvier tres exactement. J avoue avoir très peur de l opération, beaucoup de personnes me disent que des étirements par des séances de kinésithérapie pourrait m éviter l opération. Pourriez vous m éclairer à ce sujet … de plus nous partons en Guadeloupe le 23 février, pensez vous qu il est nécessaire d annuler (d après le chirurgien non mais minerve pendant le vol + crème protectrice pour les cicatrices) ? Faudra t il dès séances de kinésithérapie à la suite ? Connaissez vous la durée moyenne de la convalescence après l opération et les postures à adopter ? SVP j ai vraiment besoin de votre avis

  8. Marouane dit :

    Bonsoir, il ya presque 5 mois que j’ai fais un faux mouvement à la salle de sport dans une séance de musculation pendant un exercice des épaules et depuis ce moment là je sens des douleurs au niveau du haut du dos j’ai vu un médecin il m’as prescrit un anti-inflammatoire emul gel voltaraine et un médicament qui détent les muscles ‘relaxol’ mais malheureusement les douleurs revient tjr après un petit effort ou juste au réveille ou en maintenant une position permanente et depuis j’arrive po à faire du sport sauf qlq foothing de temps en temps ça me rend triste de rester inactif, svp j’aimerai bien des réponses et des solutions concrètes svp

  9. arwenn dit :

    bonjour,
    j’ai depuis plus de 3 mois une ncb gauche c’est la deuxieme fois, j’ai passé un scanner qui a révélé une raideur du rachis, en c2c3 c3c4 des minimes saillies discale et une hernie en c4c5 avec une uncartrose coté gauche en c3c4 et c4c5 ainsi qu’une diminution du calibre foraminal gauche.
    que des vilains mots, j’ai essayé la cortisone : marche pas, la kiné : marche pas, en ce moment je suis sous lyrica et passe mes nuits à m’occuper comme je peux tellement j’ai mal, je vais entrer en cure le 7 janvier et je me demande si cela va vraiment faire la différence je suis fatiguée je dors plus et mes proches ne comprennent pas, ne m’en parlent pas, je porte une minerve et ai le bras gauche immobilisé ce qui ne change pas grand chose à part que mon cher et tendre m’a demandé de l’enlever pour aller voir des amis oui je suis fatiguée et peut être que cette hospitalisation va au moins me permettre de faire le point et de me reposer

  10. demimuid jean-paul dit :

    bonjour, mon mari souffre de plus en plus fréquemment de malaises qui le prennent en voiture, la tension monte jusqu’à 20, à chaque fois ce sont les urgences…ils ne trouvent rien. actuellement il se plaint d’une douleur au dessus de l’oeil, à la tempe et dans le cou, avec des vertiges, et toujours en voiture. lorsqu’il est au bureau, il n’a pas de malaises… de quoi pourrait-il s’agir ? merci beaucoup de votre réponse

  11. Vincent dit :

    Bonjour,
    Après avoir lu les différents commentaires, je me permet de laisser le mien et de demander un petit conseil.
    Cela faisait plusieurs années que j’avais des douleurs cervicales mais sans plus (je faisais avec) et dernièrement ma situation s’est nettement dégradée.
    Suite à une quinte de toux en position allongée, j’ai ressenti une forte douleur au niveau du trapèze gauche. Tout d’abord mon médecin m’a prescrit des antalgiques (sans effet) puis de la cortisone avec anti-inflammatoire ce qui m’a permis de reprendre le travail mais très vite la douleur est revenue avec engourdissement du bras gauche et fourmillement dans la main. J’ai donc passé un scanner qui a révélé une discopathie cervicale gauche, mon médecin m’a envoyé vers un neurochirgien qui a demandé une irm. Celle-ci a montré de l’arthrose avec hernie en c5-c6 et une hernie en c6-c7. Le neurochirurgien m’a dit que le disque c5-c6 était complètement usé et le disque c6-c7 quasi foutu. J’ai commencé par tenter une infiltration qui m’a un peu soulagé pendant une semaine donc le neurochir m’a dit qu’il fallait opérer,élever les deux disques et les remplacer par une cage. J’ai tout d’abord demandé à réfléchir et suis allé consulter un professeur orthopédique sur Paris pour avoir un deuxième diagnostique qui m’a confirmé ce que le neurochirurgien m’avait dit quant à l’opération mais il m’a conseiller également d’essayer des séances d’ostheopathie avec étirement de la colonne. J’ai donc été consulter un médecin osthéopathie qui a été franc avec moi en me disant qu’il ne promettait rien, qu’on allait faire au maxi trois séances et que si il n’y avait pas d’amélioration je n’aurais pas d’autre solution que l’opération. Comme rien n’y a fait j’ai fini par me résoudre à me faire opérer. Depuis j’ai toujours des douleurs la nuit et m’interroge sur le fait de changer d’oreiller et vous demande donc des conseils pour en choisir un. Actuellement j’en ai un à mémoire de forme depuis 5 ans mais il me semble un peu trop ferme et je ne sais pas si au bout d’un certain temps il ne s’use pas. Je précise aussi que je dors soit sur le ventre soit sur le côté.
    Je vous remercie d’avance pour vos conseils et tiens à vous remercier pour votre site qui est vraiment génial.

  12. DUFOUR dit :

    Bonjour,

    Depuis samedi 14 novembre 2015, j’ai une douleur aux épaules (plus particulièrement et j’en suis sûre aux trapèzes). Comme si j’avais déménager des gros meubles sur les épaules pendant 3 jours !
    Dans mon entourage l’on me dit que je suis crispée, tendue et que c’est dû probablement à une répercution de la peur des attentats du 13/11/2015. Ma fille habitant pas loin du Bataclan, j’étais à 100km d’elle au téléphone pendant ce massacre, pour la rassurer et moi aussi. Elle a eu si peur et a encore très peur. La savoir aussi mal me rend dingue, crispée et suis certaine que cette douleur en est la cause. Ca me fait très mal. J’ai acheté de la pommade et des patchs de la marque Saint-Bernard en pharmacie. Mais j’ai toujours mal. J’essaie de me détendre, mais rien n’y fait et ça pourrit mes journées de travail. Avez-vous une solution SVP pour enlever ces douleurs ?
    Merci à vous pour m’aider à ôter cette crispation musculaire.
    C’est la première fois que je viens sur un site de la sorte.

    Eliane

  13. DUFOUR dit :

    Bonjour,

    Depuis samedi 14 novembre 2015, j’ai une douleur aux épaules (plus particulièrement et j’en suis sûre aux trapèzes). Comme si j’avais déménager des gros meubles sur les épaules pendant 3 jours !
    Dans mon entourage l’on me dit que je suis crispée, tendue et que c’est dû probablement à une répercution de la peur des attentats du 13/11/2015. Ma fille habitant pas loin du Bataclan, j’étais à 100km d’elle au téléphone pendant ce massacre, pour la rassurer et moi aussi. Elle a eu si peur et a encore très peur. La savoir aussi mal me rend dingue, crispée et suis certaine que cette douleur en est la cause. Ca me fait très mal. J’ai acheté de la pommade et des patchs de la marque Saint-Bernard en pharmacie. Mais j’ai toujours mal. J’essaie de me détendre, mais rien n’y fait et ça pourrit mes journées de travail. Avez-vous une solution SVP pour enlever ces douleurs ?
    Merci à vous.
    C’est la première fois que je viens sur un site de la sorte.

    Eliane

  14. alice dit :

    Bonjour,
    J’ai un passé de whiplash en 2006, dignostique par rhumatos a l époque de nevralgie d Arnold
    Apres j’ai été diagnostiqué avec un syndrome d elhers danlos car beaucoup de problèmes dans tout le corps
    Puis au printemps cette année un kine a fait de l ostéopathie avec mes cervicales, plusieurs fois
    Tout s’est empiré
    Trouble d équilibre, vertiges, vision instable, aggravation du nystagmus
    Raideur forte nuque
    Puis faiblesse dans les membres avec engourdissements et tremblements au moindre mouvement de mon cou
    Derobage du sol constant
    Malaises vagaux n importe quand
    Difficulté pour avaler même ma salive
    Je passe un irm cranio cervical ou on le trouve une cyphose cervicale clivo canalaire a 138 degré, petites hernies, et une petite anomalie de la charnière occipital
    Je devais avoir une imagerie spécifique avec axe et mouvement pour confirmer l instabilité cervicale
    Et puis la medecine interne n’a pas continue le diagnostique en disant que ce n était pas assez majeur pour être la cause de mon état
    Je suis en errance diagnostique
    Actuellement en centre de readaptation kine tous les jours car je ne marche plus et j ai perdu beaucoup d autonomie
    Mais rien ne s’arrange bien au contraire
    Mes muscles s enraidissent partout chaque mouvement ou forces
    Je ressens vraiment une incompréhension car ils m avaient d’une intervention et après il n’en est plus question
    J’ai lu sur l anomalie de chiari et c est très très similaire avec ce que je vis

    • Bonjour,
      Je comprends votre désarroi, mais il pourrait manquer certains éléments à ce problème qui m’apparaît très complexe.
      Je ne pourrais donc pas vous donner beaucoup de conseils sauf d’attirer votre attention sur la possibilité d’une compression de la moelle au niveau cervical (il ne s’agirait donc pas d’une instabilité cervicale, mais d’une compression de la moelle cervicale [ou plus haut], car il faut tenir compte de tous vos symptômes [dont ceux que vous avez au niveau des membres inférieurs]) qui pourrait donner un signe de Babinski positif. Ce signe (Babinski positif) pourrait réorienter le diagnostic : recherche de toutes les causes possibles.
      Signe de Babinski :


      En tout état de cause, il FAUT QUE VOUS COMPRENIEZ CHAQUE ÉTAPE DE VOTRE PRISE EN CHARGE : que cherche-t-on ? Quels examens et pourquoi ? Quelles stratégies ?…. Et pour l’instant, puisque vous faites de la kiné, vous êtes en droit de savoir POUR QUOI. Quelle pathologie ? Quelle stratégie ? Et n’oubliez jamais que « masser » ne SOIGNE JAMAIS RIEN.
      Critères d’une bonne consultation :
      Une consultation
      Un patient qui consulte pour des douleurs devrait se fier à quelques balises telles que :
      – sentir tout de suite qu’il est cru (Je vous crois)
      – sentir que son histoire et la façon dont il la raconte sont prises en compte et au sérieux (l’histoire que raconte le patient est appelée en médecine « anamnèse »).
      – sentir que son interlocuteur va chercher ; qu’il ne sait pas encore, mais qu’il va chercher en pratiquant de nombreux tests au cabinet (ce qu’on appelle en médecine « l’examen clinique »)
      – percevoir que les examens techniques (radios, IRM, scanner…) constituent des outils pour affiner des hypothèses et non pour affirmer un diagnostic
      – sentir que le praticien va élaborer une stratégie, un plan d’action cohérent (à l’intérieur duquel les erreurs ou les aggravations seront utilisées pour améliorer ou changer de stratégie)

      L’examen clinique est une étape essentielle. Standardisé et reproductible, il a pour objectif d’interroger toutes les structures susceptibles de générer la douleur.

      Malheureusement, le plus souvent, les patients ne sont pas bien entendus, pas bien testés et sont orientés très vite vers des spécialistes qui demandent beaucoup d’examens complémentaires sans avoir de réelles hypothèses. Et les patients errent. Puis sont abandonnés !!!
      La suite dans https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/une-consultation/
      Vous devez avoir le sentiment d’être crue : https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/je-vous-crois/
      Et que le praticien va penser avant de panser. Autrement dit : que le praticien partira d’un non-savoir sur vous : https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/je-ne-sais-pas/
      Bon courage
      Yves

      • alice dit :

        Merci de votre réponse
        J’ai eu un irm medulaire qui était normal
        Mais dans la 1 ere irm crane cervical, est noté une cyphose comme je vous disais et un des médecins interne a vu une anomalie de la charnière occipital, un point entre le crane et la 1ere vertebre
        Il m’avait dit que ça expliquait les troubles d équilibre vision etc
        Et devoir passer un irm plus spécifique avec des coupes
        Je me sentais enfin comprise et solutionner dans ce calvaire
        Et apres ca il me dit que c est peut etre pas ça, que du coup je ne passe pas d autre imagerie
        Alors que j’ai toute la symptomatologie de chiari et ce depuis longtemps
        Ils m’ont pris en réadaptation pour soi disant redonner une certaine force dans mon corps et une proprioception neurologique
        Mais je suis toujours dans la même condition et pire apres chaque effort pourtant exécuté avec précaution
        Je tangue fortement, migraines constantes, et entorse de la nuque constante qui empire et qui irradie tout mon crane
        Je ne comprends pas pourquoi on ne m’a pas poursuivi le diagnostique qui pourtant est probant
        La kine ne résout rien
        Et surtout pas mes troubles visuels de diplopie et tremblement constants
        Comme etre constamment ivre

        • Madame,
          Votre demande me semble tout à fait légitime. Il faudrait que vous puissiez rentrer dans un service de neurologie de pointe (neurologue + neurochirurgien), faire un bilan complet. En effet, peu importe la cause de la syringomyélie, il faut évaluer ce que la médecine (surtout la chirurgie) peut pour vous.
          Tout ceci sort du domaine de la Médecine Orthopédique Générale, mais je me devais de vous encourager à poursuivre avec tout votre bon sens.
          Cordialement

          Yves

          • Alice dit :

            Merci de votre attention
            J’ai passe 2 jours en neurologie là où j’ai passe l’irm
            Le medecin interne a fait venir un neurologue au mois d’octobre
            Il y a des signes mais n’arrivent pas à déterminer
            Ma détresse est que je ressens etre injustement sous diagnostiqué ou écartée d’une solution par fait de doutes ou fragilité de mon syndromes
            Pour ça que je me renseigne moi même pour savoir où aller, voir des experts dans le chiari etc
            Sur mon irm il n’est pas marque de syringomyélie
            Mon cas vous evoque cela ?
            On ne m’a pas clairement expliqué ce point dans la charnière
            De quoi peut il s’agit en tant que point ?
            Je vous questionne car vous semblez avoir bonne et autre approche du corps humain connaissance

            • Avez-vous lu le lien que je vous ai donné :
              Dans plus de 90 % des cas, la syringomyélie est associée à une malformation d’Arnold-Chiari : le bulbe et les tonsilles cérébelleuses (en) (deux structures du tronc cérébral normalement contenues dans la boîte cranienne) se trouvent en aval du foramen magnum (ce qui peut entrainer leur compression). Les signes et symptômes de la maladie sont donc causés par une compression et une destruction des structures de la moelle à partir d’une cavité qui grandit à ses dépens.

