Bursite de l’épaule

La bursite de l’épaule est très fréquente et l’on doit y penser lorsque le patient se plaint au niveau du moignon de l’épaule avec des irradiations vers le coude, quand la douleur apparaît dans certains mouvements et, parfois, la nuit. Quand l’inflammation est vraiment très importante, elle peut dépasser le coude (vers le pouce) !

Capture d’écran 2013-03-19 à 07.10.18
Malheureusement les bourses en général sont mal connues et l’on peut penser (trop vite) que les douleurs correspondent à des tendinites (essentiellement du sus-épineux et du sous-épineux).
Car, en effet, lorsqu’il y a une bursite sous-acromiale (la plus fréquente), certains tests (résisté) peuvent être très douloureux et on pourrait conclure qu’ils révèlent une tendinite du tendon du muscle sus-épineux ou du sous-épineux !

Examen clinique complet :

Capture d’écran 2013-12-01 à 10.55.46Mais :
la douleur à ce test n’est pas suffisante pour dire qu’il s’agit d’une tendinite car, en contractant ce muscle, le léger déplacement du tendon « sollicite » la bourse sous-acromiale » qui est juste en dessous…

Voir schéma ci-dessous. (Cliquez sur l’image pour revoir la mécanique de l’épaule)

Capture d’écran 2013-11-30 à 23.57.47

Autre vues :

Capture d’écran 2013-12-01 à 10.29.23Capture d’écran 2013-12-01 à 10.32.39

Idem pour le test du tendon du muscle sous-épineux :

Capture d’écran 2013-12-01 à 11.02.52Capture d’écran 2013-12-01 à 11.33.54Résumé jusqu’ici :
On peut suspecter une bursite de l’épaule à cause de la manifestation de la douleur, à cause de ce que raconte le patient et certains tests musculaires peuvent provoquer la douleur. Il est donc possible de confondre une bursite avec une tendinite.
Heureusement, tout se simplifie lorsque les deux tests ci-dessus reproduisent la douleur pour laquelle le patient vient consulter.
En effet : une double tendinite est rarissime, pour ne pas dire impossible.

Donc : si les deux tests sont douloureux (s’ils reproduisent tout ou partie de la douleur du patient), on peut raisonnablement penser que la contraction des muscles ayant sollicité la bourse, celle-ci est probablement en cause.
Cette suspicion peut se confirmer par beaucoup de tests que votre médecin (ou votre kiné) peut faire, mais il est impossible de les décrire ici.

Par contre, lorsque la douleur est importante, vous pouvez pratiquer vous-mêmes quelques tests très simples…

Si douleur à droite :

1.

Capture d’écran 2013-12-01 à 12.46.08

2.

Capture d’écran 2013-12-01 à 12.48.21

3.

Capture d’écran 2013-12-01 à 12.49.29

Douleur ? Si oui : où ? Et : est-ce votre douleur ?
Parfois la bourse est tellement enflammée qu’il est impossible de soulever le coude.
La bursite est alors un diagnostic possible.

Comment le confirmer ?
Radio : inutile
Échographie :on peut mettre en évidence la bursite, mais pas toujours (par contre l’échographie peut être l’occasion de voir l’état des tendons de l’épaule qui « dégénèrent » souvent à cause d’une bursite chronique.)
Infiltration :L’infiltration (geste simple) permet après 48 à 72 heures d’évaluer s’il s’agit bien d’une bursite puisque ce geste permet de déposer une petite quantité d’anti-inflammatoire à l’endroit exact de l’inflammation (dans une sorte de poche complètement fermée).

Infiltration :

Capture d’écran 2013-12-01 à 13.22.11

Capture d’écran 2013-12-01 à 13.14.03Capture d’écran 2013-12-01 à 13.18.01L’infiltration de la bourse est
(mais de plus en plus il faudrait, malheureusement, dire « était »)
un acte de médecine générale qui se fait en  + ou – 5 minutes !

Et ensuite :
si amélioration de votre douleur : confirmation de l’hypothèse = prudence dans les sollicitations de votre épaule surtout lorsque vous soulevez le bras au niveau (et au-dessus) de l’horizontale = évitez les mouvements répétés.
évaluation clinique par le même opérateur + ou – 8 jours après afin d’envisager une deuxième infiltration (car, même si vous n’avez plus mal, certains tests peuvent rester douloureux, ce qui justifie une deuxième infiltration.)
même période de repos
ensuite (et c’est essentiel), respecter les règles mécaniques naturelles de l’épaule et oublier définitivement que l’épaule devrait être basse…

Trapèze et omoplate

Comme toujours, vous pouvez m’interpeller… Je vous répondrai  !

ACCUEIL

Besoin d’un petit break pas loin de chez vous ?
Face à la mer opale dans un appartement moderne et familial (prix raisonnables)…
Cliquez sur la photo ci-dessous

Capture d’écran 2016-01-25 à 14.51.11

278 commentaires sur “Bursite de l’épaule

  1. Laurence dit :

    Bonjour on m a diagnostiqué une bursite a
    L epaule et maintenant j ai un trou dans le tendon avec un debut d arthrose.
    Est ce une consequence le trou ou une erreur de diagnostic poSsible irm

  2. barbee dit :

    bonjour j ai fait de la kiné pdt 1 an au début pour une soit disant entorse acromio-claviculaire puis tendinite calcifiee du sus epineux. A l Irm récente on voit une bursite et je me demande;
    Est ce bien de faire de la kiné avec cette bursite ?
    je prend Arcoxia 120mg en anti-inflammatoire ca soulage bien mais un kiné me dit que les anti-infl abiment les tendons!! Est ce vrai ?
    Dans ce cas est ce mieux d aller infiltrer et selon la bursite ponctionner et infiltrer?

    merci pour vos

    Michèle

  3. Elvira J dit :

    Bonsoir,

    Je souffre de douleurs a l’omoplate droite depuis 3 ans et demi, douleurs cervicales et le trapèze est très contracturé. l’omoplate est plus basse que celle de gauche, les douleurs sont très vives (jour et nuit) j’ai eu des séances de kiné, ostéopathe, traitements divers et variés mais, sans succès. Ma jambe droite est souvent très engourdie, ça me réveille la nuit et cela depuis 3 ans. Les médecins, rhumatologues me laissent ainsi malgré les douleurs insomniantes et compressions des nerfs. Depuis 1 an et demi environ, j’ai de plus en plus de mal à lever le bras droit et l’épaule est douloureuse, toute cette région est extrêmement douloureuse (insupportable) j’ai eu une infiltration qui à aider à calmer un peu la douleur (mais hélas ce fut de courte durée). J’ai passé une radio au début de l’année et la conclusion est la suivante : tendinopathie calcifiante du sous épineux. J’ai également passé un irm à la fin du mois de septembre et j’ai une bursite sous acromiale (+ petite inflammation focale des tendons antérieurs, arthropathie acromio-claviculaire modérée, éventualité d’une petite érosion de la face superficielle ou aspect plutôt lié à la bursite sous adjacente, une microfissure possible, également discret hypersignal focal du sub scapulaire relativement épais à 5mm, tendon continu). Depuis presqu’un 1 an, j’ai la main droite qui est relativement « froide » et parfois violacé mais les médecins ne s’en inquiètent pas et la douleur se répercute à dans le thorax c’est pas normal. Je trouve inadmissible de laisser les gens dans une telle souffrance, les douleurs s’amplifient et les symptômes s’aggravent et aucun praticien ne bouge. Qu’en pensez vous svp ? Merci d’avance pour votre réponse.

  4. Lerouge dit :

    Bonjour,
    J’ai déja subit 5 infiltrations a mon épaule droite dont 2 en 3 mois. Depuis 1 semaine je souffre atrocement de l’épaule. Je ne peux pas prendre d anti inflammatoire et je suis sous tramadol mais dès que je veux juste décoller mon bras du corps j’ai terriblement mal. Je vois un chirurgien mardi. Vais je pouvoir utiliser mon bras ?

    • Bonjour,
      Je ne sais pas où vous avez été infiltré, mais ce que vous décrivez pourrait faire penser à une capsulite rétractile. Voir aussi : ICI.
      Les douleurs devraient donc être associées à une perte d’amplitude dans les mouvements actifs… Soyez donc attentifs à « l’examen clinique » dans le premier lien.

      S’il s’agit de cela, une voire deux infiltrations dans la capsule devrait suffire pour commencer un bon traitement : voir le deuxième lien ci-dessus.

      Yves

  5. Astrik dit :

    Bonjour
    Mon pere a 71 ans et il a depuis 3-4 ans une douleur à l’épaule et il y a 2 mois il a fait des radios qui ont montré qu’il a une périarthrite scapulohumérale dont la cause est une bursite. Ensuite le medecin lui a fait 2 piqures a l’epaule cependant il a toujours mal. Meme les antibiotiques prescrits n’ont fait aucun effet. Pourriez vous me dire je vous prie quel traitement devrait il prendre et est ce que la chirurgie serait elle une bonne solution ?
    De plus il a mtn mal au cou qui va jusqu’à la tete. Pour cela il a suivi une seance d’electrotherapie qui aussi n’a fait aucun effet. Est ce que cette douleur a un rapport avec la bursite ?

    Je vous remercie d’avance pour votre reponse
    Cordialement

  6. Raja dit :

    Bjr drr
    Merci pour votre aidee
    Comment faire si on allaite avec une bursite de l épaule
    Je veux pas arrêter l allaitement et je suis en plus ophtalmo dc je sollicite trop cette articulation

  7. Luc dit :

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant. Mais que voulez vous dire par : « et oublier définitivement que l’épaule devrait être basse »

    Merci de votre retour

    Luc

  8. PERRACHON Catherine dit :

    Bonsoir,
    J’ai été opérée en juin 2015, à l’âge de 48 ans, d’une rupture (à gauche) de la coiffedes rotateurs. (Accident de ski- Fauchée par des skieurs fous).
    Les suites opératoires (douleurs++++) ont été très longues à disparaître.
    Plus d’une centaine de séances de Kiné …
    Deux ans plus tard, je pense que J’ai réussi à m’en sortir et à oublier la douleur !
    Malheureusement, depuis quelques mois l’épaule droite me’ fait terriblement souffrir a son tour … Je ne comprends pas pourquoi … Cette fois, il’ y a eu aucun traumatisme, aucune chute ../
    Les douleurs sont très fortes (sur le dessus de l’épaule) et irradient dans tout Le Bras. J’ai mal tout le temps. Passer les vitesses en voiture devient de plus en plus difficile, ouvrir et pousser la porte de la voiture occasionne des douleurs qui me contraignent à faire différemment (utilisation du bras gauche pour y arriver …).
    Bref, je ne sais pas ce qu’il se passe.
    Dois je consulter ? Dois je faire une IRM pour faire un diagnostic ?
    Je suis fatiguée d’avoir mal et je ne voudrais vraiment pas autant souffrir que lors de l’épisode du bras gauche en 2015.
    Merci de votre retour
    Cordialement

  9. julie r dit :

    bonjour mon premier commentaire n’éatit pas poster au bon endroit
    j’ai 32 ans
    Je me permets de vous contacter voilà un moment que je regarde et recherche des explications sur mes douleurs , recherches qui m’ont mené à votre site bien fait
    voilà qu’il y à un an suite à un choc émotionnel très très important qui m’a beaucoup fait souffrir j’ai senti des premières douleur au niveau des reins irradiant dans les jambes suite à une forte montée de fièvre j’ai été hospitalisée plusieurs jours, on ne m’a rien trouvé mon dos se bloquait de plus en plus à l’hôpital et était très douloureux, je sui resté dan mon lit bloqué dans la même position sur le côté
    à la sortie je ressentais un point douloureux au niveau de la bourse, j’ai attendu en m’inquiétant pas mais je remarquais que la douleur s’empirait se diffusait et je bougeait de plu sen plus mal mon bras et mon épaule se déboîtait quand je faisait un faux pas, glissade trampoline etc..
    La douleur devenait de plus en plus gênant au niveau de la bourse je n e pouvais plus levé le bras( en admettant que je veuilles serrer la main mais je vais mettre ma main parallèle à mon ventre et lever le bras vers le front) plus s’est douloureux et je ne pouvait plus monter,
    échographie n’a rien montré du moins une petite luxation
    petit à petit des douleurs craquement arrivaient sur l’épaule, craquement de plus en plus paralysant tant la douleur était forte
    suivi par un kiné celui ci n’est pas d’accord avec le diagnostique posé, qui finalement changera et se transformera en tendinite d’après mon médecin qui refuse de me donner des antiinflammatoire
    bref la douleur est de plus en plus forte les craquement et déboîtement de l’épaule de plus plus en plus douloureux je suis amené à faire un irm montrant une bursite ,(mon médecin de fait prendre ENFIN anti iflammatoire et calmant pour dormir je suis au bout du rouleau et en dépression )
    entre temps c’est l’épaule droite qui me fait mal commence légèrement à craquer mais al douleur irradie davantage dans bras, je n »‘ai plus de force dasn les avant bras porter mon sac plus d’un quart d’heure est impossible
    rdv prit avec le chirurgien orthopédique celui me conseille de faire une infiltration pour la bursite à gauche, mais ne regarde même pas mon épaule qui craque de plus en plus et est trés handicapante
    enter temps je rencontre mon rhumatologue qui refait écho radio et bloque surtout sur mes épaules qui craquent
    il note alors une « hyper-laxité confirmée au niveau des épaules mai aussi des autres articulations, ce qui pourrait expliquer une instabilité d’épaule avec douleur sous acromiales et peut être cette bursite, il à procédé à uen infiltration de la bourse acromiale gauche »
    suite à cette infiltration j’ai moins mal à la bourse je lève mon bras plus haut mais parfois la douleur et très forte quand à mon épaule elle craque parfois tellement et est si douloureuse que je n comprends plus rien, l’épaule droite me fait mal mais en s’aggrave pas j’ai des points douloureux à l épaule est au niveau de la bourse droite$
    Je suis suivie par un kine depuis 7 mois je vois que mes épaules sont moins douloureuses tout en craquant d’avantage mais parfois la douleur se ravivant fortement ej comprends plus.
    Je dors bien sur le dos comme conseillé etc

    Depuis deux semaines ce sont des douleurs dans les coudes qui irradie dans les avants bras si je travaille trop ou le portable etc.. j e suis créatrice de bijoux
    je m’inquiète pour ma santé ej n’ai pas confiance cela fait plus d’un an qu’on me trimbale il aura fallut 10 mois pour qu’on me parle de bursite et d’hyper laxité

    mais je trouve étrange que tout ce soit débloqué en m^me tant le rhumato me dit que ej suis hyperlax mais ej bloque sur le faite que comme ça du jour au lendemain suite à un choc émotionnel fièvre douleur bas de dos etc bursite et après craquement épaule très douloureux, comme ça hyperlax peut être mais de là à en subir les conséquences si soudainement c’est un peu gros
    je ne sais pas quoi penser cette état de fatigue me pèse me nuit depuis un an, mon état et fragilité cause beaucoup de désordre dans ma famille mes enfants mon couple ( ej ne peux plus porter mes enfants ou leur donner al main gauche de peur de la déboîter et souffrir
    j’ai du mal à travailler à mon compte ma situation financière c’est aggravée
    je en sais pas quoi penser vais ej guérir cela est il normal pourquoi la douleur se relance irradie pour se calmer etc…
    Si vosu pouviez décrypter mon texte et me répondre j’en serais ravie je n’ai jamais ose vosu poser ces questions mais là je n’en peux plus je en suis pas suicidaire mais ej suis fatiguée ed vivre d’avoir mal , j’arrive au bout j’ai peur pour l’avenir
    merci de voter retour quand vous le pourrez
    merci

  10. Nathalie Larderaz dit :

    Bonjour,
    Je souffre de douleurs dans l’épaule depuis février-mars 2016.
    Mon médecin traitant m’a proposé déjà de multiples traitements (anti-inflammatoire, stap, acupuncture, ventouse, kiné- au moins 30 séances en 1 an et 2 infiltrations qui n’ont eu qu’un effet de durée limité – 1 mois à chaque fois). Depuis février dernier la douleur est devenue de plus en plus insupportable (descendant jusque dans le biceps et l’avant bras) et la perte de mobilité dans cette épaule progressait de jour en jour.

    Je suis alors allée consulter un chirurgien spécialisé de l’épaule qui sans autre examen que clinique et regarder une radio des articulations acromio claviculaire faite il y a plus d’un an, a diagnostiqué une capsulite… Re-infiltration il y a donc 6 semaines, re-kiné et exercices à faire chez moi, toutes les heures du lever au coucher.

    En 6 semaines j’ai effectivement retrouvé ma mobilité pour certaines amplitudes mais la douleur n’a absolument pas disparu (à peine 10% en moins… et quand sur une échelle sur 10 on en arrive à 8 dans la nuit, la douleur dans la durée devient vraiment insupportable). Lors de la seconde consultation j’ai émis un doute sur le diagnostic (qui a été très mal perçu par le médecin) et me suis plainte de ma douleur toujours présente ainsi que de l’avis du kiné (qui trouve cette capsulite très atypique). Le médecin a alors enfin décidé de procéder à un US et a parlé d’une bursite (qu’il m’a montrée du l’écran) lors de l’examen. Il m’a alors proposé d’ajouter un autre exercice (assouplissement en rotation vers l’extérieur) aux 3 autres que je fais déjà tous les jours… et puis c’est tout. Il persiste dans son diagnostic, me dit que c’est normal d’avoir mal… (facile quand on ne souffre pas soi-même de ces douleurs) et ma dit de reprendre un rdv dans 6 semaine. J’ai tout de même demandé une ordonnance pour des anti-inflammatoires pour me soulager même si je sais que ça a été assez peu efficace jusque là.

    Donc je souhaiterais savoir si les exercices fait pour traiter la capsulite sont compatibles avec une bursite ?

    Merci d’avance pour vos lumières.

    Nathalie

  11. elodie pfundt dit :

    Bonjour j’ai fait un IRM effectivement le médecin a détecté du liquide inflammatoire dans mon épaule je dois voir le chir ortho très bientôt cela fait déjà quelques années que j’ai mal à cette épaule ça me réveille la nuit j’ai même du mal à la bouger ça me fait mal jusque à l’avant-bras et dans le pouce de la main droite j’ai mal aussi dans les cervicales comme si le muscle était très tendu quand je tend le bras j’ai l’impression que le tendon va lâcher je suis aide-soignante j’ai peur de ne plus pouvoir faire mon métier

    • S’il y a du liquide dans l’articulation il ne peut s’agir d’une atteinte de la bourse puisque celle-ci est extra-articualaire.
      Je vous propose de lire mon article sur la capsulite.
      Cordialement

      Yves

    • Samir dit :

      Bonjour, apres une IRM ils ont constater une tendinopathie du tendon supra épineux sur épaississement de la bourse sous acromio deltoïdienne entrant dans le cadre d’un conflit antéro supérieur.
      Savez-vous qu’elle traitement il peut m’être prescrit, et surtout la durée avant de reprendre une activité physique ?
      Je vous remercie d’avance

    • Fafa dit :

      Bonjour,

      Avez vous vu le Chir ? Que vous à t il proposé ?

      Jai la même chose que vous et je galère ..!

  12. Rostaing dit :

    Bonjour j ai des douleurs au niveau de mes 2 omoplates et de mes 2 bras depuis 4 ans. Surtout le droit cela fait suite à des ports de charges importants. Seulement mon état se deteriore je perd de la force aux 2 bras. Je me demandais est ce pourrait être une bursite scapulo thoracique ?? Est ce que cela peut être bilaterale ? Il n y a rien à la radio et à l echo des 2 cotes. Ma douleur est au niveau de mon omoplate,, devant et une douleur sur l arriere et le coté dubras qui passe par le coude et va jusqu a l avant bras. Est ce que cela peut être une bursite mais rien à l echo? Mon medecin refuse de me faire des exams supp

  13. Azria dit :

    Appellez moi svp 0699633388

    • Bonjour,
      Je ne peux pas me permettre de commencer à téléphoner aux personnes qui souffrent… cela me prendrait trop de temps (et me coûterait de l’argent…). Je veux bien tenter de donner gratuitement des pistes aux internautes, mais de là à dépenser de l’argent il y a un pas que ne franchirai pas. D’autant que je me demande si ce que je fais sert à quelque chose étant donné l’absence quasi systématique de réponses ou de remerciements lorsque je réponds par écrit. Pour vous donner une idée, une des dernières réponses m’a demandé près de 10 heures de travail.
      Cependant, vous pouvez essayer de me téléphoner un soir après 21 h.
      Yves

  14. Costamagna dit :

    Bonjour , je suis une acrobate de cirque , et depuis un mois j’ai des douleurs à l’épaule: j’ai 29 ans et je compte continuer mon métier , je vous demande de l’aide pour comprendre et me soigner!!!
    – radio du 10mars : on ne voit rien
    -eco du 10 mars : le tendon sub scapulaire montre à proximité de l’insertion humérale une image yperechogene lineare de 6mm de grand axe evocant une tendinipathie , Le tendon supra épineux montre egualement une image yperecogene centimétrique .
    IRM du 15 avril :
    Pas d’anomalie des tendons
    Il existe par contre un hypersignal avec minime lame liquidienne dans la bourse séreuse sous acromiale .
    Lacune sous chondrale de la glene .
    Mes doutes :
    – jai donc deux tendinopathie calcifiantes et en plus une boursite ? Pourquoi le IRM ne relève pas les calcifications dénoncées avec l’échographie ? et pourquoi le IRM me parle de boursite alors que l’échographie ne la relève Pas ?
    Pouvez vous me donner votre interprétation ? Quels
    types de soin me conseillez vous ? Je suis sur la ville de Le Mans , Paris , chalons sur saune , limoges . Connaissez vous des spécialistes compétentes dans ces villes où aux alentours ?

  15. guillot dit :

    Bonjour
    Sa va faire un an que je souffre de l’épaule droite surtout la nuit et matin
    Je ne peux plus mettre la main dans le dos ou me laver le bras gauche
    échographie et muscle sous épineux partiellement rompu
    kiné anti inflamatoire et infiltration
    j’ai repris et arrêté presque tout les 1 mois et demi
    2 echographie fisure
    3 echographie oedème
    2 infiltration
    reprise travaille
    et la masse au dessus de l’épaule
    arrêt 3 infiltration
    IRM et la
    présence de multiples formations nodulaires évoquant des nodules de synovite villo nodulaire
    Par ailleurs syndrome de masse inclus dans le muscle supra épineux a composante partielle graisseuse un peu plus atypique mais évoquant également une atteinte de synovite villo nodulaire
    la je m’inquiète mon travail est de faire des lit avec couette et nettoyage de la chambre
    merci

  16. Guedria dit :

    Bonjour je voudrais savoir comment faire j’ai des busite au deux épaule qui ne part pas cela fait maintenant 8mois que je supporte c’est douleur elle me prend des clavicules au coup et les bras sa me réveille la nuit et je ne peut presque plus soulever mes bras j’ai eu 3 mois de kinésithérapie la solution à été que temporaire

  17. Diane Soucy dit :

    Moi je ne sais plus quoi penser, au secours! J ai été opérer pour la coiffe des rotateurs et réparation de tendon en mai 2016 et douleur après 6 mois et encore de la douleur intense et je vais passée un autre IRM et ca me dis possible clivage intra – tendineux du subscapulaire et bursite sous-acromiale et ma physio a arrêter mes exercices de réhabilitation et me dis de prendre des anti-inflammatoire. Deux mois après je vais chercher une autre diagnostic d un autre chirurgien très réputer (car douleur pas parti )qui me dis après m avoir passée une échographie, que je n ai plus de bursite mais une capsulite et que je dois au contraire faire beaucoup d exercice. Deux opinions complètement différentes, svp donner moi votre avis.

    • Bonjour,
      Tout d’abord, une rééducation après ce genre d’opération ne doit pas être intensive, mais prudente et précise.
      Ensuite : une capsulite rétractile peut se manifester pour toute une série de causes, ou sans cause apparente. Le traitement dépend du stade auquel vous êtes. Mais, en tout état de cause, il faut proscrire les exercices, surtout intensifs.
      Stade 3 : infiltration dans la capsule (rien à voir avec la bourse)
      Stade 2 : début des étirements (passifs) par le kiné
      Stade 1 : étirements passifs plus intensifs + 1 petit exercice spécial (sans mouvement apparent d’ailleurs) qui a pour objectif d’auto-étirer la partie inférieure de la capsule.
      Et RIEN D’AUTRE

      Cordialement
      Yves

    • pitchie dit :

      Bonjour ,
      je vis la même chose depuis août 2016 . Opération des tendons et suivi d une capsulite rétractile. j ai actuellement en plus une boursier sous acromiale et je n en peux plus . visiblement on va passer à l ergothérapie a apres physio faciatherapie etc … je pense que le mieux c est de faire comme vous vous sentez mais pour moi la physio m aidais pas . je pense des msssages relaxant sont pour moi la seule chose qui me soulage . sinon … patience en espérant que ces douleurs passent . courage à vous . isabelle

    • myriam amara dit :

      Moi aussi opérée juin 2016 et ça fait pas longtemps que les douleurs sont parties en fait depuis que je ne fais plus de kinésithérapie mais je n ai pas récupéré mon amplitude….bref c’est long et complexe😣😣😣😣

  18. Christophe CANALDO dit :

    Bonjour, que voulez-vous dire par « oubliez que l’ épaule devrait être basse » ?
    J’ai déjà entendu qu’ il fallait travailler les abaisseurs. Est ce que c’est faux ?
    Merci

    • Bonjour,

      Attention aux possibles confusions :
      – Il est nécessaire, dans certains cas (capsulite rétractile, par ex) de retrouver le glissement vers le bas de la tête de l’humérus par rapport à l’omoplate et cela nécessite un travail précis et ciblé sur les « abaisseurs de la tête humérale ».
      – Cependant, ce que vous relevez n’a rien à voir avec cette mécanique (gléno-humérale).
      En effet (et vous en trouverez trace dans beaucoup de mes posts), le destin de toutes les épaules est de subir à des agressions insidieuses (pesanteur, affaiblissement du trapèze à cause de troubles mécaniques d’origine cervicale…) ET, pour ces raisons – et bien d’autres- de s’effondrer en s’affaiblissant !
      Comme je le répète souvent, vous ne rencontrerez jamais dans une maison de repos des hommes ou des femmes avec de belles épaules rondes, hautes et musclées comme Charlène de Monaco.

      Alors, pourquoi continuer à prôner l’abaissement des épaules ? Parce que ces habitudes (+ massages, étirements…) soulagent — temporairement — de la douleur. Mais il faut désormais dire ce que l’on sait : cette volonté d’abaisser les épaules (peu importe les moyens) accélère le vieillissement des épaules ET de la colonne cervicale (j’en parle abondamment et souvent sur mon site).

      Voilà, j’espère avoir été clair… Tout en sachant que ces notions « passent » mal puisqu’« on » a, depuis des siècles, massé, étiré, etc. ces malheureux trapèzes qui, on le sait aujourd’hui, ne souffrent jamais d’aucune pathologie (même si vous sentez les douleurs dans cette zone et que les massages ou les étirements vous soulagent temporairement).

