Définitions de l’ostéopathie

Vous trouverez ci-dessous différentes façons de définir l’ostéopathie selon les associations en Europe.
Je vous invite à découvrir le destin de l’ostéopathie dans le pays qui l’a vue naître... ICI

Résumé de l’évolution aux USA :
L’ostéopathie aux USA est officiellement autorisée depuis 1963 et on dispose de ce fait d’études comparatives fiables.
Actuellement l’« ostéopathie » n’est pratiquée que par des médecins.
Médecine ostéopathique et allopathique ont coexisté en parallèle jusque dans les années soixante. À cette époque, l’Association médicale de Californie et l’Association ostéopathique de Californie ont fusionné.
Dans les mois qui suivirent, environ 2000 ostéopathes (c’est à dire 86 % de la profession) moyennant 65 $ et une courte session de formation furent intégrés dans le corps médical et reçurent le titre de Docteur en médecine. Depuis cette époque, les ostéopathes sont autorisés à faire les mêmes actes médicaux que les médecins allopathes.
Les ostéopathes ne représentent actuellement que 5 % des médecins.
Ils sont principalement présents dans le secteur de la médecine générale.
Pourtant le nombre d’écoles ostéopathiques est passé de 14 à 19 depuis 1980 alors que le nombre des écoles allopathiques restait stable aux environs de 125.
De 1980 à 1997, le nombre de diplômés en médecine est resté presque constant (de 15 135 à 15 923) alors que celui des ostéopathes a presque doublé (de 1059 à 2009). Pourtant, l’« ostéopathie » est bien moins employée qu’il n’y paraît.
Une étude faite en 1995 sur 1055 ostéopathes montre qu’ils utilisent la thérapie manuelle « seulement de temps en temps » et que « seulement 6,2 % d’entre eux ont employé la manipulation ostéopathique pour la moitié de leurs patients et presque un tiers l’a employé pour moins de 5 %. »

Capture d’écran 2013-10-13 à 18.51.07Quelques définitions


L’ostéopathie est une approche diagnostique et thérapeutique manuelle des dysfonctions de mobilité articulaire et tissulaire en général dans le cadre de leur participation à l’apparition des maladies.

(Définition de l’Académie d’Ostéopathie de Belgique ASBL).
www.osteopathie.be


L’ostéopathie est une discipline médicale complète où le diagnostic manuel et l’approche thérapeutique des troubles fonctionnels, apparus par une perte de mouvement d’un tissu quelconque, tiennent une place centrale.
L’ostéopathie est en même temps une science, un art et une technique. 
Une science parce qu’une solide connaissance des sciences médicales fondamentales, ainsi que de l’anatomie et de la physiologie, est essentielle pour pouvoir exercer l’ostéopathie d’une manière sûre et compétente.
Un art parce que l’ostéopathie est exercée par des gens de talent et de conviction qui comprennent très bien comment il faut aborder un patient. C’est l’art de stimuler ou de rétablir la santé et l’équilibre.
Une technique parce que l’ostéopathie se sert exclusivement de procédés manuels.

(Définition de l’IAO : THE INTERNATIONAL ACADEMY OF OSTEOPATHY)
www.iao.be

L’ostéopathie se fonde sur des sciences qui sont en constante évolution. Il est dès lors logique que la définition de l’ostéopathie ait évolué au cours du temps.
Actuellement, les praticiens de la médecine ostéopathique s’accordent autour de la définition élaborée en 1987 lors de la « Convention Européenne d’Ostéopathie » qui se tenait à Bruxelles grâce au concours du Professeur Pierre Cornillot, Président de l’Université de Paris-Nord Bobigny :
« La médecine ostéopathique est une science, un art et une philosophie des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution. 

Sa philosophie englobe le concept de l’unité de la structure de l’organisme vivant et de ses fonctions. Sa spécificité consiste à utiliser un mode thérapeutique qui vise à ré harmoniser les rapports de mobilité et de fluctuation des structures anatomiques. 

Son art consiste en l’application de ses concepts à la pratique médicale dans toutes ses branches et spécialités. 

Sa science comprend notamment les connaissances comportementales, chimiques, physiques et biologiques relatives au rétablissement et à la préservation de la santé, ainsi qu’à la prévention de la maladie et au soulagement du malade. 

Les concepts ostéopathiques mettent en évidence les principes suivants :
Le corps, par un système d’équilibre complexe, tend à l’auto-régulation et à l’auto-guérison face aux processus de la maladie.
Le corps humain est une entité dans laquelle la structure et la fonction sont mutuellement et réciproquement interdépendantes.
Un traitement rationnel est fondé sur cette philosophie et ses principes. Il favorise le concept Structure/Fonction dans son approche diagnostique et thérapeutique par des moyens manuels. »
http://www.osteopathie-france.net

Vous pouvez bien sûr m’interpeller… Je répondrai à chacun, toujours !!!

ACCUEIL SITE

5 commentaires sur “Définitions de l’ostéopathie

  1. TAHON dit :

    Bonjour.
    Merci pour votre éclairage sur ce sujet.
    Je souffre d’un SADAM suite à une malocclusion dentaire enfantine mal soignée…
    Je porte dont 2 demi stellites pour remplacer les molaires manquantes, un dentiste postural me suit pour cela.
    Je dois aussi dormir avec une gouttière, car trop de pression niveau mâchoire.
    Je vois un ostéopathe dentaire qui me remet dans l’axe 2 fois par an.
    Comme vous le dites, le problème n’est jamais résolu, dans le sens où je sais que 2/3 fois par an je dois revoir ces spécialistes.
    Je dois dire que je me sens mieux depuis que j’ai recours à ces soins.
    C’est certain qu’un aspect commercial entre en compte, les soins ne sont pas donnés et rien n’est jamais résolu de façon définitive.
    Maintenant, une seule douleur reste vivace, type sciatique jambe droite.
    Rien à faire, pensez vous qu’une visite chez un orthopédiste s’impose ?
    Cordialement.
    Marie TAHON

    • orthopedie dit :

      En ce qui concerne votre sciatique :
      La prise en charge dépend beaucoup de l’âge.
      Mais : il faut respecter une procédure stricte :
      – être écouté par un praticien
      – subir un examen clinique (beaucoup de tests debout, couché sur le ventre et le dos + palpation)
      – faire une hypothèse diagnostique (sciatique, peut-être)
      – évaluer la nécessité de faire des examens complémentaires (on en fait beaucoup trop)
      – commencer par un traitement simple accompagné de bons conseils (EX : la sciatique pourrait répondre au traitement manuel = une ou deux techniques = évaluer + école du dos)
      -revoir le praticien afin qu’il vous écoute à nouveau, qu’il vous examine à nouveau et qu’il réoriente le traitement en fonction de ce qu’il constate.

      Vous trouverez beaucoup de questions semblables dans les commentaires de https://orthopedie.wordpress.com/la-cortisone-les-anti-inflammatoires-les-infiltrations/

      Il faut aussi parfois penser à la péridurale basse : https://orthopedie.wordpress.com/la-peridurale-basse/

      Si votre médecin généraliste ne connait pas bien l’orthopédie générale, un rhumatologue est peut-être mieux placé qu’un « orthopédiste » (toujours chirurgien) pour vous accompagner.
      Amicalement

      Yves Seghin

  2. TAHON dit :

    Que pensez-vous de l’ostéopathie dentaire ?
    Cette « technique » qui a pour but de redresser la mâchoire et de même remettre dans l’axe le squelette.

    • orthopedie dit :

      Bonjour,

      Il serait très long de vous parler de mon expérience…
      En quelques mots :
      – il y a plus de 10 ans, je me suis intéressé au rapport entre l’occlusion dentaire et les TMS
      – j’ai constaté des changements posturaux et les patients se disaient améliorés… Je faisais systématiquement des photos.
      – beaucoup de collègues se sont enthousiasmés comme moi et des livres sont sortis
      MAIS : constatations
      – les modifications posturales ne perduraient pas (rien d’étonnant à cela puisque l’ATM est très sensible d’un point de vue proprioceptif, mais notre cerveau est conçu pour « éliminer » le « nouvelles » informations inutiles. EX. : Vous achetez une voiture en vous félicitant du confort des sièges, et pendant quelques jours vous y penserez encore… Puis votre cerveau gommera cette information inutile).
      – les patients furent déçus
      Malgré cela tout un marché COMMERCIAL se greffa sur ce qu’on pourrait appeler « une belle idée » (dentiste, homéopathe, ostéopathe crânien -que je connais bien pour avoir fait mes études à Maidstone et pour avoir travaillé un peu au College of osthépaetic médicine de Portland). VOIR CV ICI
      Que reste-t-il (en ce qui me concerne) ?
      – si douleurs ATM et (ou) cervicale = vérifier l’occlusion et, si besoin, renvoyer chez le dentiste.
      À part cela, votre question met en lumière le fantasme fondateur de l’orthopédie courante : remettre dans l’axe. En effet, « ortho » veut dire « droit » (dans l’axe) et ceci est vrai, MAIS en chirurgie. En orthopédie générale, il faut tenter de trouver chaque pathologie et de les traiter en « composant avec » l’asymétrie qui nous caractérise tous… Idem pour l’axe de la terre.
      Bien à vous

      Yves

  3. Christophe dit :

    Bonsoir,

    Il est rare de trouver sur un blog des définitions aussi complètes de l’ostéopathie. Bravo.

    Christophe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s