31 commentaires sur “La cortisone

  1. Romain dit :

    Bonjour Monsieur,

    On m’a détecté une hernie discale en Juillet 2012 L5-S1 suite à des problèmes sciatiques.
    Après une phase de rétablissement en 2013, et une année 2014 sans douleur, j’ai rechuté en 2015 suite à différentes péripéties. Depuis fin de 2015, je prends régulièrement un traitement à base d’ibiproféne + doliprame + Tramadol pour palier soit à des douleurs sciatique soit lombaire.
    Il y a deux semaines suite à des vacances ou l’on m’avait autorisé à pratiquer du surf des mer, j’ai subie un nouvel épisode sciatique aprés mon retour en voiture de 8H. J’ai passé une semaine sous ibuproféne+doliprame+tramadol sans effet positive. ( grosse difficulté à dormir la nuit)
    La douleur continue a être présent au niveau de la fesse et du mollet gauche. On vient de me prescrire de la cortisone 4 *20mg pour 4 jours.
    Pensez vous que cela peut calmer la douleur ? Si non quel serait le traitement a envisagé par la suite

    Merci d’avance pour votre avis,

    Cordialement

  2. Daniel dit :

    Bonjour, j’ai été opéré en janvier 2009 d’une hernie discale L4-L5 droite après avoir souffert 2 mois d’une sciatique et avoir une atteinte des releveurs du pied, l’opération s’est bien passée, la douleur partie, les releveurs revenus, j’ai pu recourir, rejouer au tennis, voilà pour l’historique,
    > aujourd’hui, suite à « un tour de rein » en juin, j’ai ressenti une sciatique « faible » mais au même endroit qu’avant; Je vais voir un médecin du sport spécialisé en vertébrothérapie que j’avais déjà vu, il me remet le bassin en place, je prends une semaine de repos sans sport et je recommence à courir et à jouer au tennis, la douleur était toujours là, petite mais là. Mais le sport me fait aussi du bien. Mi-août, je sens que la sciatique évolue, je revois le médecin, IRM, et hernie au même endroit. Le médecin me prescrit de la cortisone 2 fois 20 mg. Je vois aussi un chiropracteur, 2 fois, il me dit que je peux reprendre le sport si je me le sens, je vais donc un peu courir sur de l’herbe tout doucement car j’en avais vraiment envie. La douleur s’intensifie au fil des jours et le 7 septembre, après avoir hésité mais ne voulant pas continuer les cachets, je me décide. Hélas, le radiologue s’approche un peu trop de la racine, décharge électrique et jambe qui se soulève de 10 cm, le radiologue me dit qu’il est dans le bon endroit, il me dit que ça fera effet dans les 48 heures. je repars et le soir, la douleur commence à être très importante, ça devient de plus en plus insoutenable, je le rappelle au troisième jour et il me dit donc que cela ne fera donc pas effet. J’ai souffert pendant 3 semaines avec une douleur aigue et maintenant cela un peu mieux mais je suis à 15 PLUS 10 mg de cortisone, paracétamol et ibuprofène le soir avant d’aller dormir. Le matin, la douleur me réveille mais elle est moins intense. J’ai essayé de diminuer la cortisone mais la douleur revient. Je fais du vélo pour rester un peu actif. J’ai vu magnétiseur, acupuncteur et j’ai commencé du Mézières, 1 séance, deuxième en fin de semaine mais j’ai vu que vous n’étiez pas pour. J’ai un RDV pour refaire une infiltration le 23 octobre après avoir un chirurgien (professeur) qui m’a dit qu’on opèrerait qu’en cas de trop forte douleur ou si cela m’handicape trop au quotidien. J’ai un pré-rendez-vous avec un autre radiologue que le professeur m’a conseillé, je vais lui parler de la péridurale basse que vous expliquez car j’ai peur de recommencer la mauvaise expérience.
    > J’ai été un peu long, désolé,
    > que me conseillez vous, Mézières quand même car je suis très raide depuis toujours, infiltration, continuer la médicamentation, autre chose?
    > et connaissez- vous le navax, appareil de décompression vertébrale et qu’en pensez-vous?
    > Merci par avance. Daniel 40 ans
    >
    >

    • Bonjour, j’ai été opéré en janvier 2009 d’une hernie discale L4-L5 droite après avoir souffert 2 mois d’une sciatique et avoir une atteinte des releveurs du pied, l’opération s’est bien passée, la douleur partie, les releveurs revenus, j’ai pu recourir, rejouer au tennis, voilà pour l’historique.
      OK. BANAL.