      Cordialement

      Yves

  19. mamikea dit :

    Bonsoir soyez sûr avant tout que votre douleur est réelle et justifiée
    Une infiltration + séances kine + piscine+ huiles essentielles avec arnica m’ont permis de retrouver une meilleure amplitude
    Mais pas de chance c’est maintenant la gauche qui prend le relais dc je reprogramme
    Une infiltration ds 15 jours avec cette fois 1 mois d’arrêt car mes tendinites aux épaules sont trop douloureuses dues à mon métier.
    j’ai la chance d’être entourée d’un bon médecin et de kinésithérapeutes très pro.
    D’accord on en meurt pas c’est pas mortel mais Je sais combien ça peut être très douloureux et combien on peut en avoir marre de souffrir alors BON COURAGE à tous

  20. Rozan dit :

    Je retrouve enfin dans votre site un explicatif pédagogique me permettant de comprendre ce qui m’arrive. Merci.

  21. Thomas dit :

    Bonjour Monsieur,

    Après avoir eu une infiltration écho-guidée de diprosténe dans la bourse sous-acromiale, je ne ressens pas le moindre début de soulagement une semaine après ce geste.

    Par ailleurs, la bursite est maintenant visible sur l’IRM alors qu’elle n’était pas visible il y a 2 semaines sur l’échographie !!

    Etant assez désemparé, je me permets donc de resolliciter votre avis éclairé.

    Donc vu que vous affirmez que la bursite installée est rétive à la kiné seule, et vu mon absence de réaction positive à l’infiltration, cela signifie-t-il donc qu’il faut que je me tourne assez rapidement vers la chirurgie pour une bursectomie ?

    Devrais je tenter une seconde infiltration avec cette fois une semaine totale de repos de l’épaule (après la 1ere je me suis totalement reposé le week end puis j’ai repris un travail de bureau 3 jours après) ?

    Puis je néanmoins attaquer une rééducation kinésithérapique ?

    Pour que tout ça soit clair, je précise que ma bursite est relativement « fraiche » (1 mois et demi) et qu’elle est plutôt « légère » dans le sens que je n’ai pas douleur nocturne insomniante et que j’éprouve davantage une gêne à la mobilisation qu’une véritable douleur.

    Je vous remercie encore pour votre aide et vous souhaite d’excellentes fêtes.

    Cordialement

    Thomas

    P.S : mon objectif est de reprendre mes activités sportives

    • mamikea dit :

      Bonjour je rajouterai par rapport à ce que j’ai déjà écrit que c’est une pathologie qui peut prendre du temps (ma bursite à droite dure depuis 2 ans avec une amélioration )mais qui peut être réversible (c’est ce qu’on me dit) alors patience patience courage
      La dernière chose un we après une infiltration ne suffit pas il me semble parles en bien avec ton médecin et le kine car cela me paraît trop court pour bien récupérer et surtout pour profiter des bienfaits de l’infiltration
      J’espère que cela s’améliorera pour toi assez vite 😊

      • Veronique philippe dit :

        Bonjour jetais e’ accident de travail juste pour mon poignet depuis deux ans je souffre l’année dernière c’était le coude et la on me détecte une bursite depuis deux je suis avec le kine je n’en peux plus il y a deux jours il je pouvais même pas me touché tellement j’étais en crise on m’a fait trois infiltration au poignet qui n’a jamais fait quoi que ce soit et la il faut encore recommencer pour l’épaule moi perso je vais refuse parce que si ces pour que sa soit comme le poignet merci on es pas obligé de dire oui pour l’infiltration ??????

  22. isabelle Bellin dit :

    bonjour 🙂 j ai eu un accident de voiture le 22/03/2016 choc par l arriére assé violent avec cou du lapin depuis j ai une bursite et une tendinite sur les 3/4 du tendon a l épaule droite je suis a la 3 eme infiltration deux chez mon médecin et une sous radio la 2 eme est prévue le 19 décembre je n ais toujours pas d amélioration mon chirurgien ma parler d opération ci a la 4 eme infiltration il n y avais pas de résultat ma question est l opération de la bursite ce passe comment ?? enlèvement et remplacement ou juste enlèvement ? et les conséquence dans l avenir ?? merci pour votre réponse 🙂

  23. Thomas dit :

    Bonjour Monsieur,

    Je voulais savoir si une bursite de l’épaule était toujours visible à l’échographie ?

    Je pose la question car mon médecin estime que j’en ai toutes les manifestations cliniques (douleur plutôt de siège postérieur) et qu’il ferait éventuellement une infiltration après confirmation par échographie.

    Le problème est que l’écho ne montre pas de signe de bursite et les tendons sont par ailleurs en bon état et d’épaisseur normale (mis à part quelques microcalficications dans le supra épineux)

    Bref je suis un peu perdu et j’aurais aimé avoir votre avis éclairé sur l’intérêt d’infiltrer dans mon cas incertain.

    Cordialement

    P.S : j’ai cette douleur depuis une séance d’écriture de près de 6h non stop

    • Monsieur,
      Vous posez là un problème très important et très courant.
      1. L’échographie est un examen très matériel-dépendant et très opérateur-dépendant. Donc un radiologue peut très bien ne rien trouver alors qu’un autre la mettre très bien en évidence.
      2. Même si on a affaire à un très bon radiologue, il est possible de ne rien voir et cela ne veut pas dire que la bursite n’est pas présente. Aussi, si la localisation de la plainte et les tests sont évocateurs d’une bursite, il faut infiltrer à titre de test. Si vous êtes amélioré, cela veut dire que la bursite était bien présente et que votre médecin devra vous revoir 10 jours après pour refaire les tests, car même si vos douleurs ont disparu, il est possible que les tests soient encore évocateurs d’une bursite… auquel cas il faut infiltrer à nouveau.
      3. La tendance actuelle est d’infiltrer du dépomédrol (par le radiologue) sans dilution avec de l’anesthésique. Personne ne sait pourquoi, mais la technique traditionnelle est plus efficace : <a href="http://Produits bursite » target= »_blank »>Produits bursite
      4. Vous trouverez les détails : https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/bursite-de-lepaule/

      cordialement

      Yves

      • Thomas dit :

        Merci beaucoup pour votre preste réponse.

        A voir donc avec mon médecin…

        Par ailleurs, votre blog dégage à la fois beaucoup de pédagogie et de bienveillance/empathie envers les personnes qui souffrent donc cela fait du bien au moral.

        Cordialement

        • Merci pour vos encouragements.
          J’ai commencé ce site pour permettre à mes patients de se remémorer des choses apparemment difficile bien que prouvées depuis plus de 60 ans : exemple : « le fameux muscle trapèze«  ou que « masser, étirer, mobiliser la colonne accélère le vieillissement ».
          Je fais tout cela dans mon coin (alors que la pratique de la Médecine Orthopédique est banale en Scandinavie) parce que j’en ai vu les bénéfice sur moi-même et beaucoup de mes patients, mais aussi parce que les pseudo-thérapies (belles idées issues le plus souvent de l’illumination d’un homme seul) se multiplient inéluctablement et malheureusement (ICI). Résistance donc.
          De plus, et c’est un peu ce que vous racontez, la médecine « croit » de plus en plus aux images et négligent les bases : l’examen clinique et les techniques simples (qui constituent souvent de bons tests, quitte à « creuser » plus si ces techniques ne fonctionnent pas).
          Entre nous, j’ai souvent eu l’envie d’écrire sur ma plaque professionnelle : « Ici les patients abandonnés sont les bienvenus« .
          😉
          Yves

          • Thomas dit :

            Bonsoir Monsieur,

            Pour revenir sur mon cas, je voulais savoir si une bursite « légère » ou « débutante » était compatible avec un tableau de douleurs pour l’instant relativement modérées (particulièrement sur le mouvement d’élévation latérale,et encore pas sur les premiers mouvements,, ainsi qu’après une séance d’étirement) ?

            Par ailleurs, je reprécise que la douleur est plutôt sur l’arrière de mon épaule et que je peux dormir sans aucun soucis. (il faut juste que j’évite de m’appuyer sur l’épaule malade car c’est un peu sensible).

            En d’autres termes, serait ce bien d’une bursite dont je souffrirais ?

            Enfin, les quelques microcalcifications présentes dans mon supra épineux pourraient elles expliquer à elles seules mes douleurs ?

            Je vous remercie encore par avance pour votre avis éclairé

            Cordialement

            • Thomas dit :

              Rebonjour Docteur,

              Je me permets de revenir vers vous par rapport à ma probable bursite.

              Etant donné que je vais probablement me faire infiltrer la bourse aujourd’hui (vendredi), je voulais savoir si je pourrais aller travailler lundi (je travaille essentiellement sur ordinateur) ou si cela obérerait les effets bénéfiques de l’infiltration ?

              En d’autres termes, serait il préférable que je ne travaille pas la semaine prochaine ?

              Merci encore par avance pour votre avis

              Cordialement

          • Patty dit :

            Bonjour.
            Cela fait déjà 4 ans que j’ai mal au bras droit diagnostiqué comment étant une épicondilyte j’ai passé une échographie récemment et il s’est avéré être une bursite sous acromio-deltoïnienne mais sans lésion tendineuse maintenant je voudrais savoir quelles sont les chances d’en avoir aux deux épaules car j’ai mal aux deux coudes et poignées mais pas à l’épaule gauche, ou alors que le fait d’en avoir une à l’épaule droite puisse faire mal jusqu’à l’autre avant bras? je travail en tant qu’hôtesse de caisse peut être que cela y contribue?
            Merci d’avance, cordialement
            Patty

  24. dambreville dit :

    bonsoir , merci pour tout ces conseils , j’ai une petite question : est il possible d’avoir une bursite aprés etre resté en appuie un demi heure de coté sur le bras droit ? en effet afin d’être sois disant dans une bonne position lors d’une séance d’electro stimulation je suis resté en appuie sur le coté opposé à la douleur traité , j’ai donc maintenant de trés grosses douleurs (8/10) à la jointure de l’épaule , quasi impossible de faire le test ci dessus sans m’aider de l’autre bras, merci

  25. AMARA dit :

    Moi aussi ça craque après l opération de mon epaule il paraît que c’est normal c est du à la tension dans les muscles enfin c est ce qu’on m’a dit….

  26. Monique Perrin dit :

    Bonjour,les radios font voir bursite et déchirure du tendon supra épineux, épaule droite , aggravées je pense après une chute, je souffre beaucoup , Jusque dans l’avant-bras,la nuit, dans les mouvements, et ma mobilité commence à être réduite,malgré les anti-inflammatoires, je ne souhaite pas me faire opérer, que me conseillez-vous ?j’ai 77 ans. D’avance merci merci

    je pense après une chute , Je souffre beaucoup, malgré les anti-inflammatoires, je ne souhaiterais pas me faire opérer , Que me conseillez vous, merci beaucoup d’avance

  27. Sandy dit :

    Bonjour,

    J’ai une gêne à l’épaule droite depuis maintenant 18 mois et je n’arrive toujours pas à trouver un spécialiste qui arrive à stabiliser cela.

    Après de nombreuses séances chez différents ostéopathes,sans succès, je décide enfin à consulter un médecin du sport en début d’année. Suspicion de bursite confirmé par arthro IRM. Résultat : déchirure partielle de la face superficielle, discale et antérieure du tendon supra-épineux prenant environ 20% de l’épaisseur du tendon. Absence de déchirure labrale mais petite déchirure de la jonction labrum-cartilage postero-supérieur du 8h à 10h et surtout Bursite sous-acromio-deltoïdienne importante. C’est cette bursite qui selon moi me gêne le plus.

    Je suis donc suivi depuis Janvier par différents kiné, physio, ostéo, 2 médecins du sport mais impossible de stabiliser cette épaule pour autant. J’ai eu à 2 reprises des infiltrations qui ont permis de me soulager et de faire disparaitre cette gêne mais quelques semaines plus tard, lors de la reprise de mon sport (triathlon et donc dans ce cas de blessure, la natation), cette gêne réapparait.

    Les infiltrations ne sont pas la solution bien sur mais maintenant, je ne sais plus vers qui me tourner malgré les dizaines de séances et d’exercices réalisés avec mes différents kinés et physios successifs. Est-ce que vous pouvez m’aider, me conseiller sur ce que je pourrai maintenant entreprendre, je suis perdu …

    Un grand merci pour votre réponse.

    Sandy.

    • Bonjour,
      Vous êtes sûrement jeune.
      Ce que vous écrivez me semble curieux puisque vous dites : « absence de déchirure… PUIS… déchirure de 8 à 10h ». Votre épaule craque sûrement (c’est LE signe de cette déchirure et de l’instabilité qu’elle provoque).
      Il y a donc une déchirure d’un élément essentiel de stabilisation de l’épaule. Cette déchirure provoque une instabilité et, comme la bourse a comme fonction d’absorber les contraintes et de protéger les tendons, elle s’enflamme.
      En fonction des examens que vous avez faits et en fonction de votre sport, il faut demander à un chirurgien s’il pourrait vous aider afin de réparer cette brèche, car on ne peut stabiliser votre épaule ni par des exercices (par aucune technique d’ailleurs) ni soigner votre bursite autrement qu’en l’infiltrant (là aussi aucune technique de kiné, d’ostéopathie ou autre ne pourrait vous aider).
      Une solution (si vous ne voulez pas avoir l’avis d’un chirurgien) serait d’infiltrer la bourse, de mettre votre épaule au repos et de retester votre épaule 15 jours après (en effet, même si vous ne sentez plus rien il faut souvent infiltrer à nouveau si les tests au cabinet sont contributifs).
      + méditer sur le mouvement naturel de l’épaule (voir mon site).
      Ensuite : ne plus pratiquer de sport de lancer pendant trois mois tout en travaillant votre condition physique…
      Aucun traitement externe (kiné…) ne pourra vous aider.
      Cordialement

      Yves

      • Sandy dit :

        Bonsoir,

        Merci pour votre message.
        En effet, j’ai 31 ans.
        Concernant les infiltrations, on va dire que je connais puisque j’en ai déjà fait 2 en moins de 6 mois, suivi de repos mais lors de la reprise de la natation, cette bursite est réapparu..
        Il est dit dans la conclusion de l’IRM une absence de déchirure labiale MAIS une petite déchirure de la JONCTION labrum-cartilage postero-supérieur du 8h à 10h.
        Est-ce cela qui selon vous provoque la bursite et donc l’instabilité de l’épaule ?
        Une intervention chirurgicale peut-elle « réparer » cela ?
        Merci encore pour le temps que vous prendrez à me répondre.
        Cordiales salutations,

        Sandy.

  28. Bonjour,
    Je me suis aperçue il y a près de deux mois que j’avais une douleur à l’épaule gauche et surtout un problème de rotation du bras dans le haut du dos, Depuis j’ai vu deux fois l’ostéopathe, la douleur s’est accentuée. Le médecin pense que c’est lié aux problèmes de cervicales passés avec névralgies cervico-brachiales. Je viens de faire deux IRM cervicales (discunarthrose sur les C4-C5 et C5-C6) l’autre IRM de l »épaule (légère bursite acromio-deltoidienne et arthropathie acromio-claviculaire modérée). L’osteo me dit de prendre des anti-inflammatoires et de glacer tous les soirs et le médecin généraliste a accepté ma demande de prescrire des séances de kiné car je pensais que c’était la solution, celle ci m’a dit de glacer l’épaule et de chauffer les cervicales ?
    Je n’ai pas de douleurs tant que je ne fais pas les mouvements qui fâchent ou des gestes brusques mais je crains de ne pas retrouver la motricité de mon épaule si je ne choisis pas rapidement la bonne solution. A votre avis est-ce que le kiné (je viens de changer) avec les anti-inflammatoires que je viens de commencer c’est une solution pour une bursite légère ou faut-il passer aux infiltrations pour ne pas laisser le problème s’installer.
    Merci de votre aide.
    Fatima

  29. AMARA dit :

    C est pas normal de devoir chercher des réponses sur internet! !!est ce que les médecins de notre entourage font tous la même chose nous donner un diagnostique et nous laisser comme ça seuls face à nos doutes nos interrogations ???!!!! La prise en charge medicale du patient ou le délaissement et l abandon du patient face à sa pathologie….😠

  30. Sonia Jimenez dit :

    Bonjour cela fait plus de 3 ans que je me plins de mon bras droit
    Douleur epaule clavicule omoplate coude poignet et pouce

    Radio épaule : pathologie acromio claviculaire
    irm : rien
    echo epaule : subluxation du tendon du long biceps
    echo dopler : rien
    kiné : on remet le tendon il resaute
    On remet le tendon…..
    Rhumato : infiltration acromio…..qui m a permis de vivre normalement de mars a juiillet…

    Reponse des médecins Rhumato médecin de la douleur…
    Vous n avez rien a l epaule madame c est du a votre fibromyalgie…

    Je n en peut plus de la douleur
    Quand je lève mon bras pour me peigner
    Pour boire, pour passer les vitesse en voiture ….quand je me proméne le bras en bas non soutenu
    Quand j ecris quand j etend le linge….tout les gestes de la vie quotidienne sont epuissant car la douleur tres vive a certain mouvements

    Je ne sis plus vers qui me tourner

    • cela fait plus de 3 ans que je me plains de mon bras droit
      Douleur épaule clavicule omoplate coude poignet et pouce
      Radio épaule : pathologie acromio claviculaire
      irm : rien
      echo epaule : subluxation du tendon du long biceps
      echo dopler : rien
      kiné : on remet le tendon il ressaute
      Rhumato : infiltration acromio… qui m’a permis de vivre normalement de mars à juillet…
      Réponse des médecins, Rhumato, médecin de la douleur…
      Vous n’avez rien à l’épaule madame c’est dû à votre fibromyalgie…

      ———————————————————————–
      Ce qu’on doit retenir :
      – Subluxation du tendon du long biceps = très invalidant et impossible à « remettre » par de la kiné. Solution = chirurgie.
      – La pathologie acromio-claviculaire peut participer aux douleurs et l’infiltration peut aider, mais il faut s’occuper de tout en même temps (ou l’un à la suite de l’autre) : acromio-claviculaire + chirurgie pour le biceps.
      – Cela fait trois ans que vous souffrez et les pathologies mises en évidence pourraient avoir provoqué une capsulite rétractile (qui ne se voit à aucun examen, mais qu’on peut mettre en évidence en fonction de la perte d’amplitude de vos mouvements, la localisation de la douleur et quelques tests à faire au cabinet. Voir : CAPSULITE DE L’ÉPAULE.) Si vous avez développé cette pathologie supplémentaire, il faudra s’en occuper aussi et mon post est très clair au niveau de ce qu’il faut faire en fonction du stade (3, 2 ou1) auquel vous êtes.

      En tous cas, je vous conseille de refuser le diagnostic de fibromyalgie… C’est un fourre-tout absolument inutile et qui sert juste aux médecins à se dédouaner, à arrêter de réfléchir pour vous et à agir. De plus ce diagnostic culpabilise le patient et ne mène jamais à un traitement adéquat (voir « fibromyalgie »).

      Cordialement

      Yves

      • Sonia Jimenez dit :

        Merci beaucoup
        Vous me rassurez je ne suis pas folle j ai vraiment mal et ce n est donc pas pour rien ….je vous remercie pour votre réponse qui m explique si bien mon ressenti .encore merci

      • Sonia Jimenez dit :

        Bonjour yves
        C est de pire en pire ce matin impossible de lever le bras pour boire mon café pourtant je suis sous cortancyl 3 le matin depuis jours
        Pas de rendez vous chez le Rhumato avant le 21 novembre
        J ai un gilet de contention d épaule
        Pensez vous que je dois l immobiliser ou au contraire bouger mon bras …quand je pose ma main droite sur ma tete en m aidant avec mon bras gauche ça soulage la douleur qui va jusqu’à la main droite et j ai tres mal au deltoide et au biceps
        j ai l impression que mon bras droit tombe…
        Je sais plus quoi faire j ai trop mal là
        Merci

        • HEDI dit :

          Salut.
          Bon courage dans votre recherche de santé.
          Une piste à envisager, aller voir le site de Françoise Cambayrac et si possible lire le premier de ses 2 livres. Cela peut aider…
          Bon rétablissement.

          • Bonjour,
            Cette dame surfe inconsciemment sur deux mécanismes.
            1. Depuis 70 000 ans Homo Sapiens s’est développé autour de belles fictions, de belles histoires (voir « Sapiens » de Yuval Noah Harrari) et la révolution scientifique appliquée la médecine n’en raconte plus (c’est sans doute pour cela d’ailleurs que des « médecines » oubliées de la fin du XIX et du début du XX° siècle [ostéopathie, homéopathie, fleurs de Bach] ont tellement de succès aujourd’hui… alors qu’elles n’en eurent pas à l’époque de leur émergence).
            2. La tendance actuelle à penser qu’il existe de grands complots comme Monsieur Jean-Marc Dupuis qui propose d’abord de gentilles newsletters gratuites (car il nous veut du bien), puis des publications (payantes) qui recèlent des secrets pour contrer le puissant Bigpharma (qui nous cache des choses et qui voudrait entraver son travail).
            Pour apprendre quelque chose et vous prémunir de tous ces gens qui écument la toile pour notre bien (et aussi pour leur profit), je vous invite à lire « Sapiens » de Yuval Noah Harrari.
            Cordialement

            Yves

  31. Coiscaud dit :

    Bonjour
    On m a diagnostiquée une bursite de l épaule gauche.on m a parlé que les tendons de l épaule était abimee cela s est vu a une échographie de l épaule suite à une hospitalisation en rhumatologie du à des grosses douleurs.hospitalisée en décembre 2015 puis en mars 2016 pour la même chose.sachant que j ai partiellement une rupture du long biceps épaule gauche vu a un arthroscanner il y a trois ans.on m a juste prescrit kine avec exercices de l épaule.ce qui a augmenté mes douleurs et mon amplitude de l épaule à diminuer.jeudi je suis allee au urgence Chu car bloquer douloureuse jusque dans les cervicales et migraines.La ils ne comprennent pas pourquoi je n ai pas eu d infiltration.en attente de rumato.merci

  32. Amandine dit :

    Bonsoir Monsieur,

    Ayant des douleurs à l’épaule de plus en plus récurrentes, je suis allée voir mon médecin qui m’a envoyé faire une radio et voir un rhumatologue qui m’a fait faire un irm :
    J’ai une tendinite calcifiante (ce qui a énormément étonné mon médecin car je n’ai que 24 ans) au niveau du sur épineux, ainsi qu’un épanchement de la bourse sous acromio deltoidienne, une inflammation et une cyphose angulaire des vertèbres c3 c4 et c5.
    Pouvez vous m’aider s’il vous plaît, cela fait 4 mois que je suis en arrêt avec 3 mois de séances de kiné à raison de trois séances par semaine, un mois et demi sous cortisone, J’ai déjà fais une infiltration et pris des anti inflammatoires qui ne me font rien du tout…

    Si vous avez une solution pour me soulager et pourquoi pas me soigner je suis preneuse car au dernier avis après mon irm, la doctoresse m’a dit de faire de la kiné et de prendre des anti inflammatoires…

  33. Myriam dit :

    Bjr
    Suite à un arthroscanner de l épaule on me diagnostique une lame de bursite sous acromiale avec acromion de type 2. Qu’ est ce que ça signifie et que faut-il faire? Merci

    • Françoise LOOTENS dit :

      Bonjour,

      Depuis près d’un an je souffre de l’épaule droite une tendinite, j’ai fait 30 séances de kiné qui n’ont donné aucun résultat, sauf si je suis au repos (mais vraiment sans rien faire) je souffre moins. J’ai donc passé une IRM et en fait il s’agit :

      d’une tendinose du tendon supra épineux associé à une rupture transifixiante focale de la partie antérieure et distale du tendon s’étendant sur 4 mm de largeur de le longueur.
      Trophicité normale des muscles de la coiffe des rotateur.
      Minime arthrose
      Lame d’épanchement liquidien au sein de la bourse sous acromio deltoîdienne qui mesure 3,8 mm d’épais. maximale.
      Epanchement liquidien modéré au sein de la gouttière bicipitale.

      Que me conseillez vous de faire ? d’après le radiologue dû à l’usure j’ai 63 ans et me demande de voir une chirurgien pour avoir son avis.
      Qu’en pensez vous ? Je pensais voir un ostéopathe. Je suis contre les infiltrations.

      Merci.

  34. Monique dit :

    Bursite et tendinite pour mon épaule, Vaut-il mieux mettre du chaud ou du froid ? Merci de votre aide

  35. Jean-Marc dit :

    Monsieur,

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre site et les infos que l on peut lire.

    On m a diagnostiqué une tendino-bursopathie, qui je pense veut dire bursite (pour quoi faire compliqué quand on peut faire simple. Lol)

    Apres anti-inflammatoire kiné qui à mon jugement ne me serve à rien, étant contre les infiltrations après ce que je lis et entend, pensez vous qu’une opération serait elle plus judicieuse, je vais en parler à mon médecin.

    Merci encore,

    Cordialement,

    JM

    • Pour qu’il y ait « bursite » il faut surtout que les tests cliniques de la bursite soient contributifs ET que les douleurs soient dans le dermatome C5 !!!
      La kiné ne sert à rien au début.
      Le traitement = vérifier qu’il n’y a pas d’anatomie « agressive » (forme de l’acromion), infiltration, contrôle à 8 jours, infiltration à 15 jours, kiné pour retrouver le mouvement naturel de l’épaule (complexe huméro-scapulo-thoracique). Cela fonctionne toujours. Mais on ne peut pas vous aider si vous êtes « contre » les infiltrations. Nous sommes tous, à priori, contre les infiltrations. Les professionnels le sont aussi, mais on n’a rien trouvé de mieux jusqu’à présent.
      Nous sommes contre les infiltrations, mais nous sommes encore plus opposés à la douleur et à la dégradation d’une structure la bourse SAD) qui est conçue pour protéger des éléments nobles (les tendons de la coiffe des rotateurs)et qui ne guérit jamais seule.

      Cordialement

      Yves

      • Jean-Marc dit :

        Bonsoir Yves,

        Merci pour votre réponse rapide.

        Je vais donc suivre votre réflexion et en parler à mon médecin en septembre….grrrr les infiltrations. Mais soit…lol.

        Bonne fin de journée

        Merci encore

        Bien cordialement

        JM

  36. Virginie dit :

    Bonjour
    Suite à des douleurs au niveau du bras droit avec une ampltude réduite , on z découvert une tendinite avec calcifications de l épaule gauche
    Mon médecin m a prescrit des ains et Kine
    Au bout de 3 mois d arrêt mon médecin à decide de m envoyer faire une infiltration,qui a eu lieu mercredi dernier,2 ampoules d altim
    Le radiologue m avait prévenu que les premières 48h allaient être difficiles,effectivement mais ensuite parfait
    Cependant depuis hier douleur vive très importante avec amplitude très réduite à peine 45°, je peux à peine mobiliser mon bras
    Est ce normal?