              Les symptômes ressentis sont variés et communs à bon nombre de maladie du système nerveux. Ils dépendent essentiellement de la localisation des lésions. Le clinicien peut déceler aussi bien des conséquences directes — parésies, paresthésies distales, thermo-sensibilité altérée, douleurs, fasciculations, vertiges, etc. — qu’indirectes : troubles trophiques cutanés, osseux, constipation, hypotension orthostatique.

              L’apparition des signes est progressive, insidieuse, sur plusieurs années.

              Syndrome lésionnel : il est responsable de douleurs et paresthésies (picotements, fourmillements) des membres supérieurs avec troubles moteurs (baisse de la force motrice), abolition des réflexes ostéo-tendineux, crampes, amyotrophie importante (fonte des masses musculaires). L’examen retrouve aussi une altération de la sensibilité dans le même territoire : anesthésie thermo-algésique (le patient ne ressent plus le chaud et froid, ni la douleur), sensation subjective de brulures. Les troubles trophiques sont fréquents (escarres, mal perforant).
              Syndrome sous lésionnel (dans les stades avancés) : avec syndrome pyramidal et syndrome cordonal postérieur. Le syndrome pyramidal entraine des troubles de la marche, une hyperréflexie des membres inférieurs, un signe de Babinski. Le syndrome cordonal postérieur entraine une altération de la sensibilité profonde, aussi dite proprioceptive (celle qui permet de savoir, même les yeux fermés, dans quelle position se trouvent les membres).
              En cas de malformation d’Arnold-Chiari, on peut retrouver (par compression du bulbe et des amygdales cérébelleuses) un nystagmus, des douleurs de la face (par atteinte du Ve nerf crânien ou de son noyau), une atrophie de la langue (atteinte du noyau du XII), une paralysie vélo-palato-pharyngo-laryngée (par atteinte des noyaux du X et du XI).
              L’imagerie par résonance magnétique est l’examen clef.
              Je ne peux encore une fois que vous encourager à rencontrer un neurologue consciencieux qui reprenne tout depuis le début.

              Yves

              • alice dit :

                Donc il faut vraiment que je vois des neurologues qui connaissent les complications de chiari, meme petite
                Car pour eux ici ce n est pas pathologiquememt majeur
                Alors que des que je suis debout mes jambes vacillent et tremblent constamment
                Au centre où je suis, ka kine qui me suit m’a dit qu’elle pourrait pas reduire mes symptômes
                Surtout l équilibre et les tremblements
                Je n’ai plus aucune qualité de vie, plus gout a rien tellement ma condition est difficile
                Mais ça la médecine ne peut rien
                On me fait une rééducation pour que je garde une autonomie mais c est dans la lutte permanente
                En tout cas je vous remercie de l attention que vous portez a mes questions

  15. kerbane dit :

    Bonjour, j’ai revu hier mon rhumatologue, à la vue de la radio du rachis il était désolé, l’arthrose a fait plein de dégâts. Pour lui il est hors de question de faire une infiltration cervicale compte tenu des danger que ça représente : infarctus médullaire, AVC massif et fatal sur rachis opéré mais aussi risque de paraplégie et tétraplégie lié aux injections radioguidées.
    Par contre il est pour une intervention chirurgicale face à l’échec de traitements par AIS ou non Stéroïdiens.
    Après les deux traitements je ressens toujours des douleurs, le pouce et l’index sont toujours engourdis.
    La cortisone m’a fait du diabète, 1,90 mg à jeûn .
    Doit-je me résigner et me faire opérer avec l’espoir de voir mes douleurs s’estomper ?
    Merci de me conseiller.

  16. kerbane dit :

    Bonsoir,

    Je souffre depuis deux semaines de névralgie cervico-brachiale côté gauche avec engourdissement du pousse et de l’index et douleurs diffuses sur le côté externe de l’avant bras et parfois du coude. Premier traitement avec mains sans résultats puis prednisone 40 mg pendant 5 jours et le myorelaxant et le doliprane codéine. Je note un léger soulagement mais dès que je bouge la douleur revient. L’engourdissement est toujours là et dormir sur les côtés m’est impossible. Aujourd’hui je remarque aussi une douleur au mollet gauche à la pression serait elle en relation avec la névralgie du tronc supérieur ou juste un effet secondaire des médocs. Merci.

  17. Stefidoc dit :

    Bonjour Yves,
    Après 2 ans de douleurs interminables et d’un véritable parcours du combattant médical et ne sachant plus vers qui me tourner, je vous fais part de mon errance : tout a commencer en juillet 2013 après avoir vu une ostéopathe qui m’a effectué un trust sur les cervicales alors que je venais la voir pour quelques douleurs lombaires. Céphalées importantes, vomissements, douleurs intenses cou, troubles de la vision, acouphènes, sensation de flottement, vertiges et problèmes de concentration et progressivement douleurs insoutenables irradiant dans le bras droit avec fourmillements dans les mains. Insomnies m’obligeant à dormir assise ttes les nuits. Diagnostic : NCB et résultat de irm cervical : tuméfaction discale paramediane antérieure droite et foraminale droite en c6-c7 réduisant modérément le calibre du foramen. Traitement : plusieurs curés de cortisone, tramadol, lamaline, myorelaxants, minerve, massages kine et tt un tas dosteopathes….examens neuros normaux : Doppler artériel, emg… Les douleurs s’intensifiant au trapèze et au bras et irradiant tt le côté droit du corps, et traitement inefficace : hospitalisation une semaine en rhumatologie avec début traitement cymbalta, laroxyl, lyrica et tractions cervicales. Les douleurs diminuent mais les symptômes gênants persistent : troubles vision, acouphènes, vertiges..
    Arrêt de travail pendant 4 mois puis reprise pendant un an (travail sur ordinateur) avec balneotherapie, yoga et traitement que je réduis peu à peu.
    Janvier 2015 : a 3 mois de grossesse, rechute avec vomissements et douleurs cou intenses m’obligeant à m’arrêter de nouveau. Pas de NCB. Reprise laroxyl et rééducation du rachis cervical chez kine 2-3 Fois par semaines avec exercice maison.
    Rhumatos et médecins impuissants face à mes douleurs : on me conseille sophrologie, hypnose et kine mezieres, que je n’ai pas encore fait. On me parle de douleurs chroniques et d’inadéquation entre intensité douleur et la symptomologie. Certains ostéopathes spécialisés en fascia ont évoqué le wiplash injury. Je ne peux plus rien porter, plus de force ds les bras, douleurs qui reviennent régulièrement au trapèze avec une contracture à droite qui ne part jamais et toujours troubles vision, problème de concentration, acouphènes. Les vertiges ont presque disparu. J’ai changé mon matelas et oreiller, j’ai commandé une gouttière que j’ai du mal à supporter et fait un bilan posturologie a priori normal. Je suis désespérée, je n’ai plus de vie normale et chaque geste quotidien est un calvaire. Je n’ai que 39 ans.

    • Après 2 ans de douleurs interminables et d’un véritable parcours du combattant médical et ne sachant plus vers qui me tourner, je vous fais part de mon errance : tout a commencé en juillet 2013 après avoir vu une ostéopathe qui m’a effectué un trust sur les cervicales alors que je venais la voir pour quelques douleurs lombaires.

      – Très curieuse approche

      Céphalées importantes, vomissements, douleurs intenses cou, troubles de la vision, acouphènes, sensation de flottement, vertiges et problèmes de concentration et progressivement douleurs insoutenables irradiant dans le bras droit avec fourmillements dans les mains.

      -Fait penser à Whiplash + névralgie cervico-brachiale.

      Insomnies m’obligeant à dormir assise ttes les nuits. Diagnostic : NCB et résultat d’IRM cervical : tuméfaction discale paramediane antérieure droite et foraminale droite en c6-c7 réduisant modérément le calibre du foramen.

      – NCB confirmée.

      Traitement : plusieurs curés de cortisone, tramadol, lamaline, myorelaxants, minerve, massages kiné et tt un tas d’ostéopathes….

      – Curieux mélange. À votre âge il aurait fallu évaluer l’importance du trouble discal et évaluer l’utilité de techniques spécifiques pour le recentrer s’il n’y avait pas de troubles neurologiques. Si ces techniques ne pouvaient être appliquées, il eut fallu tester les anti-inflammatoires et les antidouleurs + les conseils que vous retrouverez sur : cervicalgies. Les myorelaxants sont inutiles dès qu’on a compris que les douleurs et les contractures musculaires sont des témoins du trouble mécanique profond et non des causes de douleur. C’est aussi valable pour toutes les kinés de massage, d’étirement et de renforcement. Quant aux ostéopathes ils n’ont pas de techniques sécurisées pour traiter ce genre de troubles.

      examens neuros normaux

      – Donc on pouvait tenter certaines techniques de recentrage du disque sous traction.

      Doppler artériel, emg… Les douleurs s’intensifiant au trapèze et au bras et irradiant tt le côté droit du corps, et traitement inefficace : hospitalisation une semaine en rhumatologie avec début traitement cymbalta, laroxyl, lyrica

      – La grosse artillerie. Quel but ?

      Tractions cervicales.

      – Les tractions soutenues ne peuvent soulager que les troubles discaux dont l’origine est nucléaire (peu fréquent, mais il faudrait vous examiner).

      Les douleurs diminuent, mais les symptômes gênants persistent : troubles vision, acouphènes, vertiges..

      – Fait penser au Whiplash.

      Arrêt de travail pendant 4 mois puis reprise pendant un an (travail sur ordinateur) avec balnéothérapie, yoga et traitement que je réduis peu à peu.

      – Balnéothérapie ne sert à rien. Yoga et kiné non plus (parfois pire)… mais pendant ce temps-là, le disque se dessèche (phénomène normal) et les troubles peuvent diminuer en intensité.

      Janvier 2015 : à 3 mois de grossesse, rechute avec vomissements et douleurs cou intenses m’obligeant à m’arrêter de nouveau. Pas de NCB. Reprise laroxyl et rééducation du rachis cervical chez kiné 2-3 Fois par semaines avec exercice maison.

      – Fait à nouveau penser au Whiplash = il n’y a pas de rééducation à proprement parler, mais quelques techniques très spécifiques au Whiplash (que la plupart des thérapeutes manuels ont oublié ou qu’ils pratiquent mal).

      Rhumatos et médecins impuissants face à mes douleurs : on me conseille sophrologie, hypnose et kiné mézières, que je n’ai pas encore fait.

      – Surtout pas de Mézières. Voir ICI

      On me parle de douleurs chroniques et d’inadéquation entre intensité douleur et la symptomologie.
      – Ça, c’est une bonne excuse pour vous culpabiliser et cacher l’ignorance de ceux qui vous testent.

      Certains ostéopathes spécialisés en fascia ont évoqué le wiplash injury.

      – Bien sûr… encore faut-il le traiter correctement. Très difficile.

      Je ne peux plus rien porter, plus de force ds les bras, douleurs qui reviennent régulièrement au trapèze avec une contracture à droite qui ne part jamais et toujours troubles vision, problème de concentration, acouphènes. Les vertiges ont presque disparu. J’ai changé mon matelas et oreiller, j’ai commandé une gouttière que j’ai du mal à supporter

      – alors, enlevez-la

      fait un bilan posturologie a priori normal.

      – tant mieux, car cela vous évite les délires des posturologues et autres « reconstructeurs » 😉

      Je suis désespérée, je n’ai plus de vie normale et chaque geste quotidien est un calvaire.

      – Commencez par bien relire CERVICALGIES pour, au moins, repérer tout ce qui pourrait vous nuire alors que vous pensez que cela pourrait vous aider.
      Décidément il faut vraiment que je fasse un post sur le Whiplash

      Yves

      • Marchand dit :

        Merci infiniment Yves pour tous ces éclaircissements. Votre site est infiniment precieux.
        Pensez-vous qu’un trust osteopathique ait pu a lui tout seul provoquer un wiplash et une NCB ?
        Est-ce qu’une succession de micro-traumatismes sur les cervicales peut provoquer ces lésions ?
        J’ai bien relu tous vos posts sur les cervicalgies et j’ai bien compris qu’il fallait éviter chaleur, massages et étirements mais que faire alors ?
        Quel praticien ou service est habilité à effectuer un recentrage du disque sous traction ? Quels types de praticien est apte à soigner un wiplash ?
        Est-ce qu’on service de medecine physique et de réadaptation en hôpital peut soigner ces symptômes ?
        J’ai lu certains témoignages de victimes de wiplash qui avaient été soulagees par la correction de l’atlas (réalignement vertébral) ? Pensez-vous que cette technique soit fiable et sans risque
        Enfin et ce sera ma dernière question 😉 est ce que les symptomes du wiplash peuvent avec le temps disparaître ou du moins diminuer en intensité ?
        Encore merci a vous de prendre le temps de répondre
        Stéphanie

    • Pitt dit :

      Chère stefidoc,
      Je me présente je m appelle Sarah , j ai ton âge.
      Ça fait plusieurs fois que je lis ton message, et ça me touche énormément car moi aussi je suis dans une grande errance médical. J ai exactement vécu et vis la même chose que toi. Je pourrais peut être t aider Je ne sais pas comment faire pour nous contacter directement.

  18. elypouetpouet dit :

    Bonjour,

    Je vous écris après avoir parcouru votre site et lu quelques témoignages… Je suis actuellement en pleine crise de douleur et ne sais plus vers qui me tourner. J’ai 26 ans.

    En janvier, des épisodes de maux de tête assez violents ont commencé et revenaient tous les 2 ou 3 jours (avec paresthésies de la face et du membre supérieur). On m’a parlé de migraines avec aura, car cela était arrivé une ou deux fois à une année d’intervalle à chaque fois, mais cela n’avait duré que quelques heures. Là ça ne s’arrêtait pas, une semaine, deux semaines, trois…
    Trois semaines après, je ressens de vives chaleurs dans la colonne et mon dos se bloque en haut. Un ostéo me fait des manip sans succès; d’ailleurs sans le savoir il n’a pas du arranger le problème.

    à la radio: inversion de courbure au niveau des cervicales;
    à l’IRM: hernie cervicale c5-c6, protrusions discales à prédominance médiane en c6-c7 et c7-d1 sans contact médullaire. Je ne me souviens pas avoir eu de traumatisme particulier, même si j’ai fait du breakdance (sollicitant beaucoup la nuque).