      Aujourd’hui, suite à « un tour de rein » en juin, j’ai ressenti une sciatique « faible », mais au même endroit qu’avant.
      CELA PEUT ARRIVER (PEUT-ÊTRE PAS POUR LES MÊMES CAUSES. EN EFFET, IL FAUT TOUJOURS ÉVALUER LA POSSIBILITÉ D’UNE SOUFFRANCE DU NERF AU NIVEAU DE LA SORTIE DE LA MOELLE = FORAMEN)

      Je vais voir un médecin du sport spécialisé en vertébrothérapie que j’avais déjà vu, il me remet le bassin en place
      CE SONT DES VISIONS DE L’ESPRIT

      Je prends une semaine de repos sans sport et je recommence à courir et à jouer au tennis, la douleur était toujours là, petite, mais là. Mais le sport me fait aussi du bien. Mi-août, je sens que la sciatique évolue, je revois le médecin, IRM, et hernie au même endroit.
      CELA ARRIVE. MAIS ENCORE UNE FOIS IL FAUT TOUJOURS ÉVALUER LA POSSIBILITÉ D’UNE SOUFFRANCE DU NERF AU NIVEAU DE LA SORTIE DE LA MOELLE = FORAMEN

      Le médecin me prescrit de la cortisone 2 fois 20 mg.
      BONNE IDÉE

      Je vois aussi un chiropracteur, 2 fois.
      JE NE PEUX PAS ME PRONONCER (NE VOUS AYANT PAS VU), MAIS UN TRAITEMENT DE CHIROPRACTIE EST DIFFICILEMENT CONCILIABLE AVEC LA DÉCISION DE VOUS DONNER DE LA CORTISONE.

      Il me dit que je peux reprendre le sport si je me le sens, je vais donc un peu courir sur de l’herbe tout doucement, car j’en avais vraiment envie. La douleur s’intensifie au fil des jours et le 7 septembre, après avoir hésité, mais ne voulant pas continuer les cachets, je me décide. Hélas, le radiologue s’approche un peu trop de la racine, décharge électrique et jambe qui se soulève de 10 cm, le radiologue me dit qu’il est dans le bon endroit, il me dit que ça fera effet dans les 48 heures. Je repars et le soir, la douleur commence à être très importante, ça devient de plus en plus insoutenable, je le rappelle au troisième jour et il me dit donc que cela ne fera donc pas effet. J’ai souffert pendant 3 semaines avec une douleur aiguë…
      TRÈS GÊNANT, BIEN SÛR

      Maintenant cela un peu mieux, mais je suis à 15 PLUS 10 mg de cortisone, paracétamol et ibuprofène le soir avant d’aller dormir.
      JE COMPRENDS LA CORTISONE + LE PARACÉTAMOL, MAIS JE NE COMPRENDS PAS LE MÉLANGE AVEC L’IBUPROFÈNE.

      Le matin, la douleur me réveille, mais elle est moins intense. J’ai essayé de diminuer la cortisone, mais la douleur revient. Je fais du vélo pour rester un peu actif.
      VELO = BONNE IDÉE. DIMINUTION CORTISONE = MAUVAISE

      J’ai vu magnétiseur, acupuncteur
      IL FAUT Y CROIRE

      Et j’ai commencé du Mézières, 1 séance, deuxième en fin de semaine, mais j’ai vu que vous n’étiez pas pour.
      PARCE QUE LA LIMITATION DE LA CHAÎNE POSTÉRIEURE EST LE SIGNE DU TROUBLE DISCO-DUREMERIEN ET NON L’INVERSE

      J’ai un RV pour refaire une infiltration le 23 octobre après avoir un chirurgien (professeur) qui m’a dit qu’on opérerait qu’en cas de trop forte douleur ou si cela me handicape trop au quotidien. J’ai un pré-rendez-vous avec un autre radiologue que le professeur m’a conseillé, je vais lui parler de la péridurale basse que vous expliquez, car j’ai peur de recommencer la mauvaise expérience.
      OUI. POURQUOI NE PAS TENTER UNE PÉRIDURALE BASSE (CAUDALE) S’IL N’Y A PAS DE CONTRE-INDICATION ?

      Que me conseillez-vous, Mézières quand même, car je suis très raide depuis toujours,
      NON ET NON
      DE TOUTES FAÇONS, LA « SOUPLESSE » DES ISCHIOS N’EST ABSOLUMENT PAS PROTECTRICE DES TROUBLES DISCAUX OU ARTICULAIRES.

      Infiltration, continuer la médicamentation, autre chose ?
      CORTISONE + ANTIDOULEUR (PEUT-ETRE DE CLASSE 2), PUIS (EN CAS D’ÉCHEC : PÉRIDURALE BASSE [SANS DOUTE, CAR JE NE VOUS AI PAS VU] OU ÉPIDURALE FORAMINALE [MAIS JE NE VOUS AI NI VU NI TESTE]).

      Et connaissez- vous le navax, appareil de décompression vertébrale et qu’en pensez-vous ?
      PAS GRAND-CHOSE

      CORDIALEMENT

      YVES

  3. odul janine dit :

    bonjour, j’ai une tendinobursite du moyen fessiet et petit fessier droite et moyen fessier gauche, de la coaxrthrose bilatérale sur les hanches. Après une infiltration, j’ai toujours très mal, que dois je faire. merci de me répondre, je n’en peux plus

    • Bonjour,

      Les tendinobursites du moyen fessier et petit fessier sont presque automatiques en cas de coxarthrose et en sont les conséquences.
      Il faudrait donc savoir à quel stade se trouvent les arthroses de hanches pour savoir si un traitement d’étirement capsulaire pourrait vous aider (traitement manuel par un kinésithérapeute spécialisé en Médecine Orthopédique Générale). Si l’arthrose est trop avancée, il y a de fortes chances pour que les infiltrations ne vous aident pas et qu’il faille envisager une (voire deux) prothèseS.

      Cordialement

      Yves

  4. fureix dit :

    bonsoir,je vous ecris au sujet de ma grand mere elle est sous cortisone depuis 4 ans maintenant pour la maladie de Horton est ce normal que son pied est tout le temp gonflé d’apres le cœur il n’y a rien ni aux doppler des jambes
    cordialement

  5. Tamara Baronian dit :

    Je viens d’avoir une infiltration de cortisone à cause d’une tendinite au pied. À présent j’ai de plus en plus mal. Est-ce normal? Merci! Tamara Baronian

  6. Mélanie dit :

    Bonjour Monsieur,

    Je tombe par hasard sur votre site très complet et ô combien intéressant. Je recherche une explication à toutes mes douleurs articulaires et musculaires, aussi je me permets de vous demander votre avis, quant à mon cas assez « spécial ».

    Voici un bref résumé de mon parcours, depuis une année: Très grande sportive, j’ai eu 2 aponévrosites plantaires (dues à de mauvaises chaussures n’absorbant pas suffisamment les chocs). On m’a alors fait 1 infiltration de Depo-medrol + Lidocaïne sous chaque pied, à 6 jours d’intervalle. C’était en mars 2014…

    Depuis, ma vie est un cauchemar:
    – prise de 5kg
    – douleurs articulaires et musculaires migrantes dans tout le corps, quotidiennement
    – sensation d’avoir les veines bouchées
    – plus de règles
    – secousses musculaires

    Bref, tous ces symptômes m’ont conduite à consulter d’autres spécialistes: rhumatologue, neurologue et allergologue ainsi que réaliser divers examens: radios, irm, scintigraphies, échographies… Personne ne comprend et ils prétendent n’avoir jamais vu ça… On n’a pu écarter les maladies telles que borréliose, spondylarthrite ankylosante, polyarthrite rhumato, etc.

    En conclusion, j’espère que cela va passer, je souffre maintenant depuis 1 an de ces terribles effets secondaires. J’ai peur de devoir vivre avec cela de manière irréversible. Connaissez-vous ce phénomène?

    Un grand merci d’avance pour votre réponse et meilleures salutations.
    Mélanie

  7. Isabelle Bisson dit :

    Bonjour,un ami a été opéré 2 fois en l`espace de 6 semaines pour des pierres aux reins ( sous péridurale ) ,il y a eu installation d`un double  » J  » entre les deux opération avec prise d`anti inflammatoire sur une bonne période de temps …..ensuite traitement d`un champignon aux pieds avec crème de cortisone traitement qu`il fait encore d`ailleurs . Voici ma question : l`opération aux pour la pierre aux reins a eu lieu il y a deux ans …mais depuis l`été 2014 il a beaucoup de vergetures aux cuisses et ca semble vouloir s`étendre sur les jambes fesses,jusqu`au rectum et quand il se plis les jambes il ressent une forte sensation de brulure, comme si la peau déchirait Est-ce la prise d`anti inflammatoire qui peut causer les vergetures et la sensation de brulure ? Merci et bonne fin de journée

  8. gueguen dit :

    bonjour, je voudrais savoir si on peut associer de la morphine (oxycontin) et de la pommade a la cortisone ? merci de votre réponse

    • Bonjour,
      Je me rends compte que je ne vous avais pas répondu. Votre question ne relève pas de la Médecine Orthopédique Générale et de son volet manuel qui est le mien. Il faut donc demander l’avis des médecins prescripteurs.
      Cordialement
      Yves

  9. yvette neuburger dit :

    Je ne sais toujours pas si on peux faire unmelange de corticoiides et de quinton pourais t, on me repondre merci

  10. gilles duchesneau dit :

    infiltration de CORTISONE!!!!!!!!!!!!!!

    • orthopedie dit :

      On n’infiltre jamais de cortisone, mais un produit dérivé de la cortisone…
      Je voulais savoir où a été faite l’infiltration ? Quelle technique ? Ex.: péridurale basse (par le sacrum)? foraminale ? ou… ?
      Mais on ne vous l’a peut-être pas précisé, comme c’est (malheureusement) souvent le cas.
      Yves

  11. gilles duchesneau dit :

    infiltration lombaire, pour calmer les douleurs au bas du dos et dans les 2 jambes merci

  12. gilles duchesneau dit :

    pendant une infiltration de cortisone le médecin m’a prévenu qu’il venait de perforer la menbrane? il m’a conseillé de retourner a la clinique si je ressentais de violents maux de tête dans les 48 heures, mais les maux ne sont apparus que 6 jours plus tard. j’ai communiqué avec la clinique et ils m’ont dit qu’il n’y avait rien qu’il pouvait faire. j’ai donc du endurer ces maux pendant 4 mois.
    ma question: est-ce qu’ils étaient sérieux?

  13. Bonjour,
    J’ai une hernie hiatale(révélée en 2006 par une endoscopie qui la montarit petite avec une légère oesophagite) et des hernies discales (L4,L5).J’ai la sensation d’une corrélation entre la prise de cortisone (orale pour des bronchites par exemple ou par infiltration pour une douleur à l’épaule , une autre au genou )ou d’anti-inflammatoires au bout de 3 jours et le déclenchement de douleurs violentes en spasmes de type brûlures ou coups de poignard au niveau des côtes sous le soutien-gorge et au sternum donnant la sensation de crise cardiaque sans que cela en soit (cardiogramme à l’appui)…Ces douleurs (difficiles à calmer, seulement légèrement soulagées avant qu’elles ne disparaissent avec l’arrêt d’ailleurs de ces médicaments )seraient-elles dues à mon estomac inflammé à la suite de la prise de ces médicaments (c’est l’impression que j’en ai bien que cela étonne un gastro-entérologue vu le 28 février 2014) ou la cause en est-elle autre ?
    Je vous remercie d’avance de votre réponse,car je n’en ai eu guère jusqu’à présent et le dernier avis se résume par la nécessité de passer une autre endoscopie sans que ce spécialiste ne m’ait posé de questions ni même examinée..

    • orthopedie dit :

      Effectivement, la prise de cortisone peut sensibiliser votre estomac et/ou votre œsophage. Il faudrait peut-être refaire un examen pour évaluer votre œsophagite (on peut, en effet, considérer cette pathologie comme une pathologie chronique surtout quand la cause est une hernie hiatale).
      Cela étant, s’il « faut » prendre des anti-inflammatoires ou de la cortisone, on peut utiliser des « protecteurs » de l’estomac en même temps pour éviter ces inconvénients.
      Yves

  14. steve dit :

    Salut,j .ai 30 ans ,et Je suis footballeur,lors d un match de foot,jai ete blessè au dessus de la cuisse droite,apres de nombreux soins avec des anti inflamatoires etc,la douleur persiste ,es possible de faire une infiltration?

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      vous dites que vous avez été blessé… Il faudrait connaître la nature de la lésion = examen clinique qui pose une hypothèse + examen technique (échographie par exemple) pour confirmer la lésion. Ensuite seulement on peut penser au traitement.
      Yves

  15. Lors d’une sciatique qualifiée de « syndrome du chevalet » qui m’a empêchée de m’asseoir pendant 3 semaines, une infiltraiton au bon endroit pratiquée par le Dr Laurent Depassio, à Tassin la 1/2 Lune, m’a guérie immédiatement. Aujourd’hui, souffrant beaucoup d’un épanchement de synovie Mon médecin, après s’être assué que je n’avais pas d’infection m’a fait une infiltration de cortisone dans mon genou. si ça ne va pas mieux il recommencera dans 15 jours.

  16. christian BERNARD dit :

    effets cardiovasculaires?

  17. sion dit :

    j’ai eu 3infiltrations de cortisones en 5mois . peut-on grossir avec sa merci d’avance

    • orthopedie dit :

      Assurément pas.
      cordialement.
      Yves

    • Monsieur,
      Je vais bien sûr vous placer en « indésirable »(c’est un mot qui convient en la circonstance). Ceux qui suivent ce site ont l’habitude de la courtoisie, de la patience et du respect. Ils tentent d’être humain. Il n’y aurait pas eu Camus comme homme, écrivain combattant sans la phrase de son père : « Un homme, ça s’empêche ». Bien sûr, à chacun son rythme. Mais il faudra suivre le vôtre hors de mon site. Je m’excuse pour vous auprès de « sion »
      Yves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s