  37. Myriam Amara dit :

    Bonjour j ai une question est ce que quelqu un saurait l effet que ça fait de s arracher les sutures internes sur un tendon ? A chaque mouvement que je fais j ai des douleurs et j ai peur d avoir arracher les sutures et de avoir fait l opération pour rien…merci de votre réponse

  38. olfa dit :

    bonjour je souffre de l’epaule depuis novembre et je viens de consulter un rumatologue qui a diagnostiquer une tendinite avec capsulite apres avoir fait unedepuis on m’a prescrit une reeducation fonctionnelle mais les douleurs sont agrave et maintenant j’ ai mal a l’epaule , le coude et meme le poignet (j’ai subi uneoperation au poignet fin mars pour le syndrome carpien). je voudrais bien avoir votre avis et que dois je faire merci beaucoup

    • Myriam Amara dit :

      Fais attention au début on m à dit tendinite et la je sors d une intervention pour reinsertion tendon sur os(rupture du tendon)…qu’elle galere

  39. Myriam Amara dit :

    Merci il faudrait plus de gens comme vous et moins de charlatan bonne continuation

  40. Nans dit :

    Bonsoir docteur, alors tout d’abord bravo car après avoir vue 2 médecin du sport , 1 kine , 1 ostéo et après écho ,irm ,radio et même des infiltrations … bref et j’en passe, Tous visé completement a côté ,vous ête le premier à avoir tapé juste sans même m’avoir vue . J’ai eu un rdv avec un chirurgien très réputée et il m’a effectivement diagnostiqué une dechirure du bourrelet glenoidien ,une slap lesion ou lesion du labrum exactement . Donc vraiment bravo pour cela .le prochain rdv est ds 1mois =/ . Avez vous déjà eu des jeunes patient confronté à ce problème ? quels sont les chances de guérison d’après vous ? l’opération et apparemment inévitable pour ce genre de pb. Et le sport terminé pdt au moin 6mois,j’espère reprendre une vie normale et continué à progresser dans mon sport quand tout cela sera fini. Encore bravo et merci.

    • Madame,
      Je me réjouis à plusieurs titres :
      1. Vous avez une réelle piste et l’opération sera sûrement bénéfique.
      2. Vous m’avez envoyé un feed-back et vous m’avez remercié. Cela me touche, car cette démarche est rare. Cela me touche d’autant plus que je n’ai pas construit ce site dans un but commercial ou pour attirer des patients, mais parce que la démarche de base de la prise en charge des patients qui, a priori, ne seront pas aidés par la chirurgie, est en train de disparaître et les patients se sentent abandonnés, mais analysés sous toutes les coutures (IRM, scanner, écho…) sans qu’ils sachent vraiment pourquoi et sans qu’on en tire des informations utiles. Alors, avec mes petits moyens, j’essaie de résister, de transmettre ce que plus de 30 d’expériences m’ont appris.
      3. Le travail minutieux, sincère, cohérent et conséquent du docteur James Cyriax constitue vraiment une révolution au sens copernicien du terme… Je n’ai fait que tenter de réfléchir comme il l’aurait fait (avec les éléments que vous me donniez). Malheureusement James Cyriax n’a constitué ni école ni association… Il a travaillé jusqu’à sa mort (invité à la Rochester University). L’époque était à la culture du travail bien fait alors qu’aujourd’hui des dizaines, des centaines de personnes (surtout dans le domaine des douleurs) s’autoproclament « génie »… Triste époque… Et le nombre de fibromyalgiques, de douloureux chroniques, ne cessent d’augmenter (au même rythme que les examens techniques inutiles, d’ailleurs).

      Je vous remercie de votre confiance et de m’avoir informé de votre évolution.

      Cordialement

      Yves

      • Nans dit :

        Bonjour docteur , je me suis fait opéré de cette fameuse slap lesion il ya 2 mois, on m’a Fait aussi une acromioplastie et on m’a Retendue la capsule ,tout c’est très bien passé sauf que au plus j’avance dans la rééducation au plus mon épaule recraque ( exactement comme avant l’opération ) ,mais pour l’instant aucune douleur contrairement à avant l’opération ou jen souffrait énormément surtout la nuit. C’est craquement vous semblent normal après une tel opération ? J’aimerai avoir votre avis .merci

        • Nans dit :

          Bonjour docteur, voilà 3mois passé depuis l’intervention (slap lésion ,acromioplastie et retension de la capsule) et en plus des craquements qui était réapparu au fur et à mesure des séance de kiné ,maintenant c’est la douleur nocturne qui réapparaît 😦 je doute de plus en plus que l’opération soit un succès. Pourrais-je avoir votre avis ?

  41. DE MURCIA DANIEL dit :

    Daniel : Voilà, pour ma part, mes douleurs aux épaules ( les deux et de même intensité ) ont commencé il y a environ 20 ans. J’avais dormi sur une surface assez dure, une nuit (je précise que je ne peux dormir qu’en chien de fusil, c’est à dire sur le côté droit ou gauche). Le lendemain, j’ai retrouvé mon lit et ces douleurs aux épaules ont disparu pendant deux à trois mois, puis elles sont revenues et ne m’ont plus jamais quitté. Certaines nuit, je dors seulement 3 a 4 heures. J’ai effectué toutes sortes d’examen, vu de nombreux médecins dont un très réputé ( en médecine interne ) qui m’a indiqué laconiquement après 3 mois d’observation :  » vous avez quelque chose, c’est sûr, ce n’est pas psychologique, mais en l’état actuel de nos connaissances en médecine, je ne peux vous dire ce que vous avez..  » J’ai même été hospitalisé pendant 5 jours à Paris ( hôpital militaire ) où on m’a fait toutes sortes de radio, prises de sang .. etc. la batterie habituelle. Il a été décelé de petites bursites. Cependant, quand je fais le test indiqué ci dessus, je peux lever le coude sans problème ni douleur..Durant la journée, je n’ai aucune douleur aux épaules ou autre organe. Par contre, un jour, j’ai essayé de soulever un objet assez lourd qui était en hauteur et là, j’ai ressenti une violente douleur à l’épaule levée.. Je précise aussi que j’ai travaillé sur zones militaires, cela a t’il un rapport ? Si quelqu’un se reconnait dans ces symptômes, qu’il me le fasse savoir. Merci infiniment.

    • Damien dit :

      Avez-vous pensez à une lésion SLAP visible par arthroscopie ? Ou sinon à un nerf comprimé ? (L’option du nerf semble peu probable mais bon, si aucun examen ne donne de réponse..) pour la lésion SLAP, je vous laisse rechercher sur Google. Pour le nerf comprimé, on observe une douleur quasi uniquement nocturne. Bon courage.

  42. Cécile dit :

    Merci à vous.
    J’ai ce problème également, et aussi une spondylarthrite.
    J’ai eu une infiltration lundi dernier, soit 6 jours, mais c’est encore très douloureux et surtout la nuit. La douleur descend dans ma main 😞. Dois-je revoir mon rhumato pour une autre infiltration selon vous ? Merci d’avance

    • Bonjour,
      S’il s’agissait bien d’une bursite et si l’infiltration a été faite correctement (au bon endroit et en éventail), vous auriez dû ressentir une amélioration en 48 à 72 h. Par ailleurs, si la douleur descend dans la main cela veut dire que la cause de la douleur est très enflammée ou qu’il ne s’agit pas d’une bursite. Pensez alors à une névralgie cervico-bracchiale ou, qui sait, à une capsulite
      En tout cas, s’il n’y a pas eu d’amélioration il faut réfléchir avant d’agir.
      Cordialement

      Yves

  43. Christine dit :

    Bonjour et merci pour cet article et ces schémas qui me permettent de visualiser un peu mieux l’anatomie de l’épaule et situer ces fameuses bourses dont j’ignorais totalement l’existence.

    En effet, à Noël, j’ai fait une chute en glissant sur mon carrelage mouillé et depuis, j’ai mal à l’épaule droite avec parfois un ressenti jusqu’au coude.

    Je suis atteinte d’une polyarthrite rhumatoïde aussi, j’ai un peu tendance à mettre tous mes « bobos » sur cette pathologie et surtout, je suis patiente avec la douleur. Ça passe !!!

    Mais là, trop c’est trop car je suis de plus en plus limitée dans mes mouvements alors, j’en ai enfin parlé à mon médecin qui m’a fait faire une échographie.

    Résultat ce jour: « épaississement de la bourse sous acromio-deltoïdienne ainsi que des parties molles situées autour de l’articulation acromio-claviculaire. »

    J’ignore ce que ça signifie…blessure à cause de la chute ou nouvelle lésion due à la PR, je verrai.

    Bonne continuation.

    • Castrignano dit :

      Bonjour
      J ai exactement les mêmes simptome que vous et la même conclusion sur mon échographie
      Avez vous plus d info sur votre pathologie
      Merci
      Et bonne continuation

    • Chris dit :

      Bonjour Christine et à tous
      J ai exactement les mêmes simptome que vous et la même conclusion sur mon échographie
      Avez vous plus d info sur votre pathologie
      Merci
      Bon rétablissement

      • Christine dit :

        Bonjour Chris.
        Désolée du retard pour vous répondre mais je n’avais pas vu votre commentaire.
        De quelle pathologie parlez-vous ? Si c’est au sujet de la polyarthrite rhumatoïde, la mienne est stabilisée par un traitement de fond (Arava= léflunomide).
        Quand à ma bursite, sans doute due à ma chute, j’en suis à 10 séances de kiné et, ça va déjà un peu mieux. Je peux complètement lever mon bras par contre, c’est encore douloureux lorsque je le redescends. Je ne désespère plus, c’est en bonne voie.
        Bon rétablissement à vous aussi.
        Cordialement.

  44. patrick dit :

    Bonjour, après 1 mois de douleur à l’épaule gauche je viens de faire un IRM aujourd’hui où l’on m’a diagnostiqué ceci

    Conclusion :
    Arthropathie acromio-claviculaire modérée avec discrète réaction inflammatoire au niveau de la bourse sous acromio deltoïdienne

    Pour l Arthropathie la douleur ne me gêne pas trop mais l’inflammation de la bourse énormément.

    Je vais demander à mon médecin une infiltration comme conseillé dans votre article, en espérant que cela fonctionne car je ne peux plus m’entraîner et cela me rend très malheureux ….

    Merci pour votre article qui m’aide a comprendre ma blessure.

    Cordialement

  45. Myriam Amara dit :

    Merci pour votre réponse qui élargit les causes possibles à mon mal. 😧…Pour info j ai 39 ans. Aucun accident chute ou tromatisme à part des trapèzes souvent tendus et une cervicarthrose….Ce qui m embête c est que je suis seule à chercher le mal que j ai et bien sûr l articulation de l epaule n est pas des plus simples…enfin bref je n abandonne pas et merci pour tout ce que vous faites.

  46. Mimi Ama dit :

    BONJOUR
    j ai un ptit soucis et j ai beau chercher sur internet pas de réponses et ne parlons meme pas des docteurs!!!!
    depuis 1 ans j ai une douleur à l épaule au debut supportable puis de moins en moins avec de plus en plus de brulures au niveau de l épaule résultat: tendinite 15 séances de kiné et aujourdhui amelioration mais à l arret des seances kiné les brulures sont revenues mais surtout toujours impossibilite de lever le bras gauche les echos et radio n ont rien montre….pourquoi je n arrive pas à faire certains mouvement avec mon bras ce n est pas douloureux mais je ne peux le lever? est ce juste la tendinite qui n est pas bien soigne ou dois je faire irm scanner ou autres pour trouver la cause?
    merci pour vos réponse

    • Bonjour,

      Je ne sais pas quel âge vous avez et cela complique l’enquête. Vous écrivez : « surtout toujours impossibilité de lever le bras gauche les échos et radios n’ont rien montré ».
      De plus vous dites que cette douleur remonte à un an.
      Ces éléments font penser à une capsulite rétractile (qui ne se voit à aucun examen classique) : VOIR
      Par ailleurs, il faut toujours se méfier des diagnostics de « tendinite ». En effet, aucune épaule ne vieillit sans que les tendons ne souffrent.
      Donc toutes les échographies montrent des traces de tendinite (tendinopathie). Mais pour faire un diagnostic de tendinite, il faut que la description de la douleur, sa localisation y fasse penser ET que les tests musculaires contrariés (qui interrogent le [les] tendonS) reproduisent LA douleur (voir : « Comment mettre en évidence une tendinite ? » ICI

      Cordialement

      Yves

      • Myriam Amara dit :

        Bonjour je viens vous donner des nouvelles j ai parlé à un autre médecin de mes problèmes d épaules et il M à prescrit une arthro-scanner résultat rupture du tendon supra épineux je suis dégoûtée et en même temps heureuse car je sais enfin ce qui me fait mal et je savais au fond de moi que ça ne pouvait pas être du juste à une tendinite….myriam

        • La rupture du tendon du sus-épineux se manifeste par des douleurs dans le dermatome C5 (voir DERMATOMES) et une faiblesse (voire une impossibilité) d’écarter le bras du corps lorsque l’examinateur exerce une force contraire.
          S’il y a rupture, il faut bien vérifier si les douleurs (une partie du moins) ne sont pas en rapport avec une bursite. Auquel cas il faut infiltrer la bourse avant de commencer une rééducation extrêmement minutieuse (à faire avec le kiné ET chez vous). On peut (doit) récupérer la fonction sans douleur.
          Parfois, selon l’âge du patient et ce qu’il reste de tendon, on peut opérer.

          Cordialement

          Yves

          • AMARA dit :

            Bonjour je reviens vers vous car je ai un ptit soucis. (Je ai été opéré pour rupture du tendon sus épineux et je récupère petit à petit) cependant je n arrive pas à lever le bras sans que mon épaule monte et bloque, le chirurgien et le kinésithérapeute pensent que c’est à cause de la rupture du tendon des douleurs ect mon bras à pris de mauvaises habitudes et que c est à moi de m entraîner à lever le bras sans que l épaule monte…mais j y arrive pas est ce que c est fréquent? Moi j arrive pas à me dire que c est normal et jme qu’il doit y avoir un soucis quelque part…jveux dire quand on lève le bras y a des muscles des tendons des os qui entrent en jeux donc qui dit qu’il n y a pas un pb quelque part????
            Merci pour votre réponse
            Myriam amara

  47. Henry isabelle dit :

    Bonsoir, docteur je viens vers vous car j’ai des résutats d’IRM qui ne me plaise pas en effet, je suis aide soignante ai eue un accident de travail debut decembre 2015 1 semaine d’arret et c’est reparti sauf que après es fètes catastrophe….. infitrations d’epaule 2 puis syndrome de cushing diagnostiqué par medecin traitant puis endocrinologue…..donc pas génial .puis medecin expert qui suggere IRM et : enthesopathie et tenosynovite du tendon du supra-epineux sans retentissement musculaire. Chondropathie acromio-claviculaire avec bursite sous acromio-deltoidienne sous jacente.voilà le résultat…. Svp donnez moi votre avis . Merci beaucoup.

  48. Nans dit :

    Bonjour docteur j’ai 28ans et je pratique la musculation depuis 6ans et depuis 1ans mon épaule gauche me fait souffrir et craque beaucoup, crise de douleur aiguë insupportable uniquement au repos et surtout la nuit c’est insomnie assuré, les crises dur une semaine environ et rien ne les soulage (froid, paracetamol codéine, tramadol, anti inflammatoires..) la douleur est profonde et me contracte tout le trapeze et même le dos.après avoir passé radio, échographie, irm, toujours la même conclusion tendinite sus épineux et épaississement de la bourse. J’ai était traité par ondes de choc avec séance de kinésithérapie et repos 3mois. A la reprise progressive du sport cela repart de plus belle, j’ai renouvellé tout sa 2 fois donc en 1 ans je me suis entraîné que 6mois à mon grand désespoir. J’ai reçu ma première infiltration à l’épaule il ya 48h et jai toujours aussi mal est ce normal ? Vais je devoir arrêté définitivement mon sport qui est ma passion ? Merci de me donné votre avis . Cordialement

    • Nans dit :

      Moi j’ai pas le droit à une réponse ? ^^

      • Je travaille, j’essaie d’alimenter mon site afin de partager ce dont je suis à peu près sûr, j’ai une famille… Je fais donc ce que je peux, gracieusement.

        • Nans dit :

          C’est le but du forum non ? Je ne vous ai pas pressé docteur , ma question date du 3 avril ,1mois plus tard pas de reponse, Je vous ai posé une colle peut être ?

          • Myriam Amara dit :

            Une colle?! C’est est quand même assez dur de poser un diagnostique juste avec des symptômes vagues ressenties par une personne qui n est pas en face de vous, à qui on ne peut faire un examen clinique ! Oui comme vous le dites vous êtes sur un forum gratuit et non a une consultation…c est fou les gens qui pensent que tout leur est du, moi si je n avais pas eu de réponse ben je tracerai ma route…si la réponse n est pas ici c est qu’elle est ailleurs….bon courage dans vos recherches.
            Myriam.

            • Monique Perrin dit :

              Bonjour Docteur, après un an et demi de grosses douleurs dues à une bursite et tendinite épaule droite,16 séances de physiothérapie sans amélioration, Je vais beaucoup mieux après une séance de mésothérapie , chez un médecin qui fait de la médecine chinoise et a aussi beaucoup agi sur des circuits énergétiques qu’il connait, Je vais à ma deuxième aujourd’hui avec beaucoup d’espoir

              Monique Envoyé de mon iPhone

              >

          • En vous relisant, beaucoup de pistes me viennent à l’esprit. Je verrai si j’ai le temps de les développer… Mais vous n’avez pas compris le principe de mon site : il ne s’agit ni d’un forum ni d’un lieu de challenge. Plutôt un lieu où je donne ce que je sais en espérant que certains en profitent (pour résister aux dérives du tout à l’imagerie ou du tout au psy qui assassinent notre métier pour l’instant). Un lieu aussi où certains aimeraient aller plus loin et à qui je donne un coup de pouce (quand j’en ai le temps et quand les questions sont bien posées, car beaucoup d’internautes posent des questions sans, manifestement, avoir fait l’effort de chercher eux-mêmes des pistes pour s’aider eux-mêmes à l’intérieur de mon site et à travers d’autres questions/réponses.

            Yves

            • Nans dit :

              Tout d’abord merci de votre réponse. J’ai lu tout votre site et je me suis bcp renseigné (internet et autres) et toujours pas de solution à ce jours. Donc je vous ai demander votre avis. Donc si vous ne m’avez pas répondu c’est bien que vous n’avez pas la réponse (je l’ai bien compris) peut être ai je pas assez argumenté mes symptômes.je pensais donc que vous me poseriez d’autres question pour avoir plus de précision. Jai bien compris le principes du site et Je ne considère pas sa comme un challenge ou autres. Question -réponse(solution ou non) rien de plus . Merci encore

              • Nous voilà d’accord sur les grands principes.
                Pour vos douleurs :

                J’ai 28 ans et je pratique la musculation depuis 6 ans et depuis 1 an mon épaule gauche me fait souffrir et craque beaucoup,
                Ces craquements sont souvent la manifestation d’une déchirure du bourrelet glénoïdien (à mettre en évidence par un arthroscanner).

                crise de douleur aiguë insupportable uniquement au repos et surtout la nuit c’est insomnie assurée, les crises durent une semaine environ et rien ne les soulage (froid, paracétamol codéine, tramadol, anti-inflammatoires..)

                Une déchirure du bourrelet glénoïdien rend l’épaule instable et, par là, risque d’enflammer la bourse sous acromio-deltoïdienne. Les douleurs se manifestent alors au moignon de l’épaule et dans le bras selon le territoire (et les règles) que vous avez lu. Il faudrait donc évaluer le bourrelet et l’efficacité d’une infiltration dans la bourse s’il y a suffisamment de signes pour estimer qu’il faut l’infiltrer.

                La douleur est profonde et me contracte tout le trapèze et même le dos. Après avoir passé radio, échographie, IRM, toujours la même conclusion tendinite sus-épineux et épaississement de la bourse.
                Tendinite = presque normal. L’important = la bourse.

                J’ai été traitée par ondes de choc avec séance de kinésithérapie
                Les ondes de choc au niveau de l’épaule n’ont d’efficacité (relative d’ailleurs) qu’en cas de calcification.

                et repos 3 mois.
                Le repos n’est pas un traitement.

                À la reprise progressive du sport cela repart de plus belle, j’ai renouvelé tout ça 2 fois donc en 1 an je me suis entraîné que 6 mois à mon grand désespoir. J’ai reçu ma première infiltration à l’épaule il ya 48 h et j’ai toujours aussi mal est ce normal ? Vais je devoir arrêter définitivement mon sport qui est ma passion ?

                Là je ne peux rien en dire puisqu’il existe beaucoup d’infiltrations de l’épaule et que vous ne précisez pas quelle structure a été infiltrée ni
                quels tests cliniques (et techniques) ont incité le médecin à vous infiltrer. Autrement dit : vous ne me donnez aucun indice d’un traitement construit à partir d’hypothèse consistante.

                Cordialement

                Yves

  49. chibene dit :

    J ai u une intervention le 22 janvier 2016 avec par la suite des séances de kinésithérapeute mais toujour autant de douleur donc je décide de revoir mon médecin généraliste qui me fait faire IRM donc mon compte rendu
    Présence d une brèche au niveau de la partie terminale du tendon sus epineux mesurant 6 mm de diamètre associée à un épanchement au niveau de la bourse sous acromiale .
    Merci de m expliquer mon compte rendu merci.
    Cordialement.

    • J’ai eu une intervention le 22 janvier 2016
      — Quelle intervention ? Quelle structure ? Quels objectifs ?

      Avec par la suite des séances de kinésithérapeute
      — Quel traitement ? Quel objectif ?

      Mais toujours autant de douleur donc je décide de revoir mon médecin généraliste qui me fait faire IRM.
      — Quelle hypothèse ?

      Présence d’une brèche au niveau de la partie terminale du tendon sus-épineux mesurant 6 mm de diamètre associé à un épanchement au niveau de la bourse sous acromiale.
      — Cette brèche peut être considérée comme banale si vous avez plus de 45 ans. Elle est la conséquence d’une inflammation chronique de l’espace entre l’humérus et l’acromion qui se confirme par la présence de la bursite (une bourse a comme fonction d’absorber les contraintes et de protéger des tendons. Au niveau de l’épaule : surtout le sus et le sous-épineux).
      Si le test (voir fin du post :
      https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/bursite-de-lepaule/) est douloureux et surtout s’il y a une perte de force, cela vaudrait la peine d’infiltrer cette bourse + retester après 8 jours et, si la douleur n’a pas complètement disparu + certains tests sont encore douloureux et/ou faibles, il faut infiltrer à nouveau.

      Cordialement

      Yves

      • chibene dit :

        Bonjour
        Mon intervention du 22 janvier été de l’épaule droite pour une tendinopathie rompue du supra epineux avec bursite sous acromio claviculaire et deltoïdienne. Ensuite j ai effectuer des séances de kinésithérapeute. Mais mes douleurs persiste donc mon médecin me fait faire un IRM
        Qui explique ce que je vous ai écrire sur mon premier message.

  50. brunet dit :

    Bonjour,

    Je me suis fait mal à l’épaule droite au travail en septembre 2015 lors d’un transfert d’une personne du faurzui roulant au lit (je suis aide soignante en EPHAD).
    J’ai consulté mon médecin traitant en novembre 2015 qui a « testé » mon épaule et qui m’a dit vous avez une tendine du sus-épineux donc kiné.
    Depuiq je fais 2 seance de kiné avec massage ultrason électrothérapie par semaine mais aucune amélioration depuis peu meme c’est pire….
    J’ n’en dort quasi plus la nuit….J’ai beaucoup de mal a continuer à travailler….
    J’ai donc passé ce jour une radio et une echo……verdict : RAS…..
    Le kiné pense à une bursite….
    Qu’en pensez vous?
    Cordialement

  51. Tissy dit :

    Bonjour Docteur,
    J’aimerai savoir s’il vous plait, si on peut prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens dans le traitement d’une bursite sous acromiale en première intention. Si oui, quelle sera la molécule la plus adéquate, sa posologie et la durée du traitement ?
    Bonne continuation, avec tous mes respects.

  52. Vanessa dit :

    Bonjour,

    Votre article m’est très intéressant, j’ai 25 ans et une douleur à l’épaule droite non soignée (suite à un accident) qui dure depuis maintenant plusieurs années.
    Kinésithérapie, médecine chinoise etc. rien ne change…
    J’ai donc décidé de prendre ma douleur plus au sérieux qui devient un handicap pour mon métier.
    Après la réalisation de diverses radios et Irm, on m’oriente vers un rhumatologue.
    Les conclusions sont : un épanchement de la bourse sous-acromiale et de la gaine du long biceps, une hypertrophie osseuse acromio-claviculaire avec un espace sous acromial réduit.
    Vous douterez que cette conclusion ne m’est pas du tout familière ;). D’après mon médecin traitant je dois me faire opérer, mais j’aimerais avoir plus de détails concernant tout d’abord cette conclusion d’images et si il y a opération, quels sont les temps de rééducation, d’immobilisation etc.
    Cordialement.

    • Bonsoir,
      Je ne comprends pas pourquoi on ne vous propose pas d’abord une infiltration de la bourse. Quitte à en faire une deuxième 15 jours après si la première vous a aidée. Deux infiltrations dans la bourse (d’autant qu’il s’agit des suites d’une chute = bursite traumatique) suffisent souvent même si l’espace anatomique n’est pas très grand. Si les infiltrations ne donnent pas de résultat suffisamment longtemps (par exemple : moins de 6 mois) il sera encore temps de penser à une opération à ce moment.
      Cordialement
      Yves

      • Vanessa dit :

        Bonsoir,
        Je ne sais pas pourquoi.
        Pouvez vous me renseigner au sujet des résultats de mon Irm, de quoi s’agit-il exactement ?
        Et pouvez vous quand même me dire d’avantage de détails concernant les suites de l’opération ? Même si pour vous elle ne semble pas nécessaire en premier lieu.
        Cordialement

  53. caroline dit :

    Bonjour

    Je me suis fait une entorse acrromio claviculaire en septembre et j’ai des douleurs qui reviennent quand je fais certain mouvement et l impression que mon épaule flanche par moment est ce normal..
    Merci d’avance

    • Bonjour,
      Une entorse acromio-claviculaire ne provoque pas d’instabilité de l’épaule. Il faudrait donc se préoccuper de l’articulation (+ des tissus mous) de l’articulation entre l’humérus et l’omoplate (gléno-humérale). Il se pourrait que le traumatisme ait endommagé une ou plusieurs structures anatomiques (bourrelet glénoïdien, bourse sous-acromio-deltoïdienne) et il faudrait agir en conséquence. La structure la plus souvent concernée est la bourse sous-acromio-deltoidïenne et son infiltration apporte souvent beaucoup de bénéfices. En consultant le post suivant vous pourriez vous faire une idée de la possibilité que cette structure ait souffert et souffre encore : https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/bursite-de-lepaule/. Si votre épaule est instable à cause d’une lésion du bourrelet et que la bourse souffre et que vous n’êtes pas une sportive de haut niveau, l’infiltration de la bourse pourrait vous aider durablement surtout si vous évitez les gestes qui provoquent l’augmentation de la douleur (vous les avez sûrement déjà identifiés).
      Cordialement
      Yves

  54. Laetitia dit :

    Bonjour
    Voilà j’explique mon cas cela fait 5 6 ans que j’ai arrêté le tennis j’en ai fait pendant 4 ans et maintenant mon épaule se deboite toute seule j’ai mal à l’épaule quand je force de trop quand je lance quelques choses j’ai l’impression que mon bras va se décrocher.
    J’espère que vous pourriez m’aider merci

    • Bonjour,

      S’il s’agit de subluxations consécutives à une luxation ou à de multiples traumatismes (petits ou grands) de l’épaule, il faut faire une IRM et/ou un arthroscanner pour une mise au point en profondeur (en particulier : l’intégrité du bourrelet glénoïdien). Puis demander s’il s’agit d’une indication opératoire.
      Vous êtes sans doute jeune et aucune rééducation ne permet de stabiliser de façon fiable une épaule instable (s’il s’agit de cela).
      Cordialement

      Yves

  55. Floriane dit :

    Bonsoir, je viens vers vous car de aout 2013 a janvier 2014 jai allaiter ma fille et cela ma provoqué une tendinopathie bicipitale. Je lai soigner grace au anti inflammatoire et a la kine. Donc plus aucune douleur par la suite. Et le 25 fevrier 2015 j ai glisser sur mon lieu de travail en appuy sur la main et bras completement tendu.. de la sen ai suivi de vive douleur a lepaule examen apres examen ( radio echo irm scintigraphie) il savere que jai une tendinite du long biceps et une bursite sous acromiale. jai aussi lepaule basse et lacromion un peu tro pencher mais pas aggressif, jai pris des tas de medicaments de toute sorte depuis maintenant 1 an. ( bi profenid, izalgi, klipal, lyrica, artrotec, arcoxia, et jen passe..)egaleme t kine, ostheo et 1 infiltration, je suis passer par plusieur phase douleur la journee quelque mois puis enorme souffrance la nuit, puis epaule raide, puis redenouveau douleur toute la journee et nuit je n arrive pas a mettre le bras plier dans le dos et si je pose la main sur lepaule gauche jai une douleur lancinante jusquau coude je ne peu pas monter le bras. jai les 2 dernier doigts de la main qui s engourdisse ( mais.apparement rien au niveau des nerf) Actuellement je souffre jai une.impression de chaleur au niveau de lepaule et la douleur de la tendinite en plus et rien ni fai aucun comprimé, baume du tigre, patch.chaud ou froid, huile essentielle etc..) ma question est ya t il pour moi un espoir de ne plus souffrir..? Ou existe t il des solutions autres que celle deja fai? car mob medecin me disnque ca va finir par passer.. Jai une infiltration prevue en mars. mais je n arrive plus a supporter les douleurs. Je precise que jai 25 ans. Desole pr le long roman. Merci davance

  56. labmas dit :

    difficultés à dormir sur épaule gauche 1 an de kinésithérapeute
    suite problème su ou sous épineux ? je peux refaire des mouvements avec le bras ex : attacher les cheveux
    mais gêné au sommeil en dormant sur épaule droite et impression de douleur muscle au dessus du bras

  57. davy dit :

    Bonjour.
    Je suis en accident du travail depuis le 2 septembre après une chute en bas des escaliers.

    L’IRM du bras : révèle une érosion du versant superficiel du tendon de l’infra épineux avec tendinite du supra épineux et arthropathie inflammatoire acromio-claviculaire et bursite du sub-acromial.
    De septembre à janvier ce problème était plus gênant que dl.
    Début janvier je me cogne l’épaule et une dl très intense irradie dans tout le bras et sur tout la nuit (douleur dans le coude et fourmillements vers les doigts).
    Le chirurgien fait une infiltration de dinostene (pas de résultat) il veut passer à l’opération. les médecin généraliste me dise que cela n’est pas utile (que faire ?)

    Les mouvements sont restreind et gênant, mais si je fais des mouvements brusque la douleur devient très intense (au moment des faits et peut de temps après) cette douleur monte au cerveau et provoque une genre de migraine avec des maux de tête très intense.
    Quand pensez-vous ?

  58. Annie Robert dit :

    Bonjour, j’ai 64 ans, suis très active et sportive. J’ai eu des douleurs d’épaule gauche en octobre, je me décide à aller chez un chirurgien avec une échographie qui conclut à une bursite sous acromiale ( 3 cm x 20 mm d’épaisseur) avec petit bec sous acromial. Le chirurgien me dit que en fait il y a rupture du sus épineux, mais qu’il ne veux pas opérer. (je connais la question j’ai été opérée il y a 10 ans du coté droit -3 tendons- suite à un accident de ski) . Mon généraliste m’a donné des séances de kiné, j’en suis à 10 séances mais j’ai toujours mal, et je suis handicapée au quotidien aussi bien la nuit que le jour et je me sens diminuée.
    Qu’en pensez vous ? rupture ou simplement bursite ? le kiné ne me donne aucune explication.
    Est-il vrai que si la rupture n’est que partielle, elle peut se soigner ? peut on vivre avec une rupture sans opérer ?
    Ce problème peut il être lié au fait que au bureau, je suis très souvent avec mon téléphone coincé centre mon oreille et mon épaule ?
    Que dois-je envisager dans les prochains mois ?
    merci de votre aide.
    Annie

  59. Delphine dit :

    Bonjour,
    Mon mari suffire depuis 10 mois du coude il lui a été diagnostiqué une épicondylite 9 mm de lésion rien n’y a fait pour que cela se calme aucun traitement per-os, ni kiné n’a été efficace, il a eu 1 PRP resultat =0 puis une seconde PRP qui a réduit de 4 mm la lésion depuis plus aucune amélioration il y a eu classement comme maladie pro ( mécanicien) depuis 2 mois il se plaint de nouvelles douleurs dans le biceps et épaule hier radio et écho résultat = tendinite du tendon suivant le biceps plus bursite de l’épaule je dois dire qu’il est un peu anéanti …
    Ma question ou plutôt mes questions :
    1- Opérable avec les chances d’amélioration ou vaut mieux traiter aux anti inflammatoires et kiné
    2- la 1ère lésion du coude serait-elle le départ de l’état actuel ( tout est-il lié en fait)
    3- peut on espérer du mieux, pour au moins calmer les douleurs en faisant balnéo ou cure ?
    Note d’humour : on a rejeté l’idée du marabout …

  60. rajaa dit :

    bonsoir je suis ophtalmologue jai 30 ans
    javais des dl a l epaule ca fai deux
    le traumato ma diagnostique une tendinite de coiffe
    apres 2 sem javai tjr mal
    jai fai lecho.on decouvre une bursite SAD
    jai pas oser faire linfiltration
    apres 10jr de repos et ttt ains
    elle persiste tjr a l echo.la rhumato ma fai linfiltration avec deprostene hier
    je m inquiete pr mon epaule et ma carriere prof
    si la dl persiste je fait une autre ifiltration avec altim ou je commence les ondes de chocs
    svp vous me conseillez quelles attitudes???
    en plus jai des dl au niveau du bord ecterne de l omoplate.le cou aussi
    lecho avt infiltration a revele aussi des erosions oss superficielle(en javai un vit D tres basses il ya 2 ans jai l ttt pr 3 mois et jai arrete et je commence a faire apparaitre des califications si m souvien le mcin ma montre ca en posant la sonde decho sur la face ant du moignon de l epaule
    bref j commence a stresser!😢

    • Bonjour,
      La tendinite de coiffe n’est pas un vrai diagnostic puisque nous en souffrons tous. En effet, le premier facteur de souffrance de la coiffe = l’âge.
      À cela se rajoute chez vous le métier.
      Les tendons de la coiffe sont, chez tout le monde, en situation délicate. Pour les protéger, la nature a interposé entre ceux-ci et l’acromion une bourse séreuse qui a pour fonction d’absorber les contraintes et de diminuer la possibilité que les tendons de la coiffe « frottent » contre l’acromion et, ainsi, se dégradent.
      La bourse est donc la première victime. Elle s’enflamme et ne guérit pas… Il faut donc (pour autant que l’examen clinique le démontre – l’échographie n’est qu’accessoire) infiltrer la bourse et voir, après une semaine, quels sont les bénéfices subjectifs (vos douleurs) et objectifs (que disent les tests cliniques). S’il y a une bonne amélioration des symptômes, mais que les tests cliniques démontrent que la bourse « souffre » encore, il faut infiltrer une deuxième fois.
      Ensuite, il faut évaluer les situations (dans votre profession essentiellement) où la bourse risque de souffrir ET relancer la mécanique naturelle de l’épaule (Épaule : nouveautés).
      Vous comprendrez donc que l’idée commune de détendre le trapèze est, mécaniquement, une aberration : https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/lepaule-une-horloge-merveilleuse-et-tres-fragile/ et https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/cervicalgies__cercle-vicieux/ et https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/douleurs-dans-les-muscles-des-epaules/
      Les ondes de choc ne sont utiles que pour accélérer la disparition de calcifications (même si les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des attentes et même s’il existe d’autres façons d’accélérer leur dissolution).
      Par ailleurs, une souffrance des structures de l’épaule projette toujours ces douleurs dans le dermatome C5 (d’autant plus loin que l’inflammation de la structure de l’épaule est importante), MAIS elle ne donne JAMAIS de douleurs projetées au niveau du cou.
      Il faut donc, comme souvent, déterminer l’origine des douleurs du cou (et de l’omoplate – origine cervicale) et l’origine des douleurs du bras (dans votre cas : l’épaule).
      Les érosions manifestent une « souffrance » ancienne et chronique, mais il serait intéressant de déterminer la forme de votre acromion… Plus il est « crochu », plus le conflit peut être important (il faut parfois pratiquer une intervention chirurgicale sur l’acromion pour diminuer le conflit anatomique).

      cordialement

      Yves

  61. Léa dit :

    Bonjour à tous,
    Il y a 2 ans, j’ai eu une infiltration 1,5 cc d’Altim dans l’épaule Droite et Gauche à une semaine d’intervalle. En octobre dernier mes douleurs aux épaules se sont de nouveau manifestées, alors le 1er décembre 2015 j’ai eu de nouveau une infiltration dans l’épaule Droite, la douleur de l’épaule Gauche étant gérable sans médicaments, on n’y a pas touché. Depuis plus d’1 mois donc après l’infiltration j’ai toujours mal à l’épaule et mes muscles se contractent et j’ai l’impression d’avoir un torticolis et des coups de couteaux dans le trapèze. J’ai également de l’arthrose cervicale, 65 ans. On m’a orienté vers un kiné spécialiste des épaules. Ma question : serait-il possible que la kinésithérapie stoppe l’inflammation, alors que l’infiltration ne l’a pas fait ? Merci bcp de votre réponse.
    Léa

    • Bonjour,
      vous soulevez LE problème de la prise en charge des douleurs musculo-squelettiques qui ne seront pas aidées par la chirurgie : le diagnostic.

      Il y a 2 ans, j’ai eu une infiltration 1,5 cc d’Altim dans l’épaule droite et gauche à une semaine d’intervalle. En octobre dernier mes douleurs aux épaules se sont de nouveau manifestées, alors le 1er décembre 2015 j’ai eu de nouveau une infiltration dans l’épaule droite, la douleur de l’épaule gauche étant gérable sans médicaments, on n’y a pas touché. Depuis plus de 1 mois donc après l’infiltration j’ai toujours mal à l’épaule et mes muscles se contractent et j’ai l’impression d’avoir un torticolis et des coups de couteau dans le trapèze. J’ai également de l’arthrose cervicale, 65 ans. On m’a orienté vers un kiné spécialiste des épaules. Ma question : serait-il possible que la kinésithérapie stoppe l’inflammation, alors que l’infiltration ne l’a pas fait ?
      1. Il vous semble évident qu’on vous infiltre les épaules puisque vous souffrez des épaules, mais ce n’est -a priori- pas évident, car vos douleurs pourraient provenir de la colonne cervicale.
      2. Vous dites avoir été infiltrée aux deux épaules, mais vous ne semblez pas savoir quelle structure a été infiltrée (il y en a beaucoup. Les plus fréquentes : la capsule, les bourses, certains tendons comme le sus ou le sous-épineux).
      3. Les pathologies de l’épaule provoquent des douleurs sous le moignon de l’épaule et JAMAIS au-dessus (sauf pour l’articulation acromio-claviculaire). Les douleurs peuvent descendre jusqu’au coude et même jusqu’au poignet suivant l’intensité de l’inflammation de la structure de l’épaule concernée.
      3. Vous parlez de votre colonne cervicale et de « coups de couteau » dans vos trapèzes. Ces élancements dans le trapèze ne peuvent provenir de vos épaules, mais de votre colonne cervicale.
      4. Vous demandez si le kiné peut améliorer l’inflammation des épaules parce que vous croyez (c’est ce qu’on vous a dit) que la cause se trouve au niveau des épaules, mais ce n’est pas sûr. De plus, un kiné ne peut aider une épaule qu’à partir du moment où le diagnostic est établi de façon précise.
      5. Avec les éléments que vous donnez, il faudrait reprendre l’anamnèse (votre histoire + la localisation exacte des infiltrations qui ont été faites), l’examen clinique de votre cou ET de vos épaules… Pour pouvoir faire la part des choses et répondre à ces questions : quelles douleurs seraient en rapport avec les épaules et quelles douleurs seraient en rapport avec la colonne cervicale ? Et ensuite, établir une stratégie thérapeutique en commençant par l’image mécanique qui apparait comme étant la plus évidente.

      Ceci n’est pas une réponse de Normand, mais -une fois de plus- le constat que la plupart des diagnostics sont flous et entraînent des prises en charge tout aussi floues… Et le patient ne s’y retrouve plus.
      Voir la complexité : https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/vos-douleurs_enquete/

      Yves

    • Léa dit :

      Bonsoir Yves, mille mercis de vous avoir donné la peine de me répondre et de répondre à tous ceux qui s’adressent à vous.
      Mon histoire est plus compliquée que cela. Je ne voulais pas vous assommer de détails, mais je vais essayer de résumer au mieux :
      Cela fait une dizaine d’années que je souffrais de maux de tête – céphalées de tension, j’étais secrétaire, l’ordinateur, la souris, le téléphone coincé contre l’épaule droite etc. Je prenais des anti-inflammatoires et j’avançais avec mes douleurs. Voici le résumé des compte-rendus de mes examens médicaux.
      En 2011 – scanner crânien et cervical : arthrose odonto-atloïdienne, uncodiscarthrose C4-C5 et surtout C5-C6 avec barre unco-disco-ostéophytiqueoi postéro-latérale et foraminale droite sténosant le foramen droit à cet étage.
      En 2013 : on m’a trouvé à l’échographie la rupture bilatérale de coiffes des épaules.
      En AVRIL 2014 : arthroscanner épaule Droite : pas de lésion objectivée au niveau des tendons de la coiffe. On trouve une capsulite à paroi inflammatoire, modérément rétractile. Altération chondrale focale céphalique antéro-supérieure sans omarthrose évoluée véritable.Examen comportant une infiltration cortisonnée gléno-humérale.
      : arthroscanner épaule Gauche : pas de lésion objectivée au niveau des tendons de la coiffe, mais importants remaniements sur les marges antérieures du trochiter pouvant témoigner d’une tendinose du supra épineux, mais sans lésion communicante associée visible en scanner. Minimes stigmates de conflit acromio-trochitérien. Examen comportant une infiltration cortisonnée gléno-humérale.
      En NOVEMBRE 2015 – écho + radios de l’épaule Droite : tendinopathie calcifiante dans les différents tendons de la coiffe, calcifications diffuses poussiéreuses ou fragmentaires, épaississement hétérogène des différents tendons concernés. Fine lame d’épanchement de la bourse sous acromiale ainsi que de la cavité articulaire que l’on retrouve dans la gains du tendons long biceps. Celui-ci est épaissi quelque peu pathologique. On prévoit une simple burso-infiltration sous acromiale. Infiltration effectuée le 1er DECEMBRE 2015 – bonne diffusion intra bursale des produits injectés.
      Epaule Gauche : tendinopaathie calcifiante notamment au niveau du supra épineux avec plage hypoéchogène hétérogène entourant les débris calciques. Pas d’infiltration.
      —————-
      Je sais que mes cervicalgies et mes problèmes d’épaules s’entremêlent. Pour les cervicales et mes maux de têtes j’ai pu aller 5 fois en cures thermales et ça m’a pas mal aidé pendant 7 mois sur 12, en plus lors de maux de têtes très forts je prenais quelques gouttes de Rivotril (4 – 6 gouttes maxi) 3 à-6 fois par mois, cela m’aidait à gérer la douleur. Je ne peux pas prendre d’anti-inflammatoires car ulcère à l’estomac. D’ailleurs je supporte très mal les médocs (intestin irritable). Dernièrement je voulais un renouvellement de Rivotril, mon médecin traitant m’a envoyé chez un neurologue (3 mois d’attente) et celui-ci ne « pouvait » pas me le prescrire, alors il m’a prescrit un anti-deprésseur Cymbalta, du Lexomil et du Valium – parfait pour devenir un zombie et être encore plus malade, Le médicament Rivotril – 1 flacon par an coûtait à la Sécu dans les 3 Euros, le traitement prescrit coûterait à la Sécu à l’année quasiment 300 Euros, bjr le trou de la Sécu française. Donc puisqu’on ne peut plus avoir de Rivotril, je me gave de Paracétamol,
      Quant à mes épaules, je fais des séances de kiné et je n’ai pas bien le choix.

      Voilà mon cas, excusez-moi d’avoir tout détaillé, mais le diagnostique concernant les épaules a bien était posé, donc j’ose espérer que ma kiné a un support correct pour m’aider. Et sinon, parfois je me dis que j’ai déjà vécu et que je suis en fin de vie avec tout cela et ensuite je me secoue et je réalise que bien d’autres personnes souffrent encore davantage.
      Merci de m’avoir lu Yves, bon courage à vous et encore merci pour votre aide.

      • Bonsoir,

        Je m’y attendais un peu. Et ce que vous racontez est un grand classique… On croit de plus en plus qu’on pose un diagnostic quand on a fait de nombreux examens techniques, mais c’est une grave erreur.
        Un diagnostic commence par écouter le patient, puis on doit pratique un examen de façon très soigneuse et très précise (examen clinique), puis faire des hypothèses et les tester par des traitements médicaux (infiltrations, médicaments…) ou manuels (par exemple). Il faut donc construire un traitement à partir d’une personne vivante et d’hypothèses de traitement.
        Les examens techniques sont parfois nécessaires pour réorienter le traitement ou pour éliminer le soupçon de pathologie grave. En dehors de ces dernières, il est rarissime qu’on fasse un diagnostic uniquement à partir d’examens techniques. Et c’est ce qui vous est arrivé.

        En 2011 – scanner crânien et cervical : arthrose odonto-atloïdienne, uncodiscarthrose C4-C5 et surtout C5-C6 avec barre unco-disco-ostéophytiqueoi postéro-latérale et foraminale droite sténosant le foramen droit à cet étage.
        En 2013 : on m’a trouvé à l’échographie la rupture bilatérale de coiffes des épaules.
        En AVRIL 2014 : arthroscanner épaule droite : pas de lésion objectivée au niveau des tendons de la coiffe. On trouve une capsulite à paroi inflammatoire, modérément rétractile. Altération chondrale focale céphalique antéro-supérieure sans omarthrose évoluée véritable. Examen comportant une infiltration cortisonnée gléno-humérale.
        : arthroscanner épaule gauche : pas de lésion objectivée au niveau des tendons de la coiffe, mais importants remaniements sur les marges antérieures du trochiter pouvant témoigner d’une tendinose du supra épineux, mais sans lésion communicante associée visible en scanner. Minimes stigmates de conflit acromio-trochitérien. Examen comportant une infiltration cortisonnée gléno-humérale.
        En NOVEMBRE 2015 – écho + radios de l’épaule droite : tendinopathie calcifiante dans les différents tendons de la coiffe, calcifications diffuses poussiéreuses ou fragmentaires, épaississement hétérogène des différents tendons concernés. Fine lame d’épanchement de la bourse sous acromiale ainsi que de la cavité articulaire que l’on retrouve dans la gaine du tendon long biceps. Celui-ci est épaissi quelque peu pathologique. On prévoit une simple burso-infiltration sous acromiale. Infiltration effectuée le 1er DÉCEMBRE 2015 – bonne diffusion intra bursale des produits injectés.
        Épaule gauche : tendinopathie calcifiante notamment au niveau du supra épineux avec plage hypoéchogène hétérogène entourant les débris calciques. Pas d’infiltration.

        La plupart des pathologies trouvées sont banales (au sens où on les trouve très fréquemment à partir d’un certain âge, mais on n’en souffre pas nécessairement). Et comme je vous le disais, votre dossier médical ne fait absolument pas mention de ce que les tests cliniques ont mis en évidence. On vous a donc soigné en fonction des images. Intéressantes certes et parfois même jolies… Mais… Et la personne vivante, vous ? Exemple d’examen clinique de base pour l’épaule : https://videos.files.wordpress.com/6uvNWhzF/1-epaule-examen-clinique_dvd.mp4
        Je ne trouve aucune trace d’hypothèses cliniques à tester.
        Et il faut prendre beaucoup de temps et de recul pour concevoir ces hypothèses :
        « comment poser le porblème de vos douleurs?« 
        Par exemple :
        Épaule gauche : tendinopathie calcifiante notamment au niveau du supra épineux avec plage hypoéchogène hétérogène entourant les débris calciques. Pas d’infiltration.
        Pourquoi pas ? Qu’aurait donné une infiltration de corticostéroïdes ? Évaluation à faire après une semaine… Si amélioration des douleurs (ou diminution de la zone de douleur projetée) on aurait pu vous proposer des ondes de choc ou de la colchicine ou 3 infiltrations à une semaine d’intervalle d’anesthésique dentaire (on ne sait pas comment cela marche, mais cela accélère la dissolution des calcifications.)
        ou

        en AVRIL 2014 : arthroscanner épaule Droite : pas de lésion objectivée au niveau des tendons de la coiffe. On trouve une capsulite à paroi inflammatoire, modérément rétractile. Altération chondrale focale céphalique antéro-supérieure sans omarthrose évoluée véritable. Examen comportant une infiltration cortisonnée gléno-humérale.
        Quel était le territoire de la douleur ? Quel était le schéma de restriction de mobilité passive ? Quels furent les bénéfices de l’infiltration au niveau de la douleur ? Et s’il y en a eu, il aurait fallu continuer le traitement par une kiné très spécifique…
        https://orthopedie-pour-tous-vos-douleurs.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/


        Bref, il y a dans tout ce que vous relatez autant d’informations issues d’imagerie que de trous cliniques.
        C’est désolant, mais tellement fréquent (surtout en France).

        Yves

        • Léa dit :

          Bjr Yves, merci de votre réponse, mais on m’a fait aussi des exams cliniques comme sur les photos de votre article. Vous mentionnez 3 injections de colchicine pour dissoudre les calcifications, c’est à la place de la cortisone ? Ou avant ou après la cortisone ? Dans mon parcours je n’en ai jamais entendu parler.
          Toujours est-il que vous êtes plus à notre écoute que nos propres médecins. Merci.

          • Deux choses :
            1. j’avais écrit : 3 infiltrations à une semaine d’intervalle d’anesthésique dentaire (on ne sait pas comment cela marche, mais cela accélère la dissolution des calcifications.)
            2. Même si on vous a examiné, je constate que la façon dont vous racontez votre histoire (qui est sans doute le reflet de la prise en charge médicale) n’intègre pas l’anamnèse (votre histoire), les examens cliniques et les hypothèses qui auraient pu être posées à partir de là. Et c’est un grand malheur.

            Yves

  62. leclerc dit :

    bonjour, voilà hier soir je me suis reçu un coup de pied très fort dans le bras euh en dessous de l’épaule je ne saurais l’expliquer mais depuis j’ai très très mal je bouge mon bras au minimum et celà m’avais empêcher de dormir, et je commence a avoir mal derrière l’épaule euh au muscle je crois et sa me fait mal à la nuque, j’ai fait vos exercices et je recent de la douleur mais je n’ose pas aller trop haut car j’ai peur d’avoir trop mal car je détèste cette douleur c horrible, je voulais savoir si c’était le signe d’une bursite et si il fallait que j’aille consulter, car mes parents ne voudront pas m’enmener chez le médecin ils pensent que c rien .. voilà merci de votre réponse

  63. Cécile dit :

    Bonjour,
    Je voudrais vous remercier pour la clarté de vos propos et de vos schémas, et en profiter pour vous demander votre avis. A 24 ans aujourd’hui, j’ai souffert pendant 9 mois de polytendinopathies des deux membres supérieurs: deux poignets (quervain + extenseurs), deux coudes (épicondylites internes et externes), deux épaules (sus-épineux + long biceps). Il y a deux mois la radio de contrôle indiquait « seulement » des épanchements sur l’épaule gauche mais plus d’inflammation. Aujourd’hui, après reprise très progressive de mon sport (l’escalade), à nouveau douleur aux deux épaules lors de certains mouvements… est-il possible que mon médecin et mon kiné soient passés à côté d’une bursite? Je reconnais mes douleurs dans ce que vous décrivez et les autres descriptions que j’ai lues.
    Merci beaucoup de votre aide à une jeune sportive un peu désespérée…
    Cécile

  64. brigitte dit :

    bonjour j’ai 55ans, je souffre depuis 6 mois d’une tendinopathie calcifiante Pourriez vous s’il vous plait me dire ce que c’est? me conseillerez vous une attelle de l’épaule souffrant énormement tout en étant sur anti douleurs je vous en remercie d’avance

  65. myothérapie dit :

    bonjour,
    pourquoi,sur tous ces sites traitant des problemes et douleurs de l’épaule, ne parle-t-on jamais du deltoide et de son reconditionnement, est-ce parce qu’il est invisible aux imageries médicales? donc il n’existe pas ?! pourtant principal muscle de l’épaule,
    autre chose, on parle très souvent de tendinite, mais l’inflammation reste rarement au seul tendon, et donc logiquement il faudrait dire myolite ou musclite, en n’utilisant pas les termes appropriés, l’action des soins est elle même inappropriée

    • Bonjour,
      On sent les douleurs dans le deltoïde, bien sûr. Mais, et Cyriax fut le premier à en parler, le deltoïde ne souffre d’aucune pathologie (ou très rarement). Les douleurs au deltoïde sont en réalité des douleurs projetées à partir d’une ou de plusieurs structures de l’épaule qu’il faut chercher, trouver et traiter. Aujourd’hui, l’échographie donne raison à Cyriax, puisqu’elle ne trouve pas de pathologie au niveau de ce muscle (deltoïde) contrairement aux pathologies mises en évidence au niveau des bourses de l’épaule et des tendons profonds (comme le sus-épineux par exemple). Masser ou infiltrer le deltoïde n’a jamais servi à rien, mais on continue ces pratiques parce que cela semble évident. Mais aucune découverte sérieuse ne confirme nos intuitions. Voyez Copernic, Darwin, Damasio, Rizzolati… qui bousculent nos intuitions spontanées et auxquelles nous renonçons si difficilement…. Ne disons-nous pas encore que le soleil se lève à l’est ? Et nous nous trompons.

      Yves

      • modepaule dit :

        Bonjour, Je voudrais que vous m’expliquiez ce que veut dire votre phrase : « oublier définitivement que l’épaule doit être basse » ? Personnellement j’aurais plutôt tendance à avoir toujours les épaules en l’air et par conséquent les trapèzes toujours très douloureux… Merci de votre avis. Monique Depaule 9 rue de la Melonnière 92500 Rueil-Malmaison

        • Bonjour,
          Vous sentez que vos épaules sont hautes. Et vous sentez que vos trapèzes sont contractés, mais -et j’essaie dans mes posts consacrés à l’épaule ou aux cervicales de le faire comprendre- les épaules de TOUS les hommes et de TOUTES les femmes descendent avec l’âge accentuant ainsi le vieillissement de l’épaule ET des cervicales… Il suffit de se rendre dans une maison de repos pour le constater (la chute des épaules) et pour constater que -même si les personnes âgées se plaignent peu de leurs épaules et de leur cervicale- leur autonomie (au niveau de l’épaule et des cervicales) s’est fortement dégradée… Mais ce n’est pas inévitable. La pesanteur est inévitable (La loi de la pesanteur est dure, mais c’est la loi disait Brassens), pas notre façon de composer avec.
          Cordialement
          Yves

          • modepaule dit :

            Merci , je vais « fouiller » votre site plus avant, car ce que je viens de lire correspond à ce que je pensais depuis longtemps mais qui ne correspond pas au discours habituel. Y trouverai-je des pistes de guérison , de soin? Cordialement, Monique Depaule 9 rue de la Melonnière 92500 Rueil-Malmaison

            • Fouillez, fouillez. Ce sera une grande satisfaction pour moi, car j’ai commencé ce petit site afin de mettre ces informations-là à disposition de mes patients… Car j’avais l’impression de devoir toujours tout recommencer à zéro. Depuis, mes patients retournent souvent visiter ces posts et « assimilent » mieux… Et d’autres, commettons, viennent. Je vous souhaite beaucoup de plaisir de découvertes.
              Yves

      • myothérapie dit :

        je pense que le deltoide n’est pas visible a l’échographie, car c’est un muscle penniforme, donc le tendon quasi invisible,et les douleurs se manifestent bien avant que quelque chose soit visible a l’imagerie médicale
        j’ai moi même de très bon résultats pour les douleurs d’épaule , en agissant sur le deltoide et le tendon latéral du triceps, caché en partie par ce deltoide

        • je pense que le deltoïde n’est pas visible à l’échographie…
          Curieuse pensée. Assez inédite diraient les bons radiologues !
          j’ai moi même de très bons résultats pour les douleurs d’épaule
          Je vous conseille alors de développer cela… Il faut des explorateurs.
          En agissant sur le deltoïde et le tendon latéral du triceps, caché en partie par ce deltoïde
          Curieuse anatomie, mais bon !
          Et je me souviens de ce temps lointain où les médecins infiltraient le deltoïde (particulièrement au niveau du V), sans résultat… Pratique abandonnée depuis près de 30 ans.. Mais qui sait ? Il faut parfois se soumettre aux résultats même s’ils dérangent la pensée.

          Yves

  66. modepaule dit :

    Bonjour, Je voudrais que vous m’expliquiez ce que veut dire votre phrase : « oublier définitivement que l’épaule doit être basse » ? Personnellement j’aurais plutôt tendance à avoir toujours les épaules en l’air et par conséquent les trapèzes toujours très douloureux… Merci de votre avis.

  67. Fat dit :

    Bonjour, je souffre d’une
    Douleur attroce qui part de l’omoplate vers l’épaule jusqu’au bras coude droit avec des lancements, j’ai l’impression que mon omoplate es en feu, en effleurant a peine ça me fais super mal, sensation de brûlure et aussi forte douleur au coude qui donne des lancements , je suis sous anti-inflammatoire depuis 10jours , contra mal , voltaren/ibuprofène paracétamol , 2 infiltration Chez mon médecin traitant et 2injection au urgence à la garde , et
    Rien ne me soulage, je ne dors pas dû au forte douleur , svp aidez moi ! Demain j’ai rdv chez un Kine Osteopate , je doute qu’il fasse disparaître cette attroce douleur qui me sont devenu insupportable .

    • myothérapie dit :

      la douleur est produite par les muscles, lorsqu’un certail seuil de fatigue est dépassé, et ensuite le muscle se met en auto-contraction et il n’arrive plus a se détendre, la douleur est constante, aggravé par le mouvement( car utilisation du muscle) et apaisé par le repos, il faut donc décontracter le muscle spasmé, donc fatigué, donc douloureux,
      une thérapie sur le muscle, d’ou le nom de myothérapie, mais ce nom est deja utilisé par le Dr Polak, dommage,(
      moi meme j’utilise une méthode développé il y a plus de 20ans, pour libérer localement ces contrations et donc ces douleurs musculaires ( je pourrai appeler cette méthode musclothérapie)

      • Si vous avez des résultats, il faut bien évidemment continuer. Pour ma part, je n’en ai jamais vu…
        La question essentielle est quand même de savoir si le traitement est la cause de la diminution de la douleur et comparer l’évolution que vous observez avec une évolution « naturelle ». Esprit critique indispensable. Cette musclothérapie n’est rien d’autre que le massage qui existe depuis la nuit des temps et que beaucoup ont abandonné à la suite, entre autres, du docteur James Cyriax. Mais on ne convainc jamais personne. Persévérez et prenez le temps de faire retour sur votre pratique en n’oubliant jamais que toutes les révolutions battent en brèche nos intuitions. En Médecine Orthopédique Générale, l’intuition fut toujours que les muscles étaient les responsables de nos douleurs. Depuis 60 ans, on sait qu’ils ne sont que des témoins, des victimes… Mais les révolutions scientifiques évoluent à très petits pas… Ne dit-on pas encore aujourd’hui que le soleil se lève à l’Est ?

        Yves

  68. lixfé dit :

    Bonsoir;j ai une bursite depuis 3ans qui m empeche de dormir et me fait souffrir j ai eu 3infiltrations…et essayer tous les traitements po
    ssibles et kiné..que faire de plus?faut il envisager une chirurgie afin de soulager la douleur je n en peux plus je souffre terriblement…

  69. Antoine dit :

    Bonjour,

    J’ai été opéré sous arthroscopie il y a 7 semaines pour évacuer de grosses calcifications du sus épineux. L’opération s’est très bien déroulée mais près de 2 mois plus tard, j’ai une toujours une bursite très inflammatoire et douloureuse même si cela va « de mieux en mieux ».
    J’ai suivi un traitement médical assez lourd (antidouleurs, antiinflammatoire, décontracturants) ainsi que des glacages de l’épaule très réguliers (3 fois par jour pendant 2h environ).
    Je souhaite arrêter désormais le traitement médicamenteux et ma question concerne le glacage.
    Est-ce utile de continuer à glacer autant que possible après l’opération?
    Merci de votre avis
    Antoine (43 ans)

  70. labmas dit :

    Douleur au depart muscld bras droit je suppose donc echo pense que c est le sus epineux mesotherapie k laser et de plus en plus difficile de m habiller et le bras se le vd paw totalement au dessus de la tete impression d epaule qui brûle a l intérieur

  71. djeddi dit :

    Bnj
    J’ai un problème de bursite du l’épaules droit et gauche , j’ai pas fait l’infiltration pour le moment, dans le futur esque il y a des complications après l’infiltration ?.
    Merci

  72. feuillen dit :

    Bonjour, je viens de « subir » ma 3ème « évacuation » de calcifications en quelques années. A chaque fois c’est horriblement douloureux. Je souffre des épaules depuis 8 ans environ, surtout la gauche. Lors de ma dernière crise on a fait une écho, d’habitude il y a juste des calcifications et de l’inflammation. Cette fois on a diagnostiqué une rupture transfixiante du sus épineux, beaucoup de calcifications et de la boue calcique dans la bourse. J’ai passé un arthroscanner et j’attend le résultat. Je lis partout que ce problème ne fait que s’aggraver avec les années. En fait j’ai peur d’âbimer plus mon épaule si on laisse comme ça. Mon métier est physiquement très dur, d’ailleurs la semaine qui suit ma reprise du travail je dois faire 5 jours 14-22h seule avec 20 patients grabataires à mobiliser (seule) beaucoup de travail de force, Le physiothérapeute m’a fait une infiltration donc au niveau douleur ça va mieux. Par contre j’ai toujours difficile de soulever les choses à bout de bras et cela m’handicape assez. J’ai 47 ans, suis très active et j’ai encore 20 ans de boulot devant moi…..faut-il opérer ou pas?

  73. Gauchita dit :

    J’ai 69 ans. Résultat du scanner: « rupture transfixiante dans la portion antérieure du tendon sus-épineux avec passage du produit contraste vers la bourse sous-acromiale. »
    L’infiltration n’a rien donné (nombreuses tâches journalières). Puis-je placer des glaçons pour supprimer l’inflammation? Merci d’avance.

  74. Annie dit :

    J’ai oublier de préciser que c’est du à une chutte, je suis tombée sur le côté gauche et j’ai tendu mon bras pour ne pas que ma tête frappe sur le sol, c’est donc mon épaule qui a absorbé le choc. J’ai 35 ans, maman de 3 enfants, cela m’handicape énormément, j’ai de la difficulté à faire mes tâches domestiques et m’occuper de mes enfants (surtout mon plus jeune encore aux couches. Essayez de changer une couche avec une seule main…)

    • Monique Perrin dit :

      tu dois consulter, bien sûr, cela ne s’arrangera pas tout seul…commence par ton généraliste et il te dirigera…kiné , anti inflammatoires…de la glace plusieurs fois / jour te soulageront et t’aideront, et peut être infiltrations, à ton âge tu dois te soigner, cela peut se réparer si tu forces pas quand tu n’as pas mal

      • Le danger des infiltrations, me semble-t-il, c’est que, ensuite, tu ne sens plus la douleur quand tu fais des gestes inappropriés et que donc tu peux te démolir encore plus, il faut faire très attention, et ne pas reproduire les gestes qui te faisaient souffrir auparavant, si tu veux avoir des chances d’amélioration.

        Ce sont des lieux communs. Une infiltration a comme objectif de déposer de l’anti-inflammatoire exactement à l’endroit enflammé. Encore faut-il comprendre le mécanisme lésionnel et le respecter. Il va de soi qu’il faut ménager la structure pendant 15 jours et évaluer ensuite si une deuxième ne serait pas nécessaire.

        tu dois consulter, bien sûr, cela ne s’arrangera pas tout seul… commence par ton généraliste et il te dirigera… kiné, anti-inflammatoires… de la glace plusieurs fois/jour te soulageront et t’aideront, et peut être infiltrations, à ton âge tu dois te soigner, cela peut se réparer si tu forces pas quand tu n’as pas mal

        Lieux communs aussi : « cela » ne veut rien dire. La première chose = poser un diagnostic consistant. La démarche thérapeutique suivra.

        Yves

  75. Annie dit :

    Bonjour, mon docteur dit que je fais une bursite sous-Acromiale, il m’a déjà donner 2 infiltrations, j’ai une légère amélioration, j’ai un peu moins mal dans le bras, mais toujours aucun force, je suis toujours incapable de lever mon bras à plus de 45 degré sans souffrir le martyre et sente que ça bouge dans mon épaule et j’ai encore très mal dans l’omoplate et dans le cou et ce même quand je force avec mon bras qui n’est pas blessé. J’irai revoir mon docteur pour avoir une 3ieme infiltration, mais comme celles-ci ne sont pas très efficaces, je me demande si j’ai eu le bon diagnostique. Qu’en pensez-Vous? Merci d’avance

    • Monique Perrin dit :

      Le danger des infiltrations, me semble t il, c’est que , ensuite, tu ne sens plus la douleur quand tu fais des gestes inanppropriés et que donc tu peux te démollir encore plus, il faut faire très attention, et ne pas reproduire les gestes qui te faisaient souffrir auparavant, si tu veux avoir des chances d’amélioration

    • Krumeich dit :

      Bonjour, le diagnostic peux être juste. J’avais aussi des douleurs dans l épaule qui tiraient jusque dans le coude puis dans la main. Je suis allée voir un spécialiste qui m’à fait trois infiltrations qui ont calmé la douleur pendant un certain temps et puis il a décidé de me faire une à arthroscopie pour nettoyer et retirer cette bursite.
      L’opération c est déroulée mercredi matin sous anesthésie générale et en ambulatoire. Pour l instant je vous mentirais si je disais que je n ai pas mal. J ai droit à 3×2 ibuprofene et 3×15 minutes de glace par jour plus la kiné 2X par semaine. Maintenant il faut de la patience. Courage à vous.

  76. Monique Perrin dit :

    Bonjour et merci pour votre site extrêmement instructif, j’ai depuis qq mois une bursite et une déchirure du sus- épineux droit, très douloureuses de jour et de nuit,mais avec toujours une bonne mobilité ; j’ai eu des anti-inflammatoires et des séances de kinésithérapie, physiologie surtout, sans résultat, au contraire…la douleur empire; pensez- vous qu’ une ou des infiltrations calmeraient la douleur ? Est ce que cela ne risquerait pas de masquer la lésion, et de…. »reculer pour mieux sauter ». J’ai 76 ans, merci de votre aide, Cordialement

  77. gwladys dit :

    bonjour, suite à un travail avec gestes répétitifs j’ai souffert d’une tendinopathie il y a 5ans. j’ai toujours eu plus ou moins mal à l’épaule (droite) et depuis quelques mois la douleur ne me quitte plus même la nuit. il arrive que mon épaule se déboite quand je dors dessus . la douleur est présente même quand je suis au repos. j’ai passé une radio et une écho aujourd’hui qui ne montre plus aucune trace de la tendinite pas de calcification. pour le docteur tout vient des cervicales pourtant la douleur est vraiment centrée au niveau de l’épaule. il me conseille une irm des cervicales. j’aimerais savoir si c’est vraiment utile et surtout si c’est possible qu’il ai raté quelque chose à l’échographie parce que la douleur ne me quitte plus c’est très fatiguant. il m’arrive aussi d’avoir des fourmis dans la main quand la douleur est très forte. pour info j’ai eu des séances de kiné et ostéo ainsi qu’une infiltration y a 4 ans mais qui n’a rien fait. merci de votre aide.

  78. SIMON dit :

    Bonjour,

    J’ai depuis plusieurs mois une douleur à l »epaule droite non soulagée par AINS et Contancyl
    Mon médecin m’a prescrit une IRM qui a diagnostiquée une tendinopathie du supra épineux apparemment sans lésion transfixiante car un important épanchement de la bourse sous acromiale ne permet pas d’etre totalement affirmatif;
    Dans le cadre de mon travail je suis dans l’obligation de porter une valise et un cartable et c’est devenu très douloureux pour moi et je suis donc en arret de travail;
    J’ai RdV avec un rhumatologue prochainement, que pensez vous de la suite à donner
    Merci de votre réponse

  79. Perez dit :

    Bonjour, J’ai bien lu votre article ainsi que d’autres sur des sites officiels. J’ai 25 ans, sportif depuis mon plus jeune age (Handball), Depuis 3 ans j’ai des tendinites à répétitions à la même épaules que j’utilises dans mon sport et il y a 4 mois la douleur était tellement intense que j’ai fait un bilan complet de l’épaule: radio, écho, montrant épanchement, tendinopathie avec bursite, le médecin du sport m’a dit que j’avais un syndrome du bourrelet avec une hyper laxité. Mais suite à l’arthro scan, aucune lésion apparente du bourrelet. Je suppose que c’est « juste » une bursite. Arrêt du sport, anti inflammatoire et Kiné une fois l’inflammation diminué… 3 mois plus tard à nouveau les mêmes douleurs après plusieurs entraînements sportifs (répétition du geste…). Que me conseillez vous ? Infiltrations je suppose, et tant que je continuerai ce sport cela reviendra forcément ? Mon médecin du sport m’a conseillé de me faire opérer car avec mon hyper laxité cela reviendra systématiquement, êtes vous d’accord avec ce point de vue ? J’essai de changer ma gestuelle dans ma pratique sportive mais délicat en compétition …
    Cordialement

  80. fplateau dit :

    Bonjour,

    J’ai une tendinite à l’épaule droite depuis 2 mois (du long biceps / sus-épineux) survenue lors d’un mauvais mouvement en musculation.
    J’ai repris la semaine dernière progressivement, mais je sens toujours une petite douleur à l’intérieur de l’épaule. Celle-ci se manifeste lorsque je baisse mes épaules et que je force dessus pour les descendre le plus bas possible. J’ai eu pendant 15 jours des anti-inflammatoires et la douleur de mon épaule s’est nettement améliorée. J’aimerai savoir si cette douleur, en musclant de nouveau l’épaule, peut disparaître entièrement. Si oui, environ dans combien de temps ? A savoir que j’ai effectué une échographie et qu’elle n’a rien donné. Tout semble en bon état. Seulement, la douleur persiste. Dans un premier temps, est-ce une bonne idée de reprendre le sport doucement sachant que j’ai encore une petite douleur ? Merci d’avance.

    Cordialement,

  81. Ds le milieu du muscle de l’épaule gauche en prenant mon doigt et pesant j’ai une douleur précise au touché. Pa r contre j’ai une douleur 4 sur 5 lorsque je lève mon bras latéralement au dessus de l’épaule. Beaucoup de difficulté à la redescendre, rendu en bas mon bras ne fait plus mal. Je peux faire de la corde à sauter des exercices de musculations avec des puissants élastiques sans problème en autant que mon bras reste plus bas que l’horizon. Capsulite???

    • Bonsoir,
      Capsulite ??? Je ne pense pas : voir : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/
      Plus probablement une bursite. A lire jusqu’au bout : https://orthopedie.wordpress.com/bursite-de-lepaule/

      Cordialement

      Yves

      • Catherine dit :

        Bonjour,

        En septembre, j ai passé un IRM qui confirmait une tendinite et une bursite à l’épaule gauche. Sur les conseils de mon kiné je n ai pas fait l infiltration que me préconisait mon médecin. Aujourd hui je viens de passer une écho de contrôle après 4 mois de scéances chez le kiné et le résultat est qu il y a  » un minime épanchement dans la bourse sous-acromio-deltoïdienne, pas d’épanchement articulaire, aspect normal des tendons supra et infra-épineux ». Que me conseillez-vous de faire ? Continuer les scéances de kiné ? Faire une infiltration ? Merci d avance pour vos conseils
        Catherine

        • Bonjour,

          En septembre, j’ai passé une IRM qui confirmait une tendinite et une bursite à l’épaule gauche.
          Quand il y a une bursite, il y a toujours une souffrance des tendons puisque la bourse est prévue pour « protéger » les tendons… On dit « tendinite », mais on devrait souvent dire « tendinose » (dégénérescence plus ou moins importante d’un tendon.

          Sur les conseils de mon kiné, je n’ai pas fait l’infiltration que me préconisait mon médecin.
          Curieux conseil. D’autant plus que l’infiltration vous aurait sans doute soulagée et qu’il aurait pu se concentrer sur les conseils [difficiles] pour éviter de « surmener » la bourse dans la vie quotidienne [vaste programme].De plus, l’infiltration (si elle vous avait améliorée) aurait permit de faire évoluer le diagnostic, donc la prise en charge.

          Aujourd’hui je viens de passer une écho de contrôle
          C’était évidemment le premier examen à faire

          après 4 mois de séances chez le kiné
          Pour faire QUOI ?

          et le résultat est qu’il y a un minime épanchement dans la bourse sous-acromio-deltoïdienne
          = bursite

          Pas d’épanchement articulaire, aspect normal des tendons supra et infraépineux
          Pas d’épanchement = tant mieux. Tendons normaux = cela veut dire que la bursite domine le tableau.

          Que me conseillez-vous de faire ? Continuer les séances de kiné ?
          Pour faire QUOI ?

          Faire une infiltration ?
          Au moins une et voir. Quid après 48 h, 72 h et après une semaine. Si vous êtes un peu améliorée, il faut revoir le médecin qui vous a infiltrée afin qu’il vous examine et évalue l’utilité d’une deuxième [deux infiltrations à 15 jours d’intervalle = approche idéale]
          ensuite : revoir le kiné pour qu’il puise vous aider à identifier les gestes qui pourraient relancer l’inflammation de la bourse.

          Cordialement

          Yves

  82. grosbost dit :

    Bonjour , j ai des douleurs dans l epaule droite depuis maintenant quatre années . Au début des douleurs j ai suivi le protocole médical ( médecin ,radio , kinésithérapeute ,puis irm infiltation 3 fois )pour en venir à la chirurgie ( resection claviculaire acromioplastie tendinoplastie) . Sans aucun résultat pour la douleurs j ai par contre retrouver la mobilité . Hier j ai passer un artroscanner et il m ont fait une infiltration qui n était pas prévu car il y a une grosse capsulite mais aujourd’hui j ai perdu toute ma motricité et la douleurs me décent jusqu a la main .
    Est ce normal ?
    Est ce que je vais retrouver ma mobilité et en combien de temps ?
    je revois le chirurgien dans un mois peut il me proposer une intervention chirurgicale ?
    Merci d avance

  83. Bonjour, on m’a diagnostiqué une bursite par echographie et je vais subir une infiltration sous echographie vendredi prochain. Le produit injecté est de l’altim? Est ce bien approprié?
    Merci d’avance

  84. Faustine dit :

    Bonjour
    J ‘ai été opéré du sus épineux en oct 2013 et visiblement les fils ont provoqué l ‘arrachement du tendon du long biceps . En nov 2014 le chirurgien a procédé à une ténodèse du biceps. Le pb est qu ‘aujourdhui je souffre toujours d’une bursite! . J ‘ai eu une infiltration qui a servi a rien . Je cherche des infos sur ce qui peut éviter le déclenchement de cette bursite . L’utilisation de l’ordinateur et en particulier de la souris(même coude au corps à 90 degré) déclenchent mes douleurs , ainsi que la natation et tous gestes répétitifs. Je crains que l’on me propose une 3e opération .Ce qui m’inquiète vu les résultats précédents
    Je vous remercie de vos conseils.
    Faustine

    • J‘ai été opéré du sus-épineux en oct. 2013 et visiblement les fils ont provoqué l’arrachement du tendon du long biceps. En nov. 2014 le chirurgien a procédé à une ténodèse du biceps.
      AVEZ-VOUS PROFITE D’UN QUELCONQUE BIENFAIT DE CES DEUX OPERATIONS.
      Le pb est qu’aujourd’hui je souffre toujours d’une bursite ! (J’ai eu une infiltration qui a servi a rien.)
      COMMENT LA BURSITE A-T-ELLE ETE MISE EN ÉVIDENCE ? SI LE DIAGNOSTIC NE CORRESPOND QU’AUX RÉSULTATS D’UNE ÉCHOGRAPHIE PAR EXEMPLE ET QUE « EXAMEN CLINIQUE NE LA MET PAS EN ÉVIDENCE, ON PEUT IMAGINER QUE L’ÉCHOGRAPHIE MONTRE UNE DÉVIATION PAR RAPPORT A « LA NORMALE », MAIS QU’ELLE N’EST PAS LA CAUSE DE VOS DOULEURS. À MOINS QU’ELLE SOIT VRAIMENT LA CAUSE DE LA DOULEUR, MAIS QUE L’INFILTRATION N’AIT PAS ÉTÉ CORRECTEMENT EFFECTUÉE OU QU’IL AURAIT FALLU ESSAYER AVEC UN AUTRE PRODUIT.
      Je cherche des infos sur ce qui peut éviter le déclenchement de cette bursite. L’utilisation de l’ordinateur et en particulier de la souris (même coude au corps à 90 degrés) déclenche mes douleurs, ainsi que la natation et tous gestes répétitifs.
      JE VOUS CONSIELLE DE LIRE OU DE RELIRE : https://orthopedie.wordpress.com/lepaule-une-horloge-merveilleuse-et-tres-fragile/ ET https://orthopedie.wordpress.com/assis-attention-danger/ ET https://orthopedie.wordpress.com/assis-de-la-mise-en-garde-a-la-terreur/

      Je crains que l’on me propose une 3e opération.
      EN FONCTION DE QUEL DIAGNOSTIC ?
      Ce qui m’inquiète vu les résultats précédents
      CORDIALEMENT

      YVES

  85. MENARD dit :

    Bonsoir,
    J’ai 21 ans sa fais 1 an que l’on cherche ce que j’ai à épaule. Les médecins pensaient que j’avais une scapulalgie.
    Après avoir passer un IRM de mon épaule gauche, ils mon découvert une bursite, et la je dois prendre rendez vous chez un rhumatologue.

    Pensez-vous qu’il est trop tard pour être soigner ?

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      1. Scapulalgie : scapula = omoplate, algie = douleur. Donc : « scapulalgie » n’est pas un diagnostic, mais une autre façon de dire que vous avez mal à l’épaule.
      2. Vous avez passé une IRM, mais il faudrait savoir quelle hypothèse on voulait confirmer ou infirmer. En effet, il y a beaucoup de bursites qui ne donnent pas de douleur. Autrement dit, pour que l’image de l’IRM soit utile, il faudrait que les tests cliniques (au cabinet du médecin et/ou du kiné) fassent penser à une bursite.
      3. s’il y a correspondance entre la localisation de la douleur (et de la douleur projetée), les tests cliniques et l’image IRM, il faudra sans doute infiltrer cette bourse et évaluer l’effet de l’infiltration 10 jours après. Si pas d’amélioration, il faudra revoir le diagnostic.
      4. Il n’est jamais trop tard pour tenter de comprendre et pour tenter de soulager.

      Cordialement

      Yves

  86. barreau dit :

    Bonjour
    Après échographie de la épaule droite…une bursite a été dépistee chez ma mère 85 ans.

    La douleur s étend jusqu au pouce.
    Que peut on faire pour soulager la douleur hors infiltration horticoles ( un tendon est partiellement rompu) …
    Merci de votre réponse.
    Bien à vous.
    Isabelle Barreau

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      Ni la bursite ni la rupture partielle ne sont étonnantes à 85 ans et ne sont sans doute pas responsables des douleurs (jusqu’au pouce). En effet la bursite et les tendons ne donnent pas de douleurs au-delà du poignet.
      A-t-elle perdu beaucoup de mobilité ?
      Que dit la RX cervicale ? Ses douleurs augmentent-elles dans certaines positions ou en bougeant la tête ? A-t-elle pris des médicaments ? Si oui : lesquels et avec quels effets ?
      Désolé pour cette réponse tardive… Je ne suis plus.
      Bonnes fêtes.
      Yves

  87. AROSIO dit :

    Bonjour,

    j’ai subi une infiltration hier, j’ai encore plus mal, je n’arrive plus à bouger l’épaule, il parait qu’il faut 48H pour que cela aille mieux…
    Si jamais j’ai toujours mal dans les prochaines semaines, qu’est ce que cela signifie ? Que ce n’est pas une bursite (on la voyait bien à l’échographie), qu’il faut faire à nouveau une infiltration ou que cela peut nécessiter une opération?

    Merci beaucoup pour votre réponse.
    Cordialement,

    Stéphanie

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      J’espère que vous allez mieux.
      Si vous avez été améliorée, il faut revoir le médecin qui vous a infiltré (même si vous n’avez plus mal du tout) afin qu’il vous teste pour évaluer s’il ne faut pas en faire une deuxième.
      Par ailleurs, je vous conseille de relire les posts « cervicalgies » et sur l’épaule afin de ne pas faire des gestes qui pourraient relancer vos douleurs. L’essentiel étant qu’on conseille, malheureusement, trop souvent de relâcher et d’abaisser les épaules alors que cela accélère le vieillissement des épaules et du cou.
      Cordialement.
      Désolé pour cette réponse tardive, mais je ne parviens pas à suivre.
      Yves

  88. moi c’est different j’ai une nevralgie cervico brachiale depuis 10 mois mon doc teur me donne des anti inflamatoire et dautremedicaments et cela dure je ne peut pas portée mes cources et j’ai pris chondron-aid fort mais cela ne me fais rien quoi faire

    • orthopedie dit :

      Bonsoir,

      Les anti-inflammatoires vous aident-ils un peu ? Si oui : combien de % ? Combien de cures avez-vous faites (chaque cure doit durer au moins une semaine) ?
      Si les anti-inflammatoires ne sont pas suffisants, il faudrait déterminer si la cause est discale ou le trou de conjugaison. Si le disque est en cause, il faudrait savoir s’il n’y a pas de contre-indications aux techniques manuelles pour recentrer le disque. Si le trou de conjugaison est en cause, le plus souvent on infiltre en cas d’échec des anti-inflammatoires.
      Chondron-aid fort est un chondroprotecteur et n’aura aucun effet sur l’inflammation, mais sur le ralentissement de votre arthrose sur le long terme.
      Cordialement

      Yves

  89. magalie dit :

    > J’ai 26 ans, depuis le 5 août 2014, j’ai d’affreuses douleurs dans l’épaule gauche suite un accident en scooter. Certains mouvements me sont devenus impossible, comme par ex: mettre le bras derrière le dos pour accrocher mon soutien gorge. quand j’ai eu mon accident il avait une radio rien du tout mais la douleur était là, j’ai été voir mon médecin traitant il m’a conseillé une échographie pareil il s’aperçoit de rien et toujours je retourne chez mon médecin il me conseille d’aller faire un IRM je l’ai fait aujourd’hui qui m’ont donné les résultats mais je comprends pas. les résultats sont: on retrouve juste une lame d’épanchement de la bourse sous acromio deltoïdienne pouviez m’expliqué qu’es que c’est ? et quel sont les traitements ou opérations?
    > Merci d’avance

  90. Mortier dit :

    Rose dit: 13 Novembre 2014 à 13h50
    Coucou à vous,

    Mon kiné m’a diagnostiqué une bursite, ok j’accepte mais ouille ouille oh la la, accompagné d’une polyarthrite en rémission( suivi par un rhumatologue) . Je n’ai pas d’autre choix que d’accepter les deux. J’ai cinquante ans ,deux enfants, j’aimerais savoir s’il y a des facteurs d’hérédités? Ma mère qui à quatre vingt huit ans, a les mêmes symptômes que moi au niveau de l’épaule droite, et pleine d’arthrose continue de souffrir malgré les séances de kiné .Serait ce du au vieillissement naturel de la vie? des gestes répétitifs ?des tempéraments anxieux qui favorisent ces effets? de notre alimentation? de la vue? des efforts sans ménagements? mes projets de travail sont ils compromis? Y a t’il un remède miracle? ou juste l’espoir ? ou se résigner? pour ma part j’ai choisi la vérité c’est à dire l’acceptation et gérer sa souffrance. Courage à tous ceux qui sont concernés.

    • orthopedie dit :

      une bursite
      — Pouvez-vous relire mon article et tenter de vérifier vous même ce diagnostic.
      — Si vous avez une bursite, le seul traitement = infiltration (sauf si la douleur est très intense et descend loin dans le bras = commencer par des anti-inflammatoires). La kiné ne peut rien faire sur cette pathologie… Par contre après une ou deux infiltrations la kiné pourra vous aider à retrouver le geste le plus naturel possible pour protéger votre épaule… En particulier : éviter de relâcher vos épaules, de les descendre : voir ici

      accompagné d’une polyarthrite en rémission (suivi par un rhumatologue).
      — La bursite est très fréquente avec ou sans polyarthrite. Vous êtes bien soignée pour la polyarthrite, il faut maintenant vous occuper de la bursite.

      j’aimerais savoir s’il y a des facteurs d’hérédités. Ma mère qui à quatre-vingt-huit ans, a les mêmes symptômes que moi au niveau de l’épaule droite, et pleine d’arthrose continue de souffrir malgré les séances de kiné.
      — Il n’y a pas vraiment de facteur héréditaire pour la bursite. C’est une pathologie tellement fréquente qu’on pourrait dire qu’elle est normale. Quant à l’arthrose, il y a souvent un terrain héréditaire, mais c’est aussi une pathologie très fréquente qui n’est pas un rhumatisme, mais qui est une des conséquences du vieillissement. Tout l’intérêt du traitement tient à la possibilité de la ralentir et de mieux vivre avec.

      des gestes répétitifs ?
      — Empirent bien évidemment.

      des tempéraments anxieux qui favorisent ces effets ?
      — Non
      de notre alimentation ?
      — On n’en sait rien.
      de la vue ?
      — ???
      des efforts sans ménagements ?
      — Oui
      mes projets de travail sont-ils compromis ?
      — Pas si vous soignez bien votre bursite
      Y a-t-il un remède miracle ?
      — Jamais
      ou juste l’espoir ? ou se résigner ?
      — Jamais
      Il faut confirmer l’hypothèse, voir si c’est le bon moment pour infiltrer, revoir le médecin qui vous infiltre 15 jours après pour évaluer l’utilité d’une deuxième infiltration. Puis retrouver le geste de l’épaule le plus naturel comme vous l’avez lu plus haut.
      Courage à vous

      Yves

  91. dourdant dit :

    J’ai une tendinite à l’épaule gauche avec tendons usés avec une bursite et une petite bourse est touché depuis 08/04/2013 avec 1 impotance fonctionnelle de ce côté.
    J’ai 43 ans et mon métier était employée de maison à domicile
    J’ai pratiqué radio+irm+infiltration+infiltration sous échographie avec un produit + séances de kiné environ 1 trentaine et pas de soulagement.
    Pris des anti-inflammatoires pas de soulagement et maintenant plus rien ne me fais effet.
    Vers qui comme spécialiste dois-je me tourné et de + j’habite Marseille

  92. Gianni dit :

    Bonjour Yves,
    Vos éclaircissements en matière de médecine, de technique, et d’infiltration, et ce que l’on ignore à son sujet, sont édifiants. Merci pour ces précisions. Je ne manquerai pas de revenir vers vous concernant cette incurable bursite et la peur manifeste de l’infiltrer par le corps médical.
    Bonne journée
    Gianni

  93. luccioni dit :

    Un artroscan dit que j ai une capsulite et le docteur me parle de bursite…est ce possible

    • orthopedie dit :

      La capsulite de l’épaule est avant tout un diagnostic basé sur vos douleurs et sur les tests réalisés en cabinet (examen clinique) : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/
      Et selon le stade auquel vous êtes : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/
      Si vous êtes au stade 3, l’infiltration permet deux choses : confirmer l’hypothèse ET commencer le traitement : passer du stade 3 au stade 2 afin de commencer le travail de kiné (extrêmement précis).
      L’arthrographie est intéressante, car elle offre en plus de son intérêt diagnostic une possibilité thérapeutique en dilatant la capsule articulaire par hyperpression libérant ainsi des adhérences. Elle montre une diminution importante du volume articulaire (normalement de 38 cm3, elle peut diminuer jusqu’à 10 à 12 cm3). L’arthrographie est une radiographie avec préparation. La préparation consiste à faire pénétrer une substance opaque aux rayons X dans l’articulation que l’on désire explorer radiologiquement notamment pour détecter des anomalies dans la capsule articulaire. Après l’injection du produit de contraste (iodés) dans l’articulation, on prend des clichés de celle-ci de face, de profil ou oblique avec plusieurs degrés d’inclinaison.
      Mais pourquoi la faire si l’examen clinique est clair et que l’infiltration (au stade 3) apporte un bénéfice et donc confirme l’hypothèse ?

      Cela étant, on peut avoir une capsulite ET une bursite. Il faut donc identifier (cliniquement) quelle est la pathologie qui domine le tableau (et vos douleurs). Habituellement la capsulite domine…
      Cordialement

      Yves

  94. lamia dit :

    salam et merci d’être patient avec moi, je suis lamia , j’ai 48ans . il y a deus mois j’ai soulever mon bras brusquement pour prendre un sac sur le haut au dessus de mon armoire . j ai eu une douleur au niveau de biceps. après la douleur revenait avec des gestes comme soulever le bras ; le tendre vers l’avant ou l’arrière avec une intensité croissante dans le temps. après un moi le nombre de geste qui provoque la douleur a augmente que je ne pouvait même pas me coiffer ou tourner le pousse……
    je suis aller voir un ortho ; rhumatogue. Traumato qui m’a fait des radio et a diagnostiquer une tendinite et m’a prescris des anti inflammatoires après 15jours aucun changement on fait une écographie qui a suspecté une bursite. Hier j’ai fait une infiltration à16h je n’ai rien senti durant l’infiltration ou après jusqu’à présent (14h) aucun changement : tjs mal au niveau du biceps. Merci de me conseiller.

    • orthopedie dit :

      Salam.
      Dans ce genre de douleurs, on oriente mieux les hypothèses quand on connaît l’âge du patient.
      Par ailleurs : infiltration : dans quelle structure anatomique a-t-elle été faite ?

      De plus, il faut souvent attendre 72 heures pour évaluer si l’infiltration aide (fut-ce qu’un peu).
      Yves

  95. gianni dit :

    Merci de votre réponse. En fait, je me suis mal exprimé concernant la nuque. L’irradiation se situe sur le côté gauche du cou, pas derrière la nuque là où se situent les cervicales.
    Quoiqu’il en soit, jusqu’à présent, personne ne semble disposé à me faire une infiltration. La rhumatologue a refusé, argumentant l’hypothèse d’un staphylocoque en piquant, etc etc… L’ostéopathe me confirme qu’elle a bien fait. On dirait que l’infiltration, c’est vade retro satanas. On me parle de « risque » comme si c’était un danger de faire une infiltration. « vous comprenez, ce n’est pas rien une infiltration, on ne fait pas ça comme ça »…est le discours général. A un moment donné, je crois qu’il faut bien tenter cela quand on a tout essayé et que rien n’a fonctionné.
    Je dois refaire une écho pour voir l’état de la bursite, au terme de laquelle j’irai voir un autre rhumatologue puisque l’avis de plusieurs médecins semble préférable. En tout cas, merci pour vos éclaircissements.
    Cordialement

    • orthopedie dit :

      L’ostéopathe me confirme qu’elle a bien fait.
      — Quel traitement ? Pour quelle hypothèse ? Sachez que les ostéopathes n’ont aucune technique pour soigner les bursites. Idem pour les kinés.
      On dirait que l’infiltration, c’est vade retro satana. On me parle de « risque » comme si c’était un danger de faire une infiltration.
      — Eh oui : retour de manivelle. Et c’est le patient qui en fait les frais. En effet, lorsque l’importance de la bursite (et de son traitement) a été mise en évidence vers 1950, donc bien avant le scanner, l’échographie, l’IRM…), les infiltrations pour les bursites (et d’autres pathologies d’ailleurs) étaient réalisées (rapidement d’ailleurs) au cabinet de médecine générale. Ensuite, la médecine s’est « technicisée » et les orthopédistes (tous chirurgiens) en ont profité (consciemment ou inconsciemment) pour se réapproprier complètement les infiltrations en argumentant qu’il fallait les réaliser sous contrôle technique (radio, écho…).
      Cela a eu beaucoup de conséquences.
      1. le délai de prise en charge a augmenté
      2. le suivi n’a plus été assuré
      3. tout cela se réalise à l’hôpital là où on a le plus de « chances » de contracter des maladies nosocomiales (staphylocoque, par exemple). Conséquence : les orthopédistes ont peur et font peur aux médecins généralistes alors qu’il n’y a pas de maladies nosocomiales chez les médecins généralistes (ils n’ont d’ailleurs pas peur de vous vacciner ou de faire des prises de sang).
      De plus, en Belgique en tout cas, les orthopédistes ont fait pression sur les caisses d’assurance maladie pour que les médecins généralistes n’aient plus de code lorsqu’ils infiltrent… Ils peuvent cependant toujours le faire, mais ils ne peuvent plus facturer leur prestation. Il ne reste donc plus que quelques médecins consciencieux (et qui ne « calculent » pas tout) qui infiltrent dans leur cabinet… Ils ont fait leurs études avant que le scanner (issu de la recherche spatiale : 1969) ne fasse son apparition en médecine et bouleverse le rapport du médecin au diagnostic. En effet, l’examen clinique est en train de se perdre et est remplacé par tous les examens techniques dont tout le monde parle (scanner, IRM, échographie…)…
      Malheureusement aucun examen technique n’est capable de tout voir et d’aboutir à une hypothèse diagnostique débouchant sur une attitude thérapeutique consistante. Ex. : Après un examen clinique (au cabinet) on soupçonne une bursite, on réalise une échographie qui ne met pas en évidence la bursite, on reteste, on reste sur l’hypothèse, on infiltre la bourse, on attend 72 heures, on revoit le patient, celui-ci est amélioré… Donc il y avait une bursite, mais celle-ci n’était pas visible à l’écho.
      Tout cela pour dire que l’emprise de la technique et le désir de pouvoir des orthopédistes a provoqué beaucoup de peur et le piège est en train de se refermer sur le patient. Dans quelques années il n’y aura plus aucun généraliste capable d’infiltrer des structures anatomiques simples comme la bourse sous-acromiale.
      Examen clinique : https://orthopedie.wordpress.com/une-consultation/
      J’ai commencé ce site, entre autres, pour partager ces choses. Mais je ne me fais aucune illusion. Ellul l’avait prédit et Gabor l’avait résumé en une phrase : « Dans le monde technique, ce qui peut se faire se fera ».
      On y est. Pour preuve :
      Je dois refaire une écho pour voir l’état de la bursite
      – Alors que l’on sait qu’une bursite ne guérit jamais seul. Donc : on aura la même image ou presque et Gabor aura encore raison.
      Cordialement
      😉

      Yves

  96. BURGNIES Bernadette dit :

    Bonjour,
    je souffre depuis des années de douleurs aux mains (je suis secrétaire), après quelques examens, on a conclu à un canal carpien et doigts en ressaut. Il était prévu d’opérer la main droite dans un premier temps puisque je suis droitière, seulement quelques jours avant l’intervention, on me diagnostique une tendinite de l’avant bras gauche ; pour ne pas être handicapée des 2 membres, avec le chirurgien on décide d’opérer la gauche, ce qui a été fait en novembre 2012. Depuis, je souffre toujours des mains mais ça s’est étendu au coude puis à l’épaule, kiné, double infiltration à la main, au coude 3 semaines après l’intervention et depuis un an 3 infiltrations à l’épaule dont une sous échographie qui ne m’ont pas soulagée.
    Dernièrement mon médecin traitant m’envoie chez un chirurgien spécialisé de l’épaule qui me prescrit un arthroscanner qui diagnostique une opacification de la bourse séreuse sous acromio deltoïdienne témoignant d’une lésion transfixiante de la coiffe des rotateurs. Celle ci traverse le tendon supra épineux à proximité de son insertion trochitérienne, s’étendant sur environ 20 mm dans l’axe du tendon, sans rétraction du corps musculaire.On me propose une intervention, qu’en pensez-vous ? N’y a-t-il pas d’autres solutions. Je précise que ce handicap m’empêche de porter correctement mon petit-fils de 10 mois qui pèse plus de 10 kgs, m’empêche de dormir la nuit depuis près de 2 ans et je ressens constamment des décharges électriques dans la face interne allant de l’épaule à la main très accentuée au niveau du coude.
    Merci de votre réponse

    • orthopedie dit :

      Opération : tout est question d’âge. Après 60 ans on hésite.
      Procédure pour le canal carpien : curieux. Si vous en avez un, le fait que vous ayez une tendinite au bras ne devrait pas empêcher l’infiltration d’abord, l’opération si l’infiltration n’a rien donné. De plus, un canal carpien très enflammé peut donner des douleurs qui remontent vers le coude (qui ressemblent à des douleurs de « tendinite » du coude).
      Dans ce genre de tableau (et à cause de votre métier), il n’est pas rare que la colonne cervicale « souffre ». Je vous conseille donc de lire ce que j’ai écrit sur la cervicale afin de ne pas faire de bêtises (en général : ce qui soulage spontanément empire sur le long terme).
      https://orthopedie.wordpress.com/cervicalgies/
      Cordialement
      Yves

  97. Gianni dit :

    Bonjour,

    Je découvre la possibilité de vous écrire alors je veux bien vous soumettre mon problème.
    Une écho a révélé une bursite sous-acromio-deltoïdienne moyenne à l’épaule gauche, il y a 6 mois, bien que la douleur, supportable, remonte à plus d’un an. Pas de difficulté particulière à effectuer tout mouvement de l’épaule, rotations, etc, car la douleur n’est pas provoquée par un mouvement en particulier, elle est plutôt constante, plus ou moins forte, et irradie vers le deltoïde, la nuque, l’omoplate. Là, il m’a été conseillé d’arrêter le sport, car très sportif (jogging, vélo, et musculation). Ce que j’ai fait. Les anti inflammatoires locaux et en comprimés n’ont donné aucun résultat, mais je me doutais de cela.

    La rhumato, chez qui je suis allé, pour faire une infiltration, a détecté une bursite non plus moyenne, mais « à la limite de la physiologie ». Lorsque je l’ai vue, j’avais une douleur plus forte encore, mais à droite, comme un pincement, donc différent de la gauche. Mais pour autant, gesticulant mon bras dans tous les sens et ne notant pas de « limitation » particulière dans les mouvements, elle a refusé de me faire une infiltration. Pour elle, cette bursite, je cite, « n’explique pas le tableau douloureux actuel et l’infiltration n’est donc pas indiquée. Les douleurs sont plutôt en rapport avec des contractures musculaires paravertébrales et des trapèzes entretenus par des mauvaises postures devant écran de PC, vélo, etc ». Elle me conseille ensuite de modifier mes habitudes, quelques séances de kiné avec une éducation posturale, et éventuellement quelques séances de mésothérapie. Et surtout, elle me dit que je n’aurais pas du arrêter le sport et que je peux reprendre, mais petit à petit et doucement.

    J’exécute donc les 10 séances de kiné, électricité + massages. Aucune amélioration probante.
    Sous conseils de ce dernier, je vais nager. Ce que je fais, très souvent, tout l’été, j’ai la chance d’habiter Marseille. Aucune amélioration probante et durable.
    Après les séances, il me suggère d’acheter des élastiques de fitness pour continuer la rééducation chez moi, avec 3 exercices spécifiques pour l’épaule. Je le fais, certes, irrégulièrement, mais je le fais. Aucune amélioration probante et durable. Des parenthèses insignifiantes où cela semble se calmer, mais trop courtes pour être notables. Cela revient régulièrement, avec cette sensation d’avoir l’épaule lourde comme du plomb.
    Je précise que j’ai totalement arrêté la muscu, je ne fais plus que du footing, je nage, et je fais du vélo, en ayant une posture des plus correctes, sur ce dernier.

    Je décide dernièrement de voir un ostéopathe, je fais 2 séances. Je ne note pas d’amélioration. Il manipule mon bras dans tous les sens mais la douleur n’est pas provoquée par UN mouvement en particulier, elle est là, sans que je ne fasse rien. J’insiste sur ce fait. La douleur est lancinante, plus ou moins présente, sur la durée et n’est pas causée par un mouvement. J’insiste aussi sur la sensation de lourdeur de l’épaule. L’ostéo a détecté que le haut de mon dos, limite nuque, était très tendu. Je fais pourtant des échauffements, des étirements, à chaque séance de sport, de la relaxation, de la méditation, je ne suis pas quelqu’un de particulièrement « tendu » ou nerveux à la base, au contraire. Mais il y a des tensions apparemment, situées en haut du dos.

    Ce dernier me conseille de refaire une écho pour voir où en est la bursite. Je vais donc la faire.

    Mais voilà, je suis un peu désespéré, j’ai l’impression que je n’en viendrai jamais à bout. Et si l’infiltration n’est pas indiquée parce que je n’ai pas le bras semi paralysé en poussant un « aïïïe » à chaque mouvement, je ne vois plus ce que je peux faire tant j’ai l’impression d’avoir exploré toutes les pistes. On me dit que l’infiltration, ça ne se fait pas comme ça, etc, etc, je le conçois bien, mais si rien ne vient à bout de cette bursite, peut-on quand même l’envisager selon vous, et que diable dois-je faire de plus ou en moins pour retrouver un confort de vie que cette bursite rend plutôt désagréable la majeure partie du temps ? Refaire de la kiné serait-il une option ?

    Je vous remercie par avance de votre réponse.

    Bien cordialement

    Gianni

    • orthopedie dit :

      Bursite sous-acromio-deltoïdienne moyenne à l’épaule gauche, la douleur irradie vers le deltoïde, la nuque, l’omoplate.
      – Une bursite sous acromiale n’irradie pas vers la nuque et l’omoplate. Il se pourrait donc que vous ayez un « trouble cervical ET une petite bursite.
      Là, il m’a été conseillé d’arrêter le sport, car très sportif (jogging, vélo, et musculation). Ce que j’ai fait. Les anti-inflammatoires locaux et en comprimés n’ont donné aucun résultat, mais je me doutais de cela.
      – C’est toujours utile de tester les anti-inflammatoires, mais ils fonctionnent surtout quand l’inflammation est très importante.
      Elle a refusé de me faire une infiltration
      Curieux, car une infiltration peut avoir un but diagnostic. Si amélioration = la bourse est donc bien l’une des causes des douleurs que le patient présente.
      des contractures musculaires paravertébrales et des trapèzes
      – Il a été prouvé qu’il n’y a jamais de pathologie dans ces muscles. Ils sont plutôt le témoin de dysfonctions profondes (souvent cervicales) qu’il faut identifier et traiter patiemment.
      quelques séances de mésothérapie.
      -Souvent inutiles
      électricité + massages
      -inutile
      Après les séances, il me suggère d’acheter des élastiques de fitness pour continuer la rééducation chez moi, avec 3 exercices spécifiques pour l’épaule
      – Pour quel diagnostic ? Dans quel but ?
      Il manipule mon bras dans tous les sens
      – Dans quel but ? Pour quelle hypothèse diagnostique ?
      L’ostéo a détecté que le haut de mon dos, limite nuque, était très tendu.
      – Et alors ? Cela, vous le saviez !
      Je fais pourtant des échauffements, des étirements, à chaque séance de sport,
      – Inutile et parfois même toxique : voir lien ci-dessous
      Mais il y a des tensions apparemment, situées en haut du dos.
      -Dont les causes sont à chercher en profondeur (souvent en cervical [disque et/ou articulations])
      Ce dernier me conseille de refaire une écho pour voir où en est la bursite. Je vais donc la faire.
      – La bursite sera sûrement encore présente, mais je pense qu’il faudrait tester correctement vos cervicales.
      Que diable dois-je faire ?
      Commencer par éviter tout ce qui nuit. Voir : https://orthopedie.wordpress.com/cervicalgies/
      Je ne peux aller au-delà de cela sans vous examiner. Épaule ET cervicales !!!!
      Yves

  98. Poulain dit :

    Très bien je pars en quête de ce professionnel assez humble… Merci beaucoup de votre écoute et de vos conseils

  99. Poulain dit :

    Bonjour et merci pour votre réponse rapide.
    Concernant cette épaule gauche diagnostiquée en ténosynovite du long biceps par le rhumato après examen échographique, je dois vous dire que lors de mes pérégrinations forumsmiques noctures je me retrouvais dans les propos des témoignages sur la capsulite. J’en avais alors parlé à l’ostéo et au kiné qui m’ont tous deux dit après examen que ça n’était pas ça. Le doc lui ne l’occultait pas… De vous à moi, je préfèrerai parce que je sais que l’issue même longue est réparable. Que faut il que je fasse ? qui dois je voir pour savoir. Faut il que je retourne voir mon rhumato pour lui dire de me faire une injection dans la capsule ? Merci de me dire

    • orthopedie dit :

      Il faudrait trouver un professionnel assez humble pour étudier mes deux posts, pratiquer les tests qui sont très précisément décrits et conclure : possibilité ou pas de capsulite.
      Si oui : l’infiltration la confirmera assurément même si l’habitude actuelle est de pratiquer cette infiltration sous scopie ET par l’avant et que cette voie est douloureuse alors que la voie postérieure que je décris dans mon post ne l’est pas. Conséquence : si infiltration par la voie postérieure, vous pouvez être nettement améliorée (douleurs) en 48 h, si voie antérieure : parfois plus de 5 jours.
      Dernière alternative : demander une radio de l’épaule en ayant au préalable infiltré un produit de contraste pour mettre en évidence de manière technique la capsulite (très à la mode aujourd’hui…, parce qu’on croit qu’il faut tout prouver !!!).
      😉
      Mais l’infiltration avec des corticoïdes donnerait les mêmes informations.

      Yves

  100. Poulain dit :

    Bonjour,
    Ce printemps, j’ai nettoyé ma piscine avec un grand balais de haut en bas (elle fait 8mX5) et ai donc sollicité largement mes épaules. Depuis, j’ai extrêmement mal. Le jour, la nuit. Je ne peux plus ni m’habiller seule, ni me laver. Par ex dans mes mouvement très limités, me laver ne serait ce que les aisselles d’un bras à l’autre est impossible sous peine de hurlement. Bref, j’ai passé une écho et une radio en juin qui n’ont rien données. Et pourtant, les douleurs et le handicap n’ont fait qu’amplifier. L’un et l’autre m’ont manipulé dans tous les sens me conseillant d’aller voir un psy et un stomato. J’ai eu droit à une séance de ventouse dont j’en garde 3 jours après les bleus et le mal. J’ai vu un rhumato qui après écho diagnostic une ténosynovie du long biceps à l’épaule gauche et une bursite à l’épaule droite (celle ci me fait moins souffrir que l’autre). J’ai eu une infiltration mais je n’ai aucune amélioration. J’ai mal le jour, et je souffre la nuit à cause de cette épaule gauche. La douleur va jusqu’au poignet en passant par le coude. J’ia l’impression que mon bras perd toute sa force, il fatigue très vite. Même ma peau est sensible… Je ne dors plus (debout à 3 heures encore ce matin), je ne sais plus quoi faire, quoi penser. Sportive, j’ai arreté de courir pour mettre toutes les chances de mon côté mais rien n’y fait. Est ce le bon diagnostic ? Que faire ?

    • orthopedie dit :

      Bonjour,

      Il y a beaucoup de chances pour que vous fassiez une « capsulite rétractile ». Cette pathologie assez fréquente (et dont on guérit complètement si on est bien soigné) ne se voit sur aucun examen habituel (RX, écho, IRM…). C’est donc un diagnostic qui est posé en vous écoutant et en pratiquant de nombreux tests au cabinet du médecin ou du kiné.
      Il semble que vous en êtes au stade 3. Seule solution pour diminuer la douleur et passer à la kiné = infiltration dans la capsule (rien à voir avec bourse ou tendons).
      Il faut souvent attendre 72 heures pour sentir une amélioration, mais celle-ci a deux avantages :
      1. vous avez moins mal
      2. cela confirme l’hypothèse posée (le diagnostic de « capsulite rétractile »)

      Ensuite : kiné très spécifique (voir le deuxième lien ci-dessous)
      Détails :
      Examen : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/
      Traitement : https://orthopedie.wordpress.com/2013/12/09/etirer-la-capsule-de-lepaule/

      Yves

  101. CALLET dit :

    Bonjour, j’ai lu attentivement vos propos au sujet de la bursite de l’épaule, donc voici mon cas en quelques lignes : depuis encore plus de 6 mois, j’ai des douleurs croissantes, y compris nocturnes, dans l’épaule droite (IRM, écho, Kiné, ionisations) qui m’ont fait consulter ce jour un radiologue aujourd’hui. Il a diagnostiqué une bursite qu’il a infiltrée au diprostene sous échographie. Quand vous parlez de « repos pendant 10 jours » avant de revoir l’opérateur, qu’entendez vous par repos ? S’agit il de demander un arrêt de travail ( je suis infirmiere-anesthesite en bloc d’urgence de nuit) et quels mouvements me déconseillez vous de faire ou me conseilez vous de faire ? Je reprends vendredi de nuit, soit 3 jours après l’infiltration….merci de votre réponse

    • orthopedie dit :

      Il faut éviter de monter le bras au-dessus de l’horizontale et, surtout, de faire des mouvements répétés au-dessus de l’horizontale.
      Sinon : éviter de porter ET tous mouvements répétitifs.
      Dans votre cas (surtout si vous sentez une amélioration aujourd’hui, il vaudrait mieux ne pas travailler la semaine prochaine ) ET que le médecin qui a diagnostiqué [cliniquement :

      ] la bursite vous revoie au 10° jour

  102. fafa dit :

    Bonjour,

    Je suis une homme de 36 ans, je pratique une activité professionnelle sédentaire (ingénieur derrière un bureau 9 heures/jour), je pratiquais jusqu’à l’an dernier une activité de loisirs hebdomadaire de pêche au lancer. Je suis atteint de deux pathologies auto-immunes (MICI, artérite systémique) très bien contrôlées depuis une dizaine d’années par un traitement de fond corticoide/immunosuppresseur. Je suis de la région lyonnaise.

    Après 4 années de douleurs chroniques à l’épaule droite, nous venons de réaliser un diagnostic cohérent qui a mis en évidence depuis un an, une bursite sous acromiale qui peut être accompagnée d’une tendinite du sus-épineux. Après 5 infiltrations en 18 mois, une trentaine de séance de kinésithérapie, le problème est toujours présent.

    Il y a quatre ans je me suis plein de violente douleur au dos et à l’épaule droite qui ne m’ont plus permis d’utiliser correctement une souris de la main droite: je pratique une activité sédentaire (ingénieur) derrière un bureau. Les premières douleurs ont commencé comme cela. En fin de journée de travail, il devenait impossible pour moi de garder le bras droit tendu sinon douleur épaule et le long du bras au niveau du coude. Les périodes d’inactivité (vacances ou maladie) accompagné d’antalgiques puissant (tramadol) ont permit de contenir ces problèmes durant près de deux ans. Cependant, au bout de ses deux années, mon j’ai apprit à vivre avec cette épaule/bras meurtrie en devenant gaucher malgré moi avec ma souris d’ordinateur.
    J’ai fait appel à un ergonome au travail, mais sans résultat. Un long break professionnel d’une année m’a permit de mettre en suspens ces douleurs. Dès la reprise d’une activité professionnelle (toujours sédentaire derrière un bureau) il y a 18 mois, a déclenchée de manière très vive et rapide (en moins d’un mois), les douleurs à l’épaule. Après une radio, échographie qui ont montré une tendinite du sus-épineux et une IRM qui a révélé une conflit sous-acromiale, j’ai réalisé deux infiltrations chez mon médecin traitant et deux autres sous scopie sans résultat majeur.

    Le tableau dressé est celui dune bursite sous-acromiale pouvant d’accompagner d’une tendinite du sus-épineux. Mon activité de loisir de pêche au lancer (plusieurs heures pas week-end a répéter des mouvements de bas en haut en lançant des leurres: type pêche à la mouche) a apparemment été l’élément déclencheur de mes troubles. Les troubles sont auto-entretenus par mon activité professionnelle: La répercussion se fait ressentir dès que j’ai mon bras en extension ou bien en appui sur une table/bureau: en prenant appui sur mon coude sur une support (bureau…) une douleur se répand au niveau de mon épaule. Je travaille donc aujourd’hui le plus possible avec mon bras gauche (je suis devenu malgré moi gaucher) et laisse mon bras droit ballant le long de mon corps, c’est la position la plus adaptée pour ne réveiller la douleur.

    Aujourd’hui je me retrouve dans la situation suivante:
    Douleur toujours présente:
    Perturbation de mon activité professionnelle
    Perturbation psychologique/psychique en ayant arrêté depuis un an toute activité extraprofessionnelle autour de mon hobby qu’est la pêche:
    5 infiltration en 18 mois inefficaces
    Trentaine de séance de kiné chez deux kinésithérapeute différent

    Je pense que vous pouvez comprendre mon désarroi.

    Je vous remercie par avance des conseils que vous pourrez me prodiguer.

    Cordialement.

    • orthopedie dit :

      Je suis un homme de 36 ans, je pratique une activité professionnelle sédentaire (ingénieur derrière un bureau 9 heures/jour), je pratiquais jusqu’à l’an dernier une activité de loisirs hebdomadaire de pêche au lancer. Traitement de fond corticoïde/immunosuppresseur.
      Après 4 années de douleurs chroniques à l’épaule droite, nous venons de réaliser un diagnostic cohérent qui a mis en évidence depuis un an, une bursite sous acromiale qui peut être accompagnée d’une tendinite du sus-épineux.
      Après 5 infiltrations en 18 mois, une trentaine de séances de kinésithérapie, le problème est toujours présents.
      Il y a quatre ans je me suis plein de violente douleur au dos : où ?
      Et à l’épaule droite : pouvez-vous préciser la localisation exacte de la douleur et son étendue ?
      Une violente et subite douleur à l’épaule fait toujours penser à une « migration de calcification ».

      J’ai fait appel à un ergonome au travail, mais sans résultat. Après une radio, échographie qui ont montré une tendinite du sus-épineux et une IRM qui a révélé un conflit sous-acromial : malheureusement, et comme souvent, vous me donnez les résultats d’examens techniques et non la base essentielle de réflexion : l’examen clinique (voir : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/ et

      )
      Avec ou sans calcification, la bursite doit toujours être traitée d’abord (infiltration) et il faut respecter à la lettre les précautions pour éviter les rechutes (surtout éviter de relâcher les épaules https://orthopedie.wordpress.com/lepaule-une-horloge-merveilleuse-et-tres-fragile/
      J’ai réalisé deux infiltrations chez mon médecin traitant et deux autres sous scopie sans résultat majeur.
      Si les infiltrations ont été bien réalisées, dès la première vous auriez dû sentir une amélioration, si elle a été réalisée dans la bourse. La tendinite du sus-épineux est souvent la conséquence de l’inflammation chronique de la bourse qui « contamine » le sus-épineux. Il faut, donc, toujours éviter d’infiltrer ce tendon (surtout quand il y a une bursite et surtout à votre âge)

      Le tableau dressé est celui dune bursite sous-acromiale pouvant d’accompagner d’une tendinite du sus-épineux. Mon activité de loisir de pêche au lancer (plusieurs heures pas week-end a répéter des mouvements de bas en haut en lançant des leurres : type pêche à la mouche) a apparemment été l’élément déclencheur de mes troubles.
      Pas nécessairement. Je reviens à l’hypothèse de la calcification, aux effets néfastes du relâchement des épaules devant l’ordinateur et il faudrait identifier la cause des douleurs au dos, car un trouble cervical peut donner des douleurs dans le moignon de l’épaule.

      Les troubles sont auto-entretenus par mon activité professionnelle : La répercussion se fait ressentir dès que j’ai mon bras en extension ou bien en appui sur une table/bureau : en prenant appui sur mon coude sur un support (bureau…) une douleur se répand au niveau de mon épaule.
      Depuis où jusqu’où ?
      Je travaille donc aujourd’hui le plus possible avec mon bras gauche (je suis devenu malgré moi gaucher) et laisse mon bras droit ballant le long de mon corps, c’est la position la plus adaptée pour ne réveiller la douleur.

      Aujourd’hui je me retrouve dans la situation suivante :
      Douleur toujours présente :
      Perturbation de mon activité professionnelle
      Perturbation psychologique/psychique en ayant arrêté depuis un an toute activité extraprofessionnelle autour de mon hobby qu’est la pêche :
      5 infiltration en 18 mois inefficaces : Il faut donc repenser le diagnostic depuis le début. Vous a-t-on parlé de la forme de l’acromion ?
      Je pense que vous pouvez comprendre mon désarroi.

      Parfaitement

      Yves

      • fafa dit :

        Bonjour,

        Les douleurs touchent l’épaule, parfois l’omoplate jusqu’au bras (douleur qui peut s’étendre tout au long du bras en partant de l’épaule jusqu’au poignet).
        Effectivement la première échographie a mis en évidence des calcifications parties par la suite : nous avions réalisé des ondes de chocs en kine.
        Effectivement devant l’échec des infiltrations/kine, et un tableau difficile, nous avons réaliser une IRM des cervicales qui est OK.

        10 jours après une nouvelle infiltration, aucun changement aujourd’hui. Douleur au niveau de l’épaule droite lorsque je prend appui sur le coude par exemple…j’ai réalisé le premier test/diag sur le site. Très douloureux.
        Non on ne m’a jamais parlé de la forme de l’acromion.

        Merci beaucoup.
        Cordialement.

      • Marie dit :

        Bonjour Yves, Je me permets d’ajouter un petit commentaire : 2 radios des épaules, aucune allusion sur « les petits becs osseux » dans les comptes rendus. Dommage, ils n’ont fait perdre du temps ! Rappel de mes symptômes; douleurs aiguës épaules, bras jusqu’au coude depuis des mois. Infiltration aux 2 épaules + canal carpien aux 2 poignets: aucun soulagement. Il a fallut 2 secondes au rhumatologue pour trouver la cause de mes douleurs en me faisant faire quelques mouvements des bras. L’IRM vient de confirmer le conflit acromial ( acromioplastie dans quelques semaines)

      • Marie dit :

        Exactement les mêmes symptômes que Fafa : Les douleurs touchent l’épaule, parfois l’omoplate jusqu’au bras (douleur qui peut s’étendre tout au long du bras en partant de l’épaule jusqu’au poignet).

    • orthopedie dit :

      Avez-vous perdu beaucoup d’amplitude dans vos mouvements actifs ???
      Puisque la douleur est installée depuis aussi longtemps), pourriez-vous étudier attentivement l’article suivant : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/. En effet, il se pourrait que vous souffriez d’une « épaule gelée » et aucun des examens techniques que vous avez faits ne peut révéler cette pathologie. Si on a des soupçons, on peut toujours réaliser un examen radiologique en opacifiant la capsule, mais une infiltration DANS la capsule peut se révéler tout aussi efficace, car elle remplit un rôle à la fois diagnostic et thérapeutique.

  103. Alisonitalia dit :

    Les douleurs ont débuté en décembre dernier.

    Soigner pour une névralgie cervico brachiale pendant plusieurs semaines sans amélioration a base de Kiné, anti inflammatoire et cortisone j’ai décidé de changer de médecin qui me prescrit Irm cervicale. Hernie vu a l’irm. Infiltration inefficace je subi une arthrodese c5 c6 le 15 avril dernier. Les fourmillements ont disparu mais les douleurs et blocages sont la très intenses.

    On me prescrit une Irm de l’épaule droite et une bursite. Infiltration faite et me voilà dans le même état.

    J’ai retravaillé une semaine et c’est très dur.

    Je suis en congés 3 semaines mais des journées ou je fais quelques manutentions je suis obligée de m’allonger une heure pour soulager.

    Je pleure de douleurs et je suis a 4 g de paracetamol jour. Alors qu’elle ne voulait que je ne prenne rien. Pour elle je vais mieux. Mais le mouvement sur la vidéo de passer le bras plié derrière les cervicales a cette heure ci m’est impossible.

    Merci de m’avoir lu encore une fois

  104. Alisonitalia dit :

    Bonjour Yves,

    Je suis a 3 semaines post op d’infiltration, 1 semaine de reprise de boulot et toujours des douleurs insoutenables. La Rhumato m’a dit que je n’avais pas le syndrome de l’épaule gelée car depuis l’infiltration je lève le bras. J’ai du celebrex en traitement mais je ne vois aucune amélioration en 10 jours. Le Kiné m’a fait 2 séances antalgiques et la 3 semaines sans rien car vacances. Yves j’ai besoin de votre avis. La Rhumato m’a dit vous allez mieux… Mes journées de travail sont difficiles. Merci de votre disponibilité

    • orthopedie dit :

      Pourriez-vous me faire un topo précis (historique de vos douleurs, historique des hypothèses diagnostiques + les différents traitements) depuis le début des douleurs.
      Vérifiez quand même si vous n’avez pas une épaule gelée. en effet, si l’infiltration a été faite dans la capsule vous pourriez monter mieux votre épaule, mais beaucoup de tests pourraient rester douloureux ou limités :
      https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/
      https://orthopedie.wordpress.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/

      Yves

      • Molino dit :

        Bonjour j ai subi une arthoscopie de lepaule le 3 juin avec conflit sous acromial, bursite et tenodese du long biceps. Aujourdhui apres 6 semaines de douleurs intenses et apres IRM on diagnostique une bursite residuelle le chirurgien m a fait 2 infiltrations a 2 endroits differents. Qu en pensez? Vais je recuperer? Comment est ce possible alors que jai subi une intervention chirurgicale pour ca?

        • orthopedie dit :

          Il faudrait d’abord que je sache ce que le chirurgien a fait comme opération. Par exemple : réduire un peu le « crochet » de l’acromion.
          Ensuite : il n’y a qu’une voie efficace pour infiltrer la bourse SAD, mais on infiltre parfois ce qu’on appelle les « zones oubliées » par une autre voie.

          Yves

  105. Marie dit :

    Bonjour Yves,
    Ouf ! Infiltration ( Diprostene) dans la bourse sous échographie ce matin. Prochain rendez-vous le 17 juillet pour l’autre épaule.
    Kiné à partir de la fin de semaine pour « décoaptation » et renforcement de l’épaule ( infiltrée ce jour) Ce n’est pas trop tôt ?
    Marie.

    • orthopedie dit :

      Comme je l’ai expliqué de nombreuses fois sur mon site :
      1. Infiltration de la bursite
      2. Repos 10 jours
      3. Tests clinique (https://www.youtube.com/watch?v=bCtj50u3NZ0) au cabinet du médecin qui a infiltré. Si amélioration complète de vos plaintes, mais qu’un ou plusieurs tests sont encore faible et/ou douloureux il FAUT réinfiltrer au 15 jours.
      4. Repos 15 jours.
      5. Le tendon ne doit pas être touché, mais il faudrait que le kinésithérapeute (pour autant qu’il connaisse assez finement la mécanique de l’épaule) vous apprenne comment l’utiliser sans l’agresser.
      On ne fait pas de décoaptation dans le cas d’une bursite, mais d’une épaule gelée : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/
      On ne renforce pas les muscles tant qu’on ne sait pas s’il ne faudrait pas une deuxième infiltration.
      Sans stratégie bien construite, on ne vient pas à bout d’une épaule.
      Yves

  106. Degrez dit :

    Bonjour,

    Je suis désemparée car depuis 2008 je souffre de l épaule droite. En 2012, on ma opérée d,une exostose de l,omoplate qui devait normalement soulagé mes douleurs.
    Depuis , nous avons quitté la belgique ou j,était suivie et nous sommes installés en France .
    Les douleurs ont réapparues de plus en plus insupportables .
    Hier j,ai fait une irm qui montre une bursite .
    En belgique , j,ai déjà eu recours a plusieurs infiltrations! Mais la douleur réapparaît tout le temps!
    Que me conseiller vous? Qui consulter ? Et faut t,il être au repos si on décide d,une nouvelle infiltration?
    Merci pour votre aide

    • orthopedie dit :

      Bonsoir,
      Comme je ne sais pas où se trouvait cette exostose, je ne peux pas me prononcer.
      Par contre, pour se soulager durablement d’une bursite (souvent sous-acromio-deltoïdienne) il faut :
      – infiltrer correctement (bon endroit + bonne technique). Relire : https://orthopedie.wordpress.com/bursite-de-lepaule/
      – pas de sollicitation au-dessus de 45° pendant 15 jours et pas de traitement de kinésithérapie.
      – retester l’épaule après 15 jours et infiltrer si certains tests sont encore douloureux même si la douleur spontanée a disparu
      Ensuite :
      – tester la colonne cervicale et éventuellement la traiter de façon systématique (surtout afin que le muscle trapèze soit plus réactif et soutienne bien l’omoplate). Donc : attention à toutes tentatives pour détendre les muscles de l’épaule, car cela abaisse l’omoplate dont la partie la plus externe se rapproche de la tête de l’humérus ce qui sollicite plus la bourse. Voir :
      https://orthopedie.wordpress.com/cervicalgies/
      – bien comprendre la physiologie de l’omoplate et de la clavicule qui doivent assez rapidement monter lors de l’élévation du bras = le rythme omo-thoracique. Voir : https://orthopedie.wordpress.com/lepaule-une-horloge-merveilleuse-et-tres-fragile/

      Tout cela vous semble peut-être curieux et difficile, mais il n’y a pas d’autre voie.

      Yves

  107. Alisonitalia dit :

    Pour l’épaule le seul examen fait est une Irm qui a révélé une bursite. De la infiltration + injection d’anesthésiant faite vendredi y’a 11 jours. J’ai été surprise d’avoir été piquée a l’intérieur du pli du bras plutôt que sur l’articulation sur le côté le plus douloureux.

    Sinon j’ai un pic de douleurs derrière l’épaule droite, un pic sur le côté de l’articulation et la sensation de l’épaule a droite et hélas a gauche.

    En fin de journée je ne peux plus lever le bras droit et la douleur est globale de la base du cou a droite jusqu’à l’épaule en descendant dans le coude.

    Pour rappel j’ai subi une arthrodese cervicale c5 c6 le 14 avril.

  108. Alisonitalia dit :

    Yves,

    Comment amenez vos conseils lors de ma consultation avec la rhumatologue ?

    Une amie aide soignante m’a dit qu’il allait être difficile pour moi de retravailler… Votre avis est le même ?

    • orthopedie dit :

      Il faudrait que vous me décriviez l’histoire et les localisations de vos douleurs + les résultats des examens + ce qu’on a déjà fait.
      Peut-être y verrais-je une image mécanique claire (et donc une démarche consistante).

      Yves

  109. Juliette91590 dit :

    J’ai également eu une injection de corticoïdes et d’antalgiques en même temps que la dilatation de la capsulite. Cela m a vraiment soulagée ces dix derniers jours et j espère que cela va durer. La kiné c est pas évident car je dois y aller en train et en ce moment ma gare n est pas desservie. Je fais donc mon possible. Vous me dites donc de ne pas faire d’exercices ( pendulaire, lever les bras toujours )? . Je fais très attention à ne jamais atteindre le seuil douloureux cependant. J ai bien compris que la douleur ne doit pas s’installer.

    • orthopedie dit :

      Aucun exercice…
      Profiter de la mobilité qui revient naturellement et/ou qui est gagnée par le travail du kiné (s’il connait ces techniques).
      Vous ne pouvez jamais approcher des zones qui pourraient provoquer la douleur. Mais les étirements capsulaires fait par le kiné sont toujours douloureux (la douleur peut rester deux heures max.)

      😉
      Yves

  110. Juliette91590 dit :

    Il faut bcp de patience et je n ai pas précisé mais je souffrais depuis une chute début novembre… Un simple chute avec subluxation. Je ne pensais pas à ce moment que ce serait si long et j ai géré à la semaine. J ai été mieux quand j ai bien voulu écouter mon médecin qui me disait que ça serait très long. Je travaille habituellement beaucoup et j ai compris que le repos était indispensable à la récupération. Ce n est pas terminé et les journées à la maison sont très longues mais la douleur passe parce que je fais attention. Je suis arrêtée depuis novembre, j ai fait une tentative de reprise en février mars mais cela n a fait qu empirer les choses et je me demande si cela n’a pas justement entraîné la capsulite. Patience et tranquillité, pas d autre choix.. Ne pas brûler les étapes de la guérison et être bien suivie. En ce qui me concerne j ai un excellent médecin traitant et je vais à la clinique du sport à paris V. Attention à l’injection pour la dilatation c est délicat et cela ne se fait pas correctement partout. La c était parfait et vraiment efficace.
    Bon courage

  111. Alisonitalia dit :

    Bonjour et merci Juliette pour ce témoignage.

    C’est rassurant aussi de voir que certains s’en sortent.

    Moi j’ai l’impression ça va être long très long.

    Je suis en arrêt jusqu’à lundi.

    J’ai passé 4h assise hier soir au conseil d’école et en rentrant paralysie des épaules et douleurs indescriptibles au niveau de l’articulation. Les antalgiques ne font rien et le neurontin pas grand chose…

    J’espère que la rhumatologue va pouvoir m’aider.

    Passez tous une bonne journée

  112. Juliette91590 dit :

    Bonjour
    J ai eu une fissuration du tendon épaule droite en novembre. Irm en mai et la fissure est toujours la avec bursite et capsulite. Le médecin à prescrit une infiltration dans l épaule avec effectivementf injection dans la capsule d’une solution iodée glacée je crois pour libérer les adhérences. Sous anesthésie locale c est désagréable mais pas douloureux. Cela a révélé une capsulite rétractile mais surtout depuis mon épaule a davantage de mobilité et est moins douloureuse. Je ne prends quasiment plus d antalgiques ( j étais à ixprim plusieurs fois par jour et la nuit au valium). Mon tendon est douloureux et ça tire pas mal mais c est vraiment bien si je compare avant l’injection. Ceci dit je ne sais pas si je vais reprendre le travail – sur Pc- aucune amélioration du tendon n ayant été constatée. Je faisais un peu de kiné qui ne servait pas à grand chose et la je n ai pas pu y aller (grèves!!!) mais je sollicite mon bras et fais seule quelques exercices pour ne plus geler mon épaule . Voilà pour le témoignage.

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      Épaule gelée diagnostiquée. L’injection vous a améliorée, mais vous pourriez obtenir plus avec une infiltration + corticoïdes.
      Ensuite : traitement très spécifique de kiné (pas de massages, pas d’exercices…) : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/
      C’est le traitement (jusqu’au bout) de la capsulite qui protégera ce qui reste de tendon. Pour le tendon : pas de traitement de kiné. Mais si bursite : il faut aussi infiltrer.
      Souvent les gens qui ont des problèmes d’épaule ont un cou qui souffre : lisez ces posts pour bien assimiler tout ce qui pourrait vous faire du tort alors que vous avez l’impression spontanée que vous vous soulagez (Ex. : relâcher les épaules) : https://orthopedie.wordpress.com/cervicalgies/
      Ce sont des problèmes complexes qu’il faut aborder de façon systématique en traitant l’image mécanique que l’on reconnaît le mieux et évoluer ainsi de proche en proche.
      Yves

  113. Alisonitalia dit :

    Bonsoir, votre site est passionnant et très bien expliqué pour une novice comme moi. J’ai subi une arthrodese cervicale c5 – c6 suite a une hernie détectée a l’irm. Mes douleurs s’estompent qqls mais 15 jours après les douleurs a l’épaule et la sensation de l’épaule gelée revient. On me prescrit une Irm de l’épaule droite et m’oriente vers un rhumatologue.

    A l’irm on voit une bursite et vu mes 6 mois de douleurs j’ai une infiltration. Voilà 8 jours sont passés et les douleurs sont intenses et la sensation d’épaule est encore la et atteins le côté gauche…

    Je suis désemparée…

    Qu’en pensez vous ?

    Merci

    • orthopedie dit :

      Bonjour,
      Vous pouvez avoir eu besoin d’une arthrodèse et avoir un (ou plusieurs) problèmeS à l’épaule.
      Il est possible que vous ayez une épaule gelée, mais aucun examen ne la mettra en évidence sauf par une opacification de la capsule. Mais cela est inutile si l’examen clinique la met en évidence : https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/ et https://orthopedie.wordpress.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/
      Si stade 3 : le seul traitement = infiltration. Ensuite les douleurs devraient s’atténuer fortement (la nuit et descendre moins vers le coude). Traitement ensuite = kiné très spécifique et ne jamais solliciter l’épaule dans les mouvements qui produisent la douleur.
      On peut avoir une épaule gelée et une bursite. Dans ce cas, le plus souvent on commence par traiter l’épaule gelée. On ne voit pas l’épaule gelée à l’IRM.
      Pour envisager une épaule gelée, il faut souvent : des douleurs à l’épaule pendant la nuit, des douleurs qui descendent vers le coude la journée en bougeant ou au repos et de grosses limitations aux mouvements actifs (voir les liens ci-dessus).

      Yves

      • Alisonitalia dit :

        Bonjour et merci Yves pour votre réponse. L’infiltration a été faite y’a 10 jours maintenant et je ne pensais pas être encore aussi bloquée grâce a elle. Les diuleurs descendent toujours dans le coude et au moindre effort un blocage arrive. Je dois reprendre le travail (sur Pc 8h/jour) et ça m’effraie. Je n’ai pas commencé la Kiné car j’avais trop de douleurs. J’espère qu’on va m’en prescrire. Et j’espère vite aller mieux.

        • orthopedie dit :

          Je me suis sans doute mal exprimé. Il y avait des soupçons d’épaule gelée et cela ne se voit à aucun examen. On a vu la bursite et on l’a infiltrée. Vous me dites : « Les douleurs descendent toujours dans le coude et au moindre effort un blocage arrive. » Il s’agit de douleurs liées à une probable épaule gelée. Si vos douleurs étaient en rapport avec une bursite, vous seriez améliorée et ce n’est pas le cas… Donc il faut infiltrer la capsule de l’épaule et ce n’est pas du tout la même chose.
          Si vous avez une amélioration suite à cette infiltration vous pourrez commencer la kiné très spécifique dont je parle dans les liens que vous avez par ma réponse précédente.
          Yves

  114. flettrage dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup d’avoir pris la peine de regarder et de me répondre.

    En effet, les tests seraient très intéressants à faire.

    Si vous en avez l’occasion, ça serait super de m’envoyer les tests à faire svp.

    D’avance merci et bonne journée.

    Cordialement.

  115. lambert fabrice dit :

    Bonjour,

    J’ai parcouru votre site et j’y ai trouvé des infos très utiles.

    En fait, j’ai un soucis à l’épaule, elle est comme « endormie », comme si j’y accrochais un poids toute la journée, aucune douleur, aucune perte de mobilité.

    Je pratique la musculation depuis 17 ans.

    J’ai remarqué qu’à chaque fois que je pousse lourd, j’ai une boule qui apparait au niveau de l’acromio.

    J’ai passé une échographie, ils n’ont rien vu, je vais bientôt passer une radio pour en savoir plus.

    En attendant, voici une photo en lien direct pour que vous puissiez voir mon soucis.

    http://postimg.org/image/3oo88jvgd/

    Avez-vous déjà vu cela? avez-vous une idée de ce que ça pourrait être?
    J’ai consulté mon médecin traitant et il m’a dit qu’en 30 ans de carrière il n’a jamais vu cela.

    D’avance merci pour votre aide.

    Cordialement.

    • orthopedie dit :

      Au vu de la photo et de la pratique de votre sport, on peut penser à des épisodes inflammatoires au niveau de l’articulation acromio-claviculaire. L’écho devrait donc être faite au moment du gonflement. La radio pourrait montrer un début de « souffrance » de l’articulation qui évoluerait vers l’arthrose si on ne s’occupe pas des phases inflammatoires (médicaments et parfois infiltration).
      Si j’ai le temps, je vous enverrai des photos avec les deux tests (que vous pouvez faire vous-mêmes) spécifiques de l’acromio-claviculaire.
      Yves

  116. Juliette dit :

    Bonjour
    Pour faire court… Chute avec subluxation en novembre. Irm puis arthroscanner pour un verdict de fissuration lamellaire en face profonde du sus épineux et une impaction osseuse. Douleurs permanentes et mobilité très réduite. J ai eu un traitement anti inflammatoires, des antalgiques puissants et évidemment de la kiné. 7 mois plus tard…. Irm ce matin qui constate que c est inchangé (l’image est superposable), toujours fissuration, bursite et tendinopathie (?). Ça commence à être long et je me demande ce qui pourra me soulager, même si je vois une légère amélioration (souvent temporaire). J ai vu deux chirurgiens qui ne prévoient pas d opération, et la un médecin spécialise du sport qui parle d’infiltrations sous radio. On m a fait comprendre que les infiltrations n’étaient quand même pas géniales pour des tendons abîmés…

    • orthopedie dit :

      Quel âge avez-vous ?
      Que pensez-vous de ceci (car vous me dites que vous avez perdu beaucoup de mobilité) :
      https://orthopedie.wordpress.com/epaule-examen-et-schema-capsulaire/
      https://orthopedie.wordpress.com/epaule-gelee-capsulite-traitement/
      Yves

      • Juliette dit :

        Merci pour la réponse. A priori si j ai bien compris la capsulite est visible à l irm et ce ne serait pas le cas. J ai 43 ans et je n avais aucun problème avant ma chute. Certains me disent de rester plutôt assise et bras soulagé sur un oreiller d autres d’avoir des activités tant que c est en dessous de 90°Et que je ne soulève rien avec mon bras droit.Les avis sont mitigés à chaque consultation et ça est compliqué quand on est patient. Bursite et tendinopathie peuvent être présentes en même temps alors ? On peut soulager les deux par infiltrations? J avoue que je crains les complications éventuelles qui me handicaperaient à vie..les infiltrations sont elles dangereuses ainsi qu’on me l a laissé entendre ?

        • orthopedie dit :

          La capsulite ne se voit pas à l’IRM. C’est un diagnostic clinique (tests au cabinet du médecin ou du kiné).
          C’est un phénomène réflexe du, parfois à un traumatisme.
          Bursite et tendinopathie existent souvent en même temps, mais on peut faire un capsulite sans bursite et tendinopathie. L’infiltration a pour but de diminuer l’inflammation de la synoviale (sorte de muqueuse qui tapisse la capsule).
          Pas de complications à vie si respect des étapes du traitement. Infiltration au stade 3, puis kiné passive très spécifique.
          Danger des infiltrations : non. Fouillez mon site.
          Yves

  117. Jolivet dit :

    Bonjour, j’ai 45 ans et je souffre de l’épaule droite suite à des calcifications. Afin de faire court, je ne vous résume pas tout l’historique mais une crise de douleur aigue à l’épaule et jusque dans le bras, m’a poussé à passer un scanner il y a deux jours. En voici les résultats : Trame osseuse homogène, sans lésion focale suspecte décelable. Importantes calcifications du tendon du supra-épineux, étendues sur 20 mm de longueur et sur 4 mm de diamètre. Une partie de ces calcifications ont migrés dans la bourse sous acromio deltoidienne qui contient environ 3 cm de calcifications. Rares calcifications du tendon du sub-scapulaire. Trophicité normale des muscles de la coiffe qui ne sont pas en involution graisseuse. Absence d’anomalie significative des parties molles péri-osseuses.
    Mes précédentes crises ont durés 2, 3 jours puis plus de douleur du tout. Aujourd’hui, après 7 jours de douleur, mon bras est encore immobilisé. Certe la crise est passée mais j’ai mal la nuit, en position allongée je suis obligée de soulever mon bras droit avec le gauche afin de le positionner ou je souhaite. Je ne peux pas enfiler de vetement ou me coiffer. Bref je suis tres limitée. De plus depuis 3 jours j’ai mal au coude, on dirait que l’os ressort, et que j’ai frotté le coude sur un mur en crepis. Est-ce parce que j’ai immobilisé mon bras en position plié contre mon corps (j’ai porté un sorte d’atelle les premiers jours).
    Voilà. Je ne sais plus quoi faire. Je dois reprendre le travail (je n’ai pas demandé d’arrêt de travail pensant que la crise passerait sous 2,3 jours).Que me conseillez vous ? consulter un rhumato ? faire des infiltrations ? (sos médecin me l’a déconseillé en me disant que j’avais de toutes petites épaules et que cela risquait de m’abimer les tendons je crois. Pour info j’ai un petit gabarit : 46 kg pour 1,58 m). Le radiologue me conseille une trituration de l’épaule car il dit que les crises vont inévitablement se répeter.
    Merci d’avance pour vos conseils éclairés.

    • orthopedie dit :

      Il faut bien évidemment arrêter de travailler. Traitement = d’abord : anti-inflammatoires par la bouche. Ensuite : souvent : infiltration dans la bourse sous-acromiale (pour désenflammer et parce que la xylocaïne dissout les calcifications). Ensuite : essayer 7 infiltrations de xylocaïne à une semaine d’intervalle. Si pas suffisant : ondes de choc.
      Attention : on infiltre quand on estime que la pathologie (les calcifications) fera plus de « dégâts » que l’infiltration (ou les infiltrations). Je pense que dans votre cas, étant donné les douleurs et l’importance des calcifications, il faut un coup de pouce par infiltration. J’écris « un coup de pouce », car le traitement consiste à accélérer la dissolution spontanée des calcifications en évitant que celles-ci fassent des dégâts à des structures nobles (tendons)

      Yvess

      • Florence Jolivet dit :

        Tout d’abord, un grand merci a vous Yves, un énorme merci même, pour votre retour en particulier, et pour tout votre travail en général ! J’ai vu mon medecin généraliste aujourd’hui (celui même qui n’a rien préconisé lors de mes précédentes crises) et lui ai ramené les resultas de mon scan.il m’a tâté l’epaule quelques secondes en cherchant les zones douloureuses, puis il m »a dit ok je peux vous faire l’infiltration, je vais piquer juste la.. 
        sans réel examen clinique, j’ai refusé preferant rester avec mes douleurs  et attendre vos conseils. Quels sont les praticiens les plus à même de nous faire des infiltrations ? (Est ce raisonnable de confier son épaule à un généraliste qui n’a pas l’air très au fait de cette pathologie?) Et si l’infiltration n’est pas faite exactement au bon endroit que risque t’on ? Quels examens (quels éléments déterminants) permettent  au médecin de savoir où piquer ds l’épaule,et à t’il besoin de matériel spécifique pour se guider? Questions qui peuvent vous paraître bêtes mais je découvre et j’ai besoin de comprendre.
        En rentrant j’ai voulu prendre rdv ds des établissements spécialisés dans l’épaule mais les premiers rdv sont en août prochain .. d’ici là où puis je faire ces infiltrations ?chez n’importe quel rhumatologue? Aussi, concernant la gestion de la douleur, le voltarene n’ayant pas réussi à apaiser mes souffrances lors de la dernière crise que puis je prendre d’autre (cortisone par ex.?) Y a t’il des alternatives ? J’ai lu que l’homéopathie ( en traitement sur plusieurs mois) pouvait guérir certains patients ou éviter les crises (granulés de solanum malocoxylon ). En avez vous entendu parler ? Et en général que pensez vous de l’approche homeopatique ? Je redoute déjà la prochaine crise et j’aimerai être armée pour mieux vivre les 1eres 48h qui sont un supplice.merci beaucoup,merci encore …..

        • orthopedie dit :

          J’ai vu mon médecin généraliste aujourd’hui (celui même qui n’a rien préconisé lors de mes précédentes crises) et lui ai ramené les résultats de mon scan.il m’a tâté l’épaule quelques secondes en cherchant les zones douloureuses, puis il m’a dit OK je peux vous faire l’infiltration, je vais piquer juste la.. Sans réel examen clinique, j’ai refusé.
          On ne fait jamais de diagnostic précis (particulièrement au niveau de l’épaule), par la palpation… Procédure fiable = 12 tests de base, une hypothèse qu’on confirme ou qu’on infirme par d’autres tests… Et alors seulement on palpe. Cyriax tapait sur les doigts des praticiens qui touchaient l’épaule pendant les tests.
          Quels sont les praticiens les plus à même de nous faire des infiltrations ?
          La question n’est pas là. 1. Quelle pathologie ? 2. Quel traitement (ex. : ne jamais commencer le traitement d’une épicondylite par une infiltration au risque de l’empirer.)
          Est-ce raisonnable de confier son épaule à un généraliste qui n’a pas l’air très au fait de cette pathologie ?
          Oui si celui-ci est formé en Médecine Orthopédique Générale. C’est d’ailleurs, par définition, le mieux placé puisqu’il s’agit de Médecine générale et non de chirurgie (orthopédique) ou de rhumatologie.
          Et si l’infiltration n’est pas faite exactement au bon endroit que risque-t-on ? Pas grand-chose sauf si on refait plusieurs infiltrations au même endroit dans des structures nobles (ex. : tendons).
          Quels examens (quels éléments déterminants) permettent au médecin de savoir où piquer dans l’épaule
          Aucun examen ne permet au médecin de déterminer l’endroit de l’infiltration, mais son examen clinique peut être confirmé par certains examens (par ex. : échographie). C’est l’examen clinique et la démarche hypothético-déductive qui peuvent le plus, car il faut tenir compte des faux négatifs (l’examen ne montre rien, mais une infiltration diagnostique confirme l’hypothèse clinique) et des faux positifs (l’examen montre quelque chose, mais cela ne donne aucun renseignement pour mieux traiter le patient. Ex : compression de la racine sciatique, mais le patient se plaint d’une cruralgie).
          Et a-t-il besoin de matériel spécifique pour se guider ?
          Normalement et le plus souvent : non. Mais certaines structures nécessitent qu’un radiologue réalise l’infiltration prescrite par le médecin, à l’endroit souhaité par le médecin.
          En rentrant j’ai voulu prendre RV ds des établissements spécialisés dans l’épaule
          Attention : il faut savoir où vous mettez les pieds. Beaucoup de centres spécialisés en orthopédie concernent des patients qui doivent être opérés.
          D’ici là où puis je faire ces infiltrations ?
          D’abord savoir si vous avez besoin d’une infiltration et où ?
          Chez n’importe quel rhumatologue ?
          Jamais chez « n’importe lequel ».
          Aussi, concernant la gestion de la douleur, le voltarene n’ayant pas réussi à apaiser mes souffrances lors de la dernière crise que puis je prendre d’autre (cortisone par ex. ? ) Y a-t-il des alternatives ?
          Il n’y a pas d’alternative, mais parfois certains patients réagissent mieux à un anti-inflammatoire. Attention : avant de dire qu’un anti-inflammatoire n’aide pas, il faut s’assurer 1. qu’on l’a pris à la dose recommandée 2. qu’on l’a pris pendant 7 jours 3. qu’on a été conseillé pour ne pas faire les mouvements (ou les positions) qui risquent de relancer l’inflammation.
          J’ai lu que l’homéopathie (en traitement sur plusieurs mois) pouvait guérir certains patients ou éviter les crises (granulés de solanum malocoxylon). En avez-vous entendu parler ? Et en général que pensez-vous de l’approche homéopathique ?
          Voir ma « réponse » précédente.
          Je redoute déjà la prochaine crise et j’aimerais être armée pour mieux vivre les 1eres 48 h qui sont un supplice.
          Prochaine crise, comme vous dites : essayez à nouveau les anti-inflammatoires.

          Yves
          merci beaucoup, merci encore…..

  118. Faucompré dit :

    Bonjour.
    Je vous remercie pour vos schémas très bien faits.
    Après une blessure en décembre dernier j’ai fait plusieurs séances d ostheo. Sans succès ou avec une légère amélioration. Je suis allé voir un médecin du sport qui m a fait une infiltration dans le deltoïde pensant à une tendinite après des tests méchaniques. Il m a ensuite prescrit une écho et une radio si la douleur persistait. Après examen j’ai donc une petite bursite. J’ai donc fait une deuxième infiltration sous écho dans la bourse séreuse. J aimerai savoir à partir de combien de jours après le traitement je peux ou non constater une amélioration ?
    Si la douleur persiste que puis-je faire et sous quel délais ?

    Je vous remercie.

    Cordialement.

    • orthopedie dit :

      Il n’y a jamais de pathologie dans le deltoïde.
      Si infiltration dans la bourse : il devrait y avoir une amélioration dans les 48 à 72 heures. Si pas : de deux choses l’une : soit la bursite n’était pas déterminante et il faut revoir le diagnostic soit elle a été mal faite.

      Yves

  119. emmanuelle dit :

    Bonjour, j ai 34 ans je souffre de douleurs a l epaule gauche depuis 2 mois…avant ca j ai eu cette meme douleur a l epaule droite qui s est estompee…je viens de faire des radios…raideur cervical et debut d arthrose cervicale..j ai egalement fait une echo..et rien…j ai mal lorsque je tend le bras pour aller chercher quelque chose au cote oppose..je n aipas la nuit…j ai mal quand je suis immobile comme assise a une chaise en reunion…et enfin lorsque je met mon bras contre mon corp et que je le leve horisontale

    • emmanuelle dit :

      Pas fini mon message..dsl je suis sur mon telephone..donc quand je leve mon bras a l horizontal je ne peux pas aller tres haut et je suis bloquee par une douleur qui est dans l epaule et qui se poursuit presque jusqu au coude… pouvez vous m orienter ? Merci

  120. Kristian dit :

    Bien lu
    Etes vous peut etre sous Skype?

  121. Kristian dit :

    Bonjour
    J’ai une bursite de l’epaule G depuis Nov 2013, malgre des aniti douleurs de type Doliprane+Voltarene et 10 sceances de Kine, la douleur persiste
    Je mets 3 X/ jour une poche froide dessus ce qui calme un peu la doueur
    Help j’ai mal et rien ne semble s’ameliorer

    PS/ Je ne suis ni kine, ni medecin

  122. GuillaumeL dit :

    Merci pour la longue réponse, on est globalement d’accord 😉
    Votre blog est très bien fait, et apporte des infos intéressantes aux patients, et il va dans le sens qui peut faire évoluer positivement les choses, donc bravo!

    Concernant la tendinose on est d’accord… si on faisait passer un IRM à 100 personnes de + de 50 ans, on en trouverait au moins la moitié avec une ou plusieurs atteintes tendineuses. Pour autant les plupart des « atteints » ne seront pas douloureux. Je(on) passe beaucoup de temps à expliquer ça, mais les gens ont souvent du mal à l’admettre (admettre le « vieillissement » naturel des structures du corps). Effectivement tout le monde connaît l’arthrose, mais peu connaissent la tendinose… et l’épaule est typiquement la localisation des tendinoses!

    Concernant l’infiltration, les études sont quand même assez mitigées. Les résultats semblent finalement assez aléatoires… Personnellement j’envoie mes patients faire une infiltration après échec du traitement kiné.

    Sinon je vous rejoins sur le fait que l’examen clinique doit primer. En effet puisque certaines personnes ont des « tendinopathies » sans douleur, lorsque l’on retrouve à l’imagerie conflit-arthropathie-tendinopathie, c’est limite plus perturbant qu’autre chose, car on pourrait se dire qu’il sera impossible de tout corriger. Le tout est de savoir parmi tout ceci ce qui crée la douleur (on retrouve le même raisonnement pour le rachis avec hernie-arthrose => douleur/pas douleur et parfois douleur sans aucune lésion à l’imagerie!)
    ————————————-
    « Une dernière chose : plus j’avance et plus je me rends compte que les kinés devraient s’abstenir de toucher et de traiter. Réfléchir, tester encore et encore. Notre métier se déplace. Il y a des deuils à faire… Douloureux. Plus je vieillis moins je « fais » »

    Sur ce point, je dirais oui et non. Personnellement je pense que la kinésithérapie a quand même une place intéressante dans le traitement (au moins dans celui des vraies tendinopathies). Je ne dis pas qu’il faille en faire systématiquement et pendant 12 mois et sur toutes pathologies.
    En grand pour faire rapide :
    – sur une bursite pure : travail passif de recentrage, glaçage à la maison. 5 séances
    – vraie tendinopathie : travail passif et ACTIF de recentrage, onde de choc sur le tendon concerné, renforcement des rotateurs externes en infra-douloureux. Je dépasse rarement 10 séances, et surtout si aucune amélioration je ne m’acharne pas!

    • orthopedie dit :

      « Concernant l’infiltration, les études sont quand même assez mitigées. Les résultats semblent finalement assez aléatoires… »
      OUI MAIS… Quand ? Où ? Comment ? Quel suivi ? J’ai déjà vu des pansements marquant l’endroit où le médecin avait infiltré pour une bursite et je me suis souvent demandé comment il pouvait bien atteindre la bourse SAD à partir (par exemple) de la zone coracoïdienne… Idem pour l’écho… désormais je demande aux patients de ne voir qu’un seul radiologue, car j’ai trop souvent lu des protocoles qui auraient pu se résumer à RAS… Désolant, mais vrai. Alors : les études qu’on fait je m’en méfie. Même les kinés font des études qui n’ont ni queue ni tête. Exemple : « De l’utilité du MTP au niveau du site 2 pour une épicondylalgie. » Qu’est-ce donc une épicondylagie ? Ce n’est pas un diagnostic. Une tendinite du tendon commun des extenseurs du poignet au niveau de son insertion ténopériostée (et non musculo-tendineuse) est un diagnostic. Après ces études, on dit que le MTP (+ Mills) sur le site 2 n’a pas donné de résultat versus massage classique. OK… Mais combien y avait-il de tendinite de site 1, 2, 3 ou 4 dans le lot? Combien de tendinite associant 2 et 3 (très fréquent) ? Et puis : quelle technique ? Comment ? Quel rythme ? J’ai reçu des kinés libanais en spécialisation en orthopédie qui me disaient que le MTP ne fonctionnait pas… Je leur ai demandé de me montrer… Pas de temps fort, pas de temps faible, mauvaise profondeur, mauvaise localisation.. On leur avait d’ailleurs dit qu’il fallait « poncer ». Bref, pas de MTP. Alors on s’étonne que le MTP ne fonctionne pas.
      La mode est à l’EBM, mais dans toutes les études que j’ai lues les biais sautent tout de suite au visage…
      Et, les kinés se tournent vers l’ostéopathie ou le traitement « neuro-méningé »… Nouvelle diversion à la mode pour éviter de se confronter à la possibilité que les techniques de base ne soient peut-être pas acquises.
      Pour la bursite. Personnellement, je donne des conseils pour éviter que le patient ne s’empire avant la première infiltration, puis je m’assure que l’infiltration a été correctement réalisée, puis je revois le patient (car si la douleur spontanée a disparu et que la douleur est réveillée aux tests cliniques il FAUT infiltrer une deuxième fois dans les 15 jours.) Ensuite, je revois le patient pour réveiller la mécanique naturelle de protection de l’épaule (essentiellement : arrêter de vouloir descendre les épaules + renforcer le trapèze en travail tonique + réveiller le rythme omo-thoracique + tenter de découvrir les gestes traumatisants -les habitudes- dans la vie quotidienne ou professionnelle.)
      Ondes de choc : uniquement si calcification.
      Je vais dormir.
      A + (sujet abyssal)
      😉
      Yves

  123. GuillaumeL dit :

    Bonjour à vous. Je suis kiné (comme vous donc si j’ai bien compris… mais vous êtes aussi aussi médecin?), j’apprécie votre site, mais plusieurs questions ou remarques sur de nombreux points.
    Donc ici : » En effet : une double tendinite est rarissime, pour ne pas dire impossible. »
    J’ai été un peu surpris de lire ça, puisque de nombreux patients viennent avec des examens montrant des atteintes sur 2 tendons (voire parfois 3). Après ces 2 tendons ne sont pas forcément tous les 2 douloureux. Bref du coup j’ai simplement été surpris à la lecture de cette phrase.

    Sinon pour ma part pour différencier tendinopathie et bursite :
    – bursite : douleurs à l’élévation passive + douleurs aux multiples tests actifs + douleur au repos et nocturne (2ème partie de nuit…)
    – tendinopathie : un seul test actif douloureux, description des douleurs uniquement mécanique, jamais au repos ni la nuit

    Là ou ça se complique, c’est que assez souvent on a à faire aux 2 cumulés… tendinopathie + bursite…

    Cordialement (et au fil du temps j’aurais des questions/remarques sur les autres sujets ^^).

    • orthopedie dit :

      Monsieur,
      Vous soulevez une question intéressante à plus d’un titre et je vais tenter d’y apporter ce que j’en sais. Cependant, je vous demanderai de toujours tenir compte, en lisant mon petit blog, que je l’ai conçu d’abord afin que mes patients puissent relire des informations que je leur donnais et qu’ils assimilaient difficilement. Je ne m’attendais pas à ce qu’il ait autant de succès et que les gens le lisent partout dans le monde.
      Bref : votre question est intéressante, car :
      – avant que l’échographie (et toutes les techniques d’imagerie) n’existe, Cyriax (et d’autres) avait émis l’hypothèse que de « multiples tendinites au niveau de l’épaule » ne constituaient pas un diagnostic utile débouchant sur un traitement efficace. Cyriax se basait sur ses tentatives d’isoler « la » (ou « les ») structure(s) responsable(s) du tableau clinique du patient qu’il recevait. Pour éviter les diagnostics flous, Cyriax procédait par infiltration (d’anesthésique) de façon spécifique dans chacune des structures qu’il soupçonnait, puis il refaisait les tests. En ce qui concerne les multiples tendinites de l’épaule, il s’est aperçu très souvent qu’une infiltration d’anesthésique dans la bourse (SAD le plus souvent) améliorait le patient et les tests résistés (du sus et du sous-épineux en particulier) devenaient silencieux. Jusqu’à ce jour, cette approche n’a pas été remise en question. Résumé : si plusieurs tests résistés sont douloureux et que des tests de sollicitation de la bourse sont positifs, il est fort probable que l’image clinique soit dominée par la bursite = infiltration (à titre diagnostique) = évaluer = une deuxième si nécessaire = apprentissage par le patient de ce qui peut augmenter le conflit, donc irriter la bourse. En pratique, lorsque cette démarche est corrélée par les plaintes du patient on ne « touche » pas aux tendons.

      – depuis l’échographie (et d’autres imageries), on met en évidence beaucoup de « souffrance » tendineuse et cela n’aurait pas étonné les gens de la génération de Cyriax qui avaient pratiqué des dissections et pu constater que tous les humains de plus de 50 ans avaient des « atteintes » des tendons de l’épaule. En conséquence, il faut se méfier des diagnostics par imagerie… De plus, on doit tenir compte des faux positifs et des faux négatifs (EX : pas de bursite à l’écho, mais tout l’examen clinique plaide en faveur d’une bursite… Infiltration… Amélioration… Donc, la bursite était bien présente.)
      -Des études assez récentes ont émis l’hypothèse que les tendinopathies de la coiffe seraient la conséquence de la dégradation (et l’inflammation) de la bourse… On devrait aussi, désormais, parler de tendinose plutôt que de tendinite. En effet, les tendons dégénèrent lentement sans symptômes, puis ils peuvent s’enflammer un peu plus et se manifester. Tout cela concerne les adultes… en ce qui concerne les jeunes, on peut trouver des tendinites pures au niveau de l’épaule, mais -d’après ce que je sais- on n’en trouve jamais sur plus d’un tendon (attention : pour autant qu’il n’y ait pas d’indices pouvant faire penser à une bursite).

      Bref, je crois de plus en plus que l’examen clinique doit rester au centre et que les examens techniques sont moins utiles qu’on ne le croit pour l’instant. Idéal : hypothèse clinique = traitement (ou infiltration diagnostic) = évaluation = continuation du traitement si l’hypothèse se confirme. Par contre : si les hypothèses cliniques (tests et traitement) ne donnent rien alors on peut raisonnablement penser que quelque chose échappe et se demander quel est le meilleur examen technique qui pourrait aider à débroussailler. EX. : j’ai eu l’occasion de comparer les conclusions de mon examen clinique en cas d’épicondylite et de les comparer à de bonnes échographies… Les correspondances étaient parfaites et je n’ai pas vu l’utilité de soumettre les patients (et la sécu) à des examens qui disaient la même chose que l’examen clinique (EX. : site 2 et 3).
      Par contre, il peut être intéressant de pratiquer des examens techniques quand le traitement pour l’hypothèse de départ ne donne pas de résultat (Ex. : multiples petites calcifications dans le tendon commun des extenseurs du poignet = traitement à la colchicine avant de continuer le MTP)

      -À propos de la différence entre « tendinopathie » et « bursite », il me faudrait plusieurs pages sur mon site pour développer ce sujet hautement périlleux.

      Merci de l’attention que vous portez à ma petite démarche (hors des « évidences » actuelles de la médecine technicienne qui, par exemple, résume le protocole d’une IRM ou d’une échographie en guise de diagnostic. Loi de Gabor oblige [« Dans la culture technicienne, ce qui peut se faire se fera »])

      Une dernière chose : plus j’avance et plus je me rends compte que les kinés devraient s’abstenir de toucher et de traiter. Réfléchir, tester encore et encore. Notre métier se déplace. Il y a des deuils à faire… Douloureux. Plus je vieillis moins je « fais »

      😉

      Yves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s