    Depuis 2 mois, je souffre de vertiges, nausées, maux de tête, sensations visuelles étranges, douleurs dans le dos, les bras, la nuque, les mains, avec des fourmillements, des décharges électriques, des paresthésies bilatérales dans le trajet irrigué par C8-D1, et même des engourdissements de l’annuaire et l’auriculaire et de la moitié de la main la nuit, qui me réveillent (avec parfois impossibilité de plier les doigts pendant une dizaine de secondes).

    L’osteo m’a soulagé avec des manipulations indirectes et douces deux fois, mais cela revient.
    Le kiné me masse (donc à éviter du coup?).
    La neurologue s’est contentée de me dire de me muscler le dos car mon ligament le long de la colonne serait « trop souple ». Pour elle, examen neuro normal.
    Le rhumato pense que mes symptômes ne sont pas liés à l’étage de la hernie et m’a prescrit encore une IRM médullaire…
    Je prends des myo-relaxants et de l’Uteplex, j’ai pris des anti-inflammatoires, des anti-migraine, pendant un mois sans grand succès. Le rhumato attend les résultats de la prochaine IRM pour éliminer une hypothèse de lésion de la moëlle et éventuellement me prescrire des tractions.

    Je n’en peux plus, tous les tableaux se mêlent (Migraines auriques, Névralgie cervico-brachiale, Hernie, autre pathologie médullaire?…), les spécialistes ne m’expliquent rien ou ne comprennent pas, je suis obligée de chercher par moi-même. Je suis inquiète, j’ai mal, j’ai arrêté le sport (je faisais une douzaine d’heures de danse par semaine, ma passion). Je continue à travailler (assise, car orthophoniste…) car pas d’arrêt de travail, et en libéral pas de dédommagements. J’ai l’impression d’avoir fait le tour, de devenir folle. Je commence à déprimer.

    Tout le monde me conseille (gentiment bien sûr), le moins d’efforts possibles, le yoga (ce que je fais), la marche, l’acupuncture, la chiropraxie, etc etc….

    Que pouvez-vous me conseiller? Y-a-t-il des spécialistes en particulier qui pourraient m’aider pour cela?

    Je vous remercie infiniment.

    • Je vous écris après avoir parcouru votre site et lu quelques témoignages… Je suis actuellement en pleine crise de douleur et ne sais plus vers qui me tourner. J’ai 26 ans.
      En janvier, des épisodes de maux de tête assez violents ont commencé et revenaient tous les 2 ou 3 jours (avec paresthésies de la face et du membre supérieur). On m’a parlé de migraines avec aura, car cela était arrivé une ou deux fois à une année d’intervalle à chaque fois, mais cela n’avait duré que quelques heures. Là ça ne s’arrêtait pas, une semaine, deux semaines, trois…
      Trois semaines après, je ressens de vives chaleurs dans la colonne et mon dos se bloque en haut.
      – Cela fait penser à des douleurs en rapport avec un accident (peut-être ancien)… Coup du lapin (Whiplash)

      À la radio : inversion de courbure au niveau des cervicales
      – Confirme l’hypothèse.

      À l’IRM : hernie cervicale c5-c6, protrusions discales à prédominance médiane en c6-c7 et c7-d1 sans contact médullaire.
      – Voilà le diagnostic. Revoir le post « cervicalgies » pour comprendre les douleurs extra-segmentaires.

      Je ne me souviens pas avoir eu de traumatisme particulier, même si j’ai fait du breakdance (sollicitant beaucoup la nuque).
      – Mais il peut s’agir d’autre chose (qui peut même remonter à 10 ans).

      Depuis 2 mois, je souffre de vertiges, nausées, maux de tête, sensations visuelles étranges, douleurs dans le dos, les bras, la nuque, les mains, avec des fourmillements, des décharges électriques, des paresthésies bilatérales dans le trajet irrigué par C8-D1, et même des engourdissements de l’annuaire et l’auriculaire et de la moitié de la main la nuit, qui me réveillent (avec parfois impossibilité de plier les doigts pendant une dizaine de secondes).
      – En rapport avec le diagnostic. Névralgie cervico-brachiale. C8/D1 : Hernie + la hernie est sans doute descendue.+ troubles classiques du Whiplash.

      L’ostéo m’a soulagé avec des manipulations indirectes et douces deux fois, mais cela revient.
      – Le « cela » est toujours inquiétant, car il veut dire que vous ne savez ni ce que vous avez ni ce qu’il vous a fait et dans quel but.

      Le kiné me masse (donc à éviter du coup ?).
      – Évidemment. Les contractures signent le trouble profond ET protègent la colonne pour éviter que la hernie ne glisse plus.

      La neurologue s’est contentée de me dire de me muscler le dos, car mon ligament le long de la colonne serait « trop souple ». Pour elle, examen neuro normal.
      – ???
      Le rhumato pense que mes symptômes ne sont pas liés à l’étage de la hernie et m’a prescrit encore une IRM médullaire…
      – ???
      Je prends des myo-relaxants
      – Inutiles, voire nocifs

      et de l’Uteplex
       ??? sans doute pour vos muscles

      j’ai pris des anti-inflammatoires, des anti-migraine, pendant un mois sans grand succès.
      – Parce qu’il ne s’agit pas de migraine.

      Le rhumato attend les résultats de la prochaine IRM pour éliminer une hypothèse de lésion de la moelle et éventuellement me prescrire des tractions.
      – Il n’y aura pas de lésion de la moelle, mais une compression nerveuse + ne jamais oublier que la hernie provoque un phénomène inflammatoire cataclysmique (prend de la place et comprime).
      Les tractions maintenues ne fonctionnent qu’en cas de protrusion molle sans NCB

      Je n’en peux plus, tous les tableaux se mêlent (Migraines auriques, Névralgie cervico-brachiale, Hernie, autre pathologie médullaire ?… ), les spécialistes ne m’expliquent rien ou ne comprennent pas, je suis obligée de chercher par moi-même. Je suis inquiète, j’ai mal, j’ai arrêté le sport (je faisais une douzaine d’heures de danse par semaine, ma passion). Je continue à travailler (assise, car orthophoniste…), car pas d’arrêt de travail, et en libéral pas de dédommagements. J’ai l’impression d’avoir fait le tour, de devenir folle. Je commence à déprimer.
      – Je comprends

      Tout le monde me conseille (gentiment bien sûr), le moins d’efforts possible,
      le yoga (ce que je fais)
      – Va dans le sens de la détente : donc…

      la marche
      – toujours bon

      l’acupuncture
      – Aucune chance

      La chiropraxie, etc., etc..
      – Toute manipulation ne peut se faire que sous traction (particulier aux techniques du docteur Cyriax = sécurité). MAIS : seulement si vous présentez un schéma mécanique à l’examen clinique qui permet de penser que ces techniques pourraient vous aider. Ex. : Rotation gauche difficile et reproduit une partie des symptômes + Flexion latérale droite douloureuse et reproduit la douleur… Mais c’est plus compliqué que cela.

      Que pouvez-vous me conseiller ? Y a-t-il des spécialistes en particulier qui pourraient m’aider pour cela ?
      – Je pense que vous pourriez penser à une épidurale cervicale (pas celle qui « vise » la sortie du nerf au niveau du trou de conjugaison.)

      Cordialement

      Yves

      • elypouetpouet dit :

        Bonjour,

        Et merci beaucoup de votre réponse rapide. Tout ce que vous dites m’aide beaucoup et confirme encore une fois le fait que le parcours de soins est un réel parcours du combattant… Sans vouloir critiquer les compétences de chacun, ce que je vis ici en France manque tout de même beaucoup d’information du patient, d’orientation précise, de mise en relation des éléments. J’en arrive à devoir chercher par moi-même le nom des pathologies (NCB) et à faire des corrélations!

        Votre hypothèse a enfin du sens; malheureusement je ne peux m’auto-médiquer, ou me faire des prescriptions… à quel spécialiste puis-je faire confiance, qui peut avoir en main toutes ces clés pour me diriger vers le bon traitement? Un bon rhumatologue? Un orthopédiste de la colonne? Un neurochirurgien?

        Je ne ressens pas plus fortement mes symptômes selon la rotation de la tête… En général, mon osthéopathe travaille en partant de la base de la colonne et en remontant doucement sans manipulations des cervicales. Il travaille aussi sur cette inversion de courbure si j’ai bien compris.

        Merci, merci, merci.

        • Votre hypothèse a enfin du sens ; malheureusement je ne peux m’auto-médiquer, ou me faire des prescriptions… à quel spécialiste puis-je faire confiance, qui peut avoir en main toutes ces clés pour me diriger vers le bon traitement ? Un bon rhumatologue ? Un orthopédiste de la colonne ? Un neurochirurgien ?
          – Un orthopédiste de la colonne. Et n’oubliez pas la possibilité que la péridurale puisse vous aider (attention : pas la péridurale à visée radiculaire) : http://analgesia.ca/epidurale-therapeutique.htm si amélioration après la première : en refaire une après 15 jours.

          Je ne ressens pas plus fortement mes symptômes selon la rotation de la tête… En général, mon ostéopathe travaille en partant de la base de la colonne et en remontant doucement sans manipulations des cervicales. Il travaille aussi sur cette inversion de courbure si j’ai bien compris.
          – Les ostéopathes n’ont pas de techniques pour les inversions de courbures liées au Whiplash.

          Ne jamais oublier aussi de teste la cortisone par voie orale (très bon antiinflammatoire) et souvent très efficace comme dans les cruralgies !

          Au plaisir.

          Yves

          • elypouetpouet dit :

            Merci beaucoup.

            Je vais essayer la cortisone, tenter de trouver un bon orthopédiste et lui parler de cette possibilité d’épidurale si la cortisone n’aurait pas fonctionné…

            Pensez-vous qu’il y ait une chance que cette compression nerveuse disparaisse dans le temps avec la résorption de la hernie? Faut-il éviter l’opération comme tout le monde le dit? Puis-je un jour espérer reprendre la danse sans aggraver mon cas ( et sinon quelles activités physiques puis-je faire)…? Je suis une grande sportive, sans cela, je me sens vraiment handicapée.

            Cordialement

            • Je vais essayer la cortisone, tenter de trouver un bon orthopédiste et lui parler de cette possibilité d’épidurale si la cortisone n’aurait pas fonctionné…
              – Bonne idée

              Pensez-vous qu’il y ait une chance que cette compression nerveuse disparaisse dans le temps avec la résorption de la hernie? Faut-il éviter l’opération comme tout le monde le dit? Puis-je un jour espérer reprendre la danse sans aggraver mon cas ( et sinon quelles activités physiques puis-je faire)…? Je suis une grande sportive, sans cela, je me sens vraiment handicapée.
              – La disparition totale d’une hernie est un destin. Cependant, il faut parfois opérer (à voir avec un neuro-chirurgien). Mais il faut tout faire pour l’éviter.
              Vous retrouverez TOUS vos moyens.

              Cordialement

              Yves

      • elypouetpouet dit :

        Bonjour, des nouvelles comme prévu… après une rééducation kiné neuro-dynamique et des exercices de renforcement musculaire, les douleurs liées à la hernie cervicale sont beaucoup moins catastrophiques. Je ne prends plus de médicaments, j’ai encore des contractions musculaires parfois, et les efforts sont difficiles, mais rien à voir avec les douleurs du début.

        Visiblement, pour tout le reste (fatigue persistante, fourmillements et engourdissements des membres, migraines, vertiges (problème oreille interne), et d’autres symptômes dont je vous passe la revue), un diagnostic de fibromyalgie est évoqué… 😦

        Merci infiniment de votre écoute et de votre aide, dans ces moments où personne ne prenait vraiment en compte l’intensité de la douleur.

    • Le Bouteiller dit :

      Bonjour,

      J’étais à la recherche de témoignages sur la souffrance induite par des névralgies cervico-brachiales et de leur impact sur la vie quotidienne lorsque j’ai trouvé votre récit.
      Je comprends parfaitement ce que vous ressentez et l’enfermement douloureux dans lequel vous vous trouvez. Je sais l’intensité de cette douleur, ses spécificités, sa durée, sa résistance aux antalgiques, la manière dont elle s’aggrave en position allongée, la façon dont elle est mal perçue et incomprise par les médecins et par les proches. Je sais également à quel point elle affecte le mental, déboussole notre quotidien, génère angoisse et idées noires.

      J’ai été blessée dans une collision frontale en 2003. La gravité de la blessure n’a pas été détectée sur la radiographie réalisée dans un service des urgences saturé. De retour chez moi, quelques heures après l’accident (je tairai pudiquement le nom de l’hôpital), j’ai commencé à ressentir des troubles divers : douleur très particulière au creux de la nuque et de l’épaule, vertiges, problème d’élocution… que j’ai attribués au choc. Mon généraliste a fait confirmer le diagnostic d’entorse cervicale avec une nouvelle radio qui montrait une nette inversion de la lordose cervicale.

      Nous ne sommes pas tous les jours confrontés aux limites de nous-mêmes, plongés dans une expérience parallèle qui ne semble attachée qu’à tester notre résistance physique, psychologique, humaine. Des mois au bord du gouffre. Le médecin, accroché au diagnostic initial parlait de choc post-traumatique pour expliquer pourquoi, au lieu de régresser, les symptômes s’amplifiaient. Douleur immonde, rebelle à tout traitement, présente en permanence, exacerbée la nuit, accompagnée de sa kyrielle de maux périphériques (problèmes de mémoire, de concentration, sensation d’écrasement, décharges électriques, engourdissements, évanouissements…). Au bout de trois mois, je n’ai plus eu aucune sensation dans le bras gauche, la main, les doigts au réveil : bras comme « mort ». Puis le problème s’est bi-latéralisé. Le kiné a alors suggéré de faire réaliser une IRM.

      L’imagerie montrait l’existence d’une hernie discale C5C6 avec une compression à la fois centrale et para-médiane venant au contact de la moelle épinière.

      Mon généraliste m’a alors engagée à consulter rapidement un neurochirurgien. J’ai pris le temps du choix et j’ai rencontré dans un CHU, un chirurgien dont la réputation sortait des limites de mon département. Dans le même temps, des proches et des moins proches m’ont suggéré des tester des médecines « parallèles » et de renoncer à la chirurgie.

      Je voulais savoir, ne plus rester dans ce flou de souffrance indicible, échapper aux diagnostics aléatoires, aux conseils déroutant, aux doutes des uns, à l’incompréhension des autres.
      La rencontre avec ce chirurgien (orthopédiste) m’a permis de définir très exactement la blessure, sa gravité et surtout son éventuelle évolution et de « reprendre les commandes ». Je savais que l’intervention n’était proposée que dans 25% des cas de hernie cervicale et uniquement s’il existait un risque de paralysie et/ou de douleurs insoutenables, résistant depuis plusieurs mois aux traitements antalgiques. Je faisais partie de ces cas. J’ai été opérée en 2003.

      Le sociologue David LE BRETON qui a écrit plusieurs livres sur la douleur et la souffrance écrit ceci :

      « Il n’y a pas de douleur « objective » attestée par l’examen médical et plus ou moins ressentie par les patients selon leurs filtres sociaux, culturels ou personnels mais une douleur singulière perçue et marquée par l’alchimie de l’histoire individuelle et le degré de l’atteinte. Le sujet en souffrance est le seul à connaître l’étendue de sa peine, lui seul est en proie au supplice…elle n’a aucune objectivité mais une force d’impact propre à l’individu qui la ressent.

      …La douleur n’écrase pas le corps, elle écrase l’individu, elle brise l’écoulement de la vie quotidienne et altère la relation aux autres. Elle est souffrance. Si la douleur est un concept médical, la souffrance est le concept du sujet qui la ressent. »

      Ces mots m’ont aidée dans mon isolement face à la souffrance pour mieux comprendre l’attitude des médecins et des proches et pouvoir aborder ce sujet avec eux d’une toute autre manière.

      Courage, vous allez trouver votre solution. Consulter un autre neurologue avec l’IRM qui a été réalisée serait peut-être une piste. Privilégier de consulter dans un CHU en serait une autre.

      Bien cordialement.

      Christine

  19. co dit :

    Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur votre site et parfois le hasard fait bien les choses.. Voila 2 ans que je souffre et la lecture de votre site m’a un peu réconfortée 😉

    En résumé, je suis une femme de 33 ans; je souffre depuis près de 2ans d’une NCB gauche (je suis gauchère) et de cervicalgies permanentes.
    La cause a été à priori identifiée puisqu’un IRM a révélé une hernie discale en C5-C6. Les étages C3-C4 sont en souffrance également.

    « En C5-C6 existe une hernie postéro-latérale gauche mesurant 10mm de largeur, 5mm d’épaisseur et 7mm de hauteur. Elle n’est pas migrée. Elle réduit partiellement le trou de conjugaison gauche.  »

    (voir examens médicaux à la fin).

    **L’histoire:

    A la base, je ne me plaignais uniquement que de mon bras gauche, les douleurs ont été prises pour une tendinite (à répétition). J’ai fais de nombreuses séances de kiné qui m’ont fait + de mal que de bien.. J’ai passé un IRM, on a découvert la hernie, et la suite des séances de kiné m’a fait encore + de mal (méthode mc kenzie). Depuis ce jour, je souffre également de la nuque, ça je ne l’avais pas avant..

    J’ai arrêté et tenté tout un tas de trucs, classique quand on est dans le cercle vicieux vous me direz.. arrêts maladie à répétition, ostéo, kinésio, acupuncture, homéopathie, ect. ect. je vous passe les détails des marabouts.. A l’heure actuelle je souffre toujours dans mon bras gauche et dans la nuque, les épaules, les trapèzes,la mâchoire. J’ai actuellement une kiné qui me fait de la microkiné pour me soulager sur le moment mais ça ne me guerrit pas.

    Comme beaucoup ici, je souffre depuis 2 ans et ça me pourrit la vie.. On en arrive à se demander si notre douleur est psychologique? Bref je le fais en résumé car beaucoup connaissent ce cercle vicieux.. Et oui le stress augmente les douleurs (ou les rendent + dur à supporter) mais en effet la cause semble mécanique car elle est permanente.

    Je comprend très bien votre explication sur les muscles, cela fait presque 2ans que je dis la même chose mais que les médecins et kinés me prennent pour une folle, tentant de me faire décontracter ces muscles qui sont très tendus en permanence. (« Madame vous devez vous détendre, relâchez les épaules et faites du yoga.. »)

    J’ai donc bien compris tout ce qu’il ne faut pas faire (et que bien sûr je faisais pour me soulager: bouillotte, chaleur,

    étirements, auto-massages, massages pro, etc.) Mais alors, si je n’ai plus de soulagement, que faire?

    J’ai bien compris que vous préconisez de traiter la cause et non les conséquences, et chez moi la cause semble être cette hernie discale cervicale, or personne ne veut y toucher..

    J’ai vu les 2 chirurgiens de grenoble, ils ne préfèrent pas opérer, l’opération étant + destructrice qu’autre chose et comme je suis jeune, ils m’ont dit en gros « tant que vous pouvez le supporter »..

    Aucun ostéo ne veut y toucher, ils se contentent de traiter les conséquences de cette hernie.

    On m’a bien dit et re-dit que ce serait dangereux de me faire manipuler, risque de paralysie..

    Donc quand vous parlez de « re-centrer » le disque, comment est-ce possible?
    Est-ce encore réalisable après 2 ans de souffrance? (et apparemment une telle hernie a mis des années à s’installer, elle n’arrive pas du jour au lendemain).
    Si le disque est « déformé », peut-il encore être remis en place?

    On me parle également de hernie migrée. Si j’ai bien compris, avec le temps mon corps devrait finir par la « digérer »? Mon corps est-il réellement capable de ça? Pourquoi un chirurgien ne peut pas faire pareil et couper uniquement le bout du disque qui dépasse, pourquoi tout enlever? (c’est peut être naïf comme question mais je ne comprend pas comment une hernie peut « migrer » toute seule. ça fait 2ans que j’attends qu’elle migre..)

    A votre avis, la hernie est-elle forcément responsable de mes douleurs dans la nuque?
    J’ai bien compris le principe des douleurs projetées, mais les 2 chirurgiens disaient qu’ils pouvaient soulager mon bras, pas mon cou..

    Mon cas parait classique, et à la fois atypique car il cumule pas mal d’éléments.. Peut-être que vous allez me dire qu’ils n’ont rien à voir?
    Ces « douleurs projetées » dans ma nuque, peuvent-elles êtres provoquées par autre chose que la hernie? la mâchoire par exemple? la cheville?

    Avant la découverte de cette hernie, j’avais déjà:

    -fais une violente chute sur le menton (sans les mains pour me réceptionner) comparable à un coup du lapin, A l’âge de 16 ans.
    -un bruxisme nocturne (je porte une gouttière pour protéger mes dents) et ses conséquences..
    -je travaille sur ordinateur depuis un peu + de 10 ans et j’ai commencé à me plaindre régulièrement de mon bras gauche depuis
    2007 (diagnostics: tendinite) .
    -ça a « dégénéré » en 2013 quand en tentant de soigner le bras, on m’a fait mal au cou.. depuis rien ne marche..
    -des douleurs à la cheville gauche depuis une double entorse en 2008 (pourtant « soignée »).

    – Que pensez-vous des semelles orthopédiques?
    j’en porte depuis peu et je sens un réel soulagement sur ma cheville gauche. pour les cervicales je ne saurai dire pour l’instant si ça a une influence ou pas.

    – Que pensez vous de ma gouttière occlusale pour la nuit?
    Parfois je me demande si ce n’est pas pire de « serrer » ce bout de plastique même si ça protège mes dents..

    – Croyez-vous que je puisse me faire « manipuler » au niveau même de la hernie? qu’il est encore possible de remettre le disque en place?

    – Vous n’avez pas l’air pour le sport.. qu’en est-il de la natation?
    c’était mon sport depuis toujours (en loisir). J’y vais encore un peu mais de manière modérée. Parfois j’ai l’impression que cela me fait du bien, parfois non..
    J’essaye de ne plus faire de crawl du tout, uniquement de la brasse coulée (jamais de brasse normale) et un peu de nage sur le dos.
    Bon ou pas bon pour moi?

    Il n’y a en effet que la marche où je ne sens pas de douleurs, surtout pendant que je marche.

    – Y a t’il tout de même quelque chose à faire pour se soulager soi-même??

    – Pour le travail sur ordi (même limité mais il faut bien..) une chaise qui ne fait que bouger serait la solution? Avez-vous des références à me donner sur ces chaises?

    Ah et bien sûr j’ai pris des tas et des tas de médicaments différents.. dès le début, j’ai eut plusieurs types d’anti-inflammatoires, cortisone, antidouleurs même très forts (mais trop, ils donnent envie de dormir..), injections dans le cou par un rhumato (de cortisone), rien n’y a jamais vraiment fait.. Mes muscles sont tendus en permanence et me génèrent des douleurs qui deviennent insupportables.. Quand j’essaye un nouveau traitement, j’ai l’impression que ça me soulage les deux ou 3 premiers jours, ensuite retour à la normale, avec les douleurs..

    Le plus cruel c’est que seule la chaleur m’aidait un peu, sur le moment..Mais j’ai arrêté depuis que j’ai lu votre site il y a 2 jours.

    On me parle tout le temps de stress, je ne me sens pas si stressée que ça.. J’ai repris une vie normale mais je souffre chaque jour, quoi que j’essaye.. Oui maintenant je suis à bout à cause de mes douleurs dans le bras et dans le cou, ça c’est sûr..

    Enfin la literie j’ai tout changé dès le début de mes douleurs, j’ai maintenant un lit tout neuf un peu ferme et un bon oreiller, je me sens très bien dans mon lit et j’ai la chance de dormir assez bien (malgré apparemment du bruxisme dont je ne suis pas consciente).

    Les seuls moments où je n’ai presque pas mal c’est au réveil, dès que je suis debout, le douleurs arrivent d’ici une à deux minutes..

    Je comprend bien tout ce qu’il ne faut pas faire (merci pour votre site, j’ai tout lu et re-lu), mais je ne comprend pas alors ce qu’il faut faire!!

    Un IMMENSE MERCI par avance pour vos réponses, j’ai hâte de connaitre votre avis..

    ************

    *2006 – Bilan occlusodentiste->Déplacement Discal Irréductible de l’ATM droite avec signes d’atteinte dégénérative / Capsulite droite / Contractures sévères du masséter profond droit / cervicalgies (C1, C2, C3 droits; C3, C4 gauches) / Bruxisme

    *2013 – Scanner des ATM->Evolution degenerative de l’interligne temporo-mandibulaire droit. Luxation méniscale irréductible suspectée à droite.

    *2013 – Radio et echographie de l’épaule gauche-> Il n’est pas retenu d’atteinte osseuse ou tendineuse sur l’épaule gauche. On retiendra une rectitude du rachis cervical avec uncarthrose modérée réduisant le foramen de conjugaison autour de la racine C6 gauche également de façon modérée.

    *2013 – IRM du cou-> Discrète discopathie C3-C4, sans retentissement canalaire ni foraminal./ En C5-C6, déformation uncarthrosique des corps vertébraux et protrusiondisco-ostéophytique pré-foraminale gauche, potentiellement conflictuelle sur la racine C6 / Conclusion: Discopathies C3-C4 et C5-C6. Protrusion disco-ostéophytique pré-foraminale gauche, pouvant être en rapport avec un tableu de radiculalgies C6 gauche.

    *2014 – IRM du cou->En C5-C6 existe une hernie postéro-latérale gauche mesurant 10mm de largeur, 5mm d’épaisseur et 7mm de hauteur. Elle n’est pas migrée. Elle réduit partiellement le trou de conjugaison gauche.

    *2014 – Radio du cou->Lésions d’uncodiscarthrose de C4-C6, un peu plus marquées en C5-C6 / A ce niveau, il existe une ostéophytose à développement endocanalaire mais également foraminale droite et gauche, modérée. / Legère hypertrophie des transverses de C7.

    *2015 – Bilan occlusodentiste->Myalgies: masséter superficiel gauche, ptérygoïdien latéral gauche, digastrique postérieur droit / Capsulite de l’ATM gauche / cervicalgies droites

    ps: Je me permet de vous envoyer le même message sur vos mails pour y joindre un fichier, le dernier IRM en date de ma hernie, je crois que l’image tout en bas à gauche est assez parlante..
    encore merci..

  20. Anna dit :

    Cher Monsieur,

    Après une lecture attentive de votre site : Cela fait 17 ans que je souffre de douleurs chroniques (céphalées, migraine, douleurs nuque et épaule droite, à l’époque j’ai servi de cobaye à une apprentie masseuse) et “j’ai l’impression de me perdre dans le labyrinthe médical et pseudo-médical”. J’ai 40 ans.

    Et depuis 4 mois, suite à une manipulation ostéopathique ( pour soulager mes douleurs existantes), je souffre 24/24 de céphalées, de névralgies faciales, douleurs à la nuque et aux dorsales (brûlures), muscles contractés, douleurs à l’épaule droite et les 4 membres dans un étau et qui fourmillent etc…UN ENFER MAIS RIEN SUR LES DIFFERENTES IRM

    On me parle d’état inflammatoire chronique, de fibromyalgie, d’hypersensibilité neuro-végétative etc…..

    On me balade d’ un médecin à l’autre, d’un thérapeute à l’autre, je suis à bout, j’en peux plus…je vis un calvaire…

    A chaque fois que l’on me touche, je m’enflamme…

    Malheureusement, j’habite en Suisse, par désespoir, je serai prête à venir trouver mais avant cela : Connaîtriez-vous le nom d’un “thérapeute” qui partage votre point de vue/méthode/compétences/connaissances en Suisse romande?

    Avec mes remerciements.

    Cordialement.

    Anna

    PS : Vous passeriez pas en Suisse par hasard pour conférence ou autre ???

    • Cela fait 17 ans que je souffre de douleurs chroniques (céphalées, migraine, douleurs nuque et épaule droite, à l’époque j’ai servi de cobaye à une apprentie masseuse) et « j’ai l’impression de me perdre dans le labyrinthe médical et pseudo-médical ». J’ai 40 ans.

      Et depuis 4 mois, suite à une manipulation ostéopathique (pour soulager mes douleurs existantes), je souffre 24/24 de céphalées, de névralgies faciales, douleurs à la nuque et aux dorsales (brûlures), muscles contractés, douleurs à l’épaule droite et les 4 membres dans un étau et qui fourmillent, etc.

      Je ne m’avancerai pas sur les douleurs que vous tentez de supporter depuis si longtemps ni sur les différents « diagnostics » dont on vous a « accablé », car l’essentiel est, aujourd’hui, ailleurs.
      Depuis cette manipulation, vous avez des paresthésies au niveau des 4 membres et IL FAUT en connaître la cause.
      Au besoin : vous faire hospitaliser.

      Tenez-moi au courant

      Cordialement

      Yves

      • Anna dit :

        Merci pour votre réponse mais je suis déjà suivie par un centre d’antalgie mais sans succès et par divers médecins. Connaîtriez-vous le nom d’un “thérapeute” qui partage votre point de vue/méthode/compétences/connaissances en Suisse romande?

        • Vous avez écrit que depuis cette manipulation ostéopathique, vous avez des paresthésies au niveau des 4 membres.
          Je pense qu’il faut évaluer très sérieusement ces symptômes pour éliminer des causes graves.
          Au besoin : vous faire hospitaliser.
          J’insiste.

          Nous reparlerons de vos douleurs habituelles ensuite.

          Yves

          • Anna dit :

            J’ai aussi demandé de me faire hospitalisé ( car mes douleurs sont insupportables) mais aucun médecin ne voit la nécessité…..Je suis allée aux urgences et je suis repartie avec une minerve et de l’Anafranil (antidépresseurs tricycliques.)!! Je n’ai personne en Suisse qui est à même de m’aider … ;-(. Je suis seule et désespérée…

            • Allez au moins rencontrer un neurologue, car les manipulations ostéopathiques ne sont pas assez sécurisées et vos symptômes sont inquiétants. Vous pourriez, par exemple, souffrir d’une lésion d’une artère vertébrale. Demandez-lui par exemple si vous n’avez pas de nystagmus à la manœuvre qui peut le provoquer. Cela l’obligera peut-être à vous examiner complètement (ne fut-ce que de son point de vue : la neurologie). Et s’il ne décèle rien, nous serons un peu rassurés.
              Vous ne pouvez pas rester ainsi.

              Yves

              • Anna dit :

                J’avais fait un IRM cérébral fin janvier (la manipulation a eu lieu le 30 décembre) et il n’y avait rien.
                Je viens de contacter par mail mon médecin et lui ai soumis votre commentaire et voici sa réponse concernant l’éventuel lésion d’une artère vertébrale :

                « Les lésions de l’artère vertébrale est un mécanisme en général très aigu qui font suite immédiatement à un traumatisme cervical, même mineur. Les symptômes apparaissent assez vite (même s’ils peuvent parfois prendre quelques jours). Les symptômes les plus classiques sont des maux de tête occipitaux violents (le patient reporte souvent « comme je n’en ai jamais eu des comme cela » et des douleurs de nuque. Dans les heures qui viennent, des symptômes neurologiques apparaissent, de type endormissement de la face, difficulté à parler, perte de sensation de la douleur ou température, perte de sensation du goût, vertige ou déséquilibres, difficultés à avaler, nausée et vomissement, diplopie (vision double).
                La chronicité de vos symptômes n’est pas cohérente avec une telle présentation. De plus, mon examen neurologique initial n’était pas préoccupant à ce niveau-là.

                Je ne pense donc pas que la symptomatologie de base, et les exacerbations lors de traitement, ne soient liés à un mécanisme de lésion artérielle. Quant au neurologique, pourquoi pas, mais je ne suis pas certain que cela amène plus d’élément. »

                Bonne journée.

                • Ravi que votre médecin ait réagi. La piste de l’artère vertébrale n’était qu’un prétexte pour que vos problèmes actuels (qui me semblaient très inquiétants) soient évalués sérieusement.
                  Il semble donc que votre médecin ne soit pas opposé à ce que vous preniez l’avis d’un neurologue.
                  Vous avez donc fait un pas en avant.
                  Le symptôme interpellant reste : engourdissement des membres !!!

                  Yves

                  • Anna dit :

                    Bonjour,
                    Voilà c’est fait, j’ai vu un neurologue : Voici en résumé sa conclusion :

                    « Cliniquement hormis des réflexes très vifs aux quatre membres avec un réflexe massétérin qui paraît normovif, il faut exclure un processus cervical voire dorsal haut touchant la moelle antérieure par exemple ou une dissection traumatique.
                    PROPOSPTION(S)
                    Dans ce contexte légèrement litigieux, je vous suggère de procéder à une nouvelle IRM cervicale avec recherche d’une dissection par des séquences Ti en saturation de graisse.
                    Je proposerais à Madame une reprise des séances de physiothérapie avec massages et fango et un traitement pas un myorelaxant le soir de type Sirdalud (2mg au départ, puis augmentation progressive jusqu’à 6mg selon la réponse). »
                    ——————————————————————————————————————————-

                    J’ai donc fait un IRM cervical est la conclusion est:

                    « CONCLUSION :
                    Légère sténose canalaire en C6-C7 sur protrusion discale postéromédiane légèrement
                    sténosante et discrets remaniements spondylarthrosiques. Pas de signe de conflit
                    radiculaire.
                    Pas de lésion comprimant la moelle cervicale ou dorsale.
                    Légère athéromatose des segments V2 des artères vertébrales droite et gauche, sans
                    signe de dissection ni de sténose.
                    Aspects compatibles avec des angiomes des corps de D3 et de D4. ».

                    ——————————————————————————————————————————-

                    DONC RIEN qui puisse expliquer toutes mes douleurs. D’un côté je suis soulagée mais en même temps je suis dépitée. Votre avis? Sinon connaîtriez-vous quelqu’un en Suisse chez qui je pourrais aller?

                    Merci d’avance pour votre réponse.

                    Cordialement.

                    Anna

                    • Légère sténose canalaire en C6-C7 sur protrusion discale postéromédiane légèrement sténosante

                      Cela peut expliquer beaucoup de symptômes.
                      Je reviendrais plus tard sur ce que tout cela m’évoque, mais je pense qu’il faut éviter les massages (absolument)

                      Yves

  21. Laurence JULIEN dit :

    Bonjour,
    Depuis juin 2014, je souffre de douleurs aux cervicales suite à un accident de voiture (coup du lapin), la radio faite de suite ne montrait pas grand chose. Après plusieurs mois de douleurs dans le cou, maux de tête, douleurs plus intenses couchée, sensation de brûlure entre les omoplates, mon médecin m’a prescrit un scanner et IRM : protusion discale C5 – C6 et hernie discale C6 – c7. 15 jours d’ixprim et myrelaxants minerve et arrêt de travail. Puis rendez vous chez un neurochirurgien qui a conclut que la solution était de la musculation du rachis cervical encadrée par un coach sportif. Les douleurs et raideurs cervicales ont persisté. Depuis janvier 2015, je fais 3 séances de kinésithérapeute avec massages et musculation. Il y a 15 jours en éternuant, grosse douleur au milieu des épaules, depuis je suis à nouveau sous myorelaxants.
    Depuis l’accident, pas un jour je n’ai pas eu de douleurs cervicales et je suis en arrêt maladie depuis 5 mois. Je ne sais plus quoi faire ni quel spécialiste consulté, je voudrai seulement retrouvée une vie normale. …
    D’avance merci.
    Cordialement

  22. Bonjour
    As tu fait un irm cerebral’pour voir si tu n a pas une malformation de Chiari de type 1 car tes symptômes ressemblent a ce type de malformation

    • Ghyslaine dit :

      Bonsoir,

      Je ne sais pas si le message de Venissieuxinfos m’est destiné ?

      S’il l’est, je ne comprends pas cette question, mes symptômes ressemblent à ce type de malformation ? bah oui, tant de symptômes ressemblent tant d’autre symptômes liés à des maladies encore plus graves, et c’est comme ça que l’on angoisse les gens, comment peut-on dire de telles choses, à la simple lecture d’un post ?

      J’ai déjà vu un nombre pas possible de médecins…. ma colonne cervicale a hélas connu de nombreux traumatismes, pas la peine de rajouter une supposée malformation, dont je ne connaissais même pas l’existence….

      • Comme je vous comprends !
        Voici ce que je viens d’écrire à cet Internaute au nom curieux :
        Cher,
        Je pense que la « souffrance psychique et physique » de cette dame ne justifie aucunement d’envisager une pathologie aussi grave : http://fr.wikipedia.org/wiki/Malformation_d%27Arnold-Chiari
        De plus, croyez-vous vraiment qu’un médecin puisse passer à côté de symptômes aussi catastrophiques que ceux qui se manifestent dans le cadre d’une syringomyélie ? La malformation de Chiari vous préoccupe certainement personnellement, mais pour les symptômes de Ghislaine il faut avant toute chose prendre du recul et tenter de voir si chacun de ses symptômes ne constituerait pas plusieurs images mécaniques dont les douleurs projetées se superposeraient. Et toujours se rappeler que la grande avancée de la médecine correspond à cette capacité difficile : la suspension du jugement, le « je ne sais pas ».
        Yves

        • Ghyslaine dit :

          Bonjour Yves,

          Merci d’avoir répondu à cet internaute et recadrer le débat.

          Vous savez il y a deux possibilités dans mon histoire, et peut-être trois. Et peut-être une ou deux initriquées, et pourquoi pas trois possibilités intriquées les unes dans les autres.

          Allez savoir si le pincement détecté il y a bien longtemps, ne s’est pas transformé à une époque en hernie discale , la NCB de 2006 y ressemble beaucoup ? l’arthrose, évidemment, car lorsque la colonne a de telles contraintes, elle ne peut que s’abimer prématurément. Et puis aussi tous les éléments mous autour de la colonne qui souffrent, et qui peuvent à eux tous seuls expliquer bien des douleurs, qui deviennent chroniques ensuite, avec néanmoins des moments de silence complet.

          De plus, lorsque je travaillais en 2004, à des postes très physiques, je n’ai jamais souffert du dos, et lorsque je me suis arrêtée de travailler (bien malgré moi) sur de tels postes, j’ai commencé à souffrir du dos, première NCB !!!! Curieux n’est-ce pas.

          Il me semble que la musculature joue un rôle important dans le problème dont je souffre. Mais comment faire ?

          Je vous ai dit, que j’allais voir un rhumato le 2 février, est-ce une bonne chose ?

          D’autre part, je suis soulagée par des séances chez un osthéo, (je ne suis pas retournée chez lui depuis quelques années) un peu particulier, qui fait du crânien, qui ne touche JAMAIS directement mes cervicales, et j’avoue que j’en ressors plutôt mieux, qu’en pensez-vous ?

          Oui, j’oubliais, il y a quelques semaines en arrière, je me suis mise à avoir mal au niveau de la hanche, plutôt à l’intérieur (une cruralgie ???? j’ignore), mais en tout cas, il me fallait un peu de temps pour poser la jambe à terre, déverouiller l’articulation douloureuse, et retrouver une marche normale !!!! Alors pourquoi, et juste avant ce nouvel épisode de cervicales ?? alors d’où proviennent tous ces symptomes musculo-squelettiques ?

          Merci pour vos très bons conseils
          Cordialement

          Ghyslaine

    • Cher,
      Je pense que la « souffrance psychique et physique » de cette dame ne justifie aucunement d’envisager une pathologie aussi grave : http://fr.wikipedia.org/wiki/Malformation_d%27Arnold-Chiari
      De plus, croyez-vous vraiment qu’un médecin puisse passer à côté de symptômes aussi catastrophiques que ceux qui se manifestent dans le cadre d’une syringomyélie ? La malformation de Chiari vous préoccupe certainement personnellement, mais pour les symptômes de Ghislaine il faut avant toute chose prendre du recul et tenter de voir si chacun de ses symptômes ne constituerait pas plusieurs images mécaniques dont les douleurs projetées se superposeraient. Et toujours se rappeler que la grande avancée de la médecine correspond à cette capacité difficile : la suspension du jugement, le « je ne sais pas ».
      Yves

  23. Ghyslaine dit :

    Bonjour Yves,

    Fin des années 90, un jour je me suis retrouvée bloquée au niveau des cervicales, je faisais un geste de la tête en me lavant les cheveux. J’ai été étonnée mais pas plus inquiète que ça en fait. Je n’avais pas encore fait le lien entre mes mini-accidents (chute sur les cervicales, etc.. et aussi une manipulation au niveau des cervicales faite par un médecin à qui je n’avais rien demandé, et qui apparemment faisait ça à tous ses patients, j’étais étendue malade de la grippe).
    Suite à ce blocage après m’être lavé les cheveux j’ai fait une radio, et l’on m’a dit que j’avais une rectitude de la colonne (courbure inversée) et quelques petits décalages (mais je ne retrouve plus le compte-rendu de l’époque, je vais continuer à rechercher), j’avais vu des ostéopathes à l’époque, qui eux aussi voulaient me manipuler, et là c’était carrément un refus et un rejet de ma part. Bref, la seule chose de positif et de vrai chez eux, c’est qu’ils m’avaient prévenu que j’aurais des problèmes dans quelques années. Hélas, ce fut le cas et c’est le cas.

    car en 2006, lors d’un déménagement se faisant dans des conditions difficiles familiales (toujours dans un contexte dur et injuste pour moi, une manière de dire j’en ai plein le dos), j’ai eu une névralgie cervico-brachiale, qui m’a fait souffrir le martyre pendant deux mois, nuit et jour, et dont j’ai mis plusieurs mois (avec cette fois une gêne tout à fait supportable heureusement), pour obtenir un total silence… A l’époque, le rhumatologue m’avait dit que j’avais de l’arthrose, bah dites-donc si l’arthrose fait souffrir comme ça, : Au-secours ! Aujourd’hui j’ai 56 ans et étiquetée fribromyalgique. Avec une maladie auto-immune de la thyroide, ‘il ya a quelques années en arrière en 2011, j’ai eu de sérieux problèmes qui sont arrivés comme ça, des ténosynovites à certains doigts des deux mains ??? pourquoi ??? pas de réponse claire et nette des médecins consultés….

    Aujourd’hui, c’est à dire depuis dix jours, après la nouvelle d’un décès, que j’ai très mal pris, j’ai senti tout de suite mes muscles se serrér, même ma mâchoire et tout de suite, tout le haut du dos et même au niveau du thorax douloureux, et surtout à droite (mon point faible). Au point, où même lorsque j’avalais je ressentais une douleur à l’intérieur; Avec une projection au bras, quelques fourmillements au niveau (mais c’est léger) de l’annulaire et de l’auriculaire, toujours du côté droit.Toujours ce point de contracture vers l’omoplate droite,le muscle qui (si on le masse) est dur et parfois on sent une boule (contracture). Les cervicales (mais ceci est antérieur à aujourd’hui) qui parfois craquent ou même à certains mouvements sont bloquées (mais sans douleur), ça se débloque en faisant du bruit!!!!! Bref, je crois que je suis devenue chronique.

    D’autant, que je n’ose plus porter, faire de gros travaux, etc.. de peur de déclencher des NCB…

    J’avais vu à une époque (mais ce n’est pas remboursé, j’habite en France), un ostéopathe, qui ne faisait pas de manipulation et me le déconseillait, et qui faisait du crânien et autre, qui m’avait vraiment soulagé, et mes symptômes avaient disparu. Il m’avait formellement déconseillé tout acte chirurgical, de toute manière je ne suis absolument pas pour, d’ailleurs il faudrait qu’un avis soit vraiment posé, ce qui n’est absolument pas le cas. Je vois un rhumatologue le 2 février, je ne le connais pas. Mais mon long parcours, m’a enseigné, que je ne suis pas tombée sur une personne, qui m’ai vraiment expliqué de QUOI je souffrais, comment devais-je me situer et me comporter face à mes symptômes. Ce qui fait, que je vis dans l’incertitude et l’angoisse et parfois dans de grandes douleurs physiques. Je n’ai pas toujours mal, heureusement, mais il y a des facteurs déclenchants, c’est évident.

    Entre les kinés qui veulent vous remettre les vertèbres cervicales alignées, et manquent de vous tuer et tout du moins vous rendent malades comme un chienau sortir de leurs séances, d’ailleur j’arrête tous massages ou autres manipulations, tractions, où je ne sais quoi à ce niveau. Les autres professions médicales, qui ne savent pas, certains autres qui vous disent que vous somatisez et ne vous aident pas, normal puisque d’après eux vous êtes responsables de vos douleurs…. Sauf qu’il m’ semble que j’ai bien quelque chose, et que ce quelque chose est bien mécanique.

    J’ai besoin de vos précieux conseils, car j’ai la très nette impression, Yves, que vous savez de quoi vous parlez, et ça fait du bien à la personne que je suis (et je vois que je ne suis pas seule sur le forume) qui est complètement perdue et qui est devenue comme le chat qui craint l’eau froide…..

    Merci pour votre réponse
    Cordialement

    • Bonsoir,
      Je vous remercie pour vos encouragements et je vous propose de placer votre commentaire dans une des zones « commentaires » afin que ma tentative de réponse puisse profiter à d’autres.
      Cependant, en attendant, je vous invite à refaire un peu l’histoire de la médecine et de vous souvenir que nous soignons vraiment les gens depuis qu’on est passé de la question (enfantine. Mais ce n’est pas péjoratif) du « pourquoi ? » à la question « comment ? ». Que peux-ton comprendre ? Que peut-on faire ? Comment peut-on commencer à expliquer pour mieux soigner ? Si nous n’avions pas fait ce saut qualitatif (début du XX° siècle), nous en serions encore à décrire (fort justement d’ailleurs) la psychologie des tuberculeux sans comprendre que leurs changements psychologiques correspondaient aux conséquences de la tuberculose et ne constituaient aucunement une cause (comme on l’a cru de bonne foi). Qui aujourd’hui donnerait une explication psychologique à la tuberculose alors qu’on connaît le bacille de Koch et les antibiotiques qui guérissent totalement ?
      Cela semble évident pour la tuberculose, le lymphome, le SIDA et des milliers de maladies, mais il semble que cela ne soit pas encore le cas pour les troubles ostéo-articulaires qui ne relèvent pas de la chirurgie. Il y a beaucoup de raisons à cela et je tente sur mon site d’en donner les pistes. Mais la réalité est claire : l’approche des patients douloureux qui ne seront pas aidés par la chirurgie n’est enseignée ni en médecine ni en kinésithérapie. Erreur terrible pour tous les douloureux. Et c’est sûrement la cause de ce retour vers des réflexes anciens que la médecine adopte elle-même (donner du sens à la douleur : https://orthopedie.wordpress.com/donner-du-sens-a-la-douleur/) et qui fait la fortune des « donneurs de sens » de tous poils…, ceux que vous retrouvez dans toutes les librairies, mais aussi dans toutes les réunions de famille, chez le boucher ou l’épicier (sauf le respect que je leur dois).
      L’absurdité de la douleur des troubles musculo-squelettique ne semble pas encore évidente. Camus est parti de l’absurde (roman, théâtre, philosophie) et il a continué par le pan de son œuvre qui concerne la révolte. C’est ce qui s’est passé au début du XX° siècle en médecine (relayant d’ailleurs les anciennes révoltes de Job), mais qui n’est pas encore intégré en Médecine orthopédique (il faut dire que le docteur James Cyriax fut on ne peut plus discret et se préoccupa plus de ses patients que de livres qui auraient assis sa postérité [il travailla d’ailleurs presque jusqu’au jour de sa mort].)
      Bref : je vous propose de tenter de comprendre avant de donner du sens. Je ne veux pas dire qu’il faut s’abstenir de donner du sens, mais qu’il faut être clair avec notre cerveau. En effet : si l’on se rue sur une réponse facile, notre cerveau s’embrouille. Par contre : si on cherche les causes [essentiellement mécaniques], qu’on tente d’agir le plus justement possible ET qu’on se préoccupe en même temps des résonances que provoquent en nous nos douleurs, alors notre cerveau peut suivre. Les causes de nos douleurs sont d’abord mécaniques et il faut tenter d’y apporter une réponse adéquate à tous points de vue [traitement manuel, médical, prévention]. Mais parce qu’il s’agit de douleurs, il s’agit aussi d’émotions. La douleur est une émotion et à ce titre elle résonne avec notre passé, la façon dont nous nous sommes construit, les épreuves que nous traversons… et nous ne pouvons éluder ces résonances. Mais elles ne sont que des résonances et s’y trop attarder risque de nous faire perdre un temps précieux et de passer à côté de moyens [certes imparfaits] pour mieux vivre avec nos troubles musculo-squelettiques [inévitables par ailleurs].

      Moi, mes douleurs ont repris au décès de ma mère, je l’ai très mal pris, puisque j’ai été prévenue le 8 janvier 2015 et que ma mère était décédée le 5 décembre. Et le paroxysme de ma souffrance morale m’a déclenché des spasmes musculaires [contractures musculaires] dans toute la partie haute du dos et du cou, d’ailleurs le soir, j’allais vomir, tant ma souffrance morale fut grande, sauf que maintenant [avec des jours mieux que d’autres], j’ai une contracture du muscle [le trapèze] au niveau dorsal à droite, et je sais bien que c’est une douleur projetée.

      C’est sûrement une douleur projetée à partir d’une structure anatomique que vous ne pourrez pas identifier et qu’un professionnel doit trouver.

      Pourquoi, car en 2006, lors d’un déménagement se faisant dans des conditions difficiles familiales toujours dans un contexte dur et injuste pour moi, une manière de dire j’en ai plein le dos, j’ai eu une névralgie cervico-brachiale, qui m’a fait souffrir le martyre pendant deux mois, nuit et jour, et dont j’ai mis plusieurs mois [avec cette fois une gêne tout à fait supportable heureusement], pour obtenir un total silence…

      La NCB est bien connue. Elle a à voir [souvent] avec l’arthrose (bien qu’il y a souvent un « dérapage » discal qui s’y rajoute. Et la NCB peut disparaître après quelques mois même si on ne fait rien pour des raisons que je pourrais vous expliquer. Mais attention : qui dit arthrose ne dit pas automatiquement NCB.

      À l’époque, on m’avait dit que j’avais de l’arthrose.

      Bah dites donc si l’arthrose fait souffrir comme ça !!!
      Heureusement les douleurs liées à l’arthrose dépendent de beaucoup de facteurs et de mécanismes, mais il faut surtout retenir qu’il n’y a pas de lien établi entre l’intensité de la douleur et l’intensité de l’arthrose. Heureusement d’ailleurs, sinon nous aurions de plus en plus mal en vieillissant.

      Au secours ! Aujourd’hui j’ai 56 ans
      Moi aussi
      et étiquetée fibromyalgique.
      J’aurais pu l’être 😉

      Fibromyalgie. Je me suis risqué à un petit post sur la fibromyalgie qui va un peu dans le sens de ce que dit Cyrulnik :

      Avec une maladie auto-immune de la thyroïde. Sauf qu’il y a quelques années en arrière, j’ai eu de sérieux problèmes qui sont arrivés comme ça, de ténosynovites à certains doigts des deux mains ??? Pourquoi ??? Pas de réponse claire et nette des médecins consultés…
      La réponse se trouve du côté du « comment ? » Comment vous soigner au mieux.

      les kinés qui n’ont qu’une idée en tête : me remettre la colonne droite
      Idée folle j’en conviens. D’autant qu’une colonne cervicale qui vieillit se redresse. Mais il me faudrait des heures pour en parler.

      et qui m’ont vraiment rendu malade au sortir des séances…
      Arrêtez.

      J’avais trouvé la solution de la bouillotte chaude et des massages, faits de temps en temps par ma fille, et qui soulagent, c’est vrai, mais j’ai vu que vous ne les préconisiez pas. Par contre, c’est vrai que depuis cette NCB en 2006, j’ai arrêté le sport, de porter, etc., et en fait j’ai l’impression que depuis que je fais attention à TOUT, mes problèmes sont plus importants… Un vrai cercle vicieux… Mais il est vrai aussi que si je fais un faux mouvement, ou si je porte trop, je peux avoir une contracture et du coup j’ai peur d’avoir encore plus mal, et je suis tout le temps sur mes gardes !!!!
      Parce qu’on ne vous a rien expliqué. Comme pour la NCB. Il aurait fallu vous expliquer chaque « pathologie », vous en expliquer le rythme naturel, vous expliquer ce qu’il fallait éviter ET vous inviter à continuer à bouger, car le mouvement naturel est le meilleur médicament que vous puissiez trouver et… il est gratuit !!!

      Vu mon été psychologique dû aux problèmes familiaux épouvantables, j’avoue que je somatise
      Avouer quoi ? Vous êtes comme nous tous, vulnérable. Et puis quoi ?
      Sur vos douleurs mécaniques viennent se rajouter vos douleurs psychiques comme tout le monde. Le malheur, c’est de confondre les deux, de les mélanger, de les expliquer l’une par l’autre. Et cette tendance s’empire gravement aujourd’hui. Même croissance que le nombre de coachs en tout genre et de psys. Y aurait-il un lien souterrain entre ces phénomènes ?????

      Voici quelques pistes générales dont je suis sûr. Ensuite, il faudrait reprendre chacun de vos symptômes et la façon dont ils ont été interprétés et « soignés » pour faire le tri et vous aider un peu plus concrètement.

      Cordialement
      Yves

      • Un de mes derniers posts vous aidera peut-être. Il s’agit d’une tentative de relever le moteur de nombre de grandes révolutions. De Galilée à Darwin, puis à d’autres comme Cyriax.
        Le point commun de tous ces hommes tient en leur acharnement à se méfier des explications rapides, évidentes et à leur méfiance par rapport à ce que leur disent leurs sens. Mais je devine la difficulté de nos contemporains à écouter ces grands hommes quand on voit quel engouement suscitent des « thérapies » dont le fondement (pour autant qu’il existe) ne suscite aucune surprise. Je me rappelle souvent la merveilleuse phrase de François Jacob (Prix Nobel quand même) : « On peut presque mesurer l’importance d’une découverte à l’intensité de la surprise qu’elle provoque » 😉
        https://orthopedie.wordpress.com/invite/

        Yves

  24. Laurence dit :

    Bonjour
    En souffrance depuis 1 bon mois, j’en viens à consulter ce blog.
    Je souffre de douleurs cervicales, avec un point plus précis et douloureux à droite, des douleurs aux 2 épaules, dans les 2 bras et dans les mains. En position allongée ou la tête en appui dans un canapé les douleurs deviennent vite insupportables. J’ai comme la sensation de bouts de verre qu’on m’enfoncerait dans les bras et la paume des mains. Je n’arrive pas à soulever les bras. Je prend 2 anti-inflammatoires par jour mais la douleur la nuit n’est jamais érradiquée.
    Mon mari me dit que ces maux sont liés à mon état dépressif depuis mon licenciement, mais ces douleurs sont bien réelles et vraiment violentes. Je suis exténuée par mes nuits blanches et agitées.
    Avez-vous une idée de ce qui m’arrive ? D’avance merci.
    Laurence

  25. Ophelie dit :

    Bonjour, je souffre depuis plusieurs semaines de grosses douleurs aux cervicales avec la douleur qui irradie surtout dans le bras gauche jusqu a la main avec parfois des sensations de picotements. J ai eu il a 7 ans un accident de scooter, j ai eu pas mal de dégâts dont une entorse cervicales mais depuis plus vrmt de douleurs. Et il y a 3 ans j
    ai trouvé un travail assez physique de
    preparation de commande ds le froid, en
    2012à un irm on m a trouver une raideur
    rachidienne avec ebauche d inversion de la
    courbure au niveau C5-C6, un petit débord
    discal postero sagittal gauche et en C5-C6 une discrète discopathie protrusive débutante. Et
    depuis 3 semainesmaintenant je suis arret je n avais plus de force au travail tellement la
    douleur est intense, je dois passer un irm le 2
    décembre mais en attendant j ai de séances
    de kinesitherapie balneo, avec un traitement d
    anti inflammatoire, decontractant et
    anti douleur que mon medecin m a changé
    plusieurs fois depuis car sans amélioration.
    Je n ai que 26 ans et très peur de ne pas
    pouvoir reprendre un travail un jour. À l heure
    d aujourd’hui je suis pas mal perdu et j
    attends avec impatience le nouvel irm. Je suis
    désespérée d autant souffrir comme pas mal de personnes sur ce site.

  26. Clément LE DRESSAY dit :

    Bonjour,
    J’ai 35 ans et des douleurs aux trapèzes depuis 2 mois. J’ai vu un rhumato il y a 3 jours qui m’a prescrit des antiinflammatoires qui font un petit effet et je dois passer une IRM dans un mois. Il m’a dit que je pouvais me faire masser le dos mais pas de manipulation.
    Mon kiné (aussi ostéo) me dit que ma posture n’est pas bonne, je suis de travers, et qu’il peut améliorer cela en travaillant sur les dorsales hautes, ce qui soulagera les cervicales. Vrai ou faux?
    Par ailleurs, je ne sais pas si je dois pratiquer du sport ou si je dois attendre de ne plus avoir de symptômes avant de reprendre une activité physique? J’ai la chance d’habiter en Guadeloupe donc je peux facilement aller nager le crawl avec un masque et tuba ou faire de la marche en forêt. Le rhumato ne savait pas trop quoi me répondre et m’a dit d’éviter de tirer sur les bras.

    Merci pour votre blog, très intéressant, que je vais recommander à mon beau père médecin généraliste (retraité) qui m’a certifié qu’une hernie discale ne faisait mal que lorsque cela comprimait un nerf!

    Cordialement,

    Clément.

  27. Matthieu dit :

    Bonsoir,
    « En effet, cette rectitude est une défense organisée par la moelle pour mettre tous les éléments sensibles en position la plus neutre possible. Il ne s’agit donc pas de raideur. Et vouloir gagner en mobilité est une grave erreur ».
    Pourriez-vous préciser les conséquences possibles d’une stratégie thérapeutique visant à gagner en mobilité dans le cas d’une rectitude cervicale.
    Je présente en effet une rectitude cervicale objectivée par une radio et j’ai suivi un traitement ostéopathique visant à retrouver une bonne mobilité. Je subi par ailleurs des épisodes de vertiges et de troubles de l’équilibre qui demeurent complexes à décrire: Instabilité, vue qui se trouble, nausées….j’ai la sensation que ces épisodes sont présents en même temps que les contractures sont fortes.
    J’ai été traité par les techniques discales que vous évoquez, je me souviens effectivement avoir ressenti un soulagement mais qui n’a pas duré dans le temps. La colonne cervicale serait elle instable après des années de traitement de myolastan…
    Merci encore pour votre réponse.

  28. de campos dit :

    Bonjour
    Suite à une chute sur la tête le 10 juillet 2014 on m’a diagnostique une entorse cervicale
    aucun scanner ni aucune irm n’ont été prescrit car après une radio qui a décelé une inversion de courbure en c4 c5 et un examen clinique « normal » rien à part des antalgiques eu des autres inflammatoire
    Mais 4 mois après j’ai toujours de forte douleur depuis l’occiput jusqu’au milieu des omoplates
    Je suis désespérée car je suis professeur de danse et cela m’oblige à repousser les limites de la douleur.

    • orthopedie dit :

      Bonjour,

      Effectivement, les entorses cervicales sont un diagnostic clinique et les imageries ne donnent pas grand-chose. En réalité les entorses cervicales sont la conséquence d’un accident avec accélération de la tête qui se comporte comme un fouet. On l’appelle le coup du lapin, mais il vaudrait mieux parler de « coup de fouet » (comme les anglophones : whiplash : http://www.rhumatologie.asso.fr/05-bibliotheque/publications/pub-71-659-664.asp).
      Par contre la rectitude de la colonne cervicale est un signe très fiable de ce whiplash et il faut la traiter avec beaucoup d’égard. En effet, cette rectitude est une défense organisée par la moelle pour mettre tous les éléments sensibles en postion la plus neutre possible. Il ne s’agit donc pas de raideur. Et vouloir gagner en mobilité est une grave erreur.
      Il faut :
      1 – Tester si les techniques « discales » pourraient vous faire gagner en extension et pourraient diminuer vos douleurs.(On peut y penser à cause de vos douleurs qui descendent vers les omoplates = douleurs extrasegmentaires : https://orthopedie.files.wordpress.com/2013/01/douleurs-projetecc81es-cervicale.jpg
      2 – Tester vos capsules articulaires et, si nécessaire, les traiter en profondeur comme le préconisait Cyriax.

      Relisez bien les posts sur la cervicalgie pour éviter absolument ce qui vous soulage momentanément, mais vous empire sur le long terme.
      Que donnent les anti-inflammatoires ? Et les antidouleurs ?

      Il faut vraiment que je fasse un article sur cette problématique si mal connue !!!!!!!

      Yves

  29. MelGIB dit :

    bonjour,
    Merci de votre réponse qui s’est avérée exacte, car, au moment que vous me répondiez j’étais chez ma kiné qui est formidable, elle me faisait une « micro-kiné », elle a fait un travail en profondeur avec ses ti-secrets, le soir même j’ai senti une amélioration et à ce jour encore mieux, je continuerai à traquer avec elle » le mal par la racine »….physique ou psychique!!
    Merci Yves, cordialement Mélissa

  30. MelGIB dit :

    bonjour Docteur,
    Je reviens vers vous, car depuis mon AT en 2010 je souffre de blocages et douleurs cervical (trapèze,et bas du dos) tout le dos quoi, J’ai fait des séances de kiné jusque aujourd’hui ainsi que des rdv ostéo, car j’ai des rechutes à répétitions; le 22-09-14 j’ai été chez ostéo cela ma soulagé et là le 11-10-14 j’ai du repartir, et à ce jour la douleur est plus forte je ne peux plus tourner la tête à gauche…Je suis désespérer, j’en ai marre des antidouleurs depuis 4 ans, et la radio dit une petite scoliose (l’ostéo dit le « port de ma tête est très droite » et cela cause des douleurs!!),
    En 2012 La radio du bassin et rachis dorso-lombaire: arthrose inter -apoohysaire postérieure débutante touchant les derniers étages lombaires favorisée par une hyperlordose lombaire.
    J’aurais 42 ans le 29-10, j’en ai marre mon corps me lache depuis 4ans, les médecins en france n »écoutent pas les patients c’est malheureux, je déprime…Merci

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      Il semblerait que vous avez déjà écrit, mais je n’en trouve pas de trace.
      Pour vos douleurs cervicales + trapèzes, je retiens que votre « ostéo » vous a dit que votre cou est très droit. Cela se retrouve toujours comme conséquence d’un accident (important ou plusieurs petits). La raideur s’installe pour « protéger » votre colonne et, ensuite, les contractures s’automatisent. Les muscles ne sont donc pas la cause du problème, mais le témoin de troubles profonds qu’il faut chercher et trouver. (Décidément il faut que je fasse un post sur le traumatisme cervical que les Anglais appellent « Wiplash »).
      Si vous ne connaissez personne qui pratique les techniques spécifiques à ce genre de problème, il faut commencer par ne pas nuire (même si vous sentez un mieux temporaire)… Pas de massage, pas de chaleur… Voir ICI</a>
      Au niveau lombaire, ce qu’on voit à la radio semble banal. Il faudrait donc vous examiner consciencieusement. Mais la problématique est la même qu’au niveau cervical : Voir ICI

      Cordialement

      Yves

  31. sam dit :

    Bonjour,
    Je suis sujette aux cervialgies depuis 2mois. Et depuis 20jours je suis en phase aigue (non calmée par la cortisone ni les Ains) le rhumato ne veut pas infiltrer car hernie cervicale C5/C6. Je souffre au quotidien. Je porte une minerve…Merci pour votre réponse. Je désespere de guérir un jour

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      Si vous avez une hernie (comment a-t-elle été mise en évidence ?) et que ni la cortisone ni les anti-inflammatoires ne vous aident, vous ne pouvez pas rester ainsi.
      Votre médecin peut vous aider à gérer la douleur : d’abord paracétamol, si pas de réactions favorables : contramal, si pas de réactions favorables : valtran.
      Vous pouvez aussi lui demander si la péridurale cervicale ne pourrait pas vous aider.
      S’il s’agit d’une hernie il faut : jouer sur les antidouleurs, les anti-inflammatoires et faire preuve de patience, car le temps joue en votre faveur puisque la hernie va se dessécher avec le temps.
      Courage.
      Yves

  32. L’Empire immobile ou le choc des mondes | Alain Peyrefitte « paebicyccons dit :

    […] pas plus douloureux que ça mais le moindre choc se répercute dans qui pourraient vous empirer. https://orthopedie.wordpress.com/cervicalgies/ En 3 jours mon bras était rouge, enflammée et pratiquement immobile. “Deux monnaies […]

  33. rek dit :

    Il faudrait faire une IRM ? Electromyogramme ?

  34. rek dit :

    Bonjour monsieur,

    J’ai 19 ans et je souffre depuis 2 mois de douleur chronique au cou et aux trapèze. Quand je lève mes bras j’ai des vertiges ! J’ai fait un scanner il n’y avait rien d’anormal. J’ai également consulter un ostéopathe mais rien à faire j’ai toujours mal !! J’avais une grosse carrie je les soigner je pensais que c’était à cause de ma dent mais non !

    Merci de votre réponse.

    Cordialement.

  35. lopes de sousa dit :

    Bonjours je souffre depuis 3 mois de la nuque jusqu’à l’arrière des épaules. Je suis aller voir un ostheopthe toute aller mieux jusqu’à se matin les douleurs son revenu. Que dois je faire pour que les rechute sois éviter merci

  36. Matthieu dit :

    Bonjour j’ai consulté récemment pour des cervicalgies. Le praticien a bien constaté une inflammation de l’articulation cervicale et des lésions en mettre en relation avec un accident, pourtant je n’ai pas le moindre souvenir d’un choc éventuel au niveau des cervicales, qu’en pensez-vous? Merci pour votre réponse.

    • orthopedie dit :

      Il est fréquent de ne pas avoir de souvenir. Cela peut-être une chute à vélo, une roulade ratée, des positions « tordues » maintenues… Ou un mixte de tout cela. On dit (à raison) que, contrairement aux troubles lombaires, on reconstitue très rarement l’histoire d’une colonne cervicale. Mais il est certain que vous présentez une inflammation au niveau articulaire cervical.
      Yves

      • Matthieu dit :

        Merci pour votre réponse. Pensez vous qu’un médecin généraliste en France est qualifié pour détecter une inflammation avec un examen physique: palpation? En effet j’ai des difficultés à obtenir une prescription pour des anti-inflammatoires. Les différents médecins que j’ai pu rencontrer persistent à me prescrire des relaxants musculaires: coltramyl, myorel, lumirelax….qui ne soulagent que très peu.

        • orthopedie dit :

          Cela devient, en effet, catastrophique : https://orthopedie.wordpress.com/donner-du-sens-a-la-douleur/
          J’imagine que vous pouvez rencontrer un autre médecin !
          Malheureusement les Français estiment avoir « dépassé » la démarche de Cyriax et prennent de très haut ceux qui creusent ce sillon. Les Français affectionnent particulièrement les démarches qu’ils appellent « neuro-dynamique ». Je m’y suis intéressé il y a plus de dix ans et, même si les idées étaient séduisantes, j’ai dû me rendre à l’évidence : cela ne fonctionne pas. Mais les thérapeutes et les patients « aiment » cela pour l’instant. Phénomène d’engouement bien connu. Je l’ai rencontré souvent en 30 ans de carrière : Mézières, Chaînes musculaires qui réapparaissent aujourd’hui sous la forme de la « RPG » (reconstruction posturale globale). Cela arrive, déferle, s’estompe, disparaît pour réapparaître quelques années plus tard sous d’autres formes. Et la raison en est toujours la même : il n’y a pas de formation d’orthopédie non-chirugicale au sein des études de médecine et de kinésithérapie !
          Si vous suivez la filière à la mode en France aujourd’hui (neuro-dynamique), je vous conseille de la suivre jusqu’au bout et de ne pas mélanger cette « approche » avec la Médecine Orthopédique Générale. Même si vous y revenez après.
          Yves

  37. PAQUET dit :

    Bonjour Monsieur,
    Merci pour vos bons conseils que je vais m’appliquer à mettre en œuvre.
    C’est vraiment très aimable à vous de vous investir de la sorte.
    Cordialement.
    Christine Pâquet

  38. PAQUET dit :

    Bonjour Monsieur,
    Je vous remercie pour votre réponse. Sans vouloir abuser de votre patience, j’aimerais que vous me disiez qui je dois consulter ( un orthopédiste ?) et quelles sortes d’investigations dois-je faire ? Examens, lesquels ? Je souhaite effectivement trouver la cause de ce mal.
    D’avance, merci pour votre réponse.
    Cordialement.
    Christine Pâquet
    PS : Dernièrement, on m’a diagnostiqué une hypothyroïdie d’Hashimoto, pensez-vous qu’il pourrait y avoir un lien avec ma douleur au trapèze ?

  39. PAQUET dit :

    Bonjour Monsieur,
    Je découvre votre site et pense avoir trouvé la bonne personne pour m’aider. Je m’explique : depuis bientôt cinq ans, je souffre de « contractures musculaires » en haut du dos et depuis longtemps au niveau du trapèze droit. Avec beaucoup de fourmillements dans le bras gauche surtout, voir bras droit plus rarement. Beaucoup de craquements dans les mouvements de haut du corps. J’ai bien sûre consulté mon médecin généraliste qui m’a prescrit maintes séances de kiné infructueuses, j’ai été manipulé par différents très bons ostéopathes en passant par une masseuse et rien n’y fait. Je me refuse à prendre des médicaments car j’ai vraiment la sensation qu’il s’agit d’un problème fonctionnel. Il est vrai que depuis quelques années, je passe beaucoup de temps devant l’ordinateur. Faut-il que je cesse ? Mauvaise position ou autre ?
    Je ne sais vraiment plus quoi faire et souffrir dans chaque mouvement de tête fini par me casser le moral. Que me conseillez-vous ?
    D’avance, merci pour votre réponse.
    Cordialement.
    Christine

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      Je m’explique : depuis bientôt cinq ans, je souffre de « contractures musculaires » en haut du dos et depuis longtemps au niveau du trapèze droit.
      Les contractures dans le trapèze ne correspondent jamais à une pathologie du trapèze. Elles sont le signe d’un trouble profond (disco-duremérien ou articulaire) à chercher et à trouver. Donc : pas de massage, pas d’étirement, etc.(https://orthopedie.wordpress.com/douleurs-dans-les-muscles-des-epaules/) Essentiel, car il faut d’abord ne pas vous empirer en croyant bien faire. Voici pourquoi : https://orthopedie.wordpress.com/ne-pas-masser-ou-etirer-les-epaules-pourquoi/

      Avec beaucoup de fourmillements dans le bras gauche surtout, voir bras droit plus rarement.
      Ces fourmillements font penser à une névralgie cervico-bracchiale (compression d’une racine quelque part -par le disque ou au niveau du trou de conjugaison). Quel territoire de vos fourmillements : voir : https://orthopedie.wordpress.com/dermatomes/

      Beaucoup de craquements dans les mouvements de haut du corps. Pas très important.

      J’ai bien sûre consulté mon médecin généraliste qui m’a prescrit maintes séances de kiné infructueuses, j’ai été manipulé par différents très bons ostéopathes en passant par une masseuse et rien n’y fait. Il faut donc arrêter ces démarches.

      Je me refuse à prendre des médicaments car j’ai vraiment la sensation qu’il s’agit d’un problème fonctionnel.
      Il s’agit assurément d’un trouble mécanique dont il faut trouver la cause. Dans tout problème mécanique, il y a une composante inflammatoire importante. C’est la raison pour laquelle il faudrait au moins tester 7 à 10 jours d’anti-inflammatoires. Parfois cela soulage suffisamment pour ne pas pousser les investigations plus loin. Ensuite, prendre des vitamines B pour réparer la gaine du nerf (car les fourmillements correspondent à la compression -mécanique et inflammatoire) de la gaine du nerf.

      Il est vrai que depuis quelques années, je passe beaucoup de temps devant l’ordinateur. Faut-il que je cesse ? Mauvaise position ou autre ?
      L’ordinateur (et la position assise maintenue) n’aide évidemment pas. Cependant, il ne faut pas se tromper de cible : vous avez un problème mécanique qui est empiré par la position assise prolongée. Mais cette position n’est pas la cause.
      Je vies de rédiger la première partie d’un article sur la position assise (la deuxième rebondira sur la conclusion de la première). Il n’y a pas de bonne position assise… Il faut penser autrement :
      https://orthopedie.wordpress.com/assis-attention-danger/
      Au plaisir.
      Yves

  40. ISA dit :

    Bonjour,
    Depuis plusieurs mois, je souffre d’instabilité à la marche (tangages), voir vertiges, grande fatique, céphalées, nausées, troubles de la vue, tout ceci sans grandes douleurs ormis céphalées mais très invalidant pour vivre une vie normale, plus au travail, plus de voiture etc…
    Rééducation vestibulaire avec peu de succès à mon sens même si depuis quelques jours ces vertiges ont disparus mais se sont remplacés par une douleur côté droit à l’épaule, bras et main engourdis.
    J’ai demandé une radio du rachis cervical à mon médecin ma maman souffrant d’arthrose cervicale. Voici ce qui est dit :
    Signes de discarthrose C5-C6 avec uncarthrose droite entrainant une petite diminution du trou de conjugaison correspondant.
    Je vois mon médecin Vendredi et comme le centre de radiologie ne m’a rien expliqué…chèque, bilan dans les mains et la porte…
    Merci beaucoup pour votre analyse.

  41. haddou dit :

    BJr
    Mon rhumato me dit que je souffre de névralgie cervico-brachiale, en fait j’ai une raideur de la nuque et sur le coté droit du cou, une legère douleur au niveau des trapèze, la main droite froide, mais de couleur normale, pas de douleur au bras, des acouphènes oreille droite et gauche, sensation d’oreilles comprimé, j’ai fait un scan et on m’a dit que j’avais de l’arthrose au niveau des cervicales C3-C4. Je suis sur lyon, quelqu’un peut-il m’aider ou me conseiller, mon médecin m’a prescrit du solupred 20 que je dois prendre pendant 10 jours. Merci pour votre aide

  42. Wauthier Gaëtane dit :

    Bonjour Monsieur,
    Je souffre de cervicalgie depuis des années (j’ai 38 ans), et si les séances chez le kiné me soulagent, les douleurs réapparaissent au bout de quelques jours. Parfois la douleur irradie jusque dans le bras et je souffre tant que seule la morphine m’aide à tenir. Actuellement, mon oreille droite est bouchée (le tympan est parfait, aucune otite), parfois douloureuse. On me dit que mes mandibules sont fort usées (elles « claquent » quand j’ouvre la bouche) et que les muscles sont si contractés que la douleur atteint l’oreille…. Dans ce cas, la décontraction n’est-elle pas indiquée?
    Je suis heureuse de lire une opinion à contre-courant. Il est réconfortant de rencontrer (même sur le Net) des personnes soucieuses de véritables progrès en matière de santé. Pour tout cela, je vous remercie infiniment.
    Mme Wauthier

    • orthopedie dit :

      Bonjour,

      Vous souffrez peut-être de névralgie cervico-brachiale (un nerf cervical est comprimé soit dans le canal vertébral par le disque, soit à la sortie dans le trou de conjugaison).
      Vous pourrez trouver de quel nerf il s’agit en cherchant sur la carte des dermatomes quelle zone est douloureuse. https://orthopedie.wordpress.com/dermatomes/
      On vous dit que…
      Mais on ne vous donne pas de diagnostic précis.
      s’il s’agit d’une névralgie cervico-brachiale, il faut en trouver la cause (examen de choix = scanner ou IRM + électromyogramme)
      La mâchoire ne peut pas donner de douleurs dans le bras. Cependant, vous pouvez avoir « fromage et dessert » : une névralgie cervico-brachiale ET une petite arthrite banale de l’articulation temporo-mandibulaire ou autre chose.
      Que donnent les anti-inflammatoires ?
      … Hypothèse diagnostique d’abord, puis test de traitement, évaluation, réorientation (si nécessaire) du traitement.
      Vous êtes jeune et je peux vous dire que ce genre de symptôme à votre âge doit être expliqué précisément, car ce n’est pas banal !

      Yves

  43. Benatar Pascal dit :

    Bonjour,

    Je viens de lire les exposés concernant les douleurs cervicales et voudrais vous soumettre le mien.
    J’ai 46 ans
    J’ai fais il y a 1 mois 1/2 un plongeon de 7/8 m et à la réception dans l’eau j’ai relevé la tête un peu vite, j’ai ressentie une petite douleur à droite. Le lendemain la douleur pas très importante se trouvait toujours au niveau des cervicales et du trapèze mais à gauche…. Je ne suis pas inquiété plus que ça je fais beaucoup de sport et je pensais que ça allait passer, une semaine plus tard je vais voir mon médecin qui me prescrits 5 séances de kiné que je fais dans la semaine.
    Le we je fais des courses de trail et le lundi suivant la douleur à disparue…. Mais a réapparu le lundi d’après, après un trail en montagne le Samedi.
    Je vais voir un mésothérapeute qui à la seconde séance me fait une infiltration de cortisone. La douleur est toujours présente mais supportable je pars en vacance et 10 jours après je retourne le voir car sans me faire trop mal c’est toujours présent et ça me fatigue un peu. Je prends du voltaréne et il me préconise une IRM. Le Samedi 31 Aout la douleur est plus présente, nuque, trapèze, omoplate et dans le bras. Je vais courir dans l’après midi et ensuite nager. Et là grosse douleur dans les cervicales je pouvais difficilement lever la tête, la douleur c’est amplifiée et j’ai fini aux urgences dans la nuit j’avais beaucoup trop mal. Et depuis un tas de traitement à base de morphine, et d’autres médicaments qui m’ont rendu malade (topalgic)
    Névralgie cervico brachiale…… J’ai fais l’ IRM et on voit qqs inflammations que nous tentons de diminuer en ce moment par la prise de cortisone orale solupred 2 cachets 1/2 par jour ( maux de tête! et estomac barbouillé)
    La douleur ne s’arrête jamais et la nuit c’est insupportable, je ne dors plus dans mon lit mais assis sur le canapé.
    Est ce qu’il y a des traitements efficaces pour calmer les douleurs? (J’ai le sentiment que l’on m’enfonce un poignard dans l’omoplate et la douleur se diffuse dans le trapèze et le long du bras.
    Obligé de trouver des positions en permanence pour tenter de se soulager, impossible de bosser de dormir correctement……)
    Je ne sais plus quoi faire! Un peu confus et peut être un peu long mais je souhaitais vous donner l’historique complet. Merci de vos réponses.

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      vous décrivez une histoire typique de « Wiplah injury » comme disent les anglophones, « coup du lapin » en français.
      Le Wiplah crée toute une série de petites lésions profondes (disques, ligaments, muscles…). Les douleurs n’apparaissent pas tout de suite. Parfois plusieurs semaines ou plusieurs mois après et à distance des structures lésées (dans les muscles des épaules et de l’omoplate surtout)
      Le traitement consiste en des techniques très spécifiques pour recentrer le disque (s’il est décentré = on le sait par l’examen clinique) et/ou des techniques de massage transversal profond sur les capsules articulaires des cervicales… Parfois des infiltrations à ces mêmes niveaux.
      Si la douleur descend dans le bras, il se peut qu’un nerf cervical soit comprimé par l’inflammation et il faudrait réévaluer l’efficacité d’un anti-inflammatoire.
      Surtout pas de massage sur les trapèzes. Pas de détente non plus.
      Si mes déductions sont bonnes, il faudrait commencer par quelques techniques manuelles (spécifique au Wiplah) de base, jouer avec les antidouleurs et les anti-inflammatoires.
      Je ne peux rien dire d’autre sans vous voir.
      Yves

      • Benatar Pascal dit :

        Bonjour Yves, merci pour votre réponse. La douleur devenant vraiment intenable je me suis fais hospitalisé qqs jours. Allongé pendant 5 jours en service de rhumatologie avec un traitement de cortisone à réduit considérablement les douleurs du haut du dos et du bras. J’ai encore le bras engourdis avec moins de force et quelques picotements dans les doigts. La lecture de l’ IRM par le professeur du service indiquait effectivement une compression du nerf en C6 et une Ernie. Minerve et traitement pendant plusieurs semaines j’espère enrayeront complètement cette névralgie……..
        Je ne connais pas les techniques de Wiplah…. J’habites Aix les Bains connaissez vous un confrère en Rhones Alpes que vous pourriez me conseiller?
        Je vous souhaite une bonne journée
        Pascal

        • orthopedie dit :

          Bonjour,
          Je suis ravi que mon hypothèse (discale + compression nerf) ait été prise au sérieux rapidement.
          Vous pouvez m’écrire lorsque vous irez mieux en sortant de la clinique.
          Le choix de thérapeute sera essentiel, mais on ne peut pratiquer aucune technique manuelle tant qu’il y a des signes neurologiques (diminution des réflexes, modification de la sensibilité ou perte de force). Il faudra donc demander au neurologue le bilan de tout cela en sortant, car les techniques manuelles sont proscrites lorsqu’un nerf (peut importe la cause) souffre. La vitamine B aide à la réparation de la gaine du nerf… À prendre rapidement.
          Yves

  44. sara dit :

    Je vous remercie beaucoup j en parlerai au neurochirurgien. et vous redonnerai des nouvelles.
    Cordialement
    Sara

  45. sara dit :

    Effectivement je ne connaissais pas toutes ces types de minerves 🙂 celle dont je parle est en mousse..
    Que me conseiller vous dans l hypothèse où c est bien ce ligament vertébral postérieur commun et la dure-mère qui sont irrités? Est ce que le renforcement musculaire est utile? Sachant qu a cause des douleurs j ai perdu énormément de muscles. En + bien sur on a essayer sur moi cette fameuse thérapie qui consiste a se détendre a outrance..

    • orthopedie dit :

      Le ligament vertébral postérieur commun et la dure-mère sont irrités à cause des disques et du canal étroit… Il faudra voir cela avec le neurologue et le chirurgien. Vos muscles ont perdu de la force parce qu’ils sont « bombardés » en permanence par des boucles réflexes en rapport avec ces irritations. C’est la même chose quand on développe une arthrose de hanche : la souffrance de l’articulation provoque une fonte musculaire réflexe, mais cette fonte musculaire n’est pas la cause de l’arthrose. Tout renforcement est donc inutile, voire agressant puisque -comme dans le cas de l’arthrose de hanche- ces renforcements risquent d’agresser encore plus les structures irritées.
      Yves

  46. sara dit :

    Merci pour votre réponse
    J ai deja vu un neurologue et fait un ENMG mais tout va bien selon lui, il n y a aucune atteinte nerveuse. Le neurologue pensait a des tendinites car il dit qu une douleur au nerf n apparait pas 2 jours après l effort.
    J attend de voir un neurochirurgien. En attendant je porte parfois une minerve quelques heures mais la nuit je ne sais pas comment protéger ma nuque.

  47. sara dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord je tenais à vous remercier et à vous dire que j’admire votre travail, vos recherches et le temps que vous prenez pour répondre à chacun..

    J’ai 30 ans et j’ai un canal cervical étroit congénital et tous les disques de ma nuque sont usés avec 2 ostéophytes.
    Je souffre depuis 6 mois de douleurs à la nuque qui varie souvent ces douleurs irradient parfois dans le bras et l’omoplate surtout quand je bouge beaucoup toutefois ces derniers temps cette douleur apparait 2 jours après l’effort.
    Sur l’IRM il n’y a pas de signes de compression de la moelle ou des nerfs.
    J’ai quelque fois des fourmis dans les bras et une faiblesse générale avec des nausées, vertiges, maux de têtes et tremblements intérieurs tous ces symptômes se déclenchent principalement à la suite d’un effort qui peut être simplement de rester assise durant quelques heures sans appuyer ma tête.
    Quand j’ai des crises de douleurs je me réveille chaque 15 à 30 minutes la nuit comme si j’allais m’évanouir et j’ai très peu de forces, mon médecin dit que c’est mon cerveau qui réagit à la douleur de cette manière, mais j’ai des doutes bien sûr…
    Je dois voir un neurochirurgien pour confirmer ou exclure une opération et discuter de l’évolution…
    Je ne sais pas quoi faire à part de la physio qui se base essentiellement sur un renforcement musculaire en douceur et ou je ressors totalement épuisée. j’ai aussi des tractions douces et des massages…
    je prends du lyrica, tramadol et dafalgan qui ne soulage pas beaucoup…
    Voilà si vous avez une piste je suis preneuse…

    • orthopedie dit :

      Chère madame,
      C’est un tableau sérieux que vous présentez.
      Il faudrait donc qu’un neurologue et un neurochirurgien travaillent ensemble sur votre dossier.
      Si la cause de vos douleurs est à chercher du côté du canal étroit, les contractures que vous avez sont la conséquence et non la cause de vos douleurs (et même plus encore : les contractures musculaires vous protègent).
      Il ne faut donc pas masser.
      Quant aux tractions, étant donné les troubles neurologiques que vous présentez, il faut les arrêter tout de suite.
      Ne cherchez pas non plus à vous soulager par des étirements ou des auto-massages, confectionnez-vous un coussin cervical en tournant plusieurs fois autour de votre cou un plaid afin de pouvoir déposer votre menton et reposer- -enfin- votre cou.
      Pour le reste, il faut tout miser sur les anti-douleurs et tout faire pour obtenir un diagnostic très précis.
      Vous avez fait une IRM, mais il faudrait faire un EMG (Électromyogramme) et un examen clinique neurologique (chez le neurologue).
      Donnez-moi de vos nouvelles.
      Cordialement.
      Yves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s