Ostéopathie, don de Dieu

« L’ostéopathie est une science qui analyse l’Homme et découvre en quoi il participe à l’intelligence divine. Il s’agit d’une science régie par les lois de la nature. Cette science est dédiée à la guérison par des voies naturelles. L’ostéopathie est la loi de Dieu. »

Andrew Taylor Still, magnétiseur, rebouteux, fut membre du mouvement spiritualiste, doctrine très en vogue de 1840 à 1920, postulant notamment l’existence d’une entité supérieure, un dieu personnel, une capacité à guérir par la force de la prière. Le spiritualisme (ou sa branche française, le mouvement spirite) affirme entre autres que l’esprit des défunts reste présent après leur mort : en communiquant avec eux, il serait possible de solutionner nos problèmes, au moyen de médiums ou de personnes servant de canal (d’où le terme de channelling !). Still basa toute sa technique, l’ostéopathie, sur une vision datée précisément du 22 juin 1874 à 10 heures du matin, qui lui révéla la « vérité » : l’humain aurait été selon lui créé avec tous les fluides et tous les onguents lui permettant de s’auto-guérir : « Le corps est la pharmacie de Dieu » ». Il insista bien sur le fait qu’il n’est que le découvreur de l’ostéopathie et que l’auteur n’est autre que Dieu en personne. Extraits de ICI

Dans son autobiographie, A.T. Still donne la date très précise du 22 Juin 1874 à 10 heures comme étant le moment où la connaissance divine de l’ostéopathie lui fut transmis
« Il y a 20 ans, le 22 Juin à 10 heures, J’ai vu une petite lumière à l’horizon de la vérité. Tel que je l’ai compris, c’est dans mes mains que le Dieu de la nature la déposa. On pouvait lire sur cette lumière l’inscription : ceci est ma bibliothèque médicale, ma chirurgie, mon obstétrique ».

Mémoire sur l’ostéopathie : ICI

Dans son autobiographie, l’auteur relate un événement très particulier qui s’est passé pendant son enfance. A.T.Still, alors jeune enfant, était très sujet aux migraines. Il décida pour se soulager de placer une cordelette sous la base de son crâne et de suspendre les deux extrémités à un arbre telle une balançoire. Lorsqu’il se réveilla, les maux de tête avaient disparu. Il nous dit que cet événement est la première leçon d’ostéopathie qu’il reçut, mais qu’il n’avait pas encore compris qu’il avait découvert l’ostéopathie. Ce n’est donc pas une épiphanie réelle, car la découverte ne s’est pas produite sur le champ, mais un raisonnement à rebours qui lui a permis de déduire qu’il avait découvert l’ostéopathie à ce moment-là.

Le serpent
A.T.Still relate dans son autobiographie de manière symbolique un combat contre un serpent. Ce conflit symbolise la première opposition avec les poisons c’est-à-dire les médicaments et l’ostéopathie. L’auteur triomphe de son combat contre le serpent montrant la supériorité de l’ostéopathie sur le médicament et plus largement sur la médecine…

Dans son autobiographie, l’auteur définit l’ostéopathie comme suit :

Ostéopathie (n.f) : du grec osteon (os) et pathos (souffrant)
.

Juridique : un système, une méthode ou une science de la guérison (voir les lois de l’État du Missouri).

Historique : l’ostéopathie fut découverte par le Dr A.T. Still, de Baldwin, dans le Kansas, en 1874. Le Dr Still estima qu’un flux naturel de sang correspond à la santé ; et la maladie est l’effet d’une perturbation locale ou générale du sang – ce qui excite les nerfs, oblige les muscles à se contracter, comprimant le flux de sang veineux vers le cœur ; et les os peuvent être utilisés comme leviers pour relâcher la pression des nerfs, veines et artères (A.T. Still).

Technique : L’ostéopathie est la science consistant en une connaissance exacte, exhaustive et vérifiable de la structure et des fonctions du mécanisme humain, anatomiques, physiologiques et psychologiques, incluant la chimie et la physique de ses éléments connus, ayant permis de découvrir certaines lois organiques et ressources curatives au sein du corps lui-même par lesquelles la nature, sous le traitement scientifique propre à la pratique ostéopathique (différent de toutes les méthodes ordinaires de stimulation externe, artificielle ou médicinale, et en accord harmonieux avec ses propres principes mécaniques, ses activités moléculaires et processus métaboliques) peut se rétablir des déplacements, désorganisations, dérangements et des maladies qui ont résulté et retrouver son équilibre normal de forme et de fonction en santé et en force.

Étymologie
L’auteur a construit le terme ostéopathie en regroupant les racines « osteon » signifiant os et « pathos, pathein » signifiant souffrir. L’os est donc le point de départ des maladies.

L’ostéopathie, la science et Dieu
L’auteur définit l’ostéopathie comme une science utilisant les connaissances en anatomie et en physiologie pour permettre la guérison : 
« C’est une connaissance scientifique d’anatomie et de physiologie, utilisée par une personne intelligente et habile, capable de l’appliquer à l’Homme malade ou blessé par des tensions, des coups, des chutes, une anomalie mécanique ou un accident. […]Il doit parfaitement connaître la chirurgie ostéopathique, l’obstétrique ostéopathique et la pratique ostéopathique, pour soigner les maladies en réajustant les parties du corps qui ont été atteintes par des tensions, des chutes ou toute autre cause ayant déplacé anormalement ne serait-ce qu’un minuscule nerf, cette déviation ne pouvant être inférieure à un millième de pouce. Il voit la cause de la survenue de la maladie dans les déviations anatomiques minimes.
Les variations anatomiques peuvent être très petites, de l’ordre d’un centième de pouce, mais cela n’en reste pas moins anormal. Une fois le réajustement effectué, la nature se chargera du reste. L’ostéopathie est une science qui analyse l’Homme et découvre en quoi il participe à l’intelligence divine. Il s’agit d’une science régie par les lois de la nature. Cette science est dédiée à la guérison par des voies naturelles. L’ostéopathie est la loi de Dieu. »

L’indépendance de l’ostéopathie
Selon l’auteur, l’ostéopathie est un système totalement indépendant des autres systèmes de soins. Elle n’a aucunement besoin de l’allopathie, l’homéopathie et de l’éclecticisme :
« Aucun système allopathique, avec des drogues mortelles, ne devrait être autorisé à entrer en notre sein. Aucune pratique homéopathique, avec ses pilules enrobées de sucre, ne devrait être autorisée à entacher ou polluer notre nom. Aucune chirurgie des orifices, avec sa torture et ses déceptions créées envers les malades affaiblis, ne peut trouver une place durable auprès du vrai ostéopathe expérimenté et qualifié ».
« Gardez à l’esprit que l’ostéopathie fera son œuvre si elle est correctement appliquée, que tout le reste est contre nature, non raisonnable, faux […]. « Si l’ostéopathie n’est pas complète par elle-même, elle n’est rien. »
…
Dans l’hémiplégie, les vibrations mentales étant trop importantes, les nutriments ne parviennent pas au cerveau et le prive de nutrition :
« Le maintien d’une si grande vibration mentale ralentit ou arrête la nutrition de tout le cerveau ou d’une moitié, ce qui peut donner un cas d’hémiplégie, ou bien, les rouages d’un côté du cerveau tournent à une vitesse telle que la fontaine de force nerveuse se tarit ou qu’une artère cérébrale se rompt dans le cerveau, déposant un caillot de sang au niveau de quelques cellules motrices ou plexus. Ainsi, voyons-nous des Hommes dont l’activité mentale est trop importante dans nos assemblées nationales, nos cours de justice, nos manufactures, nos églises et presque tous les endroits nécessitant une grande activité mentale. Les esclaves et les primitifs sont rarement victimes de paralysies, mais échappent à ces choses, car ils ne connaissent pas les tensions de l’esprit et les repas pris à la va-vite. Ils mangent et se reposent, vivent longtemps et sont heureux
 »… Andrew Taylor Still
Ces citations sont extraites de « Extraits de Still A.T. (1899), Philosophy of Osteopathy, published by the Author, Kirksville Mo »
La même idée, au sujet des vibrations mentales et le manque de celles-ci chez les esclaves et les sauvages, est aussi développée dans son livre Philosophy and Mechanical Principles of Osteopathy.

Comme on est loin de la raison moderne !!!
« J’ai vu plus loin que mon maître parce qu’étant un nain j’ai été juché sur les épaules d’un géant » Bernard de Chartres, philosophe du XII° siècle… repris plus tard par Newton.
Jean-Michel Oughourlian. Notre troisième cerveau. page 147

« Nous sommes de cette étoffe sur laquelle naissent les rêves » Shakespeare.
« Nous sommes un redoutable mélange d’acide nucléique et de souvenirs, de désirs et de protéines », dira François Jacob.
François Jacob qui fut médecin, pionnier de la recherche en biologie, grand résistant, Compagnon de la Libération, écrivain, humaniste, Prix Nobel de physiologie et de médecine pour ses découvertes en génétique moléculaire, François Jacob qui disait, « Vivre au futur à la poursuite éperdue du lendemain. » Parce que plus que les réponses importaient les questions, car dans le meilleur des cas la réponse obligeait à poser de nouvelles questions.

François Jacob qui disait :
« On peut presque mesurer l’importance d’un travail scientifique à l’intensité de la surprise qu’elle provoque. La part vraiment intéressante c’est celle qu’on ne peut prévoir. »

François Jacob mort à Paris le 20 avril 2013.
En 1965, il est récompensé du prix Nobel de physiologie ou médecine, la même année que Jacques Monod.
Jean-Claude Ameisen

L’hypothèse a un caractère scientifique parce qu’elle n’est pas directement accessible à l’intuition empirique ou phénoménologique.
René Girard

Une discipline ne devient vraiment scientifique qu’à partir du moment où elle renonce à cet idéal de maîtrise directe et où elle considère les données avec assez de détachement pour se demander si le principe à partir duquel elles deviendraient réellement systématisables n’est pas inaccessible à l’intuition directe.
Illustration : le rasoir d’Ockam. Nous avons toujours tendance à préférer la facilité…

L’esprit scientifique, en somme, c’est une espèce d’humilitas rusée qui accepte de s’écarter des données et de chercher au loin ce qu’il n’a pas été possible de découvrir au plus près.

Pour l’esprit philosophique, s’écarter ainsi des données, c’est renoncer au seul savoir concevable qui est « prise immédiate », saisie sans intermédiaire.

L’écart qui supprime une certitude, en réalité trompeuse, assure au contraire la seule possibilité de vérification qui intéresse la science.
Si l’hypothèse est assez éloignée des données pour rester séparée d’elles, il sera possible d’effectuer les confrontations, auparavant impossibles, qui peuvent seules nous apprendre si cette hypothèse est adéquate ou inadéquate.

L’esprit scientifique est expectative absolue.

Extraits de : « Des choses cachées depuis la fondation du monde » René Girard avec Jean-Michel Oughourlian et Guy Leford. p 460
René Girard, archiviste paléographe de l’École de Chartes

Ecole Nat des Chates

Un peu d’auto-critique en kinésithérapie :

Capture d’écran 2015-02-17 à 08.33.08 - copie

Le diagnostic de la main du kinésithérapeute est à prendre avec beaucoup de précautions. La croyance dominante consiste à croire qu’une main experte est capable de détecter et de sentir des tensions ou autres dysfonctionnements biomécaniques avec une grande valeur diagnostique. La profession s’est construite sur ce dogme.

Cependant, des connaissances scientifiques existent, créées par les pays anglo-saxons et l’ensemble de ces test est passé au travers du prisme de la démarche scientifique.
Il en ressort que les techniques manuelles faisant appel à la sensation pure du thérapeute ne sont pas d’une grande fiabilité (Cleland, 2006).

En revanche, de nombreuses études montrent tout leur intérêt pour mettre en évidence par exemple des problèmes structurels (une lésion méniscale d’un genou, un problème biomécanique d’une sacro-iliaque…). Ce diagnostic ne repose pas sur la seule sensation du thérapeute, mais sur la combinaison de tests qui visent à reproduire un symptôme ou un signe clinique.

Capture d’écran 2015-02-17 à 08.33.08

ACCUEIL